Ardeur

Note: 1.5/5
(1.5/5 pour 4 avis)

Une série post-atomique. Une de plus...


Après l'apocalypse... Charlie Mensuel

L'Europe a été ravagée par une troisième guerre mondiale... Ardeur est un aviateur russe. Alors que se forme un nouvel "ordre" qui s'annonce terrifiant, il erre à moto, ayant préféré s'enfuir que d'y participer. S'enfuir, c'est bien ; mais tenter de survivre dans le chaos qui régit ce monde, ça c'est autre chose. Les tripes nouées, Ardeur va se rendre à Varsovie, puis à Berlin...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1980
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Ardeur
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

19/11/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Connaissant Alex Varenne, on pouvait imaginer qu’un « h » avait été oublié dans le titre. Mais non, rien d’érotique dans cette histoire. Rien qui m’ait franchement intéressé d’ailleurs ! C’est pourquoi le premier tome, seul que j’ai eu l’occasion de lire, sera aussi le dernier. En effet, je me suis ennuyé et ai eu bien des difficultés à me motiver pour finir cet album. L’intrigue ne me captivait pas, les textes – relativement abondants, pas toujours très lisibles et rarement intéressants – ne me l’ont pas non plus rendu attachant. Quant au dessin d’Alex Varenne, je l’ai trouvé trop brouillon, avec un trait très gras, renforçant l’impression de flou donné par l’histoire. Heureusement il fera nettement mieux ailleurs et plus tard. En tout cas, je me dis que 6 tomes sur le même schéma, ça doit être dur pour le lecteur. Pourtant, le quatrième de couverture présentait cette œuvre comme superbe, exceptionnelle ! Eh bien pas du tout. D’autant plus que depuis, sur une trame de guerre post-apocalyptique, on a pu lire des choses bien meilleures. Varenne n’a pas bâti là quelque chose de solide. Note réelle 1,5/5.

30/04/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Bien avant Erma Jaguar, Alex Varenne et son frère Daniel se lancent dans leur première grande série avec cette saga post-atomique au parfum vénéneux et cauchemardesque qui inclut violence, étrangeté et érotisme, au sein des pages de Charlie Mensuel en 1979. C'est à cette époque que j'ai découvert cette bande, avant qu'elle ne se poursuive dans Libération puis l'Echo des Savanes jusqu'en 1987. De toutes celles abordant ce sujet de monde ravagé par un conflit nucléaire, c'est sans aucun doute la Bd où je me suis le plus emmerdé ; c'est mauvais, mauvais, vraiment mauvais à tous les niveaux, même graphiquement. C'est d'ailleurs ce qui surprit le plus à l'époque, mais c'est surtout une frange d'intellos en manque d'originalité qui a encore souligné la soi-disant virtuosité graphique d'Alex Varenne qui était pourtant ici balbutiante ; comme quoi, ces gens n'y connaissent rien, il suffit qu'un imbécile décrète que c'est bien pour qu'un courant suive. Certes, on peut remarquer l'usage du trait noir et d'aplats rehaussés de grisés et de trames, technique qui deviendra la marque de fabrique de Varenne, mais elle est encore peu au point ici et demande à se perfectionner, car on a droit plus à des images sombres au noir baveux, surtout dans les premiers albums, sa technique s'améliorant vers la fin. Là-dessus, le contexte n'était pas fait non plus pour m'attirer, l'univers développé était bien trop angoissant, le côté sombre et pessimiste du scénario achevait de vous déprimer. A une époque où d'autres bandes comme Jeremiah, Simon du fleuve ou Hombre utilisaient le même contexte, "Ardeur" était pour moi très, très en dessous.

06/12/2013 (modifier)
Par AqME
Note: 1/5

J'ai eu l'occasion de lire ardeur et je n'ai pu que lire le premier tome tellement cela était mauvais. Les dessins sont simplistes et grossiers et le tout en noir et blanc ce qui renforce le peu d'intérêt apporté aux graphismes. C'est alors que l'on se met à espérer sur l'histoire. Mais là aussi c'est raté ! Une guerre post-atomique, ardeur et Sobag qui se trimballe en moto pour rejoindre une ville, ils croisent des tarés à chaque fois et, et ben c'est tout. Il ne se passe pas grand chose, c'est long, pas intéressant et c'est à cause de cela que je n'ai pas pu lire la suite... Rare sont les série que je ne lis pas en entier pour savoir la fin, mais alors là c'est mission impossible !

13/06/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 2/5

"Ardeur" fait ses débuts dans "Charlie Mensuel" n° 124 de Mai 1979. Les quatre premiers épisodes narrent sa "fuite en avant", la peur au ventre, et les péripéties tragiques et angoissantes qui vont l'accompagner. Les deux autres opus mettent l'accent sur deux autres histoires parallèles : celles de l'impitoyable Ida Mauz et de Jack le Vengeur (!). Tout cela n'aurait pas été trop mal si... je n'avais pas accroché au style graphique. Désolé, comme une saleté d'arête de poisson qui me reste en travers de la gorge et qui m'empêche de déguster un plat qui me paraissait bien bon. J'ai eu plus l'impression de plonger dans un vieux film expressionniste allemand des années 20 que dans de la BD. Du noir et blanc en aplats qui forme une sorte de trame abstraite ; fort peu pour moi. C'est peut-être novateur dans l'esprit, mais faut que la forme suive. Et de cette forme, je n'y ai pas compris grand chose. Et pourtant, je suis un "bon lecteur". Certains m'ont dit cette série "vénéneuse" ; tant de par son contenu que de par sa forme. Ah bon ?... Je n'y ai vu -opinion perso- qu'une sorte d'ennui qu'une certaine "élite" va vraisemblablement porter aux nues (sans rien y comprendre, comme souvent). Désolé. Un jour peut-être ouvrirai-je à nouveau un de ces albums. Mais j'avoue n'y mettre pas trop d"ardeur". Les albums : Il y en a six, édités de 1980 à 1987 par les Ed. du Square, puis avec Albin Michel, puis par Albin Michel seul (qui reprend les six titres dès 1984, mais dont seuls les opus 4 à 6 sont des E.O.).

19/11/2006 (modifier)