Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Macadam Byzance

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

« Je m'appelle Ilitch, le drôle de blase que j'me trimbale, mais tu verras, j'te raconterai l'anecdote... Et puis des histoires, enfin, notre histoire, aux copines, aux copains et à mézigue. Parole, tu vas te marrer, malgré la drôle de mouscaille dans laquelle on patauge. »


Banlieue Les Losers Magazine Fluide Glacial

S'il est question ici de braquage bancal, de basions mémorables, de bars, beaucoup, de bancs, un peu, de poursuites, d'enterrement, de bottes magiques ou encore d'un étrange mariage, ce livre ne raconte qu'une chose : l'amitié.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Février 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Macadam Byzance
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

25/03/2020 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Il y a un peu de Baru ou de Margerin dans ces petites histoires qui nous font découvrir, par petites bribes ou anecdotes, la vie de jeunes hommes de quartiers populaires. Et j’ai plutôt bien aimé cet album, qui finit par brosser un portrait doux, amer, mais aussi drôle et empathique, de quelques personnes, qui prennent corps et à qui Pierrick Starsky (quel nom !?) a su donner une personnalité consistante, vivante et crédible. En tout cas on s’attache à ses personnages, ces tranches de vie nous les rendant sympathiques. C’est une lecture agréable. Et le dessin de Pierre Place est très bien, dans un style semi-réaliste efficace, dynamique, un trait un peu gras, qui m’a un peu fait penser à celui d’Alexis (en un peu moins caricatural toutefois).

16/05/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Ça commence avec l'histoire du braquage raté d'une paire de minables zonards de banlieue, piliers de comptoir, incapables de braquer une baraque à frites. Ça sent la loose et à priori rien de palpitant. Mais au fil des histoires courtes que contient cet album, on va apprendre à connaître le petit peuple de cette banlieue ouvrière, ces fameux minables en grande partie alcooliques, bagarreurs et presque tous chômeurs, et on va s'y attacher fortement. C'est un récit empli d'humour, mais aussi d'une bonne dose de sentiments voire même de poésie. Les personnages, tous plus bancaux les uns que les autres, sont pleins de vie, avec des personnalités originales et régulièrement touchantes malgré leur côté loser. Le ton est particulièrement juste. Jamais trop tourné vers l'humour, jamais vers le pathos, jamais trop vers la dérision, il reste crédible et en même temps souvent extrêmement drôle. Il règne une ambiance à la Renaud et un petit côté désuet à la Franck Margerin, rappelant l'ambiance banlieusarde des années 80, mais le récit est sans âge et s'adapte aussi bien à notre cadre de vie actuel. Ce ne sont pas à proprement parler des histoires indépendantes car il y a bien une progression dans le récit et une avancée dans les relations entre les protagonistes et leur entourage. Le dessin de Pierre Place se révèle très bon lui aussi. Il est à la fois plein de personnalité et maîtrisé. Il soigne particulièrement les tronches de ses personnages pour leur donner une vraie âme et en même temps parfois des bouilles franchement marrantes. Alors que l'entame de l'album ne me disait rien, j'ai pris rapidement de plus en plus de plaisir à la lecture de cette BD, à vivre de l'intérieur les petites aventures d'un quotidien un peu minable de cette bande d'amis zonards et de leur quartier. Et alors que certains m'horripilaient au départ - je pense à Hervé notamment, l'ami boulet et sans arrêt bourré - j'ai fini par m'attacher à quasiment chacun d'entre eux, à les trouver touchants et drôles, et à ressentir avec une certaine allégresse la conclusion ensoleillée de cette suite de récits qui aura su me charmer et m'amuser. Clairement un bon moment à passer et une lecture qui m'a fait plaisir.

25/03/2020 (modifier)