Gribouillis

Note: 2.46/5
(2.46/5 pour 13 avis)

Il était une fois un gribouillis, un vilain gribouillis tout noir. On l’avait fait en pensant à rien. Juste pour essayer un stylo sur un bout de papier. Et puis on l’avait abandonné là, mal gribouillé... ... Pour l’éternité.


Il était une fois un gribouillis, un vilain gribouillis tout noir. On l’avait fait en pensant à rien. Juste pour essayer un stylo sur un bout de papier. Et puis on l’avait abandonné là, mal gribouillé... ... Pour l’éternité. (résumé au dos de l’album) Se promenant entre les pages, il tombe sur une page du grand catalogue des merveilleuses usines mécaniques modernes. Les objets le rejettent tout d’abord, puis un vilain diable vient le trouver et l’emmène... Il veut en faire cadeau à sa « fiancée » pour son mariage. Mais la dulcinée en question n’est pas très consentante...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Gribouillis
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

21/05/2003 | ThePatrick
Modifier


Par Miranda
Note: 4/5

De « Gribouillis » les gens en attendait certainement trop d’où les nombreuses déceptions, on s‘attend toujours à ce qu‘un auteur nous offre une œuvre encore plus surprenante que la précédente et lorsque ce n‘est pas le cas, la chute est dure. Pour ma part je n’ai pour l’instant lu que le premier tome de La Nef des fous, donc je n’espérais rien de très spécial de cette nouvelle bd, d’autant que les critiques n’étaient pas élogieuses. « Gribouillis » est une histoire mignonne et joliment dessinée, même si elle est assez épurée et sans couleur, cela reste agréable. J’ai un coup de cœur pour le personnage de Gribouillis qui est assez attendrissant, il faut dire que j’adore les bêtes à poils ce qui facilite l’attachement envers ce petit tâcheron à long museau. La fin qui ne se termine pas en happy end apporte une touche d’originalité. Le seul reproche que je ferai c’est la longueur de la bd et surtout le trop plein de planches concernant les divers personnages du catalogue, partie qui se révèle un peu usante à la longue, une petite moitié de celle-ci aurait largement suffit et aurait rendu la lecture plus agréable, sans qu’apparaissent quelques moments de lassitude. La dernière partie est la plus intéressante et la plus belle aussi, donc ne lâchez pas en court de route, et puis les quelques pages de trop ne sont pas si rébarbatives que ça non plus, d’autant qu’il y a de bons jeux de mots disséminés un peu partout et pas mal de bonnes idées bien exploitées, soutenues par des personnages soit attachants soit assez odieux.

12/01/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Si on prend ça comme une bd normale, je la trouve pas mal. Mais si on me dit que c'est de Turf je risque d'être bien déçu. Griboullis ne fait vraiment pas le poids contre l'excellent La Nef des fous pourtant du même auteur. L'histoire est sympathique et j'ai bien aimé voir Gribouillis se promener dans les pages d'un catalogue. Malheureusement, le niveau baisse à l'arrivée de la princesse. Ce n'est pas très intéressant et très peu original. Une énième histoire de princesse à délivrer en gros. C'est loin de l'originalité et de l'univers magique de La Nef des fous.

26/03/2008 (modifier)
Par ManuB
Note: 2/5

En tant qu’aficionado du travail de Turf sur La Nef des fous, j’ai voulu tenter l’expérience de ce one-shot qu’il a écrit entre 2 tomes de sa série phare, et comme la plupart des avis précédents le résultat est plutôt mitigé. Au niveau des points positifs, on retrouve ici toute l’originalité dont il peut faire preuve : suivre les péripéties d’un gribouillis fait à la va vite sur une page d’un catalogue n’est pas chose courante. Il fait preuve d’ingéniosité pour la mise en page et même si le dessin est ramené à sa plus simple expression (quelques traits et quelques trames), on pourra apprécier sa qualité innovante. On pourra également aimer l’évolution du Gribouillis pour finalement retourner à son état premier. Malheureusement, derrière cette originalité se cache une histoire banale de princesse enfermée dans un château, et le tout a beaucoup de mal à démarrer. En effet, le début de cet album est particulièrement long, il se passe très peu de choses et l’humour que Turf essaye d’instaurer ne fonctionne pas. Le meilleur passage est sans conteste lorsque Gribouillis s’approche du château et y pénètre pour découvrir la princesse, mais c’est trop court et l’ennui a déjà gagné le lecteur. Il me reste donc un goût de déception à la fermeture de cet album dont les bonnes idées sont trop éparses pour combler le vide qui s’installe à la lecture.

