L'Obsolescence programmée de nos sentiments

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Récit d'une histoire d'amour tardive entre deux êtres qui n'attendaient plus grand chose de leur existence.


Auteurs néérlandais La BD au féminin

Lui, il s'appelle Ulysse. Il est veuf depuis plusieurs années et lorsqu'il perd son travail de déménageur, à 59 ans, une grande solitude s'empare de lui. Impossible même de s'entourer de ses enfants : sa fille est morte dans un accident à l'âge de 16 ans et son fils est très pris par son travail. Elle, c'est Mme Solenza. Méditerranée de son prénom, 62 ans au compteur. Ancien modèle (elle a fait la couverture de Lui dans sa jeunesse !), elle ne s'est jamais mariée et tient la fromagerie de sa mère qui vient de décéder après une longue maladie. Si leurs jours s'écoulent tristement et leurs occupations ne suffisent pas à masquer l'isolement qui est le leur, c'était sans compter un miracle émotionnel. Car entre cette femme et cet homme va se tisser une histoire d'amour d'autant plus belle qu'elle est tardive !

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Obsolescence programmée de nos sentiments
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

24/05/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L’obsolescence programmée de nos sentiments est une bd sur le temps qui passe et surtout sur la vieillesse et le fait d’avoir quand même une vie amoureuse à cet âge-là. Ainsi, cette lecture m’aura appris trois choses que j’ignorais : - Une femme peut encore avoir des règles dix ans après le début de sa ménopause. - Une femme peut faire un bébé à 62 ans même si elle a essayé toute une vie et que cela n’a pas fonctionné. Bref, un miracle de la vie est toujours possible. - Il ne faut pas laisser la place dans le bus à une personne âgée car lui dire aurait pour conséquence de la blesser sur son âge. Pour le reste, Zidrou fait encore dans les bons sentiments dégoulinants de tendresse. Je retiens que du positif car la moralité est plutôt encourageante. Malgré nos corps qui flétrissent, on peut toujours rester beau dans nos cœurs. Bref, une bd pleine d’espoir et qui fait du bien pour un lectorat plus âgé.

14/06/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Encore un one-shot de Zidrou plein de bons sentiments et qui ne me touche qu'à moitié. Si j'ai bien aimé tout ce qui tournait autour des problèmes que rencontrent les personnes âgées (par exemple, être forcé de prendre sa retraite), l'histoire d'amour m'a moins intéressé. Je trouve que ça va un peu trop vite par moments. Bon, au moins l'album a le mérite de traiter de sujets un peu tabous comme la sexualité des aînés. Il y a aussi un événement qui arrive soudainement durant le dernier tiers de l'album et je ne sais pas trop quoi penser. D'un coté, cela donne des bons dialogues et j'ai bien aimé la scène entre le vieux couple et le fils docteur, mais d'un autre je trouve ça un peu facile qu'on n'ait pas d'explications sur ce qui arrive. Sinon, j'ai vraiment adoré le dessin que je trouve agréable à regarder et qui va bien pour ce genre de récit intimiste. J'espère que cette dessinatrice aura une longue carrière !

07/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album qui réussit très bien à traiter d'un sujet sensible – et souvent tabou, il faut le dire, à savoir les histoires d’amour vécues par les « séniors ». Et qui le fait sans tomber dans la mièvrerie ni dans certaines facilités scénaristiques. Zidrou a su « créer » deux personnages touchants, à la fois forts et emplis de faiblesses, en tout cas qui ont une personnalité qu’il prend le temps de développer. Et qui ressemblent aux personnes que nous pouvons côtoyer. Cette femme et cet homme, qui ont passé la soixantaine, redécouvrent l’amour après une rupture douloureuse (chômage pour l’un, mort de sa mère pour l’autre) qui les pousse à se questionner, à se projeter. Leur rencontre leur redonne à tous les deux un bon coup de fouet. Alors qu’ils semblaient si différents, ils se révèlent complémentaires. Je trouve juste que Zidrou a abusé du hasard avec les prénoms, le bonhomme, qui se prénomme Ulysse, tombe donc amoureux d’une Méditerranée ! (après avoir épousé une Pénélope !!). C’est un peu trop quand même, non ? Le dessin de De Jongh est très fluide, réussi, dans un style semi réaliste parfait pour habiller cette histoire d’amour. Si j’ai bien aimé ma lecture, et ne met que trois étoiles, c’est que le genre n’est pas forcément celui qui m’attire le plus. Mais je conçois que d’autres y trouvent davantage leur compte. C’est en tout cas une lecture très recommandable.

