Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Phoolan Devi, reine des bandits

Note: 4/5
(4/5 pour 7 avis)

Le destin hors du commun de la « Robin des bois » indienne.


Biographies Casterman Consensus sur une BD Guerre des sexes Inde La BD au féminin Les prix lecteurs BDTheque 2018 One-shots, le best-of

Tout prédestinait Phoolan Devi à la trajectoire flamboyante qu’elle s’est choisie. Née en 1963 au Nord de l’Inde et issue d’une très basse caste, elle est dès l’enfance confrontée à la pauvreté, à la violence et à l’injustice. Mariée de force à 11 ans, violée et séquestrée pendant des mois avant que ses parents ne la récupèrent, elle devient la paria de son village et doit son salut à un gang de bandits. À partir de ce moment, elle n’aura de cesse de lutter contre l’injustice et protéger les plus faibles.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Août 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Phoolan Devi, reine des bandits
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

28/08/2018 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Calimeranne

Que dire sur cet ouvrage qui n’a pas déjà été dit dans les précédentes critiques ? J’ai découvert l’histoire de Phoolan Devi grâce à Pénélope Bagieu qui en avait fait le portrait dans un des tomes de Culottées. Ici Claire Fauvel nous permet de suivre plus en détails le parcours de cette femme qui n’a décidément jamais eu la vie facile, mais qui a su garder la tête haute en toutes circonstances. L’auteure a décidé de ne pas raconter la dernière partie de sa vie durant laquelle elle était députée d’Inde, c’est un choix que j’ai aimé, l’objectif étant plus de montrer quel a été son chemin pour arriver à une sorte de Robin des Bois moderne. Pour autant elle n’édulcore pas le personnage, montrant la violence dont elle peut faire preuve. Mais quand on est témoin des multiples atrocités qu’elle a elle-même subies depuis son enfance, on peut comprendre ses actes. Certaines scènes sont à la limite du soutenable, heureusement le trait délicat de Claire Fauvel permet de rendre l’ensemble supportable. Une lecture marquante sur une personne au destin hors normes.

25/01/2020 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai toujours eu un gros problème avec la violence, sous toute ses formes. Elle me dérange, m'agresse, me met mal à l'aise. Et si je déteste la voir au quotidien, cela me dérange également sous forme imagée. En bande-dessinée, en livre, en film, je ne supporte pas la violence. Si je dis cela, c'est parce que cette BD est incroyablement violente, d'autant plus qu'il s'agit là d'une biographie (possiblement romancée, comme le souligne l'auteure). Et que j'ai été dérangé et mal à l'aise au final, versant une larme à la fin de la lecture, mais que pour autant j'ai réellement beaucoup apprécié cette lecture. Déjà, parce que l'auteure à su nous faire une histoire que j'ai dévorée littéralement, sans pouvoir m'arrêter, mais aussi grâce à son dessin qui transporte dans des contrées de l'Inde loin de toute représentation clichée. C'est lisible et clair, dynamique, vivant. J'ai été transporté au cœur de l'action en un rien de temps, j'ai dévoré l'histoire et je me suis fait happer jusqu'à la délivrance (dans les deux sens du terme). Cette vie est de celle qu'il est bon de lire : bon de se rappeler que dans des pays autour du globe, naître femme c'est violence quotidienne et humiliation perpétuelle. Que parfois se battre et tuer c'est aussi faire comprendre ce qu'il se passe. Les luttes de Phoolan Devi ne sont pas de celles que j'espère voir chez nous, mais la vie qu'elle a eue est de celle que je voudrais ne plus jamais voir nulle part dans le monde. La lecture de cette BD a été plutôt rude et difficile : c'est violent, très violent, et malheureusement aussi très réaliste. Je vous recommande pourtant chaudement cette lecture qui fait en même temps beaucoup de bien : la joie de voir la libération finale, le sentiment que finalement ça peut s'arranger ... Ce n'est qu'éphémère et la lourde réalité nous retombe dessus dès que l'on referme la BD, mais pour un temps elle nous fait croire au combat des plus humbles et de ceux qui ne sont rien. Et qui peuvent gagner.

