Tintin (Les aventures de)

Note: 3.84/5
(3.84/5 pour 138 avis)

Extrait du Livre de Benoît Peeters “Le monde d’Herge” chez Casterman “Une fois de plus, c’est la même scène qui recommence: à plat ventre sur mon lit, un album entre les mains, je suis en train d’oublier, à mesure que je m’enfonce dans la lecture, cette histoire que je connais par coeur pour l’avoir lue plus de cent fois. C’est une après-midi de vacances ou un soir... ... Ai-je six ans?, en ai-je vingt? ou bien déjà cinquante? Rien ne permet de le savoir tant se fondent à ce moment toutes ces heures de lecture, comme si jamais il ne m’était arrivé de lire les albums pour la première fois mais que toujours ils avaient fait partie de moi, chaque lecture convoquant nécessairement le souvenir de toutes celles qui l’on précédée. Et peut-être est ce là, l’origine du charme sans pareil de ces livres que nous avons aimés dès l’enfance. Livres dont le pouvoir d’envoutêment n’apparaîtra jamais de la même manière à ceux qui, adultes, les découvre pour la première fois. Peut-être, après tout ne peut on parler de Tintin qu’à ceux, heureusement innombrables, qui le connaissent depuis toujours.


BDs adaptées en film Best of 1930-1939 Ecole Estienne Paris Journal Tintin Les BDs à papa Les Pionniers Les Roux ! Ligne Claire On en parle...

C'est vers la Russie soviétique que Tintin va diriger ces premiers pas, accompagné de son chien Milou. Tout au long des albums. Nous allons découvrir à travers de formidables aventures, des poursuites, des enlèvements, des recherches de trésors, des voyages au bout du monde et rencontrer de nouveaux personnages que nous apprendront à connaître au fil des albums. Un album inachevé termine les aventures de Tintin. Hergé disait sur "Tintin et l'Alph-art" - " je songe à mon prochain Tintin. J'ai une idée, ou plutôt, une fois encore, j'ai un lieu, un décor: j'aimerais que tout ce passe dans un aéroport, du début à la fin. L'aéroport est un centre riche de possibilités humaines, un point de convergence de diverses nationalités: le monde entier se retrouve en réduction dans un aéroport! Là, tout peut arriver, des tragédies, des gags, de l'exotisme, de l'aventure... "

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1930
Statut histoire Une histoire par tome 24 tomes parus
Couverture de la série Tintin (Les aventures de)
Les notes (138)
Cliquez pour lire les avis

