Lester Cockney

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 12 avis)

Anticonformiste, indiscipliné, insolent, irlandais, Lester Cockney n'aime pas l'autorité. Pas plus que l'abus de pouvoir. Avec lui, nous mettons le cap sur les colonies britanniques du 19 ème l'Inde, l'Afghanistan, l'Egypte, etc. A voir aussi : Irish Melody (Lester Cockney Jeunesse)


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Inde Journal Tintin Le Colonialisme Le Lombard Les Roux !

Anticonformiste et farouchement indépendant, Lester Cockney est irlandais. Enrôlé dans l'armée, il se retrouve en première ligne des conflits meurtriers qui, au 19e siècle, opposent les colonialistes britanniques aux rebelles d'Afghanistan. Des montagnes du Pendjab aux plaines de Hongrie, il accomplira ensuite un long voyage tumultueux qui le mènera bientôt... jusqu'en Amérique ! Texte LE LOMBARD

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1982
Statut histoire Série terminée 9 tomes parus
Couverture de la série Lester Cockney
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

03/01/2003 | Pierig
Modifier


Ces aventures d'un Irlandais bourru au grand cœur au milieu du dix-neuvième siècle sont vraiment très plaisantes. Le moins que l'on puisse dire est que l'exotisme est au rendez-vous : si notre héros grandira en Irlande ('Irish Melody' et 'Shamrock Song', hors-séries sur la jeunesse du héros édités dans la collection Signé) et finira aux États-Unis (tomes 8 et 9), ce qui semble plutôt classique me direz-vous, il faut préciser qu'il passera entre-temps par l'Afghanistan (tomes 1 et 2), l'Inde (tome 3), l'Égypte (tome 4), la Dalmatie (tome 5), la Hongrie (tome 6) et l'Espagne (tome 7), rien que ça ! Il croisera durant ses voyages la route de trois femmes : Emma Pebbleton, jeune Anglaise rencontrée à Kaboul, la comtesse hongroise Ilona von Horvath-Palfi (qui veut retourner à Pécs !) et la belle Indienne Taranna, ces deux dernières étant les personnages secondaires les plus marquants de cette série. Franz a mis en image ces femmes et ces différentes contrées de remarquable manière. En ce qui concerne les pays, on s'y croit vraiment, on est à chaque fois immergé, les décors sont fouillés, les costumes soignés. Il y a du boulot derrière. Je mentionne toutefois quelques soucis de narration sur les tomes 1, 2, 6 et 7, où la densité de l'intrigue est un peu trop grande, ce qui empêche les instants de respiration et qui fait que l'on sent que l'histoire est vraiment à l'étroit dans le format 46 pages. Rien de grave, cependant. En ce qui me concerne, mon coup de cœur va aux tomes 3 à 5 qui eux sont vraiment parfaits, et qui m'ont dépaysé comme rarement bandes dessinées ne l'ont fait. Je ne saurais donc que trop vous recommander de faire vous aussi ce beau voyage. Les notes détaillées des albums : 0.1 - Irish Melody ***** 0.2 - Shamrock Song ***** 1 - Les Fous de Kaboul **** 2 - La Neige était crissante **** 3 - Une Hongroise au Pendjab ***** 4 - Je veux retourner à Pécs ! ***** 5 - Le Roi des Dalmates ***** 6 - Les Conjurés du Danube *** 7 - La Déchirure *** 8 - Oregon Trail ***** 9 - Mise au Poing ****

