Texas Jack

Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 7 avis)

Le Marshal Sykes est de retour. A voir aussi : Sykes


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Ecole Pivaut, Nantes Signé

Texas Jack est un as du revolver. Mais contrairement à sa légende, il n'a jamais exercé ses talents ailleurs que dans un cirque Il reçoit un jour un défi : partir à l'Ouest, affronter le sanguinaire Gunsmoke et sa horde de tueurs. La mission est suicidaire, mais impossible de refuser sans perdre sa réputation.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Novembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Texas Jack
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

15/11/2018 | kanibal
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avoue ne pas me souvenir assez de Sykes pour savoir lequel des deux albums j'aime le plus, mais en tout cas j'ai trouvé que cet album était un western sympathique. Il y a tout de même quelques défauts : le milieu est un peu mou et parfois ça tourne un peu dans le grand-guignolesque. À part ça, j'ai trouvé que ce scénario était pas mal. Les personnages sont attachants et intéressants, leur psychologie est bien maîtrisée et exploitée. Il y a aussi quelques surprises dans le scénario, ce que j'ai bien aimé parce que le scénario est un peu classique la plupart du temps (il y a des lecteurs qui vont être surpris par l'évolution de Texas Jack ?) quoique le récit est tellement bien fait que ça ne m'a pas trop dérangé. Le dessin est plutôt bon quoique j'ai eu de la difficulté à différencier deux personnages et que ça m'a un peu perturbé. Un one-shot à lire pour les amateurs de western.

16/06/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Que je suis content de retrouver le personnage du marshall Sykes dans ce nouvel épisode des mêmes auteurs, même si celui-ci est en fait un prequel à Sykes. J'avais été tellement enthousiasmé, pour moi, il n'était pas possible d'en rester là, Armand et Dubois devaient remettre le couvert. Le principe du personnage d'attraction de cirque m'a fait penser à celui incarné par Tom Cruise dans le film le Dernier samouraï, où ce dernier quittait son emploi de tireur d'élite de cirque pour remplir une mission au Japon. Mais ça s'arrête là, ici on reste dans le Far West sauvage pour ce que l'on croit être une mission suicidaire. Le scénario est peut-être moins abouti que dans Sykes, et utilise une trame relativement classique vue dans quantité de westerns. Si Sykes rendait hommage aux westerns récents du genre Impitoyable, Tombstone ou Appaloosa, ici c'est clairement inspiré des westerns à l'ancienne, mais avec un traitement un peu plus moderne (dans le langage notamment) et une dose massive de violence sanglante, avec de nombreux gunfights. Ce sentiment est aussi perceptible dans le personnage de Gunsmoke, le méchant absolu, le salopard ultime dont on voit les atrocités en début d'album, parce des méchants aussi noirs, il n'y en avait guère dans le western à l'ancienne, il faudra attendre le western crépusculaire des années 70 pour en voir d'aussi ressemblants. Ceci m'amène à un constat curieux : le type de mise en scène fomenté par Gunsmoke (suite à un retournement de situation vers la fin) m'étonne un peu parce que ce genre d'outlaw ignoble et cruel semble mener un jeu pour en faire un spectacle, or ce genre de mec ne se souciait pas trop de tant d'égards, il tuait pour tuer et ne se posait pas de questions. Et là, on apprend qu'il a tout manigancé en réalité pour attirer Texas Jack et ses partenaires dans un piège ; je n'en dis pas plus pour laisser la surprise, mais moi ça m'a un peu surpris. Le marshall Sykes est ici en guest star de luxe, bien qu'il ait un rôle très important, pour permettre de laisser la place au héros Texas Jack. Je trouve que ce dernier semble léger au niveau du profil face à Sykes ou même Gunsmoke, de plus j'aime beaucoup le personnage de Greed, le genre de mec qui a un passé chargé semble-t-il et qui sait tirer, il m'a beaucoup rappelé le calme olympien de Red Dust dans Comanche. Mais dans l'ensemble, on peut dire que tous les personnages principaux sont bien campés, pas un n'est sacrifié au profit d'un autre. Après, le final, je l'aurais aimé autrement, mais bon, c'est ainsi. Au niveau graphique, c'est du lourd, je retrouve avec joie le dessin de Dimitri Armand qui m'avait enchanté dans l'album précédent, un trait épais et appliqué, qui soigne certains détails et accessoires, propose de belles images, des cadrages cinématographiques et des pleines pages de qualité qui débouchent sur une double page grandiose de massacre collectif ; il y a beaucoup de personnages et c'est un plaisir de la scruter en détail, une page de cette nature a dû prendre du temps à dessiner, c'est du good job ! Au final, on est encore devant un grand western en BD, un peu trop bavard peut-être pour un western, quoique dans Comanche et Blueberry déjà, Greg et Charlier faisaient beaucoup parler leurs personnages, donc moi ça me convient et j'en redemande.

