Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Bran Ruz

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 8 avis)

Les légendes de Bretagne vu sous l'angle du destin d'un jeune homme nommé "Corbeau rouge".


Bretagne Les années (A SUIVRE) Mythologie Mythologie celtique

Bran Ruz, ou la légende de la cité d'Ys Il était une fois, en vieille Bretagne, l'histoire d'un jeune garçon appelé Bran Ruz, "Corbeau rouge", frère du roi-poisson, et de la cité d'Ys, bâtie par le roi Gradlon, offerte aux caprices de la mer. Il était une fois la vengeance de Malgven, épouse muette du roi, à travers sa fille Dahud, engrossée mystérieusement par une nuit d'orage. Vengeance d'un peuple privé de ses dieux et réduit à l'esclavage. Mais l'union de Dahud avec Bran Ruz est une offense, et Gradlon décide que leur sort doit être rendu à la mer. Après L'Armor, l'Argoat, pour refaire surface, découvrir la vérité, retrouver un peuple endormi, et assouvir la vengeance. "N'oublie pas ce matin à Ker-Is. La couronne de Gradlon était sur ta tête, et sur la mienne, et j'étais reine et tu étais roi. Le peuple nous acclamait et mon père n'était plus qu'un usurpateur." Justice est faite, mais la cité est recouverte par les flots. Dans les profondeurs, où nage la sirène Dahud, les pierres maudites gardent le secret des rêves les plus profonds de l'humanité, la mémoire oubliée, et la clef du mystère. Cf : la présentation de JOLAN sur bedetheque.com

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1981
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Bran Ruz
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

02/04/2004 | sagera
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Au vu de mes origines je ne peux décemment pas mettre moins d'étoiles pour cette BD qui retrace, reprend, la légende de la ville d'Ys qui telle une Atlantide Bretonne aurait été engloutie par les flots. Du dessin je n'ai pas grand-chose de négatif à dire tout au plus dans cette galerie de visages ai-je été un peu agacé par ce look de baba-cools qu'ils ont tous ou de militants à la Maif. Repensons tout de même au fait que ce bouquin date de la fin des années 70, ceci explique peut-être cela. Si l'on ajoute à cela la diatribe contre l'État jacobin, ça sent l'UDB à plein nez, c'est vrai que ça plombe les choses. Mais gros reproche, c'est que ce one-shot est long, très long, la narration n'est pas très fluide et il faut s'accrocher pour en venir à bout. J'attends toujours LA BD qui rendra hommage à la celtitude de manière appropriée, pour moi ce n'est clairement pas celle-ci.

29/04/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Après La Saga du Grizzli et Simon du fleuve, c’est la troisième série d’Auclair que je lis (même s'il n’est ici qu’aux dessins). Je commence par ce qui est le point fort de l’album – et, hélas quasiment le seul point positif que j’ai relevé –, c’est-à-dire le dessin d’Auclair. Son trait est vraiment excellent. Il n’était déjà pas mauvais dans les deux séries déjà citées, mais ici je le trouve encore meilleur, dans un Noir et Blanc classique et efficace, proche de celui de Comès (en plus fin). Pour le reste, je suis beaucoup moins enthousiaste ! En effet, le scénario de Deschamps ne m’a pas convaincu, c’est le moins qu’on puisse dire ! C’est très obscur, brouillon, et je me suis rapidement lassé, au point d’avoir fini avec difficulté ma lecture. De plus, si la civilisation celtique peut m’intéresser, j’ai trouvé franchement trop naïf et maladroit le message des auteurs, affirmé dès la préface : leur opposition entre un jacobinisme aveugle et les cultures et langues régionales, si elle fleure bon les revendications des années 1970 (l’album date – dans tous les sens du terme ! – de 1978 ) sombre trop dans le prêchi prêcha je trouve, ce manichéisme nuit clairement à leur propos. Quant à Markale, qui préface l’ouvrage, je l’ai connu beaucoup plus inspiré dans d’autres ouvrages (lorsqu’il présentait les bardes gallois ou l’ancienne civilisation celtique) : là aussi c’est un peu ampoulé. Bref, un album qui a mal vieilli, et que seuls les passionnés ou militants de la cause régionaliste bretonne, ou d’une celtitude un peu floue, peuvent envisager de lire sans ennui. Cela n’a hélas pas été mon cas.

03/03/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Dessinateur sensible connu pour ses séries désenchantées et écolos à vocation pacifiste (Jason Muller, La Saga du Grizzli, Les Naufragés d'Arroyoka, et surtout Simon du fleuve), Auclair se tourne en 1978 vers un récit beaucoup plus ambitieux dans le mensuel A Suivre. Avec "Bran Ruz", long roman historique écrit par A. Deschamps et préfacé par Jean Markale, le spécialiste reconnu de l'histoire et des civilisations celtiques, auteur de nombreux ouvrages didactiques sur le sujet, Auclair touche à l'un des plus grands mythes de la Bretagne. Car c'est bien d'une épopée celtique qu'il s'agit, celle du mythe de la cité d' Ys revisité, où régna le roi Gradlon, et où se succèdent coutumes, complots, combats héroïques et rivalités dans des décors soigneusement reconstitués, à l'imaginaire très riche, nourri par les récits légendaires de la vieille Bretagne. Perfectionniste maîtrisant totalement la technique du noir et blanc, Auclair réussit son chef-d'oeuvre avec ce long récit envoûtant et fiévreux, dont l'enracinement politique porte encore ses fruits en Bretagne. Mes origines bretonnes sont interpellées quelque part par ce récit qui n'est pas exempt de défauts; je trouve que Deschamps s'englue parfois dans des passages complexes qui rendent la narration difficile à suivre; il faut être sans cesse attentif, s'immerger dedans et même revenir en arrière pour bien saisir certains propos. Sinon, on se laisse porter par ces pages, parfois sans dialogues, subjugué par la force des images au noir et blanc somptueux. Un gros album réservé à des passionnés de celtitude, les autres passez votre chemin.

