Métropolis

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 8 avis)

Une des premières oeuvres de Tezuka (1949).


Kodansha Péchés de jeunesse Shonen Tezuka

Suite à l'apparition de taches noires à la surface du soleil, Mitchii, le plus merveilleux robot jamais créé, reçoit la vie. Mais sous sa beauté angélique se cachent des pouvoirs diaboliques dont cherche à s'emparer le Duc Rouge. Cela ne sera pas sans conséquences sur la grande Métropolis et ses habitants...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Métropolis
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

30/09/2005 | steamboy13
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Tezuka affirme dans une postface ne s’être inspiré du génial film de Fritz Lang qu’à travers une simple image entraperçue dans un magazine durant la guerre. Et, en effet, on est loin ici de l’expressionnisme allemand ! Si influence il y a eu, il faut sans doute les chercher du côté des Etats-Unis, au travers des super-héros, ou d’une imagerie disneyenne (Mickey par exemple). Mais bon, cette œuvre de jeunesse de Tezuka fait bien son âge. Publiée il y a plus d’un siècle, au moment où Tezuka « faisait ses gammes », elle souffre aussi clairement de la comparaison avec ce qui s’est publié depuis dans le même genre. Cette histoire de Duc Rouge, de taches sur le soleil, du petit robot Mitchii et du progrès de la science (vision forcément datée, et en tout cas moins poétique que celle de Verne) ne m’a pas vraiment passionné. C’est de l’aventure vieillotte et pas très inspirée, qui ne peut ravir que les inconditionnels de Tezuka – et encore doivent-ils être indulgents.

31/03/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une oeuvre de jeunesse de Tezuka. Comme plusieurs, j'ai d'abord vu le film qui est bien mieux que le manga original, mais cela ne veut pas dire que j'ai trouvé le scénario totalement inintéressant. J'aime bien le personnage du Duc et de la fille robot. C'est juste dommage que l'histoire soit un peu trop courte pour développer des idées intéressantes, mais cela se laisse lire sans problème. Le dessin de Tezuka manque un peu de maturité, mais je le trouve dynamique et j'aime son côté rétro.

16/06/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Métropolis est un manga one shot d'Osamu Tezuka qui s’inspire directement de l’univers crée par le cinéaste allemand Fritz Lang. La comparaison va s’arrêter là car l’univers du mangaka est purement naïf et déconnecté de toute réalité. Certes, il est bien question d’un petit robot à l’apparence humaine qui évolue dans une grande mégalopole. Cependant, on ne découvre pas la richesse de l’œuvre du cinéaste en avance sur son temps qui décortiquait la ville basse au peuple et les hauteurs de la ville aux classes dirigeantes. Osamu rend un hommage à l’Occident alors que la période de l’occupation américaine de l’archipel nippon n’était sans doute guère propice à cela. Se faisant, il s’affranchissait de toute rancœur pour épouser un nouveau modèle. On voit d’ailleurs un clin d’oeil assez marqué à Mickey et Disney. Bref, l’influence est bien celle des comics où il est question de super héros avec de grands pouvoirs. Je dois dire que la fin de ce one shot m’a surpris car ce n’est guère conventionnelle. Le mélange est surprenant. Je pardonnerais toutes les facilités scénaristiques et le côté extrêmement naïf de l’une des premières œuvres de celui qui est aujourd’hui considéré comme l’un des grands maîtres du manga sinon le plus grand.

24/09/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Je n'avais jamais lu de Tezuka parce que dès que j'en feuilletais un en librairie j'étais rebutée par le style du dessin que je n'aime pas du tout. J'avoue que j'ai du mal à sortir le porte-monnaie pour une BD qui esthétiquement ne me plait pas, même si tout le monde ne pense que du bien de son auteur. Et pourtant je sais que je suis 100 fois plus déçue par une belle BD au scénario creux que l'inverse… mais le scénario, on ne peut le juger qu'à la fin de la lecture, contrairement au dessin. Bref, mon fournisseur officiel m'a prêté "Métropolis" pour m'initier à Tezuka et honnêtement je ne pense pas que ce soit le meilleur choix pour commencer. C'est une œuvre de jeunesse qui est à mon avis plus destinée aux fans de l'auteur qu'aux novices. Le seul passage que j'ai vraiment aimé c'est le tout début avec le résumé de l'évolution des espèces : après ces quelques pages, j'étais vraiment enthousiaste, mais la suite est vraiment trop dans le style cartoon du début du XXème siècle, avec l'intrigue qui saute du coq à l'âne et l'action qui progresse à vitesse grand V entre deux cases comme par magie (comme par exemple la page où le Duc Rouge est démasqué parmi les inspecteurs chargés de l'enquête). Il faut dire aussi que j'avais vu il y a quelques mois le très beau dessin animé de Rintarō adapté de la présente œuvre et franchement, "y'a pas photo"… Je n'abandonne pas mon envie de découvrir Tezuka pour autant, je suis persuadée que je trouverai chaussure à mon pied dans ses œuvres plus récentes.