19/08/2001 | pedro
Modifier


Par Salluste
Note: 5/5

- Mes chers amis internautes, au nom de tout l'équipage, je vous remercie... - Oh, ne vous fatiguez pas Capitaine. Nous ne figurons même pas parmi les immanquables de Bdthèque. - Mille milliards de mille sabords ! Que dites-vous là, Tintin ! Quels sont donc ces sapajous, ces moules à gaufres, ces bachi-bouzouks... - Ne vous énervez pas Capitaine. Peut-être est-ce tellement évident qu'ils n'y pensent même pas. Peut-être aussi sommes-nous un peu trop datés pour les nouvelles générations. - C'est sûr que s'ils commencent par vos premières aventures, ils ne doivent pas être très enthousiastes pour lire la suite. - Il est vrai qu'avant « Les cigares du Pharaon », je n'ai pas de quoi me vanter, Capitaine. - Les cigares, humm...Pour citer le président Clinton, je dirais que le meilleur des cigares ne vaudra jamais une bonne vieille pipe. Après tout, c'est lorsque j'arrive, que vos aventures confinent aux chefs d'oeuvre du 9e Art. Ce grand réalisateur américain ne s'y est pas trompé. D'ailleurs je pense qu'on devrait dire « les aventures de Tintin et du capitaine Haddock ». N'en déplaise à Milou. - Ho Capitaine ! Vous savez comme ça me rend triste de penser à ce pauvre Milou depuis que je l'ai fait piquer... - Ah Tintin...je ne voulais pas vous blesser. Je l'aimais bien aussi ce sac à puces. Et vous n'aviez pas le choix, il était impossible que son état s'améliore... - Ha non ! Pas la Castafiore ! Saperlipopette ! Elle nous les a assez brisés menues avec ses bijoux ! - Je dirais même plus : elle nous a assez bruger les minous avec ses bises ! - Professeur ! Dupond ! Vous êtes réveillés...Nestor, allez chercher leurs médications s'il vous plaît. Et ne vous trompez pas cette fois ! Vous vous rappelez Capitaine lorsqu'il leur a donné par erreur vos pilules bleues...vous savez celles pour la toux. - La toux, humm...du diable si je m'en souviens ! Après ça, pour faire les zouaves, ils ont fait les zoua...Heu, Nestor ! Amenez les calmants pour Tryphon aussi ! Non, voyez-vous mon vieux Tintin, ce qu'il nous faudrait, ce sont de nouvelles aventures pour nous relancer. - Ooh, je ne sais pas Capitaine. Quand je vois le résultat avec nos amis Astérix, Luke, Blake et Mortimer... - Humm, vous n'avez pas tort mon vieil ami, vous n'avez pas tort...allons, tout ceci m'a donné soif...je vous sers un verre ?

27/05/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Tintin était une de mes séries préférés lorsque j'étais jeune, mais lorsque j'ai grandi j'ai trouvé Tintin moins intéressant même si je trouvais que c'était toujours une bonne série. Elle ne faisait juste plus partie de mes séries cultes. Puis récemment je me suis mis à relire, après plusieurs années, les albums de cette série et j'ai même relu plusieurs fois certains albums car je me suis aperçu que j'aime autant Tintin que lorsque j'étais petit. Certes, la qualité des albums est inégale, surtout dans les premières années, mais globalement j'adore les albums. Les scénarios se lisent très bien et j'ai autant de plaisir à les relire même après des dizaines de fois. Le dessin est riche en détails, mais le point fort selon moi vient de la galerie des personnages qui est une des meilleures de la bande dessinée. J'adore les personnages de Tintin, des personnages principaux aux personnages qui n'apparaissent que lors d'une scène. Et puis si le personnage titre est le moins intéressant des personnages, je lui trouve maintenant un côté sympathique alors qu'avant il m'ennuyait un peu. Un autre truc que j'aime bien dans cette série c'est qu'à travers les albums on peut voir un peu l'évolution du 20ème siècle. Tintin est un univers riche et c'est dommage que Hergé n'ait pas fait plus d'albums. J'aurais aimé avoir plus d'album avec Rastapopoulos et Abdallah par exemple ou revoir des personnages utilisés qu'une seule fois. C'est dommage d'ailleurs qu'il ne réutilisait pas trop ses personnages dans ses premiers albums. Mais bon la qualité prime sur la quantité.

05/09/2007 (MAJ le 26/04/2016) (modifier)
Par Miguelof
Note: 5/5

Comme disent les conseils du site, la note 5 doit être reservée pours les BDs absolument cultes, hors du commun, qui marquent de leur empreinte la culture BD. Je ne connais pas une meilleure description. Cela sert comme un gant a Tintin d'Hergé. Plus que ça, seulement le Spirou de Franquin! C'est le XXéme siécle tout entier que vous y trouverez: ce qu'il a eu de bon et de mauvais... Ce que j'aime bien faire: comparer les différentes versions au fil du temps. Toute une leçon en histoire, politique et BD. Et puis c'est le meilleur de la ligne claire européenne, c'est pas peu...