18/07/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Difficile de mettre un avis sur ce one shot !!! En tant que finistérien, je me suis senti concerné par ce conte, ... mais de loin. En effet, j'ai vraiment eu du mal à lire cette oeuvre, j'ai pris le parti de le faire sur plusieurs soirées pour ne pas faire d'indigestion. Le scénario est décousu et la narration parfois très lourde et difficile à suivre. Mais heureusement, le dessin est de très bonne facture, très réaliste mais efficace. J'ai l'impression que les auteurs sont passés à côté de quelque chose. Si plus de 20 ans après ils devaient reprendre à zéro ce projet, ils s'y prendraient certainement autrement. L'ensemble n'est ni un échec ni une réussite, juste une sorte de gâchis au vu de ce qu'il se fait maintenant. Je mets quand même la note de 3 sur 5 pour le travail fourni et je n'oublie pas que cette BD a plus de 25 ans. A réserver aux passionnés de légendes celtes.

30/07/2007 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 2/5

S'il y a bien une chose qui m'énerve en BD (comme en littérature d'ailleurs), c'est de voir un bon sujet/thème de départ gaspillé par une mise en oeuvre foirée. Et là, ça n'a pas loupé. Pourtant, moi j'en attendais beaucoup de cette BD. Pensez donc : la légende de la ville d'Ys (celle que ma grand mère bretonne me racontait avec une fierté toute celtique dans sa voix), si ça c'est pas un sujet en or. Et là, qu'est ce qu'on retrouve au final ? Un pavé proprement indigeste, dont les dessins sont certes irréprochables mais dont l'intrigue est longue, lente, confuse et soporifique à souhaits. C'est bien simple, à la fin, j'étais presque pressé que cette foutue ville soit engloutie pour que je puisse refermer ce damné bouquin ! Cerise sur le gâteau : les auteurs ont jugé bon d'en rajouter sur le thème de 'nous les pauvres bretons, asservis par un jacobisme parisien odieusement centralisateur qui détruit nos coutumes et nous empêche de vivre notre alcoolisme millénaire en paix'. Excusez moi, mais je n'ai pas compris ce que cela venait faire là dedans et ce sont donc autant de pages que j'ai allègrement sautées (et ne venez pas me traiter de parisien dédaigneux, ma famille est du Finistère). Bref un beau fiasco, bien réalisé mais franchement plombé par sa lourdeur menhiresque.

30/06/2005 (modifier)
Par deajazz
Note: 4/5

Une oeuvre très poétique sur fond de conte breton. Les thèmes chers à Auclair y sont traités, à savoir la richesse de la différence, le respect de l'autre...Une belle bd superbement bien écrite et magnifiquement dessinée mais dont le reproche principal que je ferais porterait sur la clarté de l'histoire. C'est parfois un peu confus (sinon j’aurais mis 5). Enfin, je trouve dommage que cette oeuvre soit méconnue parce qu'elle montre un humanisme qui se fait rare à l'heure actuelle. Une oeuvre à la fois politique (avec un superbe plaidoyer contre la politique de centralisation de la France) et humaniste. Parfait pour les soixante huitard…

14/10/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

C`est vrai que cette BD est bien dessinée, qu'elle a beaucoup de charme et qu'elle colle vraiment bien à la légende Celtique (Ys, Dahut, etc.). Mais l'ennui c'est que la narration en est extrêmement lourde et limite pénible. Voire plus que limite puisque je n'ai carrément pas réussi à me plonger dans l'histoire et a m'y intéresser. Ca ressemble plus à une reproduction telle quelle de la légende d'époque qu'à une quelconque mise en forme pour rendre l'histoire vraiment captivante et intéressante autrement que pour le côté culturel et historique. Dommage, car j'aime tout ce qui se rapporte a la Bretagne et aux Celtes, et cette BD est de très belle facture graphique, mais là, je n'ai vraiment pas pu apprécier cet album. Dommage.

03/04/2004 (modifier)
Par sagera
Note: 3/5

J'adore le dessin d'Auclair depuis toujours. Je trouve que son trait est à la fois riche en détails et en densité. De plus il aborde les éléments (la mer, la pluie, le ciel...) de manière très puissante. Son dessin est d'une grande force. Quant au scénario de Deschamps, il est très bien mené. Il ressemble à un conte, à un rêve, à un roman sombre et triste, mais débordant de vie. Une bd pleine de qualité.

02/04/2004 (modifier)