Walking Dead

Note: 4.12/5
(4.12/5 pour 65 avis)

Will Eisner Award 2010 : Best Continuing Series Le monde tel que nous le connaissions a disparu. Le monde du commerce, du superflu, de la frivolité est maintenant remplacé par un monde de responsabilité et de survie. Une épidémie, aux proportions apocalyptiques, s'est abattue sur la Terre, où les morts se lèvent pour se nourrir de vivants. A voir aussi : Walking Dead - Negan


Apocalypse et fin du monde BD adaptées en séries télévisées live Best of 2000-2009 Delcourt Image Comics Les meilleurs comics Survival Will Eisner Awards Zombies !!!!!!

Le monde tel que nous le connaissions a disparu. Le monde du commerce, du superflu, de la frivolité est maintenant remplacé par un monde de responsabilité et de survie. Une épidémie, aux proportions apocalyptiques, s'est abattue sur la Terre, où les morts se lèvent pour se nourrir de vivants. En quelques mois, la société est tombée en poussières. Plus de gouvernements, plus de magasins d'alimentation, plus de courrier, plus de télévision. Plus rien. Dans un monde gouverné par les morts, nous sommes obligés de commencer à vivre, enfin.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Série terminée 32 tomes parus
Couverture de la série Walking Dead
Les notes (65)
Cliquez pour lire les avis

27/03/2005 | ThePatrick
Modifier


Par Erik
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

J’ai enfin pris connaissance de l’œuvre qui révolutionne actuellement le genre des histoires de zombies. Cela faisait un bon petit moment que je voulais mettre la main dessus. C’était pour moi la dernière série d’importance que je n’avais pas encore lue à ce jour. Je dois avouer que j’ai adoré littéralement. Le scénario est terriblement efficace. Je comprends que le cinéma ait également des visées. D'ailleurs, la série a fait un carton dans un genre qui n'est pourtant pas populaire chez la ménagère de moins de 50 ans. J'avoue aisément posséder toutes les intégrales et que c'est l'une de mes séries préférés. Cependant, c'est bien la bd qui m'a amené à la TV et non l'inverse. L’action ne sera pas pour autant omniprésente. L’auteur laisse le temps au récit de s’installer sur une ambiance de fin du monde. J’ai juste déploré que le début commence sur une idée déjà exploitée par le film 28 jours plus tard de Danny Boyle. Fort heureusement, le reste va se démarquer assez rapidement. On dévore littéralement chaque tome. Je constate également que cela reste bon même sur la durée. Il y a une virtuosité dans l’écriture de chaque scène qu’on ne peut qu’admirer. Le travail est remarquable également d’un point de vue graphique. Il y a un côté terriblement humain qui n’est pas habituel au genre. On découvre toute une galerie de personnages avec leur psychologie propre ainsi que leurs réactions face aux difficultés rencontrées. Par ailleurs, le danger semble émaner de partout. Il y a un côté imprévisible qui fait frissonner. Le tome 8 marque d'ailleurs un sommet inégalé. On se rend compte que tout est malheureusement possible dans l'horreur. Le tome 14 nous rappelle également qu'aucun personnage principal n'est à l'abri. On regrettera la disparition de personnages qu'on aimait bien mais il y a toujours les autres. Rick demeure le pilier central. L'auteur a une formidable capacité à renouveler le récit pour maintenir le suspense à son comble. Le tome 22 marque une rupture également temporelle qui relance tout l'intérêt de la série. Que dire également du tome 24 dont la fin nous laisse véritablement sans voix ? On passe certes d'un ennemi terrifiant à l'autre. Cependant, cela sera un véritable rebondissement du scénario que l'on n'attendait pas. Il ne s'agit plus de survivre face à un psychopathe mais c'est plutôt un choix de civilisation sur un mode de reconstruction du monde. Le tome 26 marque le retour d'un grand méchant que l'on attendait plus. Il revient encore plus machiavélique et fou que jamais. Il faut dire que le public l'aime bien et en redemande. Je connais dans mon entourage une femme fou d'amour pour lui: c'est dire. On est juste un peu étonné de la direction prise par le scénario. C'est un virage à 180 degré. Il est vrai que le tome 27 apporte encore des revirements, des situations inattendues. On regrette juste la disparition un peu trop brutale d'un leader pour les chuchoteurs mais qui sera vite remplacé. On atteint encore des sommets dans la lecture plaisir ce que confirme d'ailleurs le tome 28 alors qu'au niveau de la série TV, on constate un véritable essoufflement à partir de la saison 7. Je suis bluffé par le fait que les scénaristes ont su redynamiser la série après autant de tomes. J’aimerais pouvoir encore découvrir des séries de cette intensité et de cette qualité. Je sais que cela va devenir de plus en plus rare… J'ai acheté toute la série d'un seul coup : c'est dire que je n'avais pas eu un tel coup de cœur depuis fort longtemps. C'est une série que je qualifie de culte car elle va révolutionner le genre. Et puis et surtout, au fil des tomes, on sent une montée d'intensité qui ne se dément pas après pourtant plus de 20 tomes. C'est tout bonnement extraordinaire ! Note Dessin: 4.25/5 - Note scénario: 4.75/5 - Note Globale: 4,5/5

