Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Erma Jaguar

Note: 1.6/5
(1.6/5 pour 5 avis)

Madone des autoroutes, nouvelle Diane Chasseresse, nul(le) n'est à l'abri de cette seductrice errante.


Echo des Savanes Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Madone des autoroutes, nouvelle Diane Chasseresse, nul(le) n'est à l'abri de cette seductrice errante. Celui qui épousera Erma n'est pas au bout de ses peines...Ni de ses surprises. Quand Erma réinvente le code amoureux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1988
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Erma Jaguar
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

07/04/2005 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Véritable fantôme de la nuit, Erma Jaguar est une blonde à la sensualité troublante, dont le physique emprunte les traits de la chanteuse Annie Lennox, et qui, en reine de l'illusion, est en permanence à la recherche des plaisirs les plus fous et les plus pervers. Elle est le révélateur de nos fantasmes les plus inavoués. Les siens sont variés et vont du plus sophistiqué au plus glauque. Pour cela, elle hante les lieux insolites à bord de sa Jaguar : autoroutes de nuit, bars de routiers, Bois de Boulogne, quartiers chauds, chambres d'hôtels ou manoirs luxueux...tout ceci lui procure des émois graisseux ou soyeux. Je lisais ces ébats pervers dans L'Echo des Savanes entre 1988 et 90, mais j'avoue que ça ne m'attirait pas plus que ça; ce déballage pervers plus qu'érotique n'avait rien d'excitant car ce n'est qu'une suite de fantasmes et de perversions parfois sordides, de la dépravation de supermarché qu'on voyait parfois dans certains films "roses" des années 80, qui montraient l'ennui des riches venant s'encanailler dans des bouges. C'est exactement ça dans cette série où l'androgyne Erma moderne et branché vit ses fantasmes qui parfois tournent mal comme une sorte de grand frisson. Ce n'est donc pas une Bd faite pour s'exciter, simplement un catalogue de perversions en tous genres dont Varenne se libère grâce à un dessin littéralement magique et très reconnaissable, fait d'un noir et blanc soutenu par une trame. Alors oui, ça donne un graphisme velouté qui réinvente l'érotisme et une certaine sensualité qui va parfois très loin dans l'exploration des sens, mais de là à dire que c'est bandant, c'est une autre histoire. Mieux vaut garder son argent et lire ça en bibliothèque.

26/06/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Je qualifierai cette bd de réellement pathétique. Mais qu'est-ce que c'est au juste ? - C'est à mille lieux de ce que j'aime dans l'érotisme. On en a le souffle coupé ! - C'est d'une lourdeur absolue avec un dessin simpliste et grossier. - C'est disgracieux avec une femme qui ressemble à un homme. - C'est assez vieillot avec un côté absolument désuet. - C'est parfois des situations complètement ridicules qui se prennent au sérieux. - C'est également que de l'esbrouffe pour des effets qui tombent souvent à plat. - C'est ennuyeux car on se lasse très vite du récit qui essaye de sauvegarder un ton littéraire. - C'est l'anti-charme incarné. Bref, c'est mauvais !

01/09/2011 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 2/5

Erma ?... cette sorte de nouvelle "Diane chasseresse" s'offre (!) aux lecteurs dans le n° 58 de l'Echo des savanes de Février 1988. De quoi rêve-t-elle, Erma ?.. d'être quelqu'un mi-ange, mi-démon, femme et homme, de vivre à plein temps sa bisexualité. Varenne tente ici -par une belle maîtrise du noir et blanc quand même- d'initier le lecteur aux (ses) fantasmes divers, à une sorte d'érotisme un peu pervers aux travers de cases à la sensualité torride... Et puis quoi encore ?!... Sincèrement, y a pas de quoi fouetter (oh oui, oh oui...) un chat. On se fout carrément de ce qui peut advenir à cette Erma, à ce qu'elle pense, ce qu'elle fait. J'ai eu peine à finir les deux premiers tomes. Tout ça pour quoi ?... je n'en sais rien. Et Varenne le sait-il lui-même ?... Déçu que j'ai été de ces histoires (?) vraiment peu intéressantes. Restent le graphisme et les belles couvertures d'albums. C'est peu.

23/09/2007 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaendoul

Oula...Alors s'il y'a vraiment une bd que je n'ai pas aimé c'est bien celle là. Tout me déplait dans cette bd... Le dessin que je trouve moche, le scénario plat, et les mises en scènes ridicules. Je ne sais même pas si on peut la qualifier d'érotique... Bref, à éviter comme la peste!

07/04/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

"Erma Jaguar, un chef-d'oeuvre de l'érotisme onirique, glacé et sulfureux"... Mouais... C'est surtout pour moi une série érotique qui a très mal vieilli (elle date pourtant d'environ 1990). Le dessin de Varenne est particulier, pour ceux qui le connaissent. Je ne l'aime pas, même si ses femmes ne sont pas moches. Bon, disons que globalement ce n'est pas moche, mais bon, j'aime pas trop. Mais c'est surtout l'histoire que je trouve franchement bof, ici. Erma Jaguar, c'est la "femme" fatale mystérieuse qui se balade dans la ville en quête de situations où elle pourra montrer sa puissance de séduction et de domination, c'est l'intouchable qui fascine et domine autant la situation que les hommes et les femmes. Le récit est légèrement onirique dans le sens où certaines situations sont assez peu crédibles (exemple : Erma, pour impressionner une jeune femme, la "téléporte" devant le château de Versailles où a lieu une noce où elles s'incrustent sans soucis). Les scènes érotiques elles-mêmes sont peu crédibles tant Erma semble dotée d'une force de persuasion et de domination bizarre. En trois tomes, je n'ai dû voir qu'une ou deux scènes qui m'ont semblé assez émoustillantes, les autres me paraissant sans intérêt voire plus agaçantes qu'autre chose. J'étais d'autant moins émoustillé que l'auteur joue sur le fait qu'en réalité (vous vous en rendrez vite compte), Erma Jaguar n'est pas vraiment ce qu'elle semble être. Par dessus les marché, les dialogues et les textes narratifs sont particulièrement lourdingues, tentant de jouer à la fois dans le domaine lyrique et le domaine érotique et troublant : "elle descendit l'escalier, le sexe en avant", "elle caressa la carrosserie de la voiture comme une jambe sous une robe", "les phares de la voiture léchaient le bitume", etc... sans arrêt. C'en est presque ridicule. Tout le récit semble être un piédestal pour adorer une déesse érotique du nom d'Erma Jaguar, mais non seulement ce personnage arrogant ne me plait pas, mais en plus la vie et les aventures, sexuelles ou non, qu'elle vit ne m'ont pas intéressé.

07/04/2005 (modifier)