08/06/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 5/5
L'avatar du posteur sloane

J'arrive donc pour poser le 136ème avis. Les gouttes de sueur perlent à mon front! Tintin est un monument. Bien sûr qu'il est culte mais pour des raisons qui diffèrent selon le posteur. Dit comme ça, cela ne veut rien dire et pourtant! Le lecteur de Tintin pourrait à mon sens se distinguer en deux catégories principales, ne vous fâchez pas! Les premiers: Ceux qui, comme ils le disent, ont appris à lire avec lui, ceux qui sont nés et ont eu la possibilité de lire les albums au moment de leur sortie ou du moins de n'être pas trop vieux pour les découvrir dans leur presque époque. Ceux là resteront à jamais des inconditionnels et Messieurs Dames, oh combien je vous comprends. Soyons clair, vous découvriez la BD : des cases savamment ordonnées, des personnages sympathiques et rigolos et de l'aventure. Un auteur vous emmenait au pays des Soviets, en Amérique, au Congo et même sur la Lune. J'avoue que comme diraient des jeunes d'aujourd'hui dont je ne suis plus: "Ca déchirais grave". Les seconds: Ils ont découvert Tintin à une époque ou la plupart des albums historiques, indispensables, étaient déjà parus. Leur sens critique, et n'y voyez rien de désobligeant de ma part, n'était plus le même que le vôtre. Le monde avait évolué, l'histoire du monde avait changé et quelques événements majeurs avaient eu lieu. Alors oui, Tintin est culte car il a apporté à la BD un souffle, une dimension que l'on n'avait jamais vu auparavant. Il n'a rien renouvelé, il à crée un style dont on sait qu'il à fait quelques émules. Avouons objectivement qu'il y a des albums moins bons que d'autres, que l'humour n'est pas la qualité première de notre héros et j'en passe point n'est besoin de trop insister sur tout ça. Juste un petit point concernant un commentaire précédent qui nous dit concernant "Tintin au Congo", que le racisme de Hergé est parfaitement excusable car il vivait " à son époque". Spécieux l'argument! je vous laisse mouliner du neurone. Au final, ben j'ai pris du plaisir à lire Tintin , mais comme dit plus haut pas tout. Aujourd'hui, vraiment à l'occasion je relis : les mêmes. Pis bon rien à voir, mais comme il y a eu la guerre des Stones Vs les Beatles, je préfère Astérix. Merci Tintin!

07/09/2014 (modifier)
Par Thobias
Note: 2/5

Gamin j'aimais bien. Maintenant ça m'indifère. Un album comme Tintin au congo ne peut que mettre mal à l'aise. Je trouve le dessin sans intérêt et le personnage principal des plus fadasses. Reste que ça a bercé mon enfance et que les personnages secondaires (le capitaine Haddock et Tryphon Tournesol en particulier) sont savoureux. L'humour est parfois assez lourd et répétitif: les Dupondt et Séraphin Lampion par exemple. 2 étoiles pour la nostalgie et les jurons d'Haddock.

22/05/2014 (modifier)
Par Pedrolito
Note: 5/5

Tout dans cette série relève du culte. Qui n'a jamais entendu les insultes du capitaine Haddock ? Les "Bachibouzouks", "Moules à gaufres", "Ectoplasme" et autres mériteraient leur place dans bien des dictionnaires quand on voit ce que l'on peut y entrer dernièrement... Qui n'a jamais ri à cause des Dupont(d)... Je dirais même plus, qui n'a jamais ri à cause des Dupond(t)... N'oublions pas ce vieux fou de Tournesol qui ne comprend jamais rien et emmène bien malgré lui ses compagnons d'aventure....justement dans toutes sortes d'aventures! Bon et il y a aussi Tintin...et Milou. ...Bref, c'est bien et c'est bien là l'essentiel, pas besoin d'en dire plus, la série parle d'elle même.

