Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

La Marche

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

1812. L’armée française est en déroute, et deux groupes de notables se retrouvent à fuir la Russie. Ils vont lutter pour leur survie pendant des semaines, dans l’enfer blanc de l’hiver russe.


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte Froid. Neige. Glace Russie Survival

Russie, 1812. Dans un sous-bois ployant sous la neige, la calèche des Collard croise celle des Saint-Venant, renversée. Les deux familles qui fuient la Russie, accompagnées de leurs domestiques, vont devoir cohabiter. Alors que Baroux, qui accompagne les Saint-Venant, s’occupe de l’intendance après s’être emporté contre la bêtise de ses maîtres qui sont sortis de la route, Arnaud et sa sœur discutent. La jeune femme a accepté sans trembler que son cheval, Pégase, soit achevé. Mais Arnaud, de son côté, croit toujours à des lendemains meilleurs, jusqu’à considérer de garder des tableaux familiaux… Il entasse des incunables qui appartiennent à leur famille depuis des générations dans la berline des Collard. Mais Baroux s’y oppose, soutenu par Aurore, la sœur, qui semble plus dure que son frère. Dans un bivouac surveillé par les loups, elle regarde les hommes dépecer le produit de leur chasse…

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Août 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Marche © Glénat 2019

29/10/2019 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le dessin de Régis Penet est vraiment chouette. Un Noir et Blanc épuré, un trait très réaliste, précis et fluide, avec des décors qui m’ont fait penser à Chabouté. On a là un bien bel habillage. Qui utilise et met bien en valeur ces vastes espaces enneigés des forêts russes, et le côté presque angoissant, désespérant de la fuite de la dizaine de personnages que nous suivons, encerclés par le froid, l’immensité glacée plus que par les cosaques. Car l’histoire se déroule lors de la débâcle et de la triste retraite de la Grande armée en Russie, durant l’hiver 1812. La guerre n’est d’ailleurs le plus souvent qu’un décor lointain, un écho presque inaudible, car elle n’apparait généralement que dans les conversations. Car ceux que nous suivons ne sont pas des soldats, mais des notables, qui doivent abandonner une bonne partie de leurs biens, de leur fierté parfois, pour sauver leur peau, dans cet univers beau mais hostile. Face à la mort, les particules et autres privilèges ne pèsent plus rien, et chacun révèle sa véritable personnalité. Régulièrement, des images d’une partie d’échecs reviennent, illustrant de façon allégorique – et plutôt bien vue – cette lutte pour la survie qui se joue sur des détails, avec une partie qui n’était pas « jouée d’avance », à condition de prendre les bonnes décisions. Un survival pas forcément hyper original, mais qui se laisse lire facilement.

10/07/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ce récit nous entraîne dans la Russie de 1812 où les armées napoléoniennes se retirent face à un hiver beaucoup plus meurtrier que les armées du Tsar. On va surtout suivre la fuite d'une famille d'aristocrates qui sera confrontée non seulement aux éléments de la nature mais également à la folie des hommes. Cette famille était proche de l'empire et voulait surtout éviter les terribles représailles des cosaques. La préface nous prévient d'avance que l'issue sera forcément tragique. On aurait aimé avoir un peu plus de suspense mais bon. La neige avec de grandes étendues blanches sera très présente. On ressent avec le dessin presque le froid nous glacer les os. Il y a une certaine maîtrise du noir et blanc qu'on peut relever. Le récit ne nous épargnera rien à commencer par le cannibalisme pour survivre. A noter que cette oeuvre est ponctuée par une partie d'échecs qui reflète les différents évènements de cette marche laborieuse.

29/10/2019 (modifier)