Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Jugurtha

Note: 2.88/5
(2.88/5 pour 8 avis)

Dans la période précédant notre ère, un jeune prince numide se débat dans son monde de brutes.


Avant 475 : Antiquité Journal Tintin

Un jeune prince trop populaire, que son oncle, le roi de Numidie, essaye d'écarter pour favoriser ses fils. Voilà Jugurtha envoyé en Ibérie pour aider les soldats romains à faire le siège de la ville de Numance. De prouesse en prouesse, le lionceau des sables fait ses griffes sur les murs de la ville. Il apprend à rugir... Rentré dans son pays couvert de gloire, il doit faire face aux intrigues de ses cousins Hiempsal et Adherbal Le roi meurt. On essaye d'emprisonner Jugurtha. La guerre civile éclate en Numidie.

Scénariste
Dessinateurs
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1975
Statut histoire Série terminée 16 tomes parus
Couverture de la série Jugurtha

12/03/2003 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 C'était une série que j'avais envie de lire même si les séries réalistes du journal de Tintin ne sont pas une partie de l'histoire de la BD qui m'attire le plus. J'ai bien aimé les deux premiers tomes dessinés par Hermann. Son trait est sympathique même s'il fera mieux par la suite. Le contexte historique est intéressant quoique je ne suis pas trop fan de la manière dont le scénariste semble blanchir Jugurtha de ses pires cotés (dans la réalité il tue ses deux cousins alors du coup ici les deux cousins sont très méchants contre le pauvre Jugurtha!). Puis vient la période avec Franz qui m'a bien moins plu à cause de son dessin qui ne m'attire pas trop pour je ne sais quelle raison. Les tomes sont inégaux et vont du pas mal sans plus à du franchement ennuyeux. Un truc qui m'a frappé c'est que le tome 4 semble introduire des personnages et des éléments importants sauf qu'ils ne seront plus touchés par la suite. Il y a plusieurs personnages féminins intéressants (apparemment c'est un truc normal dans l'oeuvre de Franz) et qui sont plus charismatiques que le héros lui-même. La partie en Afrique est la meilleure de ce duo et le pire sont les tomes 5 et 6 qui m'ont ennuyé au point où j'avais envie d'abandonner la série. J'ai lu l'intégrale qui ne reprend pas le dernier tome (probablement pour des raisons de droits) et je ne suis pas pressé de le lire. Au final, une série avec des bons et des moins bons moments qui ne m'a pas trop passionné. À réserver aux fans de vieilles séries réalistes de Tintin.

19/11/2017 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 3/5

Jugurtha est une série que je lisais jeune dans le journal Tintin dans les années 80. C'est un peu plus tard que j'ai découvert les deux premières histoires dessinées par Hermann qui datent de la fin des années 60. Le début de la série suit une trame historique en se concentrant sur la vie du prince numide Jugurtha dans l'Antiquité. Celui-ci fut d'abord allié puis ennemi de Rome. C'est assez bavard, un brin didactique, comme beaucoup d'albums à caractère historique de cette époque. Hermann est à ses débuts et fera bien mieux après comme dans Bernard Prince. Avec le passage de relais d'Hermann à Franz, lors du troisième album, le récit toujours écrit par Vernal (qui deviendra rédac chef de Tintin) prend plus de liberté avec l'histoire. Franz réalise un très beau travail, mais les dialogues de Vernal sont parfois un peu bancals. Le héros se ballade autour du monde, affrontant les tyrans en Asie, les magiciens en Afrique, toujours accompagné par la belle Vania. J'aime surtout le cycle qui se passe en Afrique qui va de l'album du grand zèbre sorcier au feu du souvenir. Cette série ressemble à du Thorgal, dans ce côté héros balloté par les événements, victime de la folie des hommes. La série avait des qualités, pourtant elle n'a pas connu le même succès et encore moins la même postérité que Thorgal. Peut-être que le côté systématique de certaines situations a fini par lasser les lecteurs. La série s'est arrêtée en 1986 dans le journal Tintin, puis s'est poursuivie avec deux autres albums dispensables. Néanmoins, je pense que cette série est à redécouvrir, notamment pour les dessins de Franz.