09/08/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Métropolis, hommage au film du même nom de Fritz Lang mais qui n'a rien à voir comme l'indique Tezuka dans sa postface, n'est clairement pas un indispensable de l'auteur. Ce manga fait partie de ses premières publications dans la très riche bibliographie qui sera la sienne, et on le sent. Le scénario est bien construit mais assez orienté "pour les enfants", les rebondissements sont faciles, l'humour est bien présent comme souvent chez Tezuka avec des clins d'oeil divers et variés. Le Duc Rouge menace la stabilité de la terre après avoir créé des taches noires à la surface du soleil. Des phénomènes étranges apparaissent alors. Tezuka fait un petit clin d'oeil à Disney avec ses méchants Mickey, c'est assez drôle. Le jeune Mitchii est un des personnages au centre de l'histoire, celui-ci est un androïde au coeur d'or et très candide qui fait immanquablement penser au futur Astro Boy. Bref c'est un manga assez court, l'auteur avait une contrainte de 160 pages de la part de son éditeur, qui se lit bien mais qui n'a pas grand chose à voir avec le dessin animé du même nom de 2001. Intéressant tout de même pour l'amateur de l'auteur que je suis.

05/07/2009 (modifier)
Par Lemoine
Note: 2/5

Mon avis rejoint celui de Rody. J’aime Osamu Tezuka, que je considère comme l’un des grands du manga, mais je n’ai pas accroché à cette série. Il faut dire qu’elle a été faite quand l’auteur était jeune. Elle n’a pas la maturité scénaristique qu’on retrouve dans d’autres œuvres du grand Tezuka. Le dessin n’est pas très beau, mais il possède une naïveté que j’aime bien.

11/08/2008 (modifier)

Ayant adoré l'adaptation cinématographique de Rintarô, je m'étais jeté sur l'oeuvre originelle. Grand mal m'en a pris : j'ai beau un grand admirateur de Tezuka, ses oeuvres de jeunesse sont à mes yeux très en dessous tout ce qu'il a pu réaliser par la suite. Metropolis a été réalisé à la même époque que Les sept boules de cristal, l'un des albums mythiques de Tintin... He bien... pfffiou... Tintin, c'était vachement mieux : mieux scénarisé, mieux écrit, bref plus intéressant (et pourtant, je ne suis pas un grand fan, j'aime bien, sans plus). Metropolis est à réserver exclusivement à ceux désireux d'en connaître un peu plus sur la naissance du manga moderne au Japon. Les autres risquent de trouver ça vieux et sans grand intérêt, même pour de jeunes enfants. Les deux autres types de la série (Lost World en un tome, et Next World en deux tomes) ne sont guère plus inspirés.

06/06/2008 (modifier)

Qu'il est bon de découvrir cette oeuvre de jeunesse de Tezuka. Malgré un scénario facile et qui part un peu dans tous les sens, on sent l'humanisme qui se dégage de Métropolis. Tezuka utilise déjà ici, nombre d'éléments que l'on retrouvera dans ses oeuvres futures. Comment ne pas penser à Astro quand on voit Michii? Et puis le fameux personnage arborant moustaches et franchise sur le visage, ce personnage si rond et si bonhomme qui symbolise le bien chez l'homme et que l'on retrouve ensuite dans pas mal d'autres oeuvres du maître est déjà présent. Ainsi que le fameux monocle, le méchant de l'histoire qui affiche le visage du mal. Cela peut paraître, facile, puéril voir un peu manichéen, il n'en est rien, cette oeuvre d'avant-garde réserve son lot de surprise avec son univers fourni et riche et sa fin pleine d'espoir. Les dessins sont tout en ronds et courbes, le style de Tezuka est empreint de références au Disney de la grande époque. Si l'aspect est un peu simple cela reste très inventif, les détails graphiques amusants sont nombreux. Bien sûr Tezuka a fait largement mieux ensuite, et on est loin de la richesse d'un Bouddha par exemple, mais si vous aimez l'auteur, Métropolis est un incontournable, un des manga fondateur du genre.

30/09/2005 (modifier)