25/09/2007 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Après tous les avis assez peu enthousiastes lus ici, je ne risquais pas d’avoir la « déception de l’année » en lisant Gribouillis puisque je me doutais déjà qu’il ne fallait pas trop s’attendre à quelque chose de génial. Je ne contredirai pas trop les autres posteurs, je vais peut-être même ne faire que répéter consciencieusement tout ce qui a été dit… Bien que le traitement de l’histoire fasse vaguement « Julius-Corentin Acquefacques pour enfants », l’histoire elle-même est en fait totalement banale : une pauvre princesse prisonnière dans le château d’un méchant roi et qui attend qu’on vienne la délivrer, c’est du déjà-vu. De plus, l’histoire met beaucoup trop de temps à se mettre en place, les saynètes successives qui composent le bouquin ayant une fâcheuse tendance à traîner inutilement en longueur et souvent, à ne rien apporter à l’intrigue (on pourrait faire sauter des « épisodes » entiers du bouquin, comme la rencontre avec les poupées, sans problème). Les tentatives d’humour tombent systématiquement à plat. L’univers créée n’est pas aussi original qu’il voudrait bien l’être mais à au moins le mérite, pendant la première partie de l’histoire, d’être cohérent ; hélas, il perdra un peu cette qualité en route, quand le gribouillis passe dans les dernières pages du catalogue. Bref, sans être une daube infâme, Gribouillis est malheureusement une BD assez ratée.

19/03/2004 (modifier)
Par Scram
Note: 4/5

J'ai acheté cette BD parce que c'était Turf. Contrairement aux autres moi j'ai bien aimé. Tout d'abord on a une histoire vraiment originale. On suit les péripéties d'un gribouillis perdu au milieu d'un catalogue et rabroué par les produits de ce catalogue. Ce que j'aime dans cette BD c'est justement cet univers très poétique. Alors c'est vrai qu'au niveau de l'action, ce n'est pas trépidant. Mais je suis tenté de dire tant mieux. Ici l'histoire prend son temps, c'est une balade que l'auteur nous propose. Je trouve que ça fait du bien une BD comme ça de temps à autres qui privilégie l'ambiance, la poésie à l'action proprement dite. C'est très contemplatif. On en arrive aux dessins. C'est du noir et blanc, c'est assez minimaliste (quasiment pas de fonds) mais c'est beau (c'est Turf tout de même). Le graphisme nous plonge dans l'univers de l'auteur et participe au charme qui se dégage de l'album. Alors voilà, je mets 4 parce que c'est une BD qui apporte une bouffée d'air, de poésie et qui sait prendre son temps (ce que lui reproche visiblement beaucoup de personnes mais qui m'a plu). Le principal défaut est peut-être la fin. Je croyais que c'était un one-shot. Si c'en est un je trouve que ça se finit de manière un peu abrupte. S'il y a un deuxième tome de prévu, je l'attends avec impatience.

12/10/2003 (modifier)
Par Kael
Note: 2/5

Cet album est bourré de bonnes idées bien débiles et franchement originales, c'est clair. Turf n'est pas le mec qui fait des trucs très conventionnels, ça ne date pas d'hier. Pourtant, c'est assez chiant à lire, c'est complètement indigeste au final. Tout n'est que prétexte à quelques bonnes idées, mais il n'y pas le moindre fond intéressant. Bref, j'en ai lu les 2/3 dans la douleur, et j'ai arrêté.