16/09/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette épopée romaine lancée en 1967 dans le journal Tintin par le jeune Hermann et le scénariste J.L. Vernal qui signe Laymilie, n'a jamais été considérée à sa juste valeur. Le contexte est à peu près le même que celui d' Alix, sauf qu'ici, c'est un personnage réel qui en est le héros: Jugurtha, prince numide ambitieux, rusé et cruel, puis roi de Numidie qui entrera en lutte avec la puissance de Rome tout en déjouant les complots internes de ses propres cousins Hiempsal et Asdrubal pour la course au pouvoir. Vernal découpe son récit en chapitres ; c'est la première apparition de ce type de narration, procédé qui sera repris dans Tintin par Greg pour Comanche, Les Panthères ou Go West. Dans ces aventures vraiment inspirées de l'Histoire, on remarque une violence et une cruauté inhabituelles à l'époque pour un journal de jeunes, même si elles étaient dictées par cette période troublée de l'Antiquité ; l'aspect politique peut-être un peu trop souligné pouvait ennuyer le jeune lecteur, mais le trait d'Hermann, pourtant à ses débuts, est déja riche et vigoureux. Mais après une centaine de planches (réunies en 2 albums au Lombard), Hermann qui vient de créer Bernard Prince avec Greg, décide de se consacrer à ce héros, la série est arrêtée en 1968, et ne réapparaîtra qu'en 1976 sous le crayon de Franz, toujours scénarisée par Vernal, qui malgré une lourde succession, donne un ton résolument orienté vers la légende fabuleuse, délaissant les références d'origine, car Jugurtha, qui selon les sources historiques, est défait par le général Marius et finit ses jours dans les geôles romaines du Tullianum, n'a plus rien à voir avec le héros décrit précédemment. Accompagné de son fidèle ami Chabrias et surtout de la jolie Vania à qui Franz donne une dimension particulière, Jugurtha parcourt le monde antique, débarrassé du poids de Rome. Malgré cette optique, Franz hisse la série à un échelon tout à fait honorable, même si le lecteur que j'étais a eu du mal au début pour passer du dessin léché de Hermann à celui plus touffu de Franz, qui d'ailleurs ne prouvera son véritable talent graphique qu'avec sa propre série en 1980 : Lester Cockney, et peut-être plus encore plus tard avec Poupée d'Ivoire.

15/06/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Jugurtha commence assez bien pour ensuite partir vers quelque chose de beaucoup moins intéressant... dommage. A mon avis, cette série a un niveau honnête objectivement. Seulement voilà, ma note ne concerne que mon plaisir à la lecture et ma vision subjective. Le scénario est parfois intéressant pour le plus souvent être assez moyen voir ennuyeux. Le dessin a beaucoup vieilli et assez mal selon moi même si je reconnais tout de même sa qualité. Comme souvent dans les anciennes BD la colorisation est atroce. C'est pâle, fade et assez mal choisi. Enfin bon en même temps c'était comme ça à l'époque et c'est toujours facile de venir critiquer aujourd'hui quand les moyens techniques sont bien meilleurs... il n'empêche que j'ai pas aimé. Jugurtha est une série trop inconstante et mal colorée... snif... :(

19/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Ce jeune prince numide entre en scène dans l'hebdo Tintin n° 18, 22ème année, du 2 Mai 1967. "Jugurtha" ?... C'est, au départ, l'histoire vraie et documentée des tribulations de ce jeune prince face aux complots et turpitudes ourdis par ses cousins Adhubal et Hiempsal. Sous les scénarios de Jean-Luc Vernal (qui signe ici sous le pseudo de Laymilie), Hermann -alors à ses débuts- illustre les histoires d'un trait académique et réaliste. Ces aventures paraîtront alors dans l'hebdo sous forme de maxi-chapitres. Ce n'est qu'en 1975 que les deux premiers albums -en noir et blanc- seront édités chez RTP ; ce malgré le succès de la saga. Pourtant, en cette même année 1975, Hermann abandonne "Jugurtha". Raison invoquée : "il" lui est fait grief d'un engagement trop "politique" (!?!)... 1976. Jugurtha revient, plus fougueux que jamais. Et cette fois, c'est Franz qui "se colle" au graphisme. Il va lui donner une nouvelle impulsion, une nouvelle "vie" qui n'aura plus rien à voir avec celle dessinée par Hermann. Vernal, qui signe maintenant les scénarios sous son vrai nom, imagine et fait accompagner Jugurtha de la belle Vania. Et il va leur en faire découvrir du chemin ; tant en Afrique que dans les steppes d'Asie. On y oublie d'ailleurs quasi l'hégémonie romaine présente dans les premiers opus. Bien que n'étant pas le "papa" de "Jugurtha", Franz va vite trouver ses propres marques. Son style vif et réaliste va rapidement hisser la série vers les "incontournables" des années 1980. Hélas, Franz décède le 8 Janvier 2003. Sa dernière mise en scène de "Jugurtha" remonte à 1991. En 1995 paraîtra un (ultime ?) album, dessiné par Suro, toujours sur un scénario de Vernal. Mais la sauce ne prendra pas. Cela fait plus de dix ans que ce prince s'en est allé... En Afrique ?... Vers les steppes ?... Seuls les vents pourraient nous dire la réponse...