24/08/2011 (MAJ le 25/10/2017) (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Ce qui me plaît, sur Walking Dead, c'est l'ambiance. Une ambiance paranoïaque, de fin du monde (et pour cause), qui prend le lecteur aux tripes. Le sous-genre du survival horror est aussi l'un de mes préférés ; voir comment un petit groupe arrive à s'organiser, dans une situation exceptionnelle et mortelle, avec peu de chances d'obtenir de l'aide de l'extérieur, voilà un schéma qui n'a de cesse de m'intéresser. Robert Kirkman n'est peut-être pas le plus retors des scénaristes, mais il en fait vraiment baver à ses personnages. J'ai trouvé les tomes 6 à 8 vraiment très forts de ce point de vue. Et j'ai l'impression que cela ne va pas aller en s'améliorant pour Rick et ses compagnons d'infortune. Des compagnons qui d'ailleurs évoluent et se découvrent véritablement au fil de cette histoire. C'est à ça que l'on reconnaît un survival horror de qualité : à l'écriture des personnages. Au tome 22 le récit contient une vraie rupture, un basculement en termes de personnages, une impression renforcée par la suite. Mais ces "nouveaux" héros feront-ils les mêmes erreurs que leurs devanciers ? Les tomes 23 et 24 viennent installer de nouveaux positionnements des uns et des autres. La paix semble revenue, mais pour combien de temps ? La fin du tome 24 semble justement marquer la fin de cette période... Au 26, un, non, deux- évènements majeurs viennent remettre en cause le fragile équilibre des forces, tandis qu'un contact inattendu se révèle... Le dessinateur de la série n'est plus le même depuis le tome 2, mais je n'ai pas vu beaucoup de différences. Peut-être Tony Moore est-il plus précis dans les traits de ses personnages, plus efficace dans les scènes d'action que Charles Adlard ? En tous les cas, j'aime beaucoup, même si je trouve parfois les scènes un peu statiques... Au 23 Gaudiano vient épauler Adlard, sans évolution visible, à part peut-être un encrage plus net, plus précis. Le tome 27 est exceptionnel par sa densité et sa construction en gaufrier. Et l'Apocalypse n'est pas loin. Une très bonne série, qui marque déjà l'histoire du genre.

05/09/2011 (MAJ le 23/04/2017) (modifier)
Par Miguelof
Note: 1/5

J'ai détesté, tout simplement. Après avoir acheté les deux premiers tomes, j'en ai lu d'autres, prêtés par un ami. J'ai pu confirmer l'impression: trash... Je demande pardon aux fans de la série, mais les dessins sont médiocres (regardez les vivants, humains ou... le cheval à la galerie), la narration se veut intentionnellement stupide (selon les déclarations de l'auteur) et tout ça accomplit son but. C'est répétitif, sans vraies surprises, personnages sans le moindre intérêt. Pas d'horreur mais du ridicule, c'est ce que j'ai pu trouver. Un insulte aux zombies de Romero. Le succès commercial de la série aurait besoin d'une étude à un autre niveau...

29/04/2016 (modifier)

