Rubrique-à-Brac

Note: 4.48/5
(4.48/5 pour 40 avis)

Il s'agit des débuts de Gotlib dans le magasine Pilote. La Rubrique-à-Brac, comme son nom l'indique, est un véritable bric-à-brac d'histoires, de documentaires scientifiques, de contes, avec bien sûr le génialissime Isaac Newton et l'incontournable Coccinelle. Le tout basé sur un humour délirant et décalé, à prendre avec beaucoup de précaution et de degrés.


Auteurs complets Best of 1970-1979 Dargaud Gotlib Les Insectes Pilote

La principale caractéristique de Rubrique-à-Brac, c'est qu'il n'y a pas de personnages, pas d'histoire propre à la BD. Il y a juste une sorte de "héros" qui fait régulièrement apparition. Quand on le voit on se marre toujours, surtout quand commence à entrer en jeu le comique de répétition. Il s'agit d'Isaac Newton, qui, comme tout le monde le sait, a mis au point la théorie de la pesanteur. Cette théorie universelle qui fit faire un bond énorme à la physique, comment l'a-t-il trouvé ? En prenant une pomme sur la tête !! Gotlib, trouvant qu'il s'agit bien là du gag le plus cocace de l'Histoire, a décidé de lui rendre hommage.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1970
Statut histoire Strips - gags 5 tomes parus
Couverture de la série Rubrique-à-Brac
Les notes (40)
Cliquez pour lire les avis

16/08/2001 | Tartopom
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Un peu comme Desproges, qui arrivait, au bout de longues phrases accumulant imparfait du subjonctif et mots savants à "amener" un gag complètement navrant, une blague con voire un simple gros mot (ou qui menait à une analyse savante par le processus inverse), Gotlib a le génie de transgresser les apparences, il se fait le coucou du rire. Son coup de crayon est volontairement "parfait", le discours faussement sérieux, voire pédant et, pince sans rire génial, il nous pousse au rire avec ses Rubriques à brac qui forment une sorte d'anthologie du gag sous toutes ses formes, y compris les plus répétitives. Il y a du Tex Avery ou du Chuck Jones dans cette capacité à détourner le quotidien, à y puiser un humour merveilleux et surréaliste qu'aucune relecture n'épuise. C'est absolument, imperturbablement poilant, génialement réussi, totalement jouissif ! et c'est encore - j'allais dire plus, mais c'est impossible - drôle à la relecture ! Gotlib a réussi d'autres choses très chouettes ailleurs, mais on tient là sa plus belle série je trouve, la quintessence de son humour, de son génie créatif. C'est aussi une bonne entrée dans son univers. Si vous n'accrochez pas (et alors je vous plains et le regrette pour vous !), le reste ne passera pas. Si les gags sont variés, on retrouve certains fils rouges, comme le détournement de formules célèbres ou des contes de notre enfance, totalement détournés. Certains personnages (comme Newton ou la coccinelle par exemple) intègrent le panthéon des personnages du Neuvième Art. J'ai dû lire une quinzaine de fois cette série, et toujours au milieu des fous rires - qui se prolongent. Chapeau bas et merci monsieur Gotlib ! Lecture très fortement conseillée donc !

01/11/2012 (MAJ le 03/06/2014) (modifier)
Par Thobias
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Extrêmement ludique cette bd restera dans les mémoires pour son humour incroyable. Parfois à lire au 37 ème degré. C'est toujours subtil et ça marche, aussi absurde soit cet humour si particulier qui n'appartient qu'à Gotlib. Les références, les clins d'oeil et les pastiches s'entassent en grand nombre pour notre plus grand plaisir. On passe un temps fou à lire chaque page tant la moindre case fourmille de détails (l'exemple le plus connu étant la fameuse coccinelle de Gotlib). Gotlib est également un maître du gag récurent avec variation (le personnage de Newton, l'anecdote du fou qui repeint le plafond etc.). Il y a un côté méta tout à fait savoureux. C'est de la bd humoristique mais c'est quand même vachement poussé.

