Mousquetaire

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Vous remplacez les agents secrets de la CIA aux flingues menaçants par des mousquetaires aux chapeaux à plumes aimant croiser le fer, et vous avez de tortueux secrets d'Etat qui ne devraient pas être divulgués...


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières De cape et d'épée

1661 : après la mort de Mazarin, le jeune roi Louis XIV décide de régner seul, aidé de quelques conseillers. Seulement, quand ceux-ci se livrent à des malversations financières (encouragées par Colbert et le roi pour le bien du royaume), ça fait tâche... Après l'arrestation de Fouquet, le duc de Cambre confie à 3 amis un secret d'Etat qui pourrait être une menace pour le roi ; Le duc a participé aux malversations qui accusent Fouquet, et Colbert veut la peau de ce dernier et de ses mauvais serviteurs de l'Etat. D'Artagnan est chargé d'étouffer l'affaire, et tandis qu'il garde Fouquet au château de Nantes, il délègue en Provence Portau et le jeune Alexandre de Bastan. Bastan est une jeune recrue entrée depuis peu aux mousquetaires du roi, un Gascon comme D'Artagnan et qui comme lui jadis, est plein d'ambition. Bon cavalier, fine lame, fougueux et courageux, il va apprendre dès sa première mission la part d'ombre des héros.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Janvier 2016
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Mousquetaire
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

03/02/2016 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

C'est une sorte de Bd d'espionnage sous Louis XIV, une histoire de complots royaux et de politique secrète à la sauce cape et d'épée, ancrée dans un décor historique crédible et bien agencé, quoiqu'un peu embrouillé ; ce premier tome oblige donc le lecteur passionné à être concentré et attentif, car il y a de nombreux personnages, et ça va assez vite. Parallèlement à la mission de D'Artagnan et à celles de ses mousquetaires, on suit Madame de Locuste, une intrigante, empoisonneuse et espionne qui tient sous sa coupe la jeune Eloïse de Grainville, s'occupe de son éducation afin d'être destinée à une fonction de demoiselle de compagnie et de cour. Duval autant passionné d'Histoire que de science-fiction, s'inspire d'Alexandre Dumas et de ses célèbres mousquetaires pour échafauder un scénario qui démarre avec l'arrestation de Fouquet en début d'album, seul événement réel ; tout le reste est brodé en faisant en sorte que ça paraisse crédible, et ça l'est, car ça aurait pu très bien se produire. Cependant, les historiens considèrent que Fouquet (si toutefois la thèse de ses malversations est avérée) aurait agi seul. Il ne fut pas le premier et n'a pas été le dernier des grands argentiers, conseillers ou surintendants à puiser dans le trésor royal pour alimenter son train de vie dispendieux, ils l'ont tous fait, mais Louis XIV était un roi très imbu de sa personne, et n'admettait pas d'avoir à vendre sa vaisselle d'or pour payer les dégâts causés par la Fronde, tandis qu'un de ses sujets (fut-il le plus important après lui) baignait dans les fastes de ses nombreuses demeures luxueuses. Le dessin est la petite faiblesse de cette Bd, je le trouve un peu moins appliqué que dans L'Homme de l'Année - 1894, ou est-ce une impression ? D'autre part, Calvez reproduit de nombreux décors réels, surtout des châteaux, dont celui des Ducs à Nantes qui fera sans doute plaisir à quelques lecteurs de la région que je connais... hélas, il fait quelques erreurs : je ne crois pas que l'entrée principale soit tout à fait conforme à ce qu'elle était en 1661, mais surtout, l'image aérienne que l'on voit au tout début comporte un bâtiment qui ne fut construit qu'en 1784 lorsque le château fut récupéré honteusement par l'administration militaire, il ne devrait donc pas figurer ici ; sinon pour le reste, le Grand Logis construit par le duc François II et sa fille Anne de Bretagne sont conformes, de même que la cathédrale et la Porte Saint-Pierre. Les autres décors comme les châteaux de Largoët, Valençay, Angers (où fut ensuite détenu Fouquet) et Grignan sont bien dessinés, ainsi que les visages de Condé, Fouquet ou D'Artagnan d'après les gravures connues... Je crois que ce tome sert à planter les personnages, certains joueront sans doute un rôle plus conséquent dans la suite, telle Eloïse dont le tome 2 portera son nom, l'intrigue a donc le temps d'évoluer. Et pas manqué, avec ce tome 2, c'est reparti dans les complots et les secrets d'Etat, avec un côté politique encore plus accentué. Ce tome offre de ce fait peu d'action et une intrigue qui ne renouvelle pas ce type de Bd historique. Duval souhaitant revisiter le genre très souvent exploré, ne produit que du déjà vu, en plus l'intrigue n'avance pas tellement, on y retrouve les mêmes personnages avec 5 ans de plus, mais elle n'est pas directement rattachée à celle du tome 1. Malgré ces réserves, je ne peux pas dire que la lecture est ennuyeuse, je la trouve juste assez banale et mille fois vue dans des films de cape & d'épée. Le dessin n'a pas varié, il est peut-être un peu plus maîtrisé, Calvez reproduit l'incendie de Londres en 1666, quelques monuments célèbres de Rouen, le manoir d'Ango près de Dieppe, le château de Saint-Germain-en-Laye, et le paysage d'Etretat avec précision. Il faut donc encore attendre une suite.