24/09/2019 (modifier)
Par montane
Note: 4/5

Relire "Lester Cockney", c'est se replonger dans une des séries emblématique du Journal Tintin des années quatre-vingt. Que dire de ce personnage? A l'image d'un Corto Maltese, Lester Cockney est un aventurier Irlandais au caractère bien trempé qui parcours le monde, allant, là ou le vent le porte. A la différence d'un Corto dont les terres de prédilection se situaient plutôt en Amérique du sud et en Europe, Lester Cockney parcourra en sus de l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord. Bien sur, Franz n'est pas au niveau de Pratt en ce qui concerne la qualité du scénario, et les histoires formatées en 46 planches ne permettent pas de développer la psychologie du personnage, comme cela pouvait être le cas chez le célèbre héro à la caquette. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si la jeunesse de Lester Cockney racontée par Franz dans la collection "signé" est sans doute le moment le plus abouti de cette série puisqu'elle s'affranchi du format traditionnel des 46 pages. Autre différence, entre les deux personnages, le rapport aux femmes. Alors que Corto Maltese, malgré son coté séducteur, restait un célibataire invétéré, Lester Cockney partagera longtemps ses aventures entre une Aristocrate Hongroise, Ilona et une Indienne, sans le sous, Tamara, qu'il choisira finalement pour partir finir ses vieux jours aux Etats-Unis. Le dessin de Franz atteint sans doute son apogée dans les 6 premiers tomes, ou transparait une fois de plus son talent inégalé pour dessiner les chevaux. Les 3 derniers albums ont été dessinés après une longue interruption, et le trait y est moins précis. Une belle série d'aventure de facture classique, et non dépourvue d'humour, qui a très bien passé le cap des ans.

16/08/2016 (modifier)
Par Puma
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Lester Coskney … une longue épopée de 9 tomes + deux sur sa jeunesse en collection « signé », (« Irish Melody » & « Shamrock Song »). Cette aventure commence aux deux premiers tomes en Afghanistan où notre héros, farouchement et irréductiblement indépendant, rencontre une bien jolie assez sauvage et exotique Taranna qui l’accompagnera dans toutes ses aventures ensuite. Au tome trois, ils passent en Inde où ils rencontrent Ilonna, une jolie blonde hongroise cette fois aux allures bien plus aristocratiques, et qui aimerait retourner en terre natale. Elle les accompagnera ce tome-ci et les quatre suivants. Ainsi, dès le tome 3, la petite troupe de Lester et des deux filles au caractère bien trempé, mènera un long voyage pas toujours très cohérent, pour le retour en Europe. Ils passeront au tome 4 en Egypte, puis au tome 5 en Turquie, en Grèce, et en Serbie, et continueront leur périple aux deux tomes suivant où finalement et contre toute attente, ils reviendront en Inde où Ilonna trouvera son âme sœur et laissera les deux premiers protagonistes continuer leurs aventures. Ce n’est que 12 ans plus tard (attente de 1993 à 2005) , que nous retrouvons sans transition Lester et Taranna en Amérique pour deux tomes de nouvelles aventures western en terre indienne. Cette longue épopée allant de l'Afghanistan à l'Amérique en passant pas l'Inde, l'Egypte, la Turquie, La Grèce, et les pays slaves du centre de l'Europe, est sans cesse à multiples rebondissements, et l’on dévore cette saga avec réelle avidité une fois qu’on la commence ! Un vrai régal de lecture, de fraîcheur, et d’évasion. Et un invraisemblable voyage anachronique avec trois personnages principaux bien attachants. Voilà pour la série. Signalons - en clin d’œil - qu’elle fait furieusement penser à celle de Jugurtha après que Franz ait repris les pinceaux d’Hermann qui en a signé les deux premiers tomes. Il semble, à la lecture de Lester Cockney, que l’influence de Franz sur Vernal a dû être immense, car nous avons exactement le même type de fresque, mais davantage développée en Afrique pour la série sœur. Pour le dessin, qu’une chose à dire : QUE DU BONHEUR ! Ce que Franz nous donne à regarder est immense. Il ne cherche pas l’esthétisme global de la planche, mais la dynamique de lecture visuelle graphique. Et cette dynamique des scènes est tout bonnement surprenante, ahurissante, inédite. Ce bouillonnement jaillit de chaque case d’action comme un vrai feu d’artifice, dans une esthétique toujours réussie, superbement cadrée et irréprochable. Certaines scènes semblent tellement originales dans leur construction que jamais vues ainsi ni avant … et plus surprenant, ni après, malgré l’eau qui a coulé sous les ponts depuis ! En un mot, son dessin est vivant ! A l’ère actuelle où ca pue de plus en plus l’informatique et le graphisme uniformisé assez figé qui en résulte dans les planches BD, l'on croit rêver en lisant un Franz ! Ce qui ne gâche rien, ces personnages féminins sont également réussis ce qui n’est vraiment, mais alors vraiment pas, une généralité en BD. Suffit en comparaison d’ouvrir la décidément très fort cotée série « le Chant des Stryges » pour voire tout l’abime existant entre un visage féminin réussi (pas exceptionnel comme ceux de Gibrat, Manara, ou Giadino, dont c'est un peu la marque de fabrique, mais réussi tout de même - merci Franz) , et des complètement ratés … En résumé, pour en revenir au trait de Franz, un très grand maître du crayon et un des meilleurs dessinateurs de composition dynamique. Avec le recul, l’on pourra lui reprocher certaines cases chargées (mais c’était dans la mode du temps) et parfois un côté brouillon qui est le corollaire de sa dynamique ahurissante. Il n’aura néanmoins pas toutes les qualités ; Il ne s’occupera jamais de la mise en couleur, et il ne nous donnera jamais les splendeurs colorées de la couleur directe comme Rosinski, Hermann, Follet, Maël, Jarbinet, etc … mais, en dessin pur et dur, en dynamisme des scènes, à mon sens, il les surpasse tous ! A propos des couleurs de la série Lester Cockney … un grand Bof … Typiquement celles du Lombard des années ’80. Les coloristes non nommés (sauf pour le dernier tome 9) livrent un travail assez basique, pas toujours des plus inspiré. Le tome 6, " les Conjurés du Danube", voit le dessin fortement diminué par une mise en couleur bien trop sombre et envahissante, où les traits du dessinateur finissent pas ne plus apparaître, et avec des choix de tons pas toujours du meilleur goût. En conclusion, pour la symbiose du dessin et de l’histoire, tous deux menés de main de maître, et la réussite de cette série très personnelle, un incontournable 5 *

