Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Phoolan Devi, reine des bandits

Note: 4.08/5
(4.08/5 pour 12 avis)

Le destin hors du commun de la « Robin des bois » indienne.


Biographies Casterman Guerre des sexes Inde La BD au féminin Les prix lecteurs BDTheque 2018 One-shots, le best-of Pionnières Violences faites aux femmes

Tout prédestinait Phoolan Devi à la trajectoire flamboyante qu’elle s’est choisie. Née en 1963 au Nord de l’Inde et issue d’une très basse caste, elle est dès l’enfance confrontée à la pauvreté, à la violence et à l’injustice. Mariée de force à 11 ans, violée et séquestrée pendant des mois avant que ses parents ne la récupèrent, elle devient la paria de son village et doit son salut à un gang de bandits. À partir de ce moment, elle n’aura de cesse de lutter contre l’injustice et protéger les plus faibles.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Août 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Phoolan Devi, reine des bandits © Casterman 2018

28/08/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Titanick
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Titanick

Excellente idée de mettre en lumière le parcours de cette femme indienne. En tant que pacifiste convaincue, j’ai du mal admettre toute violence d’où qu’elle vienne. Mais je comprends, avec ce qu’elle a subi, qu’elle ait emprunté cette voie qui s’ouvrait à elle pour faire entendre ses droits et ceux des opprimés. Phoolan Devi a souffert du double handicap d’être une femme et de basse caste, née dans un environnement rural très machiste et inféodé aux traditions les plus rétrogrades. La soumission à la violence, physique et mentale, devrait être son lot quotidien mais son caractère la pousse à la désobéissance quelles qu’en soient les conséquences. Elle est devenue une sorte de Robin des Bois et a acquis une notoriété telle qu’elle a été élue députée, une fois libérée de sa peine d’emprisonnement. L’ouvrage nous retrace le parcours de Phoolan Devi de son enfance à ses années de bandit, à partir des mémoires de cette femme. Je ne sais si une part de romance y prend part, mais l’ensemble est bien narré. On comprend les horreurs subies et les rencontres, les influences, le cheminement d’esprit qui mène à son nouveau statut. Le dessin n’est pas celui que je préfère pour un récit d’aventures. Mais justement, ce n’est pas un récit d’aventure. Il m’a permis de mettre de la distance avec les violences trop réelles qu’elle a subies. Il montre l’horreur mais évite le voyeurisme. En cela il m’a paru parfaitement adapté. Un seul regret, effectivement, la bio s’arrête avant son parcours d’élue, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur son combat d’ordre politique. À lire absolument, sans conteste.

01/06/2022 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Je ne connaissais ni l'existence de Phoolan Devi ni la situation en Inde dans les années 70 et 80 qui est abordée ici. Cette BD m'a donc largement instruit sur le sujet, et de très belle manière. C'est une dénonciation de l'inégalité sociale régnant à l'époque dans l'Uttar Pradesh, où les Indiens de haute caste abusaient ignoblement de ceux de faibles castes, et où par extension, la condition de la femme était terrible. Après que sa famille ait été spoliée sans que ni police ni justice ne leur vienne en aide, et après avoir été bafouée et violée à maintes reprises, l'adolescente qu'était alors Phoolan Devi, jeune fille issue d'une famille paysanne, se voit offrir l'opportunité de rejoindre une bande de dacoïts, des brigands composés d'anciens paysans dépossédés, et de combattre les armes à la main les profiteurs de sa région, lui permettant au passage de se venger de ce qu'elle a subi. Cette BD est très bonne à plusieurs aspects. D'abord il y a tout ce contexte qui est très clairement mis en scène et qui a tout pour faire bondir la fibre socialiste ou féministe des lecteurs face à tant d'injustice et de besoin d'obtenir réparation. Je connais mal l'Inde et même si je connaissais les problèmes de castes, je ne pensais pas que c'en était encore à ce point dans les années 80. Quant à la situation de la femme en Inde, on en a beaucoup parlé ces dernières années avec les histoires de viols collectifs, et il est bon de voir que certaines se sont dressées contre ça il y a quarante ans déjà. Ensuite, l'histoire est très bien racontée. Ce n'est pas du tout un documentaire dans la forme, mais bien une histoire d'aventure, avec de nombreux passages très prenants et une héroïne à laquelle on s'attache rapidement. C'est très bien fait, captivant et instructif. Et le dessin est lui aussi de bonne qualité. C'est donc incontestablement une très bonne BD.