18/09/2006 (modifier)
Par Dakhan
Note: 2/5

Une série qui débutait pas mal (les deux premiers albums) avec une tentative assez réussie de faire un héro d'un personnage dont l'histoire n'a pas gardé une image positive. Mais ensuite ça ce gâte, le scénario devient vraiment grossier, nombre de choses ou rebondissements sont parachutés comme dans un rêve. On a vraiment du mal à être pris par ces aventures assez invraisemblables. Peut-être que la série s'améliore sur la fin, je n'ai pas réussi à dépasser le tome 8.

19/07/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Une série d'aventure historique originale de par son personnage principal. Un héros kabyle de l'époque antique, vous en avez souvent vu en BD ? Bon, dans les faits, le physique de Jugurtha n'est pas original puisqu'il ressemble à un européen brun et plutôt bien fait, mais bon,c'est l'idée qui compte. Ensuite, il n'y a pas à dire, pour un personnage de cette époque, Jugurtha en aura vu du pays (presque plus que Thorgal). Au long de ses albums, il visitera toute l'Afrique, l'Europe et ira même jusqu'aux confins de l'Asie. Sacré voyageur. Quant aux scénarios, très basés sur l'action/aventure, ils restent néanmoins très sympas et agréables. Bon, ça ne casse pas des briques, mais c'est une BD qu'on relit avec plaisir adulte comme adolescent. Seul point de détail un peu... facile, je trouve, c'est Vania, qui bien sûr est belle, intelligente et tout, mais aussi, je trouve un peu trop douée à l'arc : je trouve ça un peu facile de créer des personnages comme Jugurtha et Vania, l'un imbattable à l'épée et l'autre à l'arc. D'accord, il faut que les héros soient vraiment forts sinon ce n'est pas de la vraie aventure, mais là, il y a une pointe d'exagération et de facilité scénaristique... Un peu... Quelque part... Bon, c'est pas grave. Et concernant le dessin, je le trouve très sympa. Moi qui aime Hermann, je trouve qu'il était quand même encore un peu jeune et son talent pas encore au point pour les premiers albums de cette série, mais par contre Franz Drappier nous offre un dessin vraiment de très bonne qualité ensuite. Série intéressante, donc.

25/03/2004 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Un peu d'histoire pour commencer : Prince numide (v. 160 av. J.-C. - Rome v. 104 av. J.-C.), petit-fils illégitime du roi de Maurétanie Masinissa, Jugurtha combat en Espagne aux côtés des Romains. En 118 av. J.-C., il hérite d'une partie du royaume de son grand-père ; ses deux cousins, fils de Micipsa, se partageant le reste. Entreprenant de réunifier son héritage, il reçoit la Numidie occidentale (117), avant de s'emparer de la Numidie orientale (116). Lors du siège de Cirta (113), le massacre des négociants latins entraîne un conflit avec Rome. Marius, nommé consul en 107, et son questeur Sylla réduisent peu à peu Jugurtha, qui, trahi par un parent, Bocchus, roi de Maurétanie, est livré en 105. Exposé lors du triomphe de Marius (104), il meurt de faim dans son cachot. C'est sur ce personnage extrêmement populaire auprès des Kabyles que s'est penché le scénariste Jean-Luc Van Kerkhoven (Vernal) au milieu des années 1960. Il s'engage avec le dessinateur Hermann (qui dessinait Jugurtha pour des raisons alimentaires) dans cette saga racontant (de manière un peu romancée) les prouesses de ce mythe qu'était Jugurtha (à noter qu'en France, dans les années 1980-90, il y a eu 2000 naissances de petits garçons portant ce prénom). Au troisième album, Franz Drappier (disparu en février 2003) reprend le dessin, pour le porter à des sommets et donner à la série ses lettres de noblesse. En effet, les aventures du prince numide sont remplies de chevaux, de paysages variés et de femmes fortes, tout ce que le dessinateur de Lester Cockney adore. J'ai découvert cette série au milieu des années 1980, à l'époque des albums Makounda et suivants, et j'ai adoré ! Combats épiques, manipulations et complots politiques, cadre social, voilà une série historique malheureusement méconnue. En 1996, les Editions Soleil demandent à Michel Suro (Le Clan des Chimères) de reprendre le dessin, pour ce qui reste à ce jour l'ultime opus de la série, et un échec critique et public. Les scénarios de Vernal étaient vraiment très intéressants, dommage que Franz ait quitté la scène aussi tôt.

12/03/2003 (modifier)