29/04/2016 (modifier)

Si la qualité du dessin de Franz est remarquable, on regrettera quelques trop nombreux anachronismes (notamment dans les 2 derniers albums, mais pas que) qui gâchent un peu le plaisir du lecteur pragmatique et qui ne m'encouragent pas à mettre le 5 que certains albums méritent grandement notamment Une Hongroise au Pendjab et les Conjurés du Danube. On suit avec un plaisir néanmoins non dissimulé les pérégrinations souvent enchanteresses de cet irlandais impétueux.

23/09/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série d'aventure sympathique quoique je ne dirais pas qu'elle m'a beaucoup passionné. Il faut dire que le héros est la plupart du temps dans des pays qui ne m'intéressent pas trop. Le point fort selon moi est la relation entre Lester et ses deux compagnes. Cela donne des moments savoureux et j'aime comment leur relation est ambiguë (Lester semble être un célibataire endurci, mais il dort nu avec elles). Malheureusement, les autres personnages me laissent indifférent. Le dessin de Franz est plutôt bon quoique son style ne m'attire pas trop.

25/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Après plusieurs autres travaux, voici la série qui va crédibiliser son auteur auprès des grands dessinateurs de BD; il se lance seul en 1980 dans une grande série, dotée d'un personnage riche, et basée sur une bonne documentation historique. Je l'ai découverte dans le journal Tintin, et elle m'a un peu réconcilié avec le graphisme de Franz que j'ai toujours eu un peu de mal à apprécier. Son héros est un Irlandais rouquin, opiniâtre et tête brûlée; déja, ça démarre bien, j'adore les personnages anticonformistes. Car au XIXème siècle, cet anticonformisme farouchement indépendant dérange ses supérieurs de l'armée des Indes qui se livre à une guerre coloniale; son refus de l'autorité, son indiscipline font toute la richesse du personnage. Avec ses deux comparses féminines Taranna et la comtesse hongroise Ilona, Lester va entreprendre un périple mouvementé; cet aventurier cabochard et plein de charme va en même temps se trouver confronté à ses deux compagnes de fortune qui vont lui donner du fil à retordre par leur tempérament. Ce qui renforce Lester dans son choix d'un célibat endurci. Franz propose une vraie fresque d'aventure historique qui lui permet d'exprimer pleinement son talent graphique et scénaristique; son héros et ses 2 héroïnes sont bien cernés. Ce cocktail d'aventures palpitantes, de refus des conventions sociales et de sens de l'honneur, au sein de superbes paysages, devient l'une des meilleures bandes réalistes du journal Tintin des années 80.

