Commissaire Raffini

Note: 3/5
(3/5 pour 10 avis)

Paris … années 50… Quatre meurtres commis à quelques jours d’intervalle… Des inconnus tués à l’aide d’un instrument griffu: le bigos. Le Quai des Orfèvres est sur les dents !... Voilà qui émeut et irrite fortement le commissaire Raffini, fumeur, parlant peu mais observant beaucoup. Sourcils épais, moustache, front dégarni, un goût sûr pour l’habillement. Digne et charismatique, il impose le respect par sa présence.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Consensus sur une BD Paris Rodolphe

Paris … années 50… Quatre meurtres commis à quelques jours d’intervalle… Des inconnus tués à l’aide d’un instrument griffu: le bigos. Le Quai des Orfèvres est sur les dents !... Voilà qui émeut et irrite fortement le commissaire Raffini, fumeur, parlant peu mais observant beaucoup. Sourcils épais, moustache, front dégarni, un goût sûr pour l’habillement. Digne et charismatique, il impose le respect par sa présence. Gare à l'assassin!... Car quand il est de cette humeur là, Raffini devient mauvais!Immédiatement, le commissaire dégaine son arme de service. Les tractions avant foncent en faisant crisser les pneus sur la chaussée. Mais qui est le tueur ? Que veut-il ? Quelle sorte de vengeance poursuit-il ? Même technique, même arme, même signature, si l’on doit prendre pour telle les indices étranges trouvés sur les murs… Y aurait-il une secte ?

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1980
Statut histoire Une histoire par tome (exceptés les tome 1 et 2) 12 tomes parus
Couverture de la série Commissaire Raffini
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

28/12/2002 | nao
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je n'ai lu que quelques albums de cette série, mais cela suffit, je pense, à donner un avis, même si je compte bien lire le reste. Ce qui m'a attiré avant tout, c'est le nom de Rodolphe au scénario. J'ai rarement été déçu par son boulot, en dépit d'un académisme qui le met peut-être à part de la production BD actuelle. Et en lisant ces tomes, parmi les plus récents, j'ai été touché par ce personnage sensible, un brin suranné, qu'est l'Inspecteur Raffini. Dans le tome 13, d'ailleurs, Raffini remonte dans ses souvenirs, pour se replonger dans une partie assez émouvante de sa vie... A côté des scénarios rondement menés par Rodolphe se trouve Christian Maucler, un solide artisan qui enquille les pages de façon assez efficace, tout juste oserai-je une critique sur les couleurs (traditionnelles ?), qui n'aident pas toujours à la lisibilité des cases... Bref, si vous aimez le classicisme du polar en BD, cette série est faite pour vous.

02/10/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu trois albums de cette série. Les deux premiers, qui composent une histoire complète, sont une enquête policière mâtinée de fantastique, qui a de réelles accointances avec les Blake et Mortimer (surtout l’album « SOS Météores), avec un savant fou manipulateur. Le deuxième album, où ce savant apparait n’est d’ailleurs pas le meilleur de ce diptyque, la fin étant assez passable. J’ai aussi lu « Martin Squelette », dont l’histoire est plus dans la veine de certains Simenon, avec une enquête policière plus classique, menée par un commissaire Raffini aux faux airs de Maigret. Tout dans la dégaine de Raffini, ses méthodes, rappelle d’ailleurs les polars à l’ancienne. Si les deux premiers albums sont en Noir et Blanc (trait un peu trop gras et sombre à mon goût), « Martin Squelette » est en couleur. Le dessin de Ferrandez est plutôt bon, il reconstitue très bien les décors des années 1950 (en cela raccord avec les influences de Jacobs ou Simenon). Les traits de certains personnages ressemblent à du Tardi (d’ailleurs, dans « Martin Squelette », le personnage de Burma dessiné par Tardi apparaît dans un clin d’oeil hommage page 42, dans la rue !). Cela reste des albums qui se laissent lire. Cela mérite-t-il un achat ? Pourquoi pas, si vous êtes amateurs des influences évoquées plus haut, et/ou d’enquêtes policières classiques.