11/10/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Peut-on mettre une autre note que celle-ci à cette BD. L'avantage que j'y vois est double, d'abord elle le mérite, ensuite elle sera ainsi mise en avant, les visiteurs du site se dirons qu'il faut la lire et CQFD verrons que l'Inde est un pays qui fait rêver, mais pas tout le monde. En tous cas pas les petites filles de onze ans qui sont mariées de force à des grands-pères. Je ne vais pas en rajouter sur la gerbe que me procure ce joli système de castes, l'homme à la tête de l'Inde en ce moment étant plutôt réputé pour être quelqu'un d'assez traditionaliste, le système n'est pas près de changer. La BD s'appuie donc sur un récit "dicté" par Phoolan Devi elle-même et ce n'est donc que son témoignage forcément subjectif. Si certaines parties sont certainement enjolivées, d'autres édulcorées, je ne doute pas que sur le fond les vicissitudes subies par cette jeune femme sont bien réelles. Cette BD est prenante c'est le moins que l'on puisse dire avec un dessin qui édulcore le propos souvent très dur, ceci n'est d'ailleurs pas un reproche, mais aide à surmonter le malaise ressenti à la lecture. Une BD indispensable et à contrario de ce que dit Mac Arthur en fin de son avis, j'ai bien peur que le combat de Phoolan Devi n'ait pas fait avancer les choses.

07/12/2020 (modifier)
Par doumé
Note: 4/5
L'avatar du posteur doumé

Quelle violence, après la lecture de cette bd je ne vois plus l'Inde de la même façon. La société est divisée par caste provoquant une violence entre chaque niveau digne du moyen âge. Cette BD est un témoignage tiré de la vie d'une femme de la caste des Mallahs. Elle retrace sa vie à partir de son enfance jusqu'à sa libération de prison. Une vie faite de violence dès son plus jeune âge, sa vie de femme battue, violée bascule lorsqu'elle prend le maquis. Elle découvre la vengeance alimentée par son passé. Pendant la lecture, la violence est à un tel niveau qu'elle est à peine supportable. Les faits sont réels ce qui renforce encore plus le malaise. Le dessin est classique et n'est pas le plus important, toute l'attention est focalisée sur l'intrigue. Un témoignage bouleversant.

05/04/2020 (modifier)
Par Lolita
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

A ne pas manquer ! Rares sont les BD qui m'ont fait autant vibrer... Que ce soit dans les dessins, dans l'histoire, dans la thématique, l'autrice a réussi le combo gagnant ! Mon coup de coeur de l'année...

03/03/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Calimeranne

Que dire sur cet ouvrage qui n’a pas déjà été dit dans les précédentes critiques ? J’ai découvert l’histoire de Phoolan Devi grâce à Pénélope Bagieu qui en avait fait le portrait dans un des tomes de Culottées. Ici Claire Fauvel nous permet de suivre plus en détails le parcours de cette femme qui n’a décidément jamais eu la vie facile, mais qui a su garder la tête haute en toutes circonstances. L’auteure a décidé de ne pas raconter la dernière partie de sa vie durant laquelle elle était députée d’Inde, c’est un choix que j’ai aimé, l’objectif étant plus de montrer quel a été son chemin pour arriver à une sorte de Robin des Bois moderne. Pour autant elle n’édulcore pas le personnage, montrant la violence dont elle peut faire preuve. Mais quand on est témoin des multiples atrocités qu’elle a elle-même subies depuis son enfance, on peut comprendre ses actes. Certaines scènes sont à la limite du soutenable, heureusement le trait délicat de Claire Fauvel permet de rendre l’ensemble supportable. Une lecture marquante sur une personne au destin hors normes.

25/01/2020 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai toujours eu un gros problème avec la violence, sous toute ses formes. Elle me dérange, m'agresse, me met mal à l'aise. Et si je déteste la voir au quotidien, cela me dérange également sous forme imagée. En bande-dessinée, en livre, en film, je ne supporte pas la violence. Si je dis cela, c'est parce que cette BD est incroyablement violente, d'autant plus qu'il s'agit là d'une biographie (possiblement romancée, comme le souligne l'auteure). Et que j'ai été dérangé et mal à l'aise au final, versant une larme à la fin de la lecture, mais que pour autant j'ai réellement beaucoup apprécié cette lecture. Déjà, parce que l'auteure à su nous faire une histoire que j'ai dévorée littéralement, sans pouvoir m'arrêter, mais aussi grâce à son dessin qui transporte dans des contrées de l'Inde loin de toute représentation clichée. C'est lisible et clair, dynamique, vivant. J'ai été transporté au cœur de l'action en un rien de temps, j'ai dévoré l'histoire et je me suis fait happer jusqu'à la délivrance (dans les deux sens du terme). Cette vie est de celle qu'il est bon de lire : bon de se rappeler que dans des pays autour du globe, naître femme c'est violence quotidienne et humiliation perpétuelle. Que parfois se battre et tuer c'est aussi faire comprendre ce qu'il se passe. Les luttes de Phoolan Devi ne sont pas de celles que j'espère voir chez nous, mais la vie qu'elle a eue est de celle que je voudrais ne plus jamais voir nulle part dans le monde. La lecture de cette BD a été plutôt rude et difficile : c'est violent, très violent, et malheureusement aussi très réaliste. Je vous recommande pourtant chaudement cette lecture qui fait en même temps beaucoup de bien : la joie de voir la libération finale, le sentiment que finalement ça peut s'arranger ... Ce n'est qu'éphémère et la lourde réalité nous retombe dessus dès que l'on referme la BD, mais pour un temps elle nous fait croire au combat des plus humbles et de ceux qui ne sont rien. Et qui peuvent gagner.