(Après lecture des 24 premiers tomes) Cette série est vraiment une réussite. Pourtant je n’étais pas un public acquis d’avance : a priori , je ne suis pas spécialement attiré par les histoires de zombies et j’avoue que l’engouement général me faisait craindre que la série soit surévaluée. J’ai donc été très agréablement surpris : j’ai dévoré les 24 premiers tomes en quelques jours… Comme cela a déjà été dit, si Walking Dead fonctionne si bien, c’est parce que les scènes de baston avec les zombies ne remplissent pas toutes les pages, et qu’on s’attache davantage au comportement d’humains lambda en situation extrême, et leurs relations entre eux. Cela, Kirkman le maîtrise parfaitement. Malgré une série qui est maintenant relativement longue, il arrive à maintenir une multitude de personnages qui possèdent crédibilité et cohérence, même pour ceux qui ont évolué de façon importante au long du récit. De plus, il n’hésite jamais à faire avancer le scénario : en tuant des personnages, bien sûr, mais aussi en causant des changements de situation assez définitive. Ainsi, depuis le début de la série, on est passé d’un temps d’errance et de débrouille au jour le jour à un abri provisoire relativement protégé (la prison) puis à l’établissement d’une véritable vie en communauté (Alexandria). C’est toujours agréable de voir un auteur qui ne se contente pas de laisser toujours ses personnages dans la même situation, simplement parce que le début de la série a trouvé son public avec un certain schéma narratif. J’ai parfois un peu tiqué sur l’idéologie sous-jacente de la série, qui me semble globalement assez conservatrice, mais les personnages sont suffisamment bien écrits pour que j’aie pu passer outre. La période avec les Sauveurs (tomes 20 et quelques) m’a paru tirer un peu en longueur sur la baston, mais cela reste bien fait. Dès le début de la série, Kirkman a été parfaitement clair : cette série ne va nulle part en particulier, elle n’a pas de fin prévue, il n’y a pas de « clé de compréhension » cachée à tout cela. Mais ça ne pose aucun problème ! Tant que chaque tome continue à nous passionner... Ma note personnelle serait quatre étoiles, mais il est évident que Walking Dead servira désormais de point de comparaison pour toute histoire de zombie, que ce soit en BD ou pas. De mon point de vue, c’est précisément la définition d’une série culte.

27/02/2016 (modifier)
Par karibou
Note: 3/5

Le mètre-étalon du roman de zombies, incontournable pour les fans du genre. J'en fais partie mais ai laissé la lecture en cours de route car les mêmes histoires tournent en boucle: petit groupe rencontre autre groupe dans refuge, dézingage de zombies, problème inattendu, groupe bouge et rencontre méchant. C'est très prenant les premiers tomes mais lassant au bout du 10ème. Beaucoup de scènes de combat, très bien détaillées.

02/02/2016 (modifier)
Par Benoît
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Cette série est la quintessence de l'ouvrage « de zombies ». Après ça, il devient difficile et peu utile d'écrire qui que ce soit dans le genre. Elle est interminable, et voulu comme telle, malgré tout je n'ai jamais eu l'impression que les auteurs faisaient durer artificiellement. La série, évidemment, va au-delà du simple dégommage de zombie à répétition, en s'intéressant à la façon dont de petits groupes d'être humains dans une situation de fin du monde réagissent, interagissent, évoluent. C'est donc beaucoup plus fin que ce qu'on peu imaginer à priori.

31/10/2015 (modifier)
Par zébu
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Un flic se réveille dans une chambre d'hopital aprés plusieurs mois passés dans le coma. Il se rend vite compte que quelque chose ne va pas car les lieux semblent désert et à l'abandon. Trés vite il tombe sur une bande de zombies friands de chair fraiche et il parvient de justesse à leur échaper. En effet, pour une raison inconnu les morts se relèvent de leur tombe afin de traquer les vivants pour les manger ; l'humanité a subis des pertes effroyables et le monde est en proie au chaos. Dès lors il n'a plus qu'une seule idée en tête, retrouver sa femme et son fils. C'est le début d'une grande épopée qui va le mener au bout de l'horreur mais aussi de lui même. Pour moi, dans l'univers des zombies, il existe un avant et un aprés Walking Dead. C'est vraiment la série qui a révolutionner le genre. Avant la plupart des séries se contentaient de montrer des personnes unis dans une cause commune, celle de la survie de tous. Mais Walking Dead va plus loin en mettant en scène les difficultés qu'engendrent les relations humaines dans un monde où la survie de tous les jours est une affaire de chaque instant. La recette avait déjà était éprouvée dans les comics de super héros. En effet, le grand public aime ce genre de série non seulement parce qu'il y a de l'action mais aussi et surtout parce que les protagonistes ont des problèmes relationnels et sentimentaux comme n'importe quelle personne lambda. Ainsi entre amour, amitié, complot, trahison, folie, cruauté, vengeance, moments de bonheur ou de souffrance, tous les personnages évoluent en subissant des épreuves psychologiques trés fortes ; d'ailleurs certains albums sont trés marquant à ce sujet. Bien sûr tout cela se déroule dans une ambiance de danger permanent dont les zombies ne semblent pas être les seuls responsables, car comme le dit le héros principal : "les rodeurs sont une menace mais elle reste gérable et bien moins dangeureuse que celle représentée par l'imprévisibilté du cerveau humain". A signaler qu'il existe aussi une série télévisée tirée de cette série et qui suit les grandes lignes de l'histoire ; mais la version papier reste bien plus trash et donc pour un public averti. Bref tout ça pour dire que c'est certainement la meilleure série du genre avec un scénario des plus intense qui sait alterner à merveille les moments d'action avec ceux plus calmes. Attention, si vous commencez cette série vous ne pourez plus vous arrêter tellement elle est prenante car malgrés un grand nombre d'album l'envie de connaitre la suite reste bien présente du début à la fin ; à bon entendeur salut.