11/05/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ces enquêtes dans des lieux insolites, en milieu urbain ou rural, où apparaissent des personnages étranges sont traversées par un soupçon de fantastique et sont assez séduisantes. Les auteurs ont élaboré une vraie atmosphère qui correspond aux années 50 et au cinéma policier français de cette époque. Le personnage de Raffini dans sa défroque de flic obstiné, bourru, la cinquantaine, un peu dégarni, moustache, feutre et imper, est une créature obsolète appartenant à cette catégorie de flics à l'ancienne, telle qu'on en voyait dans les vieux films français du genre L'Assassin habite au 21. Il est assez proche de Maigret dans son allure et ses raisonnements intuitifs. Les personnages sont bien campés, les enquêtes bien ficelées, l'ambiance bien rendue, bref, une série policière intéressante qui fit des débuts surprenants dans Télérama en 1980. Je n'ai lu que les récits dessinés par Ferrandez dont j'apprécie le graphisme, inspiré de Tardi ou Giardino, mais qui trouve peu à peu son style.

12/09/2013 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

L'histoire est très classique : une enquête autour d'une série de meurtres. La police est sur les rangs pour trouver une piste sur le tueur qui semble agir sans mobile. Classique mais l'ensemble tient la route et a un délicieux goût rétro. Le dessin aide à se contextualiser dans les années 50, noir et blanc, faisant penser à du Tardi ; j'ai bien aimé le petit clin d’œil à l'Oreille cassée d'Hergé dans la cave du vieil homme. Un polar à l'ancienne qui use d'un schéma simple mais d'une lecture appréciable.

31/08/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série, fort plaisante au demeurant, se divise en trois époques. Les deux premiers tomes, qui forment une histoire complète, offrent une aventure qui s’inspire des feuilletons des années ’60, de Blake et Mortimer ou encore des romans de Jean Ray. Dans une interview publiée à la fin du deuxième tome, Rodolphe admet d’ailleurs que, dans cette naïve oeuvre de jeunesse, il s’agit plus d’instaurer une ambiance en brassant dans les sujets tendances de l’époque (rêves étranges, pouvoirs surnaturels, hypnose) que de créer une histoire policière logique et psychologique. Le premier tome est encore pas mal, quoiqu’un peu kitch, le deuxième est assez pénible et tend parfois vers le n’importe quoi (avec le savant fou en prime). Les deux tomes suivants offrent des scénarios policiers bien plus classiques. Le commissaire Raffini y développe ses capacités de déduction à la manière d’un Maigret. Les scénarios sont bien construits et on quitte en douceur la dimension surnaturelle pour obtenir des intrigues à l’explication logique et rationnelle. Durant cette période, le climat se rapproche d'un Nestor Burma (auquel est d'ailleurs fait un petit clin d'oeil). « Martin Squelette » est très plaisant à lire même si je regrette que Rodolphe n’y éclaire pas toutes les zones d’ombres. Certaines explications sont encore manquantes à la fin du tome et c’est au lecteur à faire lui-même la lumière. C’est d’ailleurs en essayant de comprendre certains agissements que je me suis rendu compte que ce scénario était bien construit mais que la victime du chantage était finalement facilement identifiable. Les tomes suivants, dessinés par Maucler, voient encore la série évoluer. Le commissaire passe de plus en plus au second plan, s’effaçant devant la personnalité des individus qu’il croise, qu’ils fussent coupables ou victimes. C’est clairement la période que je préfère. Dès « étrangère au Paradis », on atteint l’excellence avec ce portrait sensible et crédible d’une pauvre petite fille subitement devenue riche. Toutes ces aventures se déroulent au cœur des années 50, une période bien rendue par des décors soignés mais aussi par un certain état d’esprit. Au niveau du dessin, je préfère le style de Maucler à celui de Ferrandez. Le second a pour lui son dynamisme mais aussi un encrage brouillon. Le premier possède un style précis et bien contrasté qui perd peut-être en dynamisme mais comme la série elle-même a évolué vers un style plus calme, ce petit défaut s’efface devant ses grandes qualités de lisibilité et de précision. Ce dessin ne constitue cependant pas le point fort de la série mais il illustre adéquatement ces scénarios. Un bon « pas mal » de moyenne, et un « franchement bien » mérité pour la dernière époque, ce commissaire Raffini mérite que l’on s’y attarde !

