Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Raspoutine

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

De terribles secrets ésotériques contenus dans un manuscrit ancien vont changer la destinée d’un homme, d’une famille et de leur Empire : Raspoutine, les Romanov et la Sainte Russie ! Après le Raspoutine d’Hugo Pratt, voici celui de Tarek : charlatan ou génie politique ?


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Emmanuel Proust Éditions Russie

De terribles secrets ésotériques contenus dans un manuscrit ancien vont changer la destinée d’un homme, d’une famille et de leur Empire : Raspoutine, les Romanov et la Sainte Russie ! Après le Raspoutine d’Hugo Pratt, voici celui de Tarek : charlatan ou génie politique ? Grigori Efimovitch dit Raspoutine dérobe dans un monastère orthodoxe, un manuscrit qui contient les clés pour comprendre la Bible et l'Apocalypse selon Saint-Jean. L'arme absolue, selon lui, pour diriger les âmes et les êtres d'une Russie en proie au doute, et à la veille d'une révolution. Entre fiction et vérité historique, le destin d'un homme, d'une famille et de son Empire : Raspoutine, les Romanov et la Sainte Russie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Raspoutine
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

05/09/2006 | herve
Modifier


Par GiZeus
Note: 3/5

Seconde série de l'auteur que j'aborde, et seconde demi-déception. Avec Sir Arthur Benton et cette saga, j'ai dans l'idée que Tarek aime l'Histoire mais ne sait pas communiquer sa passion, tout du moins pas à moi. J'ai en effet rencontré quelques défauts rédhibitoires. Ce qui m'a le plus déplu, c'est la surabondance de voix off pour expliquer le contexte. Cela ôte entièrement l'aspect romancé et hache considérablement le récit. Du coup, j'ai trouvé toute l'histoire assez molle, bien qu'il y ait matière à broder. J'ai en effet l'impression que Tarek cherche à aller trop vite, ne prend pas le temps de poser son histoire et souhaite à tout prix rentrer dans le format trilogie de la collection EP. Et c'est d'autant plus dommage que l'on se retrouve avec des personnages sans personnalité. Ainsi, et bien que Raspoutine passe quelques années avec son secrétaire Johannes, on ne verra jamais de confrontation entre ces deux personnages, qui sont pourtant la clé de l'histoire. On assiste du coup à une simple succession d'événements, certes intéressants, mais dont l'intérêt est biaisé par des dialogues à mon avis assez décousus et la non explication de beaucoup de passages (Ro décrit parfaitement cela dans sa critique). Ceux-ci sont assez redondants et tournent souvent autour de la politique, trahissant uniquement l'unique but des protagonistes qui se divisent en deux camps: éliminer/protéger Raspoutine. Les dialogues, tout comme le scénario, ne font pas dans la finesse. Malgré l'alternance entre les points de vue, on sent une certaine linéarité dans la trame. Pire, certaines décisions sont prises sans débattre des conséquences. Quant au dessin, il ne me plait carrément pas. Beaucoup trop brouillon, pas assez travaillé au niveau des faciès, un manque de nuances assez dérangeant. Bref, je suis assez déçu par Raspoutine. J'ai néanmoins été tenu en éveil jusqu'à la fin, et malgré ce que vous avez pu lire ci-dessus, ma lecture ne fut pas si catastrophique. Mais ce ne sera certainement pas inoubliable.