02/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Il y a des lectures qui sont plus fortes que d’autres car elles provoquent quelque chose d’assez intensif. C’est vrai que je ne connaissais pas du tout le parcours de cette jeune femme hindoue. La bd permet la connaissance et l’ouverture sur le monde et de plus en plus car les sujets sont sans cesse renouvelés. J’avoue avoir insisté pour lire cette œuvre grâce au site bdthèque car elle figurait parmi le prix des lecteurs de l‘année précédente. Et comme je suis plutôt axé sur des bds nouvelles et non anciennes, cela tombait bien. Ceci dit, le fond et la forme m’ont bien séduit. Au niveau du graphisme, il y a de la lisibilité ce qui constitue toujours un bon point. Sur le fond, rien à redire. Je reprocherais sans doute à l’auteur d’en avoir trop dit dans sa préface sur le parcours de cette femme. Comme ce n’était pas connu d’avance pour la plupart des lecteurs, le suspense aurait pu être aisément maintenu. C’est le seul gros reproche que j’aurais à faire. Pour le reste, c’est un beau portrait de femme qui se bat pour un idéal de justice dans une société fortement inégalitaire dans la plus grande démocratie du monde. Mais comme souvent, les idéalistes payent souvent très cher le prix.

27/05/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne connaissais pas du tout Phoolan Devi et le moins que je puisse dire est qu'elle n'a pas eu une vie joyeuse! Bon, la bande dessinée est basé sur son autobiographie donc ce n'est pas objectif, mais je n'ai aucun problème à croire que tout ce qui est arrivé à cette femme est vraie tant le système de caste en Inde me semble injuste. Le récit est très noir par moment et plusieurs scènes sont franchement glauque, surtout lorsque Devi est enfant. C'est donc un album que je recommande tout en précisant que certaines scènes risquent de choquer les âmes sensibles. Le scénario est prenant et le personnage de Devi est vraiment incroyable et aussi très forte (personnellement, j'ai l'impression que si j'avais vécu ce qu'elle a vécu j'aurais fini par me suicider ou je serais devenu trop faible pour contester l'autorité). Dommage que les derniers années de la vie de Devi soit résumé en quelques lignes. J'aurais bien aimé voir son travail comme politicienne et la réaction de l'Inde lorsqu'elle a fini assassinée. J'aurais aussi aimé un dossier qui expliquerait si la situation des femmes et des castes inférieurs ont évolué depuis l'époque de Devi. Enfin, cela reste tout de même un bon album.

13/03/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Gandhi voulait les voir disparaître, la constitution indienne les a théoriquement mises hors la loi, mais les castes, et le système qui enserre les Indiens dans des cases hermétiques sont encore belle et bien là dans la vie quotidienne des gens – du moins de la majorité des déshérités de « la plus grande démocratie du monde ». Cet album retrace la vie d’une femme issue des basses castes, victime du système de violences, de viols, et qui s’est révoltée, jusqu’à devenir « bandit », sorte de Robin des bois moderne, devenant le symbole du combat des femmes et/ou des basses castes – jusqu’à finir assassinée (ce qu’un court texte nous apprend en fin d’album). Je ne connaissais pas du tout cette femme, et cet album – qui s’inspire de son témoignage écrit – nous en dresse un beau portrait, au milieu d’un enfer. Dont on se demande s’il a bien évolué, et comment (voir les nombreuses affaires de viols de femmes impunies, mais aussi le début de révolte et de manifestations qui se développent ces derniers temps dans certaines grandes villes – les campagnes hélas restant à la traine). C’est pourquoi je regrette un peu – même si l’auteur, Claire Fauvel a choisi de s’en tenir au témoignage de Phoolan avant et pendant son incarcération – que l’on ne se soit pas ici attardé au combat politique que Phoolan a mené après sa sortie de prison (et les éventuels résultats obtenus par celui-ci). C’est en tout cas une histoire triste – en partie parce que réelle – que je vous encourage à lire. Note réelle 3,5/5.

