Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Puzzle (Thilliez)

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Adaptation du célèbre thriller de Franck Thilliez.


Adaptations de romans en BD Ankama Jeux mortels

Ilan et Chloé, spécialistes des chasses au trésor, ont longtemps rêvé de participer à LA partie ultime : ce jeu mystérieux appelé Paranoïa. Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle N°1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. Suivie de la règle N° 2 : L’un d’entre vous va mourir. Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, la distinction entre jeu et réalité devient de plus en plus difficile à établir. Paranoïa peut alors commencer… (texte : Ankama)

Scénariste
Dessinateur
Mig
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Décembre 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Puzzle (Thilliez)
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

25/11/2016 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une bd au cheminement très long pour découvrir la vérité derrière la paranoïa d'une personne. Cette vérité sera d'ailleurs assez effrayante mais on ne peux refaire l'histoire. J'ai bien aimé la démonstration bien que ce fut assez long et fastidieux à la lecture. Il est clair qu'on entre dans le processus de l'âme humaine et de ses failles qui peuvent être fatales. La mise en page ainsi que le dessin ont aidés à une meilleure fluidité du récit qui aurait pu s'engluer. Le suspens reste toujours présent jusqu'à la fin. L'ambiance reste assez glauque et glaciale. Un bon polar mais sans grande originalité.

10/03/2018 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Puzzle est un thriller qui joue la carte de la paranoïa. On suit les aventures du héros qui se retrouve entrainé dans un jeu malsain pour pas dire morbide. La tension est bien rendue. En effet le choix de la colorisation, en bichromie, est fort à propos pour nous faire sentir la tension et le malaise ambiant. On sent tout de suite que le protagoniste principal n'est pas tout a fait net dans sa tête. J'ai parfois du mal à rentrer dans les histoires à base de folie. Mais pas là. L'intrigue est bien menée, ce jeu est prenant et on a envie de connaitre le fin mot de l'histoire. On a envie de savoir ce qui se trame. Il y a régulièrement des allusions au passé du héros, on a envie de comprendre. Autre aspect bien rendu, c'est la tension entre les personnages. Tout le monde est louche, on peut suspecter à peut près tout le monde. C'est bien fichu et ça participe bien au suspens de ce récit. Malgré son épaisseur ce pavé s'avale d'une traite. Petit bémol, c'est la fin qui est exactement celle que j'avais imaginé depuis un bon moment. C'est très (trop) prévisible car il y a pas mal de détails tout au long du récit. J'aurais adoré être surpris, dommage. Malgré tout, cette non surprise finale n'est qu'une déception toute relative, car elle se tient tout à fait, et ça n'a pas gaché mon ressenti global.

05/08/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je n’ai pas lu le roman et ne sais donc pas si le début de celui-ci est identique à celui de la bande dessinée. Quoiqu’il en soit, ce début –tel que présenté dans la bande dessinée- a constitué un très gros problème pour moi parce qu’il me donne directement toutes les clés pour comprendre et, plus grave encore, prévoir la suite du récit. C’est peut-être moi qui ai l’esprit tordu mais, alors que j’ai lu l’album d’une traite (preuve que ce récit est plutôt prenant) chaque révélation me semblait tellement évidente que j’en suis finalement sorti avec un sentiment de manque, d’inabouti, de morosité. Le gros clash final (qui m’a fortement rappelé « Shutter Island ») est tellement balisé dès les premières pages que je suis finalement déçu. Mais déçu par l’intrigue, pas par le cheminement emprunté par le personnage central de ce récit, qui fondamentalement réalise une auto-psychanalyse étonnante. Il est amusant de retrouver en cours de récit tous les indices jetés sur les quelques premières planches. A ce titre, puzzle porte bien le sien (de titre) puisque nous démarrons avec la plupart des pièces de celui-ci mais qu’il nous faut encore les assembler. Je regrette vraiment d’avoir trop rapidement eu une vision d’ensemble qui corresponde de très près aux conclusions de l’album. Côté dessin, ce style est efficace parce que facilement lisible et direct. Il ne s’encombre pas de détails, accentue les expressions des personnages et caractérise bien chacun d’entre eux (ce qui est toujours important dans un récit aux personnages multiples). C’est typiquement le style de dessin qui se met au service d’un scénario et l’amateur de planches léchées et fignolées ne trouvera sans doute pas son compte ici. Donc voilà, pas mal mais je pense que le roman peut apporter plus… s’il n’en dit pas autant dès le début.

13/01/2017 (modifier)
Par canarde
Note: 2/5
L'avatar du posteur canarde

Une énigme angoissante et alambiquée. L'univers bleu et blanc du dessin, avec un trait assez élégant, stylisé, m'a donné envie d'essayer l'album même si je ne suis pas forcément attirée par les scary-movies. A la lecture, c'est un peu décevant, finalement je crois que le roman est beaucoup plus évocateur, la peur s'installe plus facilement que par le dessin. Ce jeu improbable qui se transforme en voyage vers l'enfer, ou en 8 petits nègres, (Agatha Christie) ou encore en tableau de chasse (Bilal dans ses débuts), se développe sur une trame tellement complexe, que je n'ai pas vraiment tout compris, sans vraiment être terrorisée non-plus.

12/01/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Après Maxime Chattam et sa série de thrillers, c'est au tour de Franck Thilliez, autre auteur français de genre de passer à la BD. Différence notable, c'est l'écrivain qui adapte lui-même son texte, pas de perte de sens, a priori, dans ce cas. Car Puzzle est une oeuvre qui semble dense, avec des personnages très actuels qui se retrouvent dans une machination qui les dépasse. J'aime bien ce genre d'histoire, avec des manipulations à plusieurs niveaux, des personnages approfondis et un twist final. Ce twist final m'a d'ailleurs fait penser à [NON JE NE LE DIRAI PAS], mais j'avoue ne pas vraiment l'avoir senti venir, ce qui est un bon point. Le lecteur est donc baladé, malaxé, trituré, voire perdu dans les méandres de Paranoïa. J'aime ça. J'aime aussi le trait de Mig, à la fois épuré et très expressif, qui sait donner de la consistance et de la présence à ses personnages. Il joue également sur la bichromie, avec ce bleu qui vient réhausser le traditionnel noir et blanc du polar. L'ambiance est angoissante. Un bon thriller, mené de main de maître par son auteur originel.

25/11/2016 (modifier)