26/02/2010 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Quand je pose la question à mon entourage de savoir qui était Raspoutine, les réponses sont souvent les suivantes : un être sanguinaire qui vivait en Russie au début du XXème siècle, un obsédé sexuel qui avait la réputation d’avoir un membre démesuré (une sorte de Rocco Siffredi vivant à cette époque !), une chanson de Boney M (véridique !) et un des personnages principaux de la bd Corto Maltese… A vrai dire, si Rasputine était un homme qui aimait les femmes et a vécu l’avant première guerre mondiale, il fut incontestablement un être bien plus fascinant que l’on croit au vu de la série bd créé par Tarek et Vincent Pompetti. Je vous laisse découvrir le début de cette bd où j’ai été très surpris de voir Raspoutine (de son vrai nom : Gregori Efimovitch ») endossé le rôle d’un religieux !… Pour être franc, je ne connaissais pas grand chose sur la vie de ce sibérien mais comme j’adore les séries historiques, je me suis plongé dans cette lecture avec beaucoup de curiosité et d’envie de connaître le destin de ce personnage qui a marqué cette époque. Je ne fus pas du tout déçu d’avoir lu cette bd même si un grand nombre d’interrogations demeurent après que j’en eusse feuilleté (je préfère de ne pas mettre de spoilers)… je pense même que je n’hésiterai pas à faire des recherches sur Raspoutine pour en savoir plus car c’est vraiment un être fascinant qui a influencé de nombreux énarques au début du XXème siècle ! Quant à la bd en elle-même, la lecture m’est apparue plaisante. Si le premier tome est assez ardu à suivre parce que l’histoire jongle entre plusieurs passages de lieux et de personnages différents, les autres albums sont plus faciles à suivre car le scénario est plus linéaire. Graphiquement, le dessin épuré de Vincent Pompetti sert bien cette histoire, son coup de patte rappelle –à mon avis- celui d’Emmanuel Guibert. Les personnages sont représentés de façon suffisamment différente pour que les lecteurs les distinguent au premier coup d’œil. Les décors sont eux-aussi suffisamment détaillés. Seule, la mise en couleurs ne m’est pas apparue suffisamment adaptée à l’intensité dramatique des différentes séquences dans le premier tome. Si vous êtes intéressés par des protagonistes qui ont marqué leur époque, je pense que vous aimerez cette série car Raspoutine est réellement un être captivant et parce que les auteurs ont réussi à me transmettre leur fascination pour ce personnage. Cependant, ne vous attendez pas à découvrir tout sur Raspoutine dans cette bd car il restera beaucoup d’interrogations sur ce personnage quand vous terminerez sa lecture… pas grave car ça m’encourage à aller chercher des informations ailleurs ! « Raspoutine » est une série que je conseille vivement à tous les amateurs d’histoire ! Note finale : 3,5/5

25/11/2008 (modifier)
Par ukko
Note: 4/5

J'attendais cet album depuis longtemps, et je n'ai pas été déçu, au contraire ! Le graphisme est très beau et maîtrisé, et franchement ça fait plaisir de voir des visages aussi différents et expressifs. Ca change des habituels moules ! Rien que ça, l'histoire gagne en vie, malgré une colorisation parfois un peu plate (mais ça semble volontaire, et par ailleurs, certaines planches sont très belles je trouve). Ensuite Tarek connaît son sujet et le traite avec distance, grâce à l'introduction du Vatican et d'un manuscrit secret aux pouvoirs étranges. Il n'y a pas vraiment de bons ou de mauvais, mais plutôt une lutte d'intérêt dont on a hâte de voir l'aboutissement. Avec ce tome d'introduction bien mené, avec le charismatique et énigmatique Raspoutine, sorti de sa steppe pour voyager à travers les contrées pour aboutir vers un destin que l'on sent dramatique pour la Russie... en espérant la suite !