22/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Marcel Gotlib est un géant de la BD francophone, un must absolu de la BD d'humour dont le nom est synonyme de sacrées tranches de rigolade. Dès ses débuts, on a senti chez lui des qualités d'auteur comique indiscutable. En 1965, il entre au journal Pilote où Goscinny l'accueille à bras ouverts et anime avec lui Les Dingodossiers, chronique loufoque où ils abordent de nombreux sujet variés. Fin 1967, Goscinny débordé, lâche Gotlib et l'encourage à créer ses propres histoires. Dès 1968, apparaît la RAB dans le n°429 de Pilote, je m'en souviens parfaitement, et depuis je suis devenu accro à cette double page à chaque livraison de mon Pilote. Gotlib va appliquer le même principe que dans Les Dingodossiers avec cette rubrique fourre-tout où il se démarque de l'humour goscinnien en versant dans la parodie la plus destructrice avec une audace de plus en plus grande. C'était risqué à la fin des années 60 de faire ça dans un journal pour ados, mais encore considéré pour la jeunesse ; seulement Goscinny y croyait et le laissait libre. Chaque interview que j'ai vue de Gotlib, il ne tarit pas de remerciements envers ce rédac-chef de génie qui lui a fait confiance, on sent le grand respect que porte Gotlib à Goscinny. Délaissant le concept du héros récurrent (qui était pourtant une mode établie à cette époque), Gotlib crée cependant quelques personnages qui reviennent fréquemment et qui sont devenus indissociables de ces saynètes hilarantes, tels Newton et sa pomme, le savant Burps, le Petit Chaperon Rouge, l'inénarrable coccinelle....et même Gotlib lui-même qui se met souvent en scène. Son dessin très expressif qui combine habilement la caricature et le trait réaliste vise des cibles aussi diverses que les contes de notre enfance, l'actualité, le cinéma, la télé, la BD elle-même dont les personnages sont passés à la moulinette ; les parodies de films restent parmi les plus réussies. Les cases sont très remplies, fourmillent de petits détails amusants qui font qu'on peut relire même longtemps après ces historiettes loufoques, et y faire de nouvelles découvertes. Influencé comme Goscinny, par la revue Mad, Gotlib en a assimilé le style de comique absurde mais en l'adaptant à un public bien Français qu'il a su conquérir et élargir. Maître de l'humour décalé, il a ainsi durablement influencé plusieurs générations d'auteurs et séduit autant de lecteurs, ses albums étant régulièrement réédités. La RAB a conservé une extraordinaire audience surtout auprès d'un lectorat étudiant et lycéen, elle n'a pas vieilli (à part quelques références un peu datées) et a su accrocher les nouvelles générations tout en régalant les "anciens" comme moi qui y prennent encore du plaisir, et ceci en dépit de certains gags inégaux, mais l'ensemble reste génial. Avec cette bande, Gotlib est certainement l'auteur qui a le plus contribué à sortir la BD de son ornière de presse juvénile où elle était enfermée depuis ses origines ; c'est la figure de proue de l'humour pour adultes. A consommer sans modération.

02/09/2013 (modifier)
Par jul
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Aaaah les rubriques à brac de Gotlib. Une oeuvre qui m'a fortement marqué enfant (comme Franquin puis plus tard Loisel et Moebius). Un truc qui a véritablement révolutionné le monde du 9ème art. C'était réellement novateur. Ultra dense (un peu bordélique mais dans le bon sens du terme ), varié, satirique, libertaire, ethnologique... Un véritable regard d'auteur sur la societé des années 60, 70. Mais avec une bonne moitié de délire non-sensique (les présentations d'animaux par exemple). On sent que Marcel Gotlib a démarré ses rubriques avec les dingodossiers, tous aussi bons mais plus sages (années 50 obligent) puis a découvert l'herbe vers la fin des années 60, Woodstock, mai 68 etc ...) avec les rubriques à brac. Et sur la fin du 4ème tome on sent que ça commence à vriller sérieusement (strip gore du " ... je te tiens par la barbichette ... " entre autres). Donc il a créé fluide glacial avec ses rahhh lovely et autres superdupont ... Les rubriques à brac m'ont fortement interpellé à l'époque de mon enfance. Humour débile ET intelligent. Regard observateur et satirique sur la societé dans son ensemble (loisirs, habitudes et manies des Français de ces années là, musique, cinéma, télé, histoire de France revisitée, enquètes débiles ... et puis plein d'autres trucs. C'est un fourre-tout finalement incroyablement cohérent. Maintenant j'admets que certains trucs ont un peu vieilli ( les rouflaquettes, les pulls à col roulé), mais à part ça ça reste incroyablement moderne et drôle pour l'époque. Ce type d'humour "intelligent" et pré-trash est vraiment influencé par des trucs comme les Monty Python qui faisaient fureur à l'époque et a créé l'humour fluide glacial. Donc Gotlib c'est un peu Dieu le père aux côtés de Franquin et Giraud-Moebius. Son héritage est énorme (toute l'écurie Fluide glacial mais aussi Psychopat).