02/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Il y a des lectures qui sont plus fortes que d’autres car elles provoquent quelque chose d’assez intensif. C’est vrai que je ne connaissais pas du tout le parcours de cette jeune femme hindoue. La bd permet la connaissance et l’ouverture sur le monde et de plus en plus car les sujets sont sans cesse renouvelés. J’avoue avoir insisté pour lire cette œuvre grâce au site bdthèque car elle figurait parmi le prix des lecteurs de l‘année précédente. Et comme je suis plutôt axé sur des bds nouvelles et non anciennes, cela tombait bien. Ceci dit, le fond et la forme m’ont bien séduit. Au niveau du graphisme, il y a de la lisibilité ce qui constitue toujours un bon point. Sur le fond, rien à redire. Je reprocherais sans doute à l’auteur d’en avoir trop dit dans sa préface sur le parcours de cette femme. Comme ce n’était pas connu d’avance pour la plupart des lecteurs, le suspense aurait pu être aisément maintenu. C’est le seul gros reproche que j’aurais à faire. Pour le reste, c’est un beau portrait de femme qui se bat pour un idéal de justice dans une société fortement inégalitaire dans la plus grande démocratie du monde. Mais comme souvent, les idéalistes payent souvent très cher le prix.

27/05/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne connaissais pas du tout Phoolan Devi et le moins que je puisse dire est qu'elle n'a pas eu une vie joyeuse! Bon, la bande dessinée est basé sur son autobiographie donc ce n'est pas objectif, mais je n'ai aucun problème à croire que tout ce qui est arrivé à cette femme est vraie tant le système de caste en Inde me semble injuste. Le récit est très noir par moment et plusieurs scènes sont franchement glauque, surtout lorsque Devi est enfant. C'est donc un album que je recommande tout en précisant que certaines scènes risquent de choquer les âmes sensibles. Le scénario est prenant et le personnage de Devi est vraiment incroyable et aussi très forte (personnellement, j'ai l'impression que si j'avais vécu ce qu'elle a vécu j'aurais fini par me suicider ou je serais devenu trop faible pour contester l'autorité). Dommage que les derniers années de la vie de Devi soit résumé en quelques lignes. J'aurais bien aimé voir son travail comme politicienne et la réaction de l'Inde lorsqu'elle a fini assassinée. J'aurais aussi aimé un dossier qui expliquerait si la situation des femmes et des castes inférieurs ont évolué depuis l'époque de Devi. Enfin, cela reste tout de même un bon album.

13/03/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Gandhi voulait les voir disparaître, la constitution indienne les a théoriquement mises hors la loi, mais les castes, et le système qui enserre les Indiens dans des cases hermétiques sont encore belle et bien là dans la vie quotidienne des gens – du moins de la majorité des déshérités de « la plus grande démocratie du monde ». Cet album retrace la vie d’une femme issue des basses castes, victime du système de violences, de viols, et qui s’est révoltée, jusqu’à devenir « bandit », sorte de Robin des bois moderne, devenant le symbole du combat des femmes et/ou des basses castes – jusqu’à finir assassinée (ce qu’un court texte nous apprend en fin d’album). Je ne connaissais pas du tout cette femme, et cet album – qui s’inspire de son témoignage écrit – nous en dresse un beau portrait, au milieu d’un enfer. Dont on se demande s’il a bien évolué, et comment (voir les nombreuses affaires de viols de femmes impunies, mais aussi le début de révolte et de manifestations qui se développent ces derniers temps dans certaines grandes villes – les campagnes hélas restant à la traine). C’est pourquoi je regrette un peu – même si l’auteur, Claire Fauvel a choisi de s’en tenir au témoignage de Phoolan avant et pendant son incarcération – que l’on ne se soit pas ici attardé au combat politique que Phoolan a mené après sa sortie de prison (et les éventuels résultats obtenus par celui-ci). C’est en tout cas une histoire triste – en partie parce que réelle – que je vous encourage à lire. Note réelle 3,5/5.

28/02/2019 (modifier)