Sarane

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 9 avis)

Chaque jour, en taxi, Sarane passe devant un vieillard assis sur son banc de pierre. Et chaque jour, la vieille dame déroule le fil de ses souvenirs : le Sahara.


Aire Libre Les Roux ! Maghreb Taxi Driver

Chaque jour, en taxi, Sarane passe devant un vieillard assis sur son banc de pierre. Et chaque jour, la vieille dame déroule le fil de ses souvenirs : le Sahara. Les mois passés chez les Touareg, Kheg le seigneur du désert dont elle fut la maîtresse. Le Blanc, prisonnier des rebelles. Sarane se perd dans les méandres du passé. Ses souvenirs jouent au funambule sur le fil de sa vie. Le vieillard, est-ce son mari ? Son amant touareg ? Le prisonnier ? Aucun des trois ?

Scénariste
Lax
Dessinateur
Lax
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1994
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sarane
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

14/06/2003 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je signale que j'ai lu en bibli l'édition d'origine de 1994 en collection Aire Libre. Dès les 10 premières pages, j'avais l'impression d'aller dans un monde bizarre, puis ça enchaîne sur les souvenirs de désert saharien de cette vieille femme qui se remémore un passé à la fois épanoui et douloureux. Cependant, ces 10 premières pages sont un peu étranges, cette ouverture dans ce cinéma... la narration est assez confuse, on se demande où le lecteur va être transporté. A une certaine époque, dans les années 30, c'était très en vogue l'exotisme des sables, surtout dans la littérature et le cinéma : Joseph Peyré, auteur de L'Escadron blanc (adapté en film), Saint-Exupéry, auteur de Courrier Sud... les films la Patrouille de l'aube, avec Karloff, le Jardin d'Allah, avec Marlène Dietrich, Sahara, avec Bogart, Beau Geste, avec Gary Cooper, la Bandera, avec Gabin... et même Tintin ira dans le désert avec le Crabe aux pinces d'or. Je m'attendais donc à trouver ici un soupçon de drame colonial où la cruauté du désert évince les charmes de l'exotisme. Mais rien de tout ça, cette lecture ne m'a pas du tout attiré, le personnage de Sarane n'ayant pas grand chose d'intéressant. De plus, la fin est complètement laissée à vau-l'eau, le potentiel du décor est mal utilisé, et le côté mélodramatique qui aurait pu l'envelopper est absent. Bref un récit raté. Seul le dessin m'a plu, j'aime Lax quand il dessine ainsi, de façon un peu diaphane, avec un encrage fin qui donne beaucoup d'esthétisme et des cases larges.

10/03/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas accroché à cette histoire bien que le dessin est classe et que la narration est originale (quoique, parfois, c'est un peu confus). J'ai trouvé l'histoire d'amour entre une belle femme blanche et un chef arabe sans intérêt et on dirait plus le fantasme imaginaire d'une femme en manque d'aventure qu'une vraie romance. Je crois que c'était voulu de la part de l'auteur car on voit tout à travers les souvenirs de la vieille femme qui a probablement déformé la réalité, mais cela ne change pas le fait que je me suis ennuyé. D'ailleurs, le personnage principal n'est pas du tout attachant et cela explique en partie pourquoi j'en avais rien à cirer de son histoire que j'ai trouvée convenue. Peut-être que Lax seul au scénario n'est pas fait pour moi.

09/04/2012 (modifier)
Par McClure
Note: 3/5

J'ai aimé l'histoire de ce bouquin, moins son parti pris narratif. Cette épopée romantique à travers le Sahara colonial de l'entre deux guerres est plaisante, on se plait à suivre cette jeune femme éprise d'absolue liberté et qui va pourtant abandonner ce précieux trésor pour les yeux d'un homme à la fois brutal et aimant. Le dessin participe de cette ambiance particulière. J'avais découvert Lax par "Azrayen", cet album-ci est une réussite graphique. J'ai moins adhéré à la narration. Le mystère de ce vieil homme inconnu est un bon choix mais la façon dont c'est amené (les phases de taxi, la psychologie de comptoir de Léna) nuisent à mon sens à l'ensemble. Enfin, j'ai eu du mal avec l'aspect de certaines planches et/ou cases. La première planche par exemple, avec cette sortie de cinéma baroque au possible qui introduit fort mal le tout, et certaines cases suivantes (le jockey sur le porc, l'usine, le fildeferiste, l'inondation...). Malgré tout, une belle histoire, à la fois simple et prenante.

29/02/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Plaisante petite histoire. La gentille petite vieille aux neurones naufrageurs qui raconte sa vie à sa taxigirl favorite, une vie riche d’aventures et de drames, est attachante. Sarane, l’héroïne, est diablement séduisante et son développement psychologique n’est pas inintéressant. La confusion de la petite vieille, mais aussi la certitude que nous, lecteurs, avons qu’elle ne dit pas tout, rend le récit prenant. Au niveau graphique, j’ai bien aimé le trait de Lax, moins artificiel que dans La Fille aux Ibis ou Les Oubliés d'Annam, mais plus dépouillé que ses œuvres récentes. La colorisation, par contre, et principalement lors des passages « actuels », est assez terne et mal appropriée (quelle laide salle de cinéma !). La fin, extrêmement ouverte, en décevra plus d’un. Mais, personnellement, ce genre de final ne me dérange pas, d’autant plus qu’il permet à l’auteur de préserver le charme mystérieux de son héroïne. Un chouette petit album, qui se lit très vite. A emprunter à l’occasion.