17/08/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Hormis les deux premiers tomes que j'ai trouvés très moyens, j'ai bien aimé suivre les aventures du commissaire Raffini. Les intrigues ne sont jamais très originales, mais les histoires possèdent une ambiance de mystère que j'aime bien et, surtout, les auteurs savent décrire les motivations des différents personnages. Il y a souvent des tragédies derrière les enquêtes de ce commissaire et c'est un aspect qui m'intéresse beaucoup dans les intrigues policières.

26/11/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ces enquêtes policières font très série télévisée genre Colombo ou Commissaire Maigret. Cependant, elles sont plaisantes à suivre car il y a toujours une certaine cohérence. Au-delà des histoires un peu classiques, on s'interroge toujours sur des aspects sociologiques. Par exemple, pour le tome "les petits meurtres", ce sont les personnes âgées que nous abandonnons à leur triste sort et qui peuvent alors croiser la route d'individus peu scrupuleux. Cela donne à réfléchir. Le dessin n'est pas le point fort de cette série tant le traitement est vieillot. C'est dommage !

25/11/2007 (MAJ le 25/11/2007) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une série qui débute dans "Télérama" n° 1591 du 9 Juillet 1980. A la lecture du premier tome édité, j'ai cru me replonger dans une histoire "à la Edgar Pierre Jacobs". Une sorte de "copiage" de l'auteur des Blake et Mortimer ? Non ; plutôt un chouette hommage. Raffini ?... Un commissaire à l'air bougon qui officie au Quai des Orfèvres. J'avoue aimer cette ambiance des années 50, aux histoires dont les ressorts semblent tirés des romans (style "Fleuve Noir") de l'époque. Les scénarios ?... Des intrigues vraiment parfois tordues que même un Maigret aurait eu du mal à redresser. "Atmosphère... atmosphère... Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ?..." Ben oui, Raffini, et c'est pour ça que je t'aime bien ; avec ton imper mastic et ton vieux chapeau vissé. Raffini ?... Une bonne série policière, pas toute récente c'est vrai, mais qui a le goût des vieilles bonnes choses -pas encore- oubliées.

12/12/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Après avoir lu les 4 premiers albums de la série, je peux vous assurer que Les enquêtes du commissaire Raffini sont très classiques mais également très agréables à lire. Elles prennent souvent une tournure fantastique qui me plaît. Cela manque certainement d’originalité, à chaque album, on a la sensation d’avoir déjà lu cette histoire auparavant, mais la manière de raconter, le rythme de la narration et la façon dont arrivent goutte à goutte les indices rendent ces albums passionnants. Le dessin de Ferrandez s’améliore au fil des albums. Dans les deux premiers, on croirait se trouver devant un clone de Tardi, peu à peu, il se démarque de cette influence et trouve son style propre. A défaut d’être la série policière du siècle, les enquêtes du Commissaire Raffini s’avèrent être du « bon » policier. Rodolphe n’a pas à rougir devant ses influences littéraires, il en a tiré le meilleur.

16/05/2003 (modifier)
Par nao
Note: 3/5

Ce récit vaut vraiment le détour malgré son air un peu vieillot. Sans être grandiose, le dessin nous installe dans de bonnes conditions pour suivre les enquêtes du commissaire Raffini. Des enquêtes pourtant classiques mais passionnantes, faisant parfois appel aux phénomènes paranormaux, à la magie … rien de tel pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. Le dessin fait bien revivre les années 50 avec son architecture, ses voitures, l’électroménager… Une histoire qui se tient, des personnages attachants. De la trempe des grands personnages policiers, Raffini s’installe tout doucement dans notre subconscient. On l’imagine, on l’accompagne dans ses recherches. Cette série est bourrée de clins d’œil à Tardi et d’autres auteurs de BD. Le policier, un genre vers lequel je ne porte que très peu d’attachement, mais là, j’ai bien craqué. Cette découverte est récente et en voulant acheter la série…misère… épuisée…et ouf, on la trouve partout en occase à des prix supers.

28/12/2002 (modifier)