Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Barrio

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Après avoir décrit par le menu son enfance particulièrement joyeuse passée dans un internat, Carlos Giménez nous emmène dans son "barrio", à savoir son quartier de Madrid. Tout au long des quatre albums (dont trois parus seulement dans l'intégrale pour le public français), Giménez nous plonge dans l'Espagne Franquiste des années 50.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Auteurs espagnols Autobiographie Espagne Fluide Glacial, le best-of Madrid Magazine Fluide Glacial

Des anecdotes de la vie quotidienne, dans les rues de Madrid, où règnent la famine, la pauvreté - on vous avait prévenu que ça allait rigoler sec - conséquences directes de la dictature de Franco et de l'embargo imposé par les pays voisins. La violence quotidienne, des situations familiales difficiles, la peur au ventre de la population face à la Garde Civile et, au milieu de tout cela, une bande de gamins qui tentent malgré tout, de se distraire, tout en étant obligés de participer à la vie active, dès l'âge de douze ans. Barrio est la suite de Paracuellos.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1980
Statut histoire Série terminée (Les tomes 2, 3 et 4 sont parus uniquement dans l'i) 4 tomes parus
Couverture de la série Barrio
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

03/01/2020 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Carlos Gimenez a créé avec ses différentes séries toute une fresque historique de l'Espagne allant de la Guerre Civile dans Les Temps Mauvais aux années 70 dans Pepe, en se basant sur ses propres souvenirs et les anecdotes qu'il a recueillies de ses proches et d'autres. Dans Paracuellos, il racontait son enfance tragique dans les internats franquistes des années 1940. Barrio se déroule juste après, dans les années 50, au moment où il sort de l'internat et peut vivre à nouveau avec sa mère dans son quartier ouvrier de Madrid. Avec lui, nous allons découvrir la vie dans ce quartier et son passage de l'enfance à l'adolescence. La série comprend 4 tomes mais le premier est bien différent des 3 suivants. En effet, une trentaine d'années sépare leurs créations. Le tome 1 a été réalisé dans les années 70, avant même les 2 premiers tomes de Paracuellos. Et comme pour cette dernière série sur laquelle Gimenez était revenue près de 20 ans plus tard pour créer de nouveaux tomes, il est revenu sur Barrio ensuite pour prolonger la série dans les années 2000. Le tome 1 raconte véritablement l'enfance de l'auteur par le biais d'un alter-ego au nom très proche, Carlines Garcia-Garcia. Il narre sa sortie de l'internat, son premier repas avec sa mère retrouvée, le travail dans un atelier de décoration d'objets d'arts qu'il doit trouver dès douze ans pour apporter un peu d'argent au foyer, sa découverte des rues de son quartier et des enfants qui y passent tous leurs temps de loisir. La narration est dense, avec de petites cases et une bonne dose de texte. On sent que l'auteur avait beaucoup de choses à raconter mais il le fait toujours avec subtilité et avec son ton étonnant qui nous fait partager des choses parfois dramatiques et cruelles mais avec toujours un fond de légèreté et de cynisme, comme un petit rire jaune qui dénonce l'absurdité de la tragédie que certains vivaient quand il était jeune. Les 3 tomes suivants ont été réalisés bien plus tard et l'auteur avait grandement gagné en maîtrise technique entre temps. Son trait s'est modernisé, sa mise en page est bien plus aérée, sa narration plus dynamique et vivante. Et cette fois, il ne raconte plus seulement sa propre enfance mais aussi de nombreuses anecdotes de son quartier et des gens qui y ont vécu. Il donne véritablement vie au Madrid de l'époque, comme un tableau picaresque en présentant une foule d'éléments qui sont autant de repères et de souvenirs pour se forger un portrait global de ceux qui peuplaient et de la vie à l'époque. Outre la pauvreté du pays et du monde ouvrier espagnol au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, c'est aussi l'omniprésence en toile de fond de la dictature franquiste et des vestiges de la Guerre Civile qui forge les bases de la vie de ce quartier dans lequel il va devenir adolescent. Et toujours cette subtilité dans la mise en scène, ce ton réservé, sans jugement, qui transmet aux lecteurs des scènes pleines d'émotion, de petites joies et de grande tristesse avec un regard bienveillant et presque un sourire pincé. Cela m'a plusieurs fois rappelé l'oeuvre de Will Eisner quand il dépeignait la ville de New York de son enfance et du début du 20e siècle par exemple dans New York trilogie (Big City). Au-delà de l'aspect instructif, c'est à la fois drôle et touchant, mais surtout touchant.

03/01/2020 (modifier)