23/06/2013 (modifier)
Par zeng
Note: 5/5

Génialissime !!! Voilà. Tout est dit. Quoi ? Parce qu'il faut argumenter en plus ? Allez, d'accord... Maître Gotlib est un dessinateur exceptionnel. Ses Rubriques-à-Brac en sont un témoin formidable. Le noir et blanc est époustouflant dans ses détails. C'est vraiment beau à voir. Après, c'est du Gotlib, quoi ! Maître ès absurde par excellence. Mais attention, absurde ne veut pas dire débile (bon, des fois si...) ou "fait à l'arrache". Il y a derrière ce style un travail considérable, j'en suis convaincu, même s'il est vrai que le Maître joue un peu avec ce côté je-m'en-foutiste (cf ses éditos dans les vieux Fluide). Il est aussi un maître du comique à répétition. Son délire avec Newton m'a fait pleurer de rire à plusieurs reprises. Il faut dire qu'il y a de quoi rire avec l'histoire de ce mec (du moins ce qu'en retient l'histoire). Et c'est là où le Maître est fort : saisir de petites absurdités de la vie ou de l'histoire et les passer à la moulinette de son cerveau tout aussi barré que génial. Voilà, on pourrait y passer des heures et reprendre toutes ses planches une à une tellement il y a matière, mais je pense que pour aimer (adorer ?) Gotlib, il suffit de le lire une fois. Je laisse donc ceux qui ne le connaissent pas (mais que fait l'Education Nationale ?) le découvrir et, j'en suis sûr, l'aimer ! Ah ! Une dernière chose - je ne suis pas sûr d'en avoir déjà parler - mais j'adore Gotlib !

30/05/2013 (modifier)
Par Miguel
Note: 3/5

Rubrique-à-brac ou RAB pour les intimes, ce n'est pas une bd pour les lopettes; ouais là faut vraiment atteindre un haut degré de réflexion mentale subtilement distillé à travers un mixeur à café chauffé à blanc. RAB n'est pas une bd mais une série de strips illustrés par Maître Marcel Gotlib (plus connu sous le pantonyme de Gotlib mais que perso Marcel je trouve c'est cool aussi). Donc Marcel, à l'instar des éditions Marvel, est un mec malin et il est en charge dans les années 1970 d'illustrer les premières pages de Pilote, magasine référence à l'époque de la bande dessinée; du coup il nous fait des sketchs de deux pages A4 qui vont se retrouver réunis dans 6 albums bd, car des histoires il y en a. Faut se re-situer à l'époque c'est du dessin en format case, donc pas de découpage à la ouane-eugéne pas comme celles d'aujourd'hui où c'est rempli de découpages cinématographiques et où finalement le contenu se lit affreusement vite ... non ici on dans l'humour second degré, jeux de mot, calembour, beaucoup d'humour et de lecture. Ne vous attendez pas à lire un des tomes en une cuillère à pots; nan! faut un peu de temps ma bonne dame ! Au niveau du dessin c'est très très bien choisi, savant mélange de caricature et de réalisme, un vrai précurseur qui avait tout compris dans le dynamisme du dessin. Complexe et dépouillé à la fois, Gotlib nous balance du zoom, dé-zoom, private joke que ce soit au niveau du dessin ou du texte, le tout réhaussé de sel-poivre et de personnages secondaires récurrents qui vont faire vivre tout cela (la coccinelle philosophique) . Comme exemples, imaginez des dessins réalistes mais où tous les personnages prennent des poses humoristiques ou plus simplement imaginez Thorgal en train de raconter la blague du peintre qui tient l'échelle et qui ... vous voyez le genre. Qualitativement, je n'ai chopé et lu que les deux premiers tomes. Le 1er j'ai trouvé que les gags nétaient pas toujours soutenus mais le 2e tome est un délice de délire surtout que les gags sont accompagnés d'un dessin délirant rempli de jokes et running jokes et second degré. Une éclate pour la rétine et le cerveau. C'est un humour autre que les Gaston Lagaffe et tous ceux qui sortent maintenant, c'est assez inexplicable dans le genre tellement c'est absurde ... voilà, le mot est dit, c'est de l'absurdisme-décalé au second degré :) Subversif à souhait, je ne saurais trop vous conseiller de plonger sur le "taume deux" et les autres récits et si vous adorez, évidemment de vous faire plaisir et d'acquérir les autres (je crois même qu'il y a une intégrale). Sur ce, je replonge faire un petit coucou à Isaac Newton, Glolarzan, le test QI et j'en passe qui sont des merveilles d'information éducative :) En fait, si je devais résumer RAB, je dirais que c'est du Monthy Python en mieux! Bonne lecture les zamis.