14/09/2003 (modifier)
Par Piehr
Note: 2/5

J'ai laissé pas mal de temps passer avant de m'attaquer à la lecture de Gribouillis, oeuvre de Turf dont j'attendais beaucoup, légitimement lorsque l'on a dégusté la nef des fous ! Donc, après avoir laissé pas mal d'eau couler sous les ponts, voila que je m'atelle à la lecture de ce pavé, à la couverture intrigante par son minimalisme, sa simplicité : Turf, qui nous avait habitué à des prouesses graphiques, change de style radicalement. Du moins, en apparence. Car on retrouve au fil des pages sa patte unique, la forme des bulles si particulière (rectangle aux coins étirés), son découpage très personnel, et le ton typique de ses histoires. Oui, mais... mais c'est un livre pour enfant ! non ? on dirait, pourtant. En tout cas, durant la lecture de ce livre, je m'imaginais très bien le racontant à ma petite cousine de 8 ans qui aurait tout compris, et à coup sûr beaucoup plus apprécié le nouvel univers décrit par Turf. Oui, c'est original, pas de doute là-dessus. Très original, même ! Que ce soit au niveau de la mise en forme graphique, du fond de l'histoire, de l'univers créé, des personnages rencontrés, c'est du grand art de trouvailles et de bonnes idées. Mais ça ne fait pas tout... Car comme j'ai lu plus bas, l'histoire n'avance vraiment pas, ça traine en longueur à en être énervant parfois, et j'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi Turf à choisi de faire autant de page de son histoire, alors que la même sur 48 pages aurait été beaucoup plus rythmée, active (je divise tout de même l'album par 2.5, la, en gros, c'est pas rien). Bon, les personnages sont mignons, leur style graphique est excellent (on les croit vraiment tout droit sorti des Merveilleuses Usines Mécaniques Mordernes, en effet), et on peut y rencontrer comme thème principal l'exclusion. L'exclusion des gribouillis par les poêles de chauffage. Hum :) Comme je l'ai déjà dit, le style graphique est très bon. Par contre, les pages sont d'un dépouillé !!! énervant. La bonne idée, c'est d'avoir conçu cet album à la manière d'un crescendo graphique, pour atteindre son paroxisme dans le chateau d'écosse, avant de redescendre en crescendo jusqu'au gribouillis originel. Bonne idée, sympa, mais qui donne un gout d'inachevé au final.. Qu'est ce qu'elles sont vides, ses planches, parfois !! Bon, une bonne petite histoire à lire aux enfants, mais je doute fort que le fond puisse intêresser une grande personne...

02/08/2003 (modifier)
Par Tony Ross
Note: 3/5

Alors là, je suis franchement d'accord sur le fait que c'est peut-être la plus grosse déception de l'année. Non mais, c'est vrai, quoi! Depuis le temps qu'on nous en parle de ce Gribouillis, nous autres, fans de Turf, nous attendions, il est vrai, cent fois plus de cet ouvrage. Le jour de parution de l'album, je cours en magasin afin d'être parmi les premiers privilégiés à lire cette tant attendue aventure du petit gribouillis perdu dans les pages d'un magazine de vente par correspondance. Arrivé sur place, je ne peux qu'être ébloui par la présentation de l'oeuvre. En dehors de la couverture magistrale, l'intérieur me réservait aussi pas mal d'excellentes surprises. Déjà le dessin. Rien à dire si ce n'est que Turf est un génie. Les ombres, les personnages, les phylactères,... tout! Même la mise en page est fidèle à la Nef des fous. Mais alors, pourquoi seulement 3/5 si tout est aussi exceptionnel?!! Simplement parce que le scénario est franchement moyen. Les textes ne sont pas terribles, les personnages sont souvent d'un inintérêt assez impressionnant, et l'histoire n'avance pas, ou du moins, pas comme on pourrait l'attendre d'une histoire contée par un auteur tel que Turf. C'est long, très long, trop long. On en arrive à compter le nombre de pages qu'il reste avant la fin de l'histoire, tellement on s'ennuie. Mais il faut quand-même laisser à Turf que l'idée de base de l'histoire est fabuleuse. Donc : déception, oui. Mais Gribouillis reste malgré tout une bonne BD, ne serait-ce que pour ces dessins exceptionnels. On espère quand-même que Turf continuera sa Nef des fous avant de nous offrir un autre one-shot aussi décevant.

