Laowai

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

1859. L Empereur Napoléon III et le royaume d Angleterre préparent une nouvelle campagne contre la Chine.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Chine

1859. L Empereur Napoléon III et le royaume d Angleterre préparent une nouvelle campagne contre la Chine. François Montagne et Jacques Jardin, soldats et amis de longue date, veulent à tout prix en faire partie. Mais les places sont chères. Seuls les meilleurs seront choisis... Deux mois plus tard, après une sélection et un entrainement draconiens, ils embarquent finalement pour l Empire du milieu. Sur le navire, Montagne se lie d'amitié avec un étrange couple, un vieux diplomate marié à une jeune Chinoise. Mais arrivé à la concession française de Shanghai, le jeune soldat français découvre que derrière les motivations politiques et diplomatiques de cette guerre se cache un enjeu bien moins noble : la commercialisation de l'opium en Chine.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Janvier 2017
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Laowai
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2017 | herve
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

Une bonne introduction d’une trilogie évoquant une période méconnue des français mais à laquelle ils ont pourtant contribué, celle de la seconde guerre de l’opium opposant la Chine face à la France et le Royaume-Uni. Cela dit lorsqu’on voit le rôle qui ont joué ces deux derniers, on comprend pourquoi on fait profil bas (pas beaucoup de livres sur ces événements ni de documentaires). Ce n’est pas très glorieux de se retrouver de l’autre côté du manche dans le camp des méchants envahisseurs, hein ?… Toutefois ce n’est pas un récit purement historique, et heureusement. On démarre l’intrigue en 1859 lorsque la guerre est déjà entamée (1856-1860) mais durant une période de trêve. La guerre de l’opium sert de toile de fond à un récit d’action et d’aventure. Nous suivons un jeune marsouin français engagé volontaire, François Montagne. Un personnage fort intéressant au travers duquel le lecteur pourra se reconnaître car tout comme lui on découvre et s’émerveille du dépaysement de cette Chine du XIXème siècle, en même temps qu’on adopte son regard naïf, complètement ignorant du pourquoi du comment de cette guerre. J’adore ce genre de construction scénaristique où à travers une petite histoire on raconte la grande. Les scénaristes se veulent honnêtes, réalistes, et ne cherchent pas à épargner les forces occidentales. Bien évidemment qu’on ne fait pas la guerre pour des questions d’honneur ou de lutte entre le bien et le mal. Il est toujours de bon ton de présenter son ennemi comme le grand méchant menaçant notre mode de vie, et pas comme un bon bougre qui aspire aux mêmes choses simples que l’occidental moyen (le discours du général Cousin Montauban aux troupiers p.21-22 en est une parfaite illustration). On fait la guerre pour des richesses matérielles, de l’or, des terres, du pouvoir, des parts d’action, le marché, etc. Ne restait plus qu’à trouver le Casus Belli. En plein cœur de ces événements, le soldat Montagne est un peu le rebelle de service qui a des valeurs et les défend envers et contre tous. Un petit côté Corto Maltese un brin candide comme je l’ai évoqué, mais qui fait du bien à suivre. Du camarade exemplaire lors de la phase entraînement façon Easy Company dans Band of Brothers au héros de guerre survivant, en passant par le good lad durant la traversé, jusqu’à la phase remise en question puis rébellion ; il demeure droit comme un « i ». Pour nuancer cette bonne impression globale du scénario, il n’y a pas vraiment de gros rebondissements pour le moment. Même les sous-intrigues sont un peu cousues de fil blanc, pas besoin d’être une flèche pour deviner que la comtesse de Malnay joue un double-jeu et à la longue l'aveuglement de Montagne commence à devenir lourd sur le deuxième tome. Xavier Besse propose un dessin semi-réaliste de très bonne facture qui rentre tout à fait dans ma zone de confort. Et les couleurs à l’aquarelle sont magnifiques et très à propos avec ce type d’histoire, évoquant un aspect carnet de voyage. Comment tout cela va-t-il se terminer ? On connaît la suite dans les grandes lignes : les hominidés crevarices du grand capital obtiendront ce qu’ils étaient venus chercher… quant au sort de Montagne et ses camarades, j’espère que le scénario saura me surprendre dans l'ultime volume.

27/11/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai beaucoup aimé cette aventure qui nous mène en Chine durant la guerre de l'opium. Il faut dire que l'un de mes scénaristes préférés est aux commandes du scénario. Alcante, digne successeur de Van Hamme, a encore fait des progrès depuis sa première série qui m'avait tant séduit à savoir Pandora. Il a tout compris pour la réalisation d'une bd sur un fond historique. Il arrive à nous captiver par le biais de son soldat français François Montagne qui sera plongé en pleine guerre de l'opium. Il ne nous noie pas de détails superflu pour aller directement à l'essentiel. Bref, il a tout compris. Le dessin est réellement magnifique avec une bonne maîtrise des couleurs. Que dire de ces beaux costumes magnifiquement retranscrit. Graphiquement, je n'ai rien à redire ce qui est plutôt rare. Oui, je l'avoue car c'est tout à fait mon style de bd. J'attends des albums de cette trempe mais il ne faut pas trop en demander tant la production actuelle est médiocre même si on essaie un peu de le cacher avec une complicité malveillante à l'égard des lecteurs. C'est clair que la symbiose entre dessinateur et scénariste est parfaitement réussi en l'occurrence.

29/04/2017 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

J'étais passé à côté de cet album lors de sa sortie. Séance de rattrapage donc avec emprunt à la médiathèque. Alcante et Bollée, rompus aux scénarii bétons, nous offrent là une très bonne histoire, dépaysante, sur fond historique et qui ne manque pas de rythme. Grand fan du film hollywoodien "les 55 jours de Pekin", je suis ravi de retrouver la Chine, celle des légations étrangères, une Chine objet de toutes les convoitises du vieux continent Même la première partie, plus marquée sur la vie militaire et l'entrainement du soldat François Montagne, se lit avec plaisir. Le dessin de Xavier Bessen, que je découvre ici, est très réussi et fonctionne à merveille sur cette histoire. De l'aventure, de l'action, une romance que l'on devine à venir, bref une série prometteuse.

14/04/2017 (modifier)