23/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà, pour mon trois-centième avis sur le site, c’est un des « incontournables « de la bande dessinée que je me décide enfin à aviser. En allant un peu à contre courant de la majorité de mes prédécesseurs. C’est que je ne sais pas trop quoi en dire. C’est une série historique, qui a eu, avec le magazine éponyme, une importance non négligeable dans le développement du neuvième art, c’est évident. Lorsque j’étais enfant, mon frère et moi avions l’intégrale des « Astérix » et des « Tintin ». J’ai hérité des premiers, mon frère des seconds, et c’est tant mieux ! En effet, je trouve les premiers tomes quasi illisibles aujourd’hui, emplis qu’ils sont des préjugés d’Hergé et des milieux droitistes qu’il fréquentait à l’époque. L’anti-communiste primaire du pays des Soviets, les préjugés racistes de Tintin en Amérique, du Lotus bleu et de Tintin au Congo ne passent plus, heureusement (mention spéciale pour ce dernier album : voir l’épisode du train qui a déraillé opposants les « blancs » Tintin et Milou aux « sauvages » à l’accoutrement et au langage enfantins). Tintin lui-même est pétri des valeurs boy scout de ses débuts (dans la lignée de Totor). Mais Hergé a évolué, et fait évoluer sa série. Le personnage plutôt terne de Tintin s’est vu entouré d’indispensables seconds rôles (comme Spirou, Lucky Luke ou Astérix l’ont fait, et souvent mieux d’ailleurs). Les Dupon(d ou t), Tournesol insufflent un peu d’humour et de folie, par une certaine inadaptation au principe de réalité. Mais c’est surtout le personnage du capitaine Haddock qui est la bonne trouvaille. En effet, cet esthète du juron, alcoolique à ses heures, est le parfait pendant de Tintin, surtout quand des troisièmes couteaux comme la Castafiore, Habdallah ou Séraphin Lampion, voire ce faux dur de Rastapopoulos ou son sbire Alan interviennent pour lui faire perdre le peu de sang froid qu’il possède. Bref, la deuxième partie de la série est clairement plus présentable (il m’arrive encore parfois d’en relire certains), mais je ne peux dans son ensemble pas du tout la considérer comme culte, loin de là. Je lui aurais probablement attribué spontanément deux étoiles, un gros Bof à l’arrache si je m’en tiens à la série dans sa globalité. Tintin appartient à l’imaginaire collectif, certes. Mais n’a-t-on pas là une certaine survivance du signe à la chose signifiée ? Lit-on autant Tintin que ça ? En tout cas je ne fais plus partie depuis très longtemps des accrocs de la série ! Mais voilà, par faiblesse, je lui reconnais une importance historique, et la nostalgie de mes lectures d’enfance me fait lui attribuer trois étoiles. PS: la gestion très mercantile de l"héritage par les héritiers de chez Moulinsart, criant au crime de lèse-majesté à tout propos (surtout il est vrai lorsque les intérêts financiers sont en jeu, mais aussi lorsque quelqu'un s'écarte de la doxa officielle) ne rend pas l'univers plus attractif, et sclérose l'imaginaire qui en découle, tout en déversant des tonnes de produits dérivés ad nauseam...

22/01/2014 (modifier)
Par Jul
Note: 3/5

Bon alors Tintin ... Par où commencer une critique de ce monument intouchable archi-mega-supra culte de la bd franco-belge (enfin belge) et de la bd tout court. C'est assez ardu tant cette œuvre d'Hergé a été lue par tout le monde (les parents, les enfants, les grands-parents, le facteur, l'epicier comme le clochard au coin de la rue), analysée, re-analysée, décortiquée .... pffouuu Pour ma part j'ai été bercé comme tout le monde par ces aventures dès mon plus jeune age. Cela fait partie de l’inconscient collectif de tout fan de bd (Le temple du soleil, Tournesol, Haddock, Tchang, Le lotus bleu, la fusée à damier rouge et blanche, le vol 714 pour Sidney, la Castafiore, bref ... ). Inutile de revenir dessus. Même si je n'ai jamais été fan (une fois d'autres séries découvertes comme Gaston Lagaffe, Astérix ou Spirou par exemple, Tintin je n'en avais plus rien à faire) cet univers doit être assez fort pour être devenu si marquant pour tout le monde. Hergé a créé la ligne claire qui a apporté un côté sérieux et technique. Je n'en sais trop rien car je n'ai jamais été très adepte du côté sérieux et carré de Tintin, ni des bouquins d'analyse (par Peeters notamment), ni d'oeuvres parralèles à la série comme Tintin chez les Soviets ou Tintin et l'Alph-art. Cela m’ennuie. En clair je n'ai jamais été fan de Tintin mais je reconnais son importance et on ne peux que s'incliner devant l'influence énorme que cette œuvre a eue dans le monde du 9ème art et dans l'esprit de chacun.