14/12/2018 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Il ne fait jamais bon vieillir quoi qu’on en dise, et personne ne souhaite expérimenter ce « naufrage », plus ou moins long dans la durée selon l’horloge interne de chacun. Pourtant, un jour ou l’autre, vient le moment où l’on vous laisse la place dans le bus, sans que l’on ait vu venir le coup. Et là, s’ensuit le temps des questionnements et peut-être de la déprime… A la soixantaine, peut-on encore être utile à quelqu’un et bâtir des projets ? Peut-on encore être désirable et connaître le grand amour quand on est seul ? Avec cet album au titre original, mais ne reflétant guère son contenu, Zidrou nous propose quelques éléments de réponse, qui, il faut l’avouer, s’avèrent plutôt réconfortants. L’histoire, qui démarre dans une certaine noirceur liée à la problématique du vieillissement, opère un virage à 180° dès lors que la rencontre entre Ulysse et Méditerranée aura lieu. On assiste alors à une sorte de petit miracle qui, une fois passé le cap de l’acceptation des corps flétris, va rajeunir les visages et injecter du sourire dans les expressions, avant que ne soit posée la cerise rouge vif sur le gâteau de l’amour tardif dont on ne pourra rien dire ici pour éviter de spoiler le récit. « L'Obsolescence programmée de nos sentiments » est servie par de très beaux textes où l’humour n’est pas absent. L’auteur belge, qui n’en est pas moins lucide pour autant, montre, sans tabous, qu’il n’y a pas nécessairement de fatalité, quand bien même avec l’âge on en vient à se sentir « blanchi comme un cheval fourbu », comme le chantait avec tant de désespérance Léo Ferré. A ce titre, cette fable optimiste sur le temps qui passe trouverait peut-être davantage son inspiration dans la chanson d’un compatriote non moins célèbre, j'ai nommé Jacques Brel, qui déclamait de façon poignante que le feu pouvait rejaillir « d'un ancien volcan qu'on croyait trop vieux ». Impossible de terminer cette chronique sans évoquer Aimée de Jongh, jeune dessinatrice néerlandaise déjà récompensée pour Le Retour de la Bondrée, qui illustre avec sensibilité le récit de Zidrou. Alliant son trait expressif à un cadrage bien senti, elle fait ressortir aussi bien les tourments intérieurs des personnages que leur besoin criant d’amour, les rend encore plus vivants en y mettant toute sa tendresse et son humanité. La synergie entre les deux auteurs a donc très bien fonctionné pour cette love story séniorisante, trop belle pour être vraie diront les grincheux, mais comme une pause bienfaisante face au tic-tac implacable de l’horloge.

02/07/2018 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Zidrou fait partie de mes scénaristes préférés surtout depuis qu’il réalise des bandes dessinées plutôt destinées à un public adulte. J’ai découvert « L’obsolescence programmée de nos sentiments » grâce à l’avis de Mac Arthur et à l’occasion du dernier festival de BD d’Amiens où la dessinatrice Aimée De Jongh était présente pour dédicacer son album. L’histoire est toute simple, elle nous conte la rencontre entre deux êtres en mal d’amour qui ont la particularité d’être des personnes qui s’approchent du 3ème âge… Je ne vais pas vous dévoiler la suite mais sachez que ce récit m’est apparu très attachant et optimiste… un peu trop même quand j’ai découvert le dénouement. D’ailleurs, cette fin peut être -à mon avis- sujette à de nombreux débats mais je la respecte sans problème. Pour le reste, j’ai aimé la simplicité des situations, j’ai adoré le fait que la vieillesse n’est pas abordée d’une façon triste et que –merde- parce que nous n'avons qu’une seule vie sur terre alors autant en profiter à donf et jusqu’à la fin même en amour ! Zidrou montre encore une fois sa grande sensibilité et son attachement sur les questions relatives aux rapports humains, j’aime son regard sur la société et sa capacité à retranscrire les sentiments d’une manière qui me semble juste. Le trait d’Aimée De Jongh s’accorde parfaitement avec ce récit. En tout cas, les éditions Dargaud et Zidrou ont vraiment trouvé la dessinatrice adéquate à cette bd, je ne vois pas qui d’autre aurait pu donner cette expressivité et ce réalisme du trait à cette histoire. Je ne mets que 3 étoiles à cette bande dessinée parce que j’en attendais peut-être un peu plus sur ce récit et parce que le dénouement m’a dérouté mais je ne regrette nullement pas mon achat. En effet, j’ai eu du plaisir à lire ce roman graphique qui met en scène des personnes âgées. J’ai eu également un coup de cœur pour le graphisme d’Aimée De Jongh qui accompagne très bien ce récit. Bref, pas un 4 étoiles mais un bon 3,5 finalement !