01/07/2013 (modifier)

Si vous aimez la belle BD aventure... c'est un must. Dessins, mise en page, scénario superbe... du grand Franz Ça fait partie des vieux classique qu'on est content de découvrir et pour lesquels on se dit : "C'était mieux avant ... " Je parle ici du dessin délicieusement PAS numérique. Elle mérite plusieurs lectures pour en profiter pleinement je pense.

10/01/2010 (modifier)
Par sagera
Note: 4/5

Voilà le type de bd idéal quand on rêve d’aventures et de dépaysement. Les voyages de Lester et de ses compagnes contiennent tous les ingrédients permettant d’embarquer gaiement pour d’autres horizons. Tout y est. L’humour (les rapports de Lester avec ses deux compagnes sont pleins de surprise et de sous entendus), l’aventure (les péripéties des héros sont variées et épiques, les références historiques (s’ancrant dans la grande histoire, les aventures de Lester nous apprennent un tas de choses sur les peuples et les pays qu’elles traversent)… tout ça est servi par le graphisme fouillé et précis de Franz. Que demander de plus ? Je conseille vivement à tous ceux qui aiment la bd d’aventures.

21/04/2009 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 4/5

Une série d'aventure avec un grand A, donc une série d'Aventure comme on aimerait en voir plus souvent. Râleur et tête de mule, l'irlandais Lester Cockney se voit intégré malgré lui dans l'armée anglaise avec pour affectation les Indes. Le pays est bien rapidement trop petit pour notre héros qui à la suite de péripéties aussi nombreuses que hautes en couleurs se voit contraint de fuir en compagnie d'une comtesse et d'une jeune fille vers la Hongrie. Mais le voyage ne cessera jamais pour Cockney... Superbes personnages, excellentes intrigues, originalité tant des sentiments que des situations... Que demander de plus ? Un dessin époustouflant ? Il l'est, tout en puissance et virtuosité. Attention de ne pas être renversé par un cheval ou surpris par le vent qui court sur les paysages superbes de Franz, car tout cela à la faculté de déborder des planches des albums de cet auteur décidément parti trop tôt. Un classique (mais vraiment original par son style) à découvrir sans hésitation ni restriction.

15/04/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Lester Cockney, un rouquin baroudeur fait son entrée dans l'hebdo Tintin n° 28, 39ème année, du 4 Juillet 1980. Lester Cockney ?... Il est Irlandais. Et forcément roux. Enrôlé de force dans l'armée de Sa Gracieuse Majesté, il va très vite se retrouver en première ligne d'une guerre qui oppose Britanniques et nationalistes afghans. Nous sommes à la fin du 19ème siècle et les anglais sont encore en pleine période colonialiste... Et il va en vivre, des péripéties, notre brave Lester ! Aux Indes, il va délivrer une vicomtese hongroise et une jolie indienne. En leur compagnie, il va effectuer un long et difficile voyage vers la Hongrie. Et croyez-moi, il va avoir difficile de composer avec ces deux charmantes dames ! Franz, scénariste ET dessinateur très doué nous offre ici une bien belle série. Plein d'imagination, un graphisme directement reconnaissable, il nous emmène dans une succession d'aventures tumultueuses et bien plaisantes à lire (et à regarder). Lester Cockney, ce sont des planches qui "pètent" de vie, des couleurs vives qui font ressortir l'action à merveille, des scénarios emballants qui vous prennent par la main -gentiment- pour ne plus vous la lâcher. Ca promettait beaucoup. Mais Franz n'est plus de ce monde... L'auteur : Franz DRAPPIER, dit Franz, dessinateur-scénariste belge, est né à Charleroi le 11 Juin 1948. Outre cette série, connu pour Jugurtha, "Hypérion". Un boulimique du travail qui a participé à maintes autres séries. Je vous en parlerai un jour. Décédé en France le 8 Janvier 2003, il nous laisse néanmoins l'image d'un "grand" de la BD franc-belge réaliste.

02/09/2006 (modifier)