Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Le Goulag

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

Krampon c'est le nom du héros... Les tribulations d'un français au goulag, et pas n'importe lequel.. Humour sur fond noir, pour une série parfois rose.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide BD, l'hebdo de la BD Echo des Savanes Froid. Neige. Glace Prisons Russie

Le héros se nomme Krampon. Il est français, mais pour une raison qui n'a aucune importance ici, il est emprisonné dans un goulag sibérien. Absolument rien de politique dans cette série là, pourtant. C'est avec humour et dérision que Dimitri nous dépeind une vie complètement déjantée dans l'enfer blanc des goulags. On y trouve de l'humour noir, du grotesque, du charme, de l'humour absurde, et le tout entouré du décor constamment enneigé et glacial qu'est la Sibérie et l'URSS de l'époque.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1978
Statut histoire Une histoire par tome 17 tomes parus

Couverture de la série Le Goulag © Dargaud/Albin Michel/Glénat/Le Coffre à BD 1978
Les notes
Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

05/02/2004 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’ai lu que le premier tome de cette série. Je lirai peut-être d’autres tomes, à l’occasion, mais celui-ci m’a un peu barbé, et pas forcément convaincu d’aller poursuivre la découverte de l’univers développé ici par Dimitri. Si l’idée de faire une série humoristique dans l’univers concentrationnaire soviétique pouvait paraître surprenante et, pourquoi pas, intéressante, c’est son traitement qui m’a déçu. En effet, j’ai été saoulé, eu bout d’un moment, par tous ses borborygmes, à quoi finissaient par ressembler les dialogues singeant le russe, entre les détenus et leurs geôliers, ou quelques habitants des alentours. Usant, et aussi rendant difficile la lecture de cette histoire, parfois un peu pénible à suivre. Quelques moments amusants quand même, d’où ma note correcte. Mais en l’état, je n’ai pas accroché au délire de Dimitri.

28/05/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Pas mal car il faut se replacer dans le contexte de l'époque ou ces histoires sont parues. il y avait longtemps que je n'avais plongé mon nez dedans mais quelle déception. Je n'ai pas ri, ni même souri. Que tout cela a vieillit! Le dessin n'est pas en reste et hormis la belle Loubianka seule personnage "réaliste", le coup de crayon gras ne facilite pas la lecture. Alors oui à une époque tout cela était novateur, la satyre, la critique avaient leurs petits effets mais aujourd'hui même si les mêmes sujets ou comportements pourraient être brocardés ça ne passe plus trop.

15/11/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Primitivement crée en 1975 sous l'apparence d'un léopard humanisé dans le fanzine Hop puis dans Charlie Mensuel, le personnage de Krampon trouve son aspect humain définitif 2 ans plus tard dans les pages de l'hebdo B.D. La bande est alors rebaptisée "le Goulag" du nom du premier album, et c'est sous ce nom qu'elle va rencontrer un franc succès auprès d'un lectorat aussi disparate que ceux des journaux qui la publient : Magazine hebdo, l 'Evènement du Jeudi ou l'Echo des Savanes. Cette création de Dimitri, qui n'est autre que Guy Mouminoux, s'adressait à un public bien différent de celui des bandes animalières Goutatou et Dorochaux, Prémolaire ou Rififi (Les aventures de) qu'il a longtemps dessinées dans les publications juvéniles. Elle a permis à cet auteur d'être reconnu comme dessinateur important à une époque où la bande dessinée, par le biais de la BD adulte, était enfin prise au sérieux. C'est une sévère satire politique et sociale, assez pessimiste mais tempérée par le côté burlesque et une certaine paillardise. Eugène Krampon est un ouvrier parisien qui est prisonnier du camp 333 en Sibérie, pour une raison qu'on ignore ; ceci est un alibi pour laisser à Dimitri le soin de traiter des sujets qui fâchent, il va parfois très loin dans ses charges, notamment celles qui visent les supporters de football. C'est pourquoi, certains passages avec la blonde et plantureuse Loubianka que Krampon a épousé au goulag, servent à faire le lien par leur légèreté. Le dessin de Dimitri oscille entre un trait caricatural et un trait réaliste utilisé seulement pour l'appétissante Loubianka et certains éléments de décor. J'ai lu plusieurs de ces récits en appréciant l'humour satirique de l'auteur, mais je n'en suis pas fan pour autant, je préfère de loin ses oeuvres réalistes comme Kaleunt ou Le Voyage.

03/12/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Cette avis concerne l'album paru dans J'ai Lu BD. J'ai été plutôt déçu par cette série. Je trouve les gags et les situations pas du tout marrants et très lourds. C'est dommage car Krampon est un personnage attachant qui mérite vraiment mieux que ce que j'ai lu. Il y a un truc qui m'a énervé, c'est que plusieurs cases sont écrites dans un genre de langage Français-Russe totalement incompréhensible qui fait baisser l'intérêt que la série pourrait me donner.

21/03/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Deux "vies" pour cette série. Elle débute dans le fanzine "Hop" n° 4 de Septembre 1975 sous le nom d'"Eugène Krampon". Eugène y est représenté sous la forme d'un léopard au ventre assez dodu. Il va ensuite "s'humaniser" et passe dans "Charlie Hebdo". Son créateur, Guy Mouminoux, prend alors le pseudo de Dimitri. Le 10 Octobre 1977, parution de ce personnage dans l'hebdo "B.D.". La série a changé de nom et devient "Le Goulag" sous laquelle elle est maintenant (fort) connue. Eugène Krampon est une sorte de gars de la banlieue parisienne, devenu -bien involontairement- "l'invité" d'un camp d'internement situé quelque part en Sibérie. Tout est alors prétexte à Mouminoux/Dimitri pour décrire les mille et un petits (et gros) travers de la société et -surtout- de ses contemporains. (Longue) fable réaliste, narrée sur un ton comique, je n'en possède que quelques opus. Et j'en ai souvent le sourire aux lèvres à certaines -mais rares- relectures. Plaisant. Vraiment. Mais sans plus...

02/12/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Moi, les aventures délirantes de Krampon dans son Goulag ou parcourant la Sibérie et les autres états soviétiques m'ont toujours fait sourire, voire rigoler. La série ne se prend pas au sérieux du tout. Et j'entre particulièrement bien dans cette ambiance absurde du goulag et de l'URSS telle qu'elle est décrite par Dimitri. De même, certains voyages de Krampon dans ces étendues froides m'ont presque fait apprécier ces étendues désertiques, constamment glaciales, et leurs habitants isolés et vivant une vie qui n'a rien à voir avec la vie occidentale, et sans doute rien à voir non plus avec la vraie vie en Russie, puisque c'est une BD qui n'a pas peur d'éxagérer pour accentuer le côté humoristique du communisme stalinien à outrance. Bref, les aventures de Krampon et de sa belle Loubianka ou sans sa belle, sont pour moi une lecture bien agréable. Même si d'un autre côté, il faut avouer que l'humour est parfois bien gras et lourd.

05/02/2004 (modifier)