28/02/2019 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Comme le dit Mac Arthur dans son avis, il est important de se rappeler que cet album est basé sur le journal de Phoolan Devi, et que tout est donc autobiographique (même si les propos sont rapportés par Claire Fauvel). Difficile en effet de croire qu’autant d’horreurs soient arrivées à une seule et même personne, une jeune fille dont la seule erreur fut d’être née à cet endroit (le nord de l’Inde), dans ces conditions (basse caste) et à cette époque (même si on se demande si beaucoup a changé aujourd’hui). La réalisation de l’album a dû être éprouvante par moment, notamment sur les scènes de viols infantiles. L’auteure n’a pas édulcoré les faits. Phoolan Devi est un être humain avec beaucoup de qualités, mais qui fait aussi des choix compliqués, et la ligne entre justice et revanche sauvage est parfois franchie. Mon seul reproche serait que la fin de la vie de Phoolan (carrière politique, assassinat) ne soit pas vraiment racontée, à part quelques phrases en guise de conclusion. Il aurait été intéressant d’en dire un peu plus, ne serait-ce qu’au travers un mini-documentaire en postface. Bon, rien de grave, et j’imagine qu’il s’agit d’un choix de l’auteure, qui a voulu s’en tenir aux carnets de Phoolan. Une lecture essentielle !

25/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Biographie à la première personne, ce récit touche par sa sincérité et heurte par sa dureté. Le destin de Phoolan Devi est en effet de ceux qui marquent ! Enfant de basse caste en Inde, mariée de force à 11 ans, brutalisée, violée à de multiples reprises, elle s’enfuira pour devenir la reine des bandits. Incarcérée, elle retrouvera finalement la liberté après 11 ans de bagne. Elue au parlement indien, elle sera abattue par un ancien membre des rajputs (caste déjà responsable du meurtre de son seul véritable amour). A côté d’elle, j’ai l’air fin à cultiver mes poireaux dans mon confort tout occidental… Donc voilà, c’est le destin exceptionnel d’une femme au caractère fort, capable de se relever après les coups les plus durs, les plus vils, les plus bas que l’homme dans toute sa laideur est capable d’asséner que nous somme conviés de suivre. Ce récit à la première personne ne se veut pas objectif puisqu’il se base sur le propre témoignage de Phoolan Devi. Mais l’image qu’il donne de l’Inde d’aujourd’hui est édifiante. Pareil scénario aurait tout aussi bien convenu à un récit de black fantasy le plus sombre (Game of Thrones, c’est Heidi à côté de ça) et il m’a fallu un temps pour bien capter le fait (ou pour que mon cerveau accepte pleinement l’idée) qu’il s’agissait d’un récit moderne, on ne peut plus actuel… et toujours d’une cruelle actualité. La narration fluide et le dessin clair de Claire Fauvel sont les garants d’une lecture aisée, accessible au plus grand nombre. La mise en page est aérée et les planches s’enchainent avec facilité. D’autant plus de facilité que chacune d’elle apporte son lot de vilénie et d’horreur. Difficile de ne pas être admiratif devant un tel personnage, et sa soif naïve de justice. Car l’image que je garde en terminant cette lecture est celle d’une certaine candeur, d’un sens intuitif de la justice et d’une forme de naïveté qui s’opposent à la suffisance des puissants, quitte à s’y briser, encore et encore… en espérant qu’à l’image de la vague qui vient sans relâche se briser sur les rocher elle finisse par faire s’effondrer la montagne. Phoolan Devi est morte assassinée mais j’espère de tout cœur que son combat aura fait avancer les mentalités dans son pays.

28/08/2018 (modifier)