13/09/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Raspoutine, un nom qui sonne comme une légende à mes oreilles, magnifié par le Raspoutine sorcier de Hellboy, humanisé par le Raspoutine de Corto Maltese, amplifié par le Raspoutine cruel de Canardo, et tout simplement rendu mystérieux par tout ce que l'Histoire nous apprend et nous dissimule de l'existence ambiguë du vrai Raspoutine, côtoyant et conseillant les plus grands de la Turquie à la Russie des derniers tsars Romanov. C'est donc avec un véritable intérêt historique que j'ai entamé ma lecture de cette série. Et sur ce plan-là, je suis heureux car c'est bien sa biographie, légèrement romancée avec l'ajout du vol d'un antique parchemin chrétien, qui nous est narrée là. Amateurs d'histoires et curieux de découvrir le parcours d'un personnage à la fois fameux et mystérieux de l'histoire, vous serez ravis de découvrir cette enquête sur la vie et le cursus politique et religieux de Gregori Efimovitch dit Raspoutine. Nous le suivrons des montagnes Syriennes en 1903 jusqu'à sa mort en 1916 à Petrograd, découvrant à quel point il a su s'immiscer dans les sphères les plus influentes à chaque étape de sa vie. L'ennui, le véritable ennui pour moi, c'est qu'autant nous le voyons conseiller les puissants et s'acoquiner avec leurs femmes, autant cette BD ne nous explique absolument pas comment il agit et ce qui fait son incroyable pouvoir séducteur. Et cela parait presque comme une facilité scénaristique à bien des moments. Raspoutine arrive à Istanbul et aussitôt le sultan croit dur comme fer à ses prémonitions inventées. Raspoutine arrive à Moscou et presque aussitôt il est désigné comme successeur d'un saint religieux. Raspoutine rencontre le Tsar et aussitôt sa femme est subjuguée par lui et le Tsar en fait l'un de ses proches. Comment fait-il ? Comment se fait-il qu'il passe pour un grand religieux auprès de presque tous ? Nous n'en saurons rien et c'est très frustrant car on suit sa vie sans réellement la comprendre finalement. Le dessin, de son côté, est inégal. Pompetti a un style bien à lui qui donne un certain charme à ses personnages. Mais ceux-ci ne sont pas toujours très réussis. De même, les décors alternent jolies prises de vues et perspectives ratées. Les couleurs, quant à elles, sont très moyennes à mes yeux. Bref, un sentiment en demi-teinte à mes yeux à la lecture de cet ouvrage, mais je l'ai néanmoins lu avec grand intérêt, très curieux de découvrir cette biographie qui nous est vraiment dévoilée ici.

11/09/2006 (modifier)

Une belle surprise, avec Tarek qui continue dans l'historique et en Russie, cette fois c'est le Raspoutine authentique qui montre son nez ! Lentement l'ascension de cet escroc charismatique change la donne dans la noblesse russe, et les espions se succèdent autour de lui... On a envie d'en savoir plus, d'autant que le dessin au contraire de l'avis précédent, apporte un plus avec ces expressions caricaturales et son trait esthétique. Bref on plonge dans l'ambiance de cette Russie du début du siècle sans problème...

07/09/2006 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Tarek, le scénariste, aime l'Histoire, et surtout aime jouer avec l'Histoire. Après Sir Arthur Benton, sa série phare, voici donc l'histoire de Raspoutine. (la Sainte Russie est par ailleurs le théâtre d'une autre de ses productions, Le Tsar Fou, publié récemment chez le même éditeur) Dans ce premier volume, c'est un aspect assez méconnu du Tsaretz qui nous est relaté : son ascension dans la famille impériale. Malgré un dessin assez simple et des transitions parfois abruptes entre deux scènes, j'ai accroché à cet opus. Car il ne s'agit pas d'une simple biographie mais plutôt une enquête sur un manuscrit volé, celui de la prophétie d'Isaïe, tant protégé par le Vatican. Ce qui n'est pas sans rappeler le "Nahik" du Décalogue, ou encore "le testament du fou" du Triangle Secret. (mais la série, contrairement à celles citées ne s'étendra que sur trois volumes) Un reproche par contre au niveau du scénario, c'est le grand nombre de personnages ou d'intermédiaires envoyés par le Vatican. A chaque "missi dominici"correspond un double chargé de le surveiller. Cela en fait du monde, et parfois on s'y perd. Histoire bien menée et prenante. A suivre avec intérêt.

05/09/2006 (modifier)