Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Je suis top ! Liberté, égalité, parité

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Catherine occupe un poste important et prépare son discours d’intégration : l’occasion de revenir sur un parcours semé d’embûches. Ce roman graphique met en lumière le machisme de la société française, quitte à virer au procès féministe.


Guerre des sexes La BD au féminin Mirages

Catherine, la quarantaine, est top-manager. Elle a un discours à préparer pour fêter sa nouvelle fonction. Elle relit ses notes, mais ne trouve pas cela assez spontané. Elle aimerait parler de sa vie et de son ascension difficile. Il faut dire qu'être une femme est bien plus compliqué pour réussir. Elle se souvient de son premier patron qui ne cessait de dire que les femmes étaient finies à partir de 25 ans et la pré-ménopause. Les femmes n'ont pas la même chance que les hommes. L'homme est tellement sûr de lui et a tellement de portes ouvertes qu'il peut atteindre tous les postes même si c'est un « tocard ». La femme, à l'inverse, ne cesse de se dénigrer et doit se faire violence pour évoluer. Il faut dire que l'enfance conditionne tout : on apprend aux garçons à se battre et à gagner ; on apprend aux filles à être gentilles et serviables. Le début d'un long asservissement...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Février 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Je suis top ! Liberté, égalité, parité
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

24/10/2016 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je suis top ! est un titre qui peut sembler humoristique et qui marque le fait qu’une personne a sans doute un manque manifeste de modestie. Lorsqu’il s’agit d’une femme, cela ne pardonne pas. En réalité, on va suivre le parcours d’une salariée dans l’entreprise qui entre par la petite porte malgré le fait qu’elle soit bardée de diplômes. Puis, progressivement, elle va gravir les échelons pour se retrouver à un poste plutôt important. Pour y arriver, elle racontera tous les déboires qu’elle a dû subir de la part des hommes. Beaucoup de femmes pourront se retrouver dans ces situations inspirées par une certaine réalité peu reluisante entre blagues sexistes et salaces et absence de promotion lié au congé maternité par exemple. Le coup de karcher, c’est sans doute dans les sociétés qu’il faudrait le passer pour se débarrasser de tous ces petits chefs machos et incompétents ! Ceci dit, on pourra trouver cette bd assez féministe mais il n’en n’est rien. Pour autant, je trouve que les discriminations ne se limitent malheureusement pas qu’au sexe mais également par exemple aux origines ethniques. Le fait d’avoir un nom aux consonances étrangères peut très vite vous faire perdre des points même à compétence supérieure. Vous pouvez également vous retrouver aux responsabilités mais avec un salaire deux moindres que ses collègues et je sais de quoi je parle. D’ailleurs, une femme manager est également moins payé qu’un homme. A noter qu'il y a également une véritable dénonciation de la théorie du genre afin sans doute d'inciter les petites filles à ne pas jouer à la poupée mais à faire des jeux plus violents et entrer ainsi dans la compétition car c'est tout un état d'esprit qui s'apprend au plus jeune âge. Le lecteur qui est parent appréciera. J’ai trouvé ce témoignage assez utile et plutôt sincère de la part de l’auteure. Il est vrai que les préjugés décrit sont des choses que l’on entend souvent comme la promotion canapé. Cette bd est inspirée d’une pièce de théâtre de Blandine Métayer qui a connu un grand succès. On ne se demandera pas pourquoi. L’œuvre en question se lit très bien entre caricature et humour. Elle renvoie directement à notre quotidien de travail en posant les bonnes questions et surtout en montrant les bons constats. Il est clair que les réactionnaires et ceux qui les suivent n'apprécieront pas. Mais bon, il serait temps de changer les mentalités. Cela commence par cette lecture.

24/10/2016 (MAJ le 29/10/2016) (modifier)