06/04/2009 (modifier)

Cet album est assez classique en fait, une femme éprise de liberté vit sa vie intensément au fil de ses rencontres. La narration est bien pensée, utiliser la vieille femme qui raconte son passé amoureux (un peu comme dans Titanic) pour livrer son histoire, j'ai apprécié. On se rend compte que sa vision est sans cesse déformée, celle du présent surtout, alors que son passé est limpide et lisible. Les dessins sont justes corrects, les couleurs un peu fadasses, rien de transcendant côté graphique. Bref, un album que j'ai trouvé tout juste moyen, mais la fin m'a fortement déçu, bof, bof...

03/05/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai été assez déconcerté à la lecture de cette BD. Ca commence très bizarrement, de manière presque onirique, avec des détails loufoques dans le décor (style un jockey sur un cochon par exemple), pour ensuite embrayer sur une histoire largement plus sérieuse voire dure. Je n'ai pas su sur quel pied danser avec cet album. Le dessin est très bien maitrisé, mais j'ai un peu moins apprécié les couleurs dont je trouvais le choix parfois un peu non harmonieux. La narration est un peu étrange, oscillant entre temps réel, récits de souvenirs, brusque avancée dans le temps, etc... à nouveau, ça ressemble un peu à de l'onirique. Quant à l'histoire, elle aborde le thème de l'évasion, de l'aventure romantique mais également dure et puis de la nostalgie. Je n'ai pas vraiment réussi à entrer dans l'histoire, pas réussi à m'accrocher aux personnages (voire pas du tout), et le final m'a un peu laissé sur ma faim. Bref, voilà une BD pas mal notamment au niveau du dessin, mais à part ça, je doute en garder un souvenir impérissable.

23/02/2005 (modifier)
Par sagera
Note: 3/5

Cette bd aux forts accents de méditation, d'instropection, de bilan de fin de vie, ressemble davantage à un rêve qu'à un récit cartésien. Les images qui se bousculent rapidement, sont en effet des flashs, des souvenirs qui défilent, l'expression de sentiments ressentis dans des moments forts. Du coup, la nostalgie prend le pas sur tout le reste. On se sent proche de la vieille dame et avec elle, on regrette la fraîcheur de la jeunesse, l'aventure du désert et les amours disparus. Côté graphisme, Lax maîtrise bien son sujet. Les couleurs sont en outre, en harmonie parfaite avec le thème traité. Mon seul bémol, concerne le format de l'histoire. C'est trop trop rapide. J'aurais davantage aimé voir l'histoire s'étaler en longueur, prendre de la densité. Cela aurait sans doute augmenter l'impact du propos. Mais je dis toujours cela à propos des one shoot intéressants....

07/11/2004 (modifier)
Par Don Lope
Note: 3/5

Difficile à trouver chez Aire Libre, ce bouquin. Il a même disparu de la liste de présentation de la collection (avec d'autres tels "L'exécution" ou "Le jardin des désirs"). Je suis d'accord avec ArzaK. Lax en solo est moins convaincant qu'avec son complice Giroud. Le thème est pourtant intéressant, original, servi par des décors grandioses et des couleurs chaudes et puissantes. Quand je pense que Lax renie plus ou moins son dessin antérieur à "Azrayen", j'ai du mal à comprendre. J'ai malheureusement trouvé le choix scénaristique maladroit : le principe de faire raconter à cette vieille femme son passé, le fait d'aller et venir entre les époques, ajoute un côté pompeux et détaché à une histoire qui je trouve aurait gagnée à être racontée de façon plus simple. Les interrogations présentes de cette femme ne font qu'atténuer la puissance de son histoire passée. Un bon tome malgré tout qui, s'il souffre de quelques maladresses et longueurs, n'en reste pas moins dépaysant et prenant.

04/12/2003 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Réédité dans la collection “petit prix” Horizons, cet ancien album de la collection Aire Libre était une des premières (la première?) expérience de Lax en tant qu’auteur complet. Et c’est une demi-réussite (et donc aussi un semi-échec). Réussite parce que Lax arrive à transmettre à son lecteur un vrai souffle d’aventure, malgré le caractère un peu « cliché » des images qu’il nous offre : la belle européenne au milieu de désert, épousée par un chef Touareg… Ca fait un peu carte postale hollywoodienne de l’époque de la mode des films « exotiques ». Mais ça passe, on se laisse prendre par la logique presque mélodramatique de l’histoire. Sans doute à cause du dessin, somptueux, et des superbes couleurs qui donnent une incroyable vie à ce désert. Ce qui me déçoit, en revanche, c’est l’usage un peu excessif des récitatifs. On a par moments l’impression d’avoir plus à faire avec un roman illustré qu’une vraie bande dessinée. D’une certaine manière Lax a choisi la facilité. On aurait pu attendre plus d’habilité d’un dessinateur qui se met au scénario. Et ce qui me laisse un peu sur ma faim, c’est la pirouette scénaristique finale (dont je ne vous dirai rien) qui brouille les pistes de manière inutile. Lax avait-il ressenti le besoin d’ajouter du mystère à son histoire pour lui donner plus de corps ? C’est à mon sens, une coqueterie un peu inutile et que j’ai trouvé quelque peu irritante. A lire donc, mais pas forcément à acheter…

14/06/2003 (modifier)