15/06/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Le nom de Zidrou m'attirait déjà sur la couverture, mais l'avis de MacArthur m'a convaincu de me plonger dans cette lecture les yeux fermés. Et franchement ... je ne regrette qu'à moitié. Peut-être parce que j'étais enthousiaste suite à cet avis, j'ai été un poil déçu à la lecture de la BD, parce qu'elle m'a semblé "seulement" bien. En fait, je crois que j'ai été déçu qu'elle s'arrête aussi vite. Après, y avait-il besoin de développer encore, je ne suis pas certain non plus ... En tout cas, c'est avec grand plaisir que j'ai découvert le travail de la dessinatrice. Je ne l'avais jamais vu auparavant mais j'ai pris grand plaisir à découvrir sa patte tout au long du récit. Dans une histoire qui interroge sur le corps et l'image qu'on en a, il est important de mettre cette image en dessin. Et elle s'en sort à merveille, alliant l'expression du trait avec une douceur bienvenue dans l'histoire. Et l'histoire, parlons-en : une très belle histoire d'amour, qui sait se faire simple et touchante. Elle ne perd pas de temps à développer des fioritures inutiles, ici tout est dans la simplicité. Les scènes sont très belles et très justes. Mais, ce qui m'a un peu refroidi, c'est justement que l'histoire est un peu trop rapide. J'ai eu l'impression d'une lecture très rapide et qui ne m'a pas suffi. La conclusion est très bien, apportant son lot de réponses et de questionnement, mais j'aurais aimé un peu plus. En vrai, je ne saurais dire ce qui m'a manqué, mais un petit quelque chose de plus m'aurait fait mettre un 4/5. En attendant de trouver quoi et de pouvoir changer d'avis, je laisse mon 3 et un conseil d'achat car il s'agit là d'une vraie belle BD. Avis aux amateurs de romans graphiques.

13/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Voilà un récit d’une simplicité déconcertante. Des personnages proches de nous, arrivés dans le dernier tiers de leur existence. Une histoire d’amour naissante alors qu’ils n’attendaient plus grand-chose de leur vie. Une vie sexuelle simple, naturelle, abordée avec pudeur mais sans tabou. Un peu d’humour, beaucoup de douceur et, en filigrane des interrogations qui parleront à chacun d’entre nous. Zidrou, une fois de plus, me séduit grâce à son écriture d’une justesse confondante. Ses dialogues, en particulier, me touchent systématiquement. J’aime l’humour discret, l’humilité des personnages et le fait que les sujets délicats ne sont pas contournés (ici la sexualité et le rapport au corps chez les personnes âgées). Le dessin d’Aimée De Jongh (déjà remarquée avec « Le Retour de la Bondrée ») est très agréable à l’œil et convient parfaitement au propos. J’ai aimé son expressivité, sa grande lisibilité. Mais, plus que tout, j’ai aimé sa représentation de corps vieillissants. Là aussi, l’auteure ne contourne pas l’obstacle et pourtant ses planches sont tout sauf impudiques. Un album à lire pour l’une des plus belles histoires d’amour que j’ai pu découvrir ces dernières années. Le final m’a un peu déstabilisé dans un premier temps mais il soulève des questions… que l’on est tous amené à se poser à un moment ou l’autre. Et si le choix des personnages ne sera très certainement pas partagé par tous les lecteurs, les auteurs parviennent à nous le faire accepter, ce qui est déjà un bel exploit. Reste un titre qui pourrait refroidir et qui, à mes yeux, n’est pas du tout représentatif du contenu de l’album. Mais ne vous arrêtez pas à si peu ! Car cet album est vraiment à lire par tous ceux qui aiment les romans graphiques.

24/05/2018 (modifier)