01/08/2003 (modifier)
Par JBT900
Note: 1/5

La plus grande déception BD de l'année ? Pour moi en tous cas c'est bien parti. Parce que le nouvel album de Turf, on était quand même nombreux à l'attendre. Enfin, après avoir traîné sur les forums du web et épié les dates de sortie, il a été là, et d'emblée, rien que d'aspect extérieur j'ai été refroidi. Trop gros, trop carré, trop rouge, vraiment pas beau du tout d'aspect extérieur. Dès la sortie je l'ai feuilleté, et je n'ai pas été emballé. Quelque chose me gênait. Après deux tentatives j'ai réussi enfin à le lire jusqu'au bout. Premier constat : c'est long. C'est affreusement long à se mettre en place. L'arrivée de Gribouillis est interminable et peut-être même pire que ça, bâtie sur un schéma vraiment pas nouveau, avec une voix off de narrateur bien sympa au début mais qui devient vite lourdingue. Second constat : je sais bien que c'est le contexte de la BD qui veut ça, mais les pages avec aucun arrière plan, et des reprods de poupées de catalogue ça me passe à 100 000 pieds au-dessus de la tête. Je n'y vois aucun intérêt et pire, aucun charme. Alors c'est vrai que "Gribouillis" est mignon, bien dessiné, mais voilà, c'est tout. Je n'ai jamais réussi à me prendre d'affection pour cette bestiole, et les cases surchargées de dessin, de catalogue, de voix off et de dialogue m'ont littéralement assommé. En plus d'être long, c'est très pénible à lire. Grosse grosse déception donc pour un auteur très talentueux que j'attends pour un certain tome 5 d'une autre série, mais c'est tout.

27/06/2003 (modifier)
Par Fubuki
Note: 2/5

J'attendais beaucoup de "Gribouillis" : une BD originale, intéressante, captivante... Tout ce à quoi on a droit, c'est de l'originalité, sinon le reste on l'attend du début à la fin. Turf, l'auteur de "La nef des Fous", que je vénère, s'essaye au noir et blanc histoire de sortir un peu de sa série principale et de passer moins de temps sur une planche. Je serais presque tenter de le classer dans les BDs jeunesse. Turf a essayé dans la sensibilité, dans la poésie, mais il faut croire qu'elle n'opère pas sur moi. Les aventures d'un petit Gribouillis qui se ballade dans un catalogue n'ont pas réussi à me surprendre. Je reproche à cette BD : Premièrement, l'écriture. La narration installée rend l'histoire bien monotone et lourde, c'est justement elle qui me fait dire que "Gribouillis" est une BD pour enfants. Le "héros" de l'histoire est muet, on croise alors des "Gribouillis était très triste" ou bien "Gribouillis était content". Simpliste, voilà, c'est le mot que je cherchais. Deuxièmement, reproche de taille : l'histoire est ennuyante. Pour résumer, Gribouillis part à l'aventure dans un catalogue, il croise des objets, il rencontre le patron, se fait kidnapper et tombe amoureux d'une poupée... Ceci en 80 pages (N.d. modo : 120, pas 80...)! On ne peut pas dire que cela soit bien palpitant. Et la fin est plus que décevante, car on se rend compte que ça n'aboutit à rien. Turf adopte une construction cyclique, certainement pour donner encore un peu plus de poésie à l'album... mais après autant de pages aussi ennuyeuses je n'ai pas pu la voir. Tout ce qui m'a séduit c'est l'originalité, aussi bien graphique que scénaristique, dans le sens que le cadre est intéressant. Turf, même en noir et blanc est talentueux !

25/06/2003 (modifier)