30/03/2013 (modifier)

2.5/5 Un "pas mal" gentiment donné...J'ai hésité avec la note de 2/5, mais je laisse 3/5, car c'est quand même lisible, disons que si j'avais que ça sous la main, je le lirais quand même, et qu'il y a quelques bons points dans cette série. Malheureusement, je ne prends pas vraiment plaisir à ouvrir ces albums, je vais les rendre prématurément à la bibliothèque sans regret, et je ne pense pas forcément chercher à renouveler l'exprérience. C'est un peu trop chargé, trop verbeux, pas toujours drôle, parfois lourd... Pourtant Gotlib est un très bon dessinateur, sans conteste l'un des pionniers du genre "humour absurde", très avant-gardiste pour l'époque de ses premiers récits, et d'ailleurs Edika est un peu son fils spirituel (il le dit lui même dans une de ses histoires). Certaines histoires sont très bonnes (mention à l'histoire avec le monde du nouveau né dans le tome 2, excellente), beaucoup m'ont vite lassé et je les ai juste survolées. Pas un "immanquable" selon moi, même si je conçois très bien qu'il puisse l'être pour ceux qui ont connu cette série à ses débuts, ce qui n'est pas mon cas. (192)

09/12/2012 (modifier)
Par js
Note: 5/5

Comment ai-je fait pour passer de si nombreuses années sans lire ne serait-ce qu'une planche de Gotlib ? Je vais volontairement faire court car les 5/5 ne manquent pas, les raisons sont toutes citées ci-dessous et je pense que je ne connais pas assez Gotlib pour en écrire un roman... Les Rubrique-à-Brac en quelques mots : - un trait incroyablement précis, je suis impressionné par la qualité du dessin, - des personnages aux expressions communicatives toujours grâce à ce coup de crayon de maître, - du rire à chaque planche, - du comique de répétition très bien conçu (géniale l'idée de faire revenir Isaac Newton de façon récurrente), - des idées de gags originales, tantôt de subtils jeux de mots, tantôt du rire plus facile... - etc...etc....etc... Quoi qu'il en soit, Gotlib manie l'humour et son crayon à merveille. Il exploite toutes les facettes du rire et utilise divers genres littéraires, culturels, historiques, scientifiques... pour parvenir à amener le lecteur dans des réflexions plus ou moins complexes afin de faire rire. Rien que pour cela, merci Mr Gotlib car c'est ingénieusement réussi !

01/04/2012 (modifier)
Par gruizzli
Note: 5/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je continue dans la lancée des BD cultes, et je vais mettre un avis sur cette BD cultissime. A part répéter mes prédécesseurs je ne vois pas trop quoi rajouter .... On a une BD qui est à la fois un monument d'humour, le jalon de départ de tellement d'autres œuvres, une BD qui est célèbre par des personnages qui ne sont pas héros, des caricatures de personnes réelles (ou irréelles), des situations terriblement cocasses, des gags sérieux qui font réfléchir, on a un auteur tellement mégalo qu'il en remplit deux pages, une coccinelle qui cherche ses brocolis dans chaque page, un Newton et sa pomme qu'il prend dans le crâne, des tartes à la crème et des "Comment-vas tu yau de poêle ?". Une BD qui vous fait rire aux larmes dans chaque gag, qui se moque de tout et de rien, qui se veut être exactement ce qu'elle s'est donnée comme nom : une rubrique-à-brac. Je crois que le nom d'une BD n'a jamais été aussi bien choisi. En fait, je crois que cette BD est indispensable, tant par sa portée immense que par son contenu, par son humour et sa verve légendaire. Je dirais que c'est véritablement une œuvre culte, et dans tous les sens possibles du terme.

05/12/2011 (modifier)

Gotlib, c'est un point d'ancrage en BD. Son œuvre est absolument incontournable. Si vous ne connaissez pas, à découvrir à tout prix. L'humour décalé, dont Gotlib a toujours et fort volontairement reconnu l'influence de MAD - dont Kurtzman -, ne plaira probablement pas aux inconditionnels du premier degré, mais les autres seront servis à souhait. Ce n'est pas un humour qui a comme objectif de faire rire aux éclats - sauf, peut-être, pour Slowburn Gag, qui me fait tomber de ma chaise à force de rire -, mais c'est de la cuisine raffinée : on en reprend continuellement, et on savoure à petites bouchées. Qualité suprême : on y découvre encore des choses même après l'avoir lu nombre de fois. Franquin et Astérix (de Goscinny) ont cette qualité. Le second degré y règne en maître, des scientifiques qui n'y connaissent rien et qui disent n'importe quoi d'un air des plus sérieux, aux extraterrestres glacés et sophistiqués qui ont dix doigts comme nous - bon, huit dans une main et deux dans l'autre, mais on ne peut pas tout avoir. Et Gotlib dessine très très bien. Techniquement irréprochable, même quand les doigts ont quatre phalanges - quand je dis second degré, c'est aussi ça. On pense à Wally Wood, pour la qualité et la justesse du trait. Bref, Gotlib, ce n'est pas du burlesque, mais de la bonne humeur qui vous prend aux tripes. Absolument jouissif.

26/02/2011 (modifier)