18/09/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Encore un avis sur Tintin, hein. « Hauts les mains coquins ! » Et ben ouais j’aime bien Tintin. Hergé était-il raciste ? Ouais sans doute un petit peu et je m'en fout, je n'arrive pas à lui en vouloir et de toute façon c'est un débat moisi. A propos de Tintin au Congo soyons honnêtes, la série en elle-même fait partie des lectures de notre enfance, en tout cas en ce qui me concerne. Demandez à un enfant d’expliquer ce que c’est que le racisme, il ne saura pas vous répondre, c’est une idée qui lui est étrangère, et pour lire Tintin au Congo et comprendre que c’est une BD raciste et pro colonialiste il faut avoir un certain niveau de maturité et d’intelligence que n’a pas un enfant. Bon forcément maintenant je trouve cet album assez puant mais gamin ce que je constatais surtout c’est qu’il s’agit sans aucun doute de l’album le plus chiant de la série. Rien de plus. Bon pour les autres albums, Hergé a changé et ça se voit. Le Lotus Bleu est une merveille du 9ème art, ça balance pas mal sur la Chine communiste et les totalitarismes. De même sur Tintin chez les Picaros où il dénonce plus sur le ton de l’ironie cette fois (au bout du compte Tintin et ses potes remplace un dictateur par un autre, c’est très très con de sa part mais ce n’est pas un personnage très finaud non plus). C’est sûr, si Tintin sortait de nos jours, je trouverai ce héros bien ringard et j'aurai envie de lui jeter de la caillasse mais bon, il faut le replacer dans le contexte et son époque. Ceci n’excusant pas tout bien sûr mais ça permet de mieux comprendre. Ce que j’aimais surtout c’était les dessins animés qui passaient sur France 3 dans les années 90. Des épisodes bien chiadés, une musique entrainante et des voix originales qui sonnent juste. J’ai eu beaucoup plus de mal avec le film de Spielberg et Jackson, trop éloigné de l’esprit de la série par son côté abracadabrantesque et mélange des albums en un seul film. Enfin, qu’on aime ou pas, culte !