15/05/2015 (modifier)
Par yaglourt
Note: 3/5

Un comic assez prenant au début mais qui se révèle assez vite rébarbatif. Il manque cruellement un fil scénaristique, une évolution sur le long terme (heureusement les personnages évoluent plus ou moins). On répète toujours le même schéma : 1 - Les protagonistes trouvent un refuge 2 - Ils y reconstruisent/retrouvent un semblant de société 3 - La société part en c***** à cause de conflits entre les habitants, puis à la faveur du chaos qui s'ensuit les zombies envahissent le refuge qui est perdu 4 - Fuite en catastrophe des survivants et retour en 1 après un peu de route Sinon les zombies manquent particulièrement d'imagination, que ce soit au niveau de la représentation ou des caractéristiques (de bêtes zombies à la Romero). Un autre problème que je trouve récurrent chez Kirkman : des personnages plus ou moins bavards, geignant sur leur petite personne, puritains (mais le puritanisme est assez répandu dans le monde des comics). Mais le début de l’œuvre est quand même à lire (jusqu'à ce que la redite se fasse un peu trop sentir). Dans exactement le même genre, je conseille plutôt la lecture du manga I am a hero qui lui au contraire devient de plus en plus intéressant dans la durée (on en est à 15 tomes), car il y a un fil conducteur, des histoires parallèles et convergentes, des Zombies originaux et mystérieux.

30/03/2015 (modifier)
Par Telenk0
Note: 5/5

Après la lecture des 21 tomes, je poste un avis sur cette série qui mérite amplement le mot " culte". C'est très agréable à lire sur la durée; on assiste vraiment au développement psychologique des personnages. Certains étaient dejà présents au départ, mais au fil des morts et des rencontres, le groupe a beaucoup changé. Rick est devenu un chef digne de confiance, même si ses décisions ont été souvent très âprement discutées, tous sont méfiants envers les inconnus (c'est maintenant amplement justifié), et ça se ressent sur leur caractère. Il y a beaucoup de moments très tendus et on y est profondément immergé. Certaines scènes restent en mémoire ( pour moi c'est lorsque le fils de Rick risque de se faire violer par 3 types et que son père intervient, ou encore la fin du groupe des cannibales). C'est vraiment la série qui m'a fait aimer les trucs de Zombie qu'auparavant je regardais d'un oeil critique.

29/11/2014 (modifier)
Par Canarde
Note: 2/5
L'avatar du posteur Canarde

J'ai du lire jusqu'au tome 7 ou 8; j'avoue que les premiers tomes m'ont accrochée, cette situation post-catastrophe, ce graphisme efficace et un peu sale, ces héros qui meurent, ces bons qui sont aussi méchants, c'était bien parti. Mais où veut-on en venir? Est-ce un encouragement typiquement américain à se défendre coûte que coûte contre le méchant, le Zombie, l'inhumain, bref l'autre? A nous maintenir dans un état de crainte, de crispation sur la gâchette... ça en a tout l'air. Par ailleurs, ce travers manga, du scénario qu'on n'a pas réfléchi jusqu'au bout et qu'on étire en longueur pour gagner sa vie, me pompe un peu. Écrire une histoire , ça demande une composition: un début , un déroulement, et une fin. Sinon ça s'appelle de la compulsion de répétition, et ça se fait dans l'intimité, pas besoin d'en publier le résultat, s'est un peu écœurant à la longue. C'est un peu comme un repas de fête, il y a deux possibilités, soit on a une belle tablée, un apéro, une entrée, un plat, un fromage, un dessert, un café, un pousse café et une bonne sieste sous un arbre, soit on picore debout des trucs sans ordre, en buvant des boissons alcoolisées industrielles, et en discutant de choses et d'autres avec des gens qu'on ne reverra jamais, et on ressort avec une casquette plombée et une légère envie de vomir. Je sais, après 57 avis dont la très grande majorité est dithyrambique, je ne fais pas le poids, mais quand même, laisser dire que c'est le must, faut pas exagérer...

24/06/2014 (modifier)