03/02/2016 (MAJ le 23/10/2017) (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Pas plus adepte que cela du genre historique en BD, ce sont les souvenirs liés à mes lectures d'enfance d'Alexandre Dumas qui m'ont motivé à me plonger dans la lecture de cet album. Le sens épique et l'imaginaire rattachés à ces personnages m'ont toujours fasciné. Restait à voir ce que Fred Duval et Florent Calvez allaient en faire. Plutôt adepte de la plume de Duval pour ses séries SF ou steampunk (cf. Carmen Mc Callum, Travis ou encore Hauteville House), le retrouver dans un registre cadré me semblait intéressant. Quant à Calvez je le découvre avec cet album. Il faut dire que j'ai d'emblée été séduit par la première scène. L'action commence par une poursuite à cheval entre le Château des Ducs de Bretagne et la Cathédrale de Nantes, ville que je connais parfaitement pour y déambuler régulièrement. Sans connaître précisément le château de l'époque, le rendu et la précision des lieux m'ont impressionné et complètement plongé dans le récit. Car si le côté épique propre au genre cape et d'épée est parfaitement géré, les intrigues permanentes de l'époque forment le fil conducteur de notre histoire. Si celles-ci demandent une lecture attentionnée pour bien suivre les intérêts que chacun défend, ils contribuent à former la trame d'une narration riche et soutenue. Ajoutez à cela un côté sombre et pas toujours reluisant au légendaire d'Artagnan et ses acolytes et vous obtenez un album qui tient plus que la route. Surtout que le dessin de Florent Calvez sert complètement le travail de Fred Duval. Précis dans ses décors et ses costumes, son travail donne pleinement corps au récit. Son trait fin rehaussé de hachures quand il faut lui permet d'accentuer la dramaturgie de certaines scènes en jouant sur les contrastes portés par les couleurs de Delf. Voilà donc une série qui s'annonce très prometteuse et dont je ne peux que recommander la lecture. J'attends la suite avec impatience. *** 2e tome *** Avec ce deuxième tome, on retrouve tous les protagonistes que nous avions laissé en pleine tractations et manigances. Les intérêts s'élargissent à l'Europe et l'action commence même pendant le grand incendie de Londres de 1666. Nous y retrouvons Alexandre de Bastan, notre jeune protégé de d'Artagnan, parti en mission espionner pour le compte de la France. Si c'est là l'occasion de présenter un aperçu plus large des intrigues qui occupent les puissances européennes du moment, on revient bien vite en France pour suivre les missions de nos mousquetaires sur le sol français ainsi que celle de la belle Eloïse, la promise de notre jeune premier qui a maintenant pris de la bouteille et du grade au sein de son contingent. Ce second tome fait bien avancer l'intrigue et conforte la bonne impression que le début de série m'avait laissé. Le dessin de Florent Calvez reste toujours aussi plaisant dans cette diversité des grandes villes de France que traversent les personnages et donnent un crédit certain à l'ensemble. J'attends donc le troisième tome de cette série avec curiosité pour donner mon appréciation globale qui pour l'instant semble très bien partie et dont je conseille la lecture, surtout aux amateurs de récits historiques.

03/02/2016 (MAJ le 22/03/2017) (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Mouais. Voilà un album que j’ai lu sans déplaisir, mais auquel je n’ai pas non plus réellement accroché. Située au tournant du règne personnel de Louis XIV, au début des années 1660, l’intrigue peine à démarrer, ou plutôt à intéresser. Le roi en est absent, à peine évoqué comme lointain donneur d’ordre (l’arrestation de Fouché par exemple) ou comme partie prenante des révoltes de la Fronde, lorsqu’apparaît la personnalité du Grand Condé. Un jeune mousquetaire, Alexandre de Bastan, qui intègre tout juste ce corps prestigieux – et qui semble destiné à « remplacer » D’Artagnan, qu’il vénère – se trouve embarqué dans une intrigue mêlant quelques « Grands », quelques secrets, et une intrigante, empoisonneuse à ses heures, dont la jeune Eloïse est l’instrument. Bien évidemment, Alexandre et Eloïse en pincent l’un pour l’autre… Cela se laisse lire, mais j’ai trouvé le dessin un peu figé, avec des visages pas toujours réussis. Quant aux dialogues, je les ai souvent trouvés trop « verbeux », lourds et parfois artificiels. A voir ce que donnera le prochain opus, sur lequel je jetterai peut-être un œil, même si ce n’est pas une priorité.

16/09/2016 (modifier)