26/08/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

100ème avis sur le site, je me risque sur le petit reporter à la houppette. Doit-on encore présenter Tintin ? Je vais essayer de ne pas être trop long. Il est clair que Tintin a marqué la planète BD en dépit de ses défauts, et qu'il a bercé l'enfance de plusieurs générations de tous âges depuis 1929, date de sa création. Des récits malhabiles dans le graphisme et l'esprit comme "les Soviets" ou "le Congo" jusqu'aux chefs d'oeuvres que sont le diptyque "Objectif Lune", "l'Affaire Tournesol", "les Bijoux" et "Coke en Stock", Hergé a réussi à donner à son héros une véritable aura, et ce dès le Lotus Bleu, qui plonge dans l'actualité. La série a gagné en puissance et en sérieux et crédibilité au fil des albums, dénonçant ça et là l'invasion japonaise en Chine, les dictatures sud-américaines, l'esclavage ou l'exclusion. Pourtant Tintin ne remet rien en cause, ne soulage pas les peuples et ne propose pas d'alternative aux inégalités, il affronte avec son âme de boy-scout héritée de son créateur la complexité du monde. Tintin est la bonne conscience de la société qui incarne la générosité, la fraternité, l'amitié en défendant des valeurs saines. Reconnue comme étant une réussite majeure de la BD mondiale, l'oeuvre d'Hergé est devenue au gré de nouvelles générations de lecteurs, intemporelle et universelle, elle est rassurante pour l'enfant, réconfortante pour l'adulte. Tintin fait partie de la mémoire collective, surtout si on l'a lu enfant, on entretient avec lui un lien spécial qui dure toute une vie, même si certains s'en détachent. Pourquoi ce personnage fascine-t-il tant les sociologues, les observateurs et les autres ? Hergé lui-même avouait ne pas comprendre. Plusieurs raisons: * Il a su créer un univers riche pouvant être abordé sur plusieurs plans, à la fois sérieux (grâce à sa documentation) et divertissant, mêlant adroitement le ludique à la réflexion. Ces aventures à l'exotisme souvent suranné ont forgé une vision et un imaginaire dont l'enfant a pu se faire une image de l'univers, basé sur le rêve et l'évasion. * les continuelles améliorations et remises à jour d'albums ont joué un rôle important dans ce succès durable; grâce à sa maturité de trait, Hergé a totalement ou partiellement redessiné certains épisodes, ainsi les enfants des nouvelles générations sont à l'aise dans une série modernisée pourtant déja appréciée de leurs parents ou grands-parents. * l'immense cortège de personnages secondaires constitué au fil des années, d'innombrables acteurs ou figurants tous très typés qui forment une sorte de "comédie humaine" et qui évoluent autour du personnage central de Tintin, héros un peu falot il faut l'avouer, et considérablement débordé par l'imposante personnalité du capitaine Haddock, au départ faire-valoir, qui a pris un énorme ascendant sur le héros s'étant retrouvé parfois en situation de faire-valoir à son tour. Source continuelle d'effets comiques, pourvoyeur de jurons célèbres (365 répertoriés je crois), détenteur de tous les vices que Tintin n'a pas. En redessinant les albums qui techniquement avaient vieilli, Hergé n'a rien changé aux caractères : l'ivrogne au grand coeur, les 2 flics idiots, le prof distrait, la diva égocentrique, l'assureur casse-pied, le valet flegmatique, le ruffian mielleux, le marchand affable.... * Tintin n'a pas d'âge, pas de passé, pas de famille, pas de fiancée, même son nom n'est pas sérieux, il n'existe que pour l'aventure, et ainsi tout le monde de tous les pays peut s'identifier à lui. * Autre élément important du succès, le souci d'authenticité a poussé Hergé à peaufiner son oeuvre, même si la bande est considérée comme étant semi-réaliste. Alors, on peut se plaindre de cette fameuse Ligne Claire et du côté figé des personnages, mais je trouve au contraire que ça donne un charme à cette Bd qui a séduit tous les publics. Je laisse de côté la xénophobie, le racisme et la cruauté (le nombre effarant d'animaux tués dans "le Congo") des premiers albums car lorsque j'étais enfant, je ne m'en rendais tout simplement pas compte, et Hergé n'a fait que retranscrire l'état d'esprit qui régnait dans son milieu social... Enfin, une dernière précision, la technique hergéenne a influencé la BD francophone, à l'origine de l'école de Bruxelles, réussissant l'osmose entre le récit et l'image, mais il a aussi donné à la bande dessinée ses lettres de noblesse et au métier de dessinateur une certaine crédibilité à une époque où cette profession et ce mode d'expression étaient encore peu reconnus en Europe. Le 3 mars 1983, Hergé a laissé derrière lui des millions d'orphelins, mais les mythes sont immortels, celui du petit reporter à la houppette, dont De Gaulle disait à Malraux qu'il était "son seul rival international", continuera à faire vibrer encore bien des générations.

19/06/2013 (modifier)