Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Sykes

Note: 3.87/5
(3.87/5 pour 15 avis)

Sykes, un marshall impitoyable, fait régner la loi et l'ordre dans l'Ouest sauvage, lorsque Jim Starret, jeune garçon devenu orphelin à cause de ceux qu'il traque, s'attache à ses pas… A voir aussi : Texas Jack


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle BD à offrir Ecole Pivaut, Nantes Le Lombard Les prix lecteurs BDTheque 2015 One-shots, le best-of [USA] - Rocky Mountains States - Les Rocheuses

Lorsque « Sentence » Sykes pose le premier sabot dans ses collines natales, le jeune Jim Starret reconnaît immédiatement une légende de l'Ouest, digne des illustrés avec lesquels il a appris à lire. Mais son nouveau héros n'est pas là lorsque la redoutable bande des Clayton assassine sa mère sous ses yeux. Dès lors, Jim n'a plus qu'une obsession : rejoindre Sykes et participer à la traque. Il a déjà payé le prix du sang. Il ignore encore que ce sont ses démons qui forgent une légende du Far-West… [Texte de présentation de l'éditeur]

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Novembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sykes

22/11/2015 | eric2vzoul
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voici un grand western signé Pierre Dubois qui n'est pas connu pour être un spécialiste du genre, c'est peut-être ça qui rend ce western si intéressant car il travaille en profondeur le personnage de Sentence Sykes, un marshall rude et impitoyable avec les outlaws qu'il poursuit, mais doté paradoxalement d'un profond humanisme, et surtout tiraillé par des démons intérieurs. Sykes apparait comme un être torturé, cherchant l'oubli dans une vie aventureuse remplie de danger et de violence. Il fallait cette originalité dans le caractère du personnage pour que ce western se hisse parmi les grandes oeuvres du genre. Sinon les autres personnages comme le cabochard O'Malley, le pisteur indien Renard Gris, et même le couple de fermiers amis sont des archétypes qu'on rencontre dans le western en BD et à l'écran, à la fois rudes et attachants. L'intrigue en elle-même adopte une démarche très classique, il s'agit d'une traque, Sykes et ses compagnons pistent une bande d'ignobles salopards, ce qui occupe les 3/4 de l'album, et l'ensemble utilise des éléments typique du western hollywoodien mais revisités par une vision plus actuelle et très réaliste. La seconde partie de l'album qui occupe le dernier tiers me dérange un peu par son côté un peu trop rapide qui tranche avec la première partie, car elle montre les 2 héros vieillissants courant vers un destin inexorable mais finalement logique car ce genre d'aventuriers ne pouvaient pas finir leur vie paisiblement dans un ranch, ils allaient au bout de leur destin, leur vie étant dirigée par les armes devait se conclure dans une mort sanglante. Sans révéler la fin, je peux dire que je la trouve cruellement logique et finalement assez belle, même si j'aurais préféré que ça reste focalisé sur cette traque. C'est un grand western sombre, empli de noirceur, mélancolique et crépusculaire… (lire plus)

03/08/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Décidément 2015 est l’année des (très bons) westerns en bande-dessinée. Alors oui, il y a forcément des images qui nous viennent en tête automatiquement sans qu’on n’y puisse rien quand on lit "Sykes" dont le personnage éponyme fait penser à Virgil Cole (Ed Harris) dans le film Appaloosa. Que ce soit dans sa droiture morale, un certain sens de l’honneur et des règles tout en pouvant se montrer impitoyable et sans merci, mais aussi de par son adjoint suppléant O’Malley qui là pour le coup s’éloigne d’Everett Hitch (Viggo Mortensen) cependant que leur tandem fonctionne de la même façon avec beaucoup de respect mutuel et une certaine dévotion pour leur boulot ingrat. Et oui, on pensera également inévitablement au True Grit des frères Cohen avec le jeune orphelin Jim qui réclame vengeance pour sa famille massacrée et qui accompagne Sykes malgré les réticences de ce dernier dans la traque des meurtriers. Puis de la même façon qu’entre la déterminée Mattie et le vieux soulot Marshal Cogburn (Jeff Bridges), il y a une relation d’amitié et de filiation touchante qui se met progressivement en place entre Sykes, O’Malley et Jim. Et c'est bien ça qu'on aime ! Mais ce que j’ai trouvé étrange par un moment c’est que j’ai réalisé que la traque n’est pas le véritable propos de "Sykes" alors que tout de même elle occupe un bon trois quart de l’histoire. J’ai cru que ça allait se résumer à ce genre d’histoire assez classique et qu’il faudrait se contenter des belles planches, mais une fois ce chapitre clos le récit se focalise presque complètement sur Sykes et j’ai réalisé que certes, Pierre Dubois nous conte la vie d’un Marshal implacable au passé torturé, mais à travers lui et son ami O’Malley c’est aussi une histoire de l’Amérique que nous… (lire plus)

27/11/2015 (modifier)
L'avatar du posteur eric2vzoul

Avec Sykes, Pierre Dubois nous offre un grand western. C'est un western avec un vrai marshall en guise de héros viril (ça change des croque-morts très en vogue par les temps qui courent…). Bon, d'accord, le coup du vieux shérif qui poursuit envers et contre tout sa croisade contre le crime n'est pas neuf ; cette histoire-là, Hollywood nous l'a déjà servie à de nombreuses reprises. Sykes est un dinosaure, un de l'ancienne école, celle du temps d'avant que la loi et les juges n'investissent l'Ouest sauvage, quand les marshalls combattaient le crime par des méthodes aussi expéditives et peu reluisantes que celles des criminels qu'ils étaient chargés de neutraliser, ceux qui n'hésitaient pas à tirer dans le dos ou ou à dynamiter sans discernement. Il me fait irrésistiblement penser au personnage de Virgil Cole dans Apaloosa et plus encore au marshall borgne dans True Grit ; d'ailleurs Dimitri Armand lui donne des allures de Rooster Cogburn (en plus élégant), et Dubois ne manque pas l'occasion de railler la nouvelle génération de cow-boys, celle du western spaghetti, quand l'adjoint de Sykes explique l'évolution du métier : « à côté de la relève, on a encore de beaux restes. Faut dire que la tendance est maintenant au bizarre. Entre ceux qui trimbalent une mitrailleuse dans un cercueil, ou te flinguent à coup d'harmonica… ». Sykes se retrouve avec un môme dans les pattes. Sa mère a été tuée par une bande de hors-la-loi sanguinaires. Le gamin identifie le marshall à ces héros sans peur dont les aventures fantaisistes parsèment les magazines illustrés. Alors, il colle aux basques de Sykes et découvre qu'il y a un fossé entre la littérature et la réalité. Le vieux baroudeur et le jeune naïf… encore une histoire que d'autres westerns ont mis en musique (voir par… (lire plus)

22/11/2015 (modifier)