14/05/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

C'est un western tout à fait grandiose et certainement la meilleure oeuvre de Pierre Dubois depuis Les Lutins à mon sens. Je suis scotché par autant de maturité et de virtuosité dans la mise en scène. L'introduction est grandiose tout comme le final. Il est vrai que c'est une bd qui va prendre son temps pour mener les hommes dans la bataille non sans mal. Cependant, ce cheminement est très intéressant pour faire monter la pression. J'ai adoré le fait que tout les protagonistes sont véritablement creusés et qu'il y a une psychologie qui n'est pas de facade. C'est vraiment bien réalisé avec une prise de risque en mêlant à cette histoire le shérif Sykes. Le méchant Gunsmoke est parfait dans son rôle avec une profonde densité. Quelques maladresses cependant comme tout ces personnages qui commencent leur phrase par "On dirait" ce qui est trop répétitif. L'auteur a sans doute trop entendu la chanson d'Amir sur les ondes. Au final, une oeuvre efficace et brillante. C'est certainement l'une de mes plus belles lectures de western depuis bien longtemps.

16/03/2019 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

Autant j'avais bien aimé Sykes des mêmes auteurs, dans le même univers (et d'ailleurs on retrouve dans Texas Jack le Marshall Sykes comme personnage secondaire), autant j'ai peiné à finir cet opus. Pourtant le début m'a beaucoup plu. Le gouvernement américain doit se débarrasser du méchant Gunsmore qui terrorise et met à sang une région entière. Pour cela ils font appel à un héros de cirque et de romans, un cowboy de foire, dont la légende n'est plus à faire, mais dont les seuls faits d'armes se situent sur une piste de cirque. Vraiment pas mal comme idée et comme introduction. Mais ça s'arrête là pour moi. Il s'en suit une centaine de pages où notre héros et ses acolytes parcourent les plaines du far west, les forêts effrayantes et les villages abandonnés à la recherche dudit ennemi. J'ai trouvé ça absolument pas palpitant. Une baston par ci, une crise de jalousie avec sa copine par là pour occuper cette traque qui traîne en longueur. Trop long et trop ennuyeux, du coup l'affrontement final tant attendu n'avait plus d'intérêt à mes yeux lorsque je suis enfin arrivé au bout de l'album. Un tout petit 2/5...

02/02/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu il n’y a pas si longtemps la précédente collaboration des deux auteurs, avec ce même marshal Sykes. J’avais trouvé ce western ultra classique, mais bien fichu. Je l’avais aussi trouvé meilleur que celui-ci. Sur le fond c’est dans la lignée du précédent opus, avec du classique pour les personnages (nous retrouvons Sykes et ses deux side-men), avec comme originalité cette troupe (genre wild west show, avec un Texas Jack parfois proche de l’image de Buffalo Bill) qui se retrouve embarquée dans cette ouest encore sauvage et sans morale. Au canevas développé dans Sykes, Dubois a ajouté ici un grand classique, à savoir des grands propriétaires de l’Est cherchant les gros profits, et utilisant des tueurs brutaux pour s’emparer des terres des pauvres paysans arrivés avant eux dans les plaines. C’est du déjà vu et c’est ici un peu trop caricatural. Le début m’a fait penser au superbe film de Michael Cimino (sans doute son meilleur) : « La porte du paradis », mais en fait la suite s’en écarte et se révèle décevante. Et cela tourne aussi trop au grand guignolesque sur la fin, avec le délire mégalomane et improbable du chef des tueurs, Gunsmoke, qui se voit star au milieu d’un bain de sang. Ce dernier tiers est la partie la plus décevante de cet album. Quant au dessin de Dimitri Armand, je l’ai trouvé moins léché, moins bon que pour Sykes, avec une colorisation parfois plus approximative. A emprunter éventuellement, mais je reste clairement sur ma faim pour cet album (note réelle 2,5/5).

21/12/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

C’est sûr c’est super beau. Déjà à l’époque du premier tome de Sykes, on était aux anges avec ce dessin semi-réaliste de très haute volée et les lumineuses couleurs bien adéquates. Après pour être franc je trouve l’histoire de ce Texas Jack bien moins emballante que Sykes qui racontait des choses plus touchantes et abordait certaines thématiques de manière intéressante. Là j’ai eu davantage l’impression d’être dans un excellent divertissement pop-corn, loin d’être vide cependant, mais dont je ne parviens pas à me rappeler de grand-chose. Le dessin de Dimitri Armand est magnifique, un travail de virtuose, cela ne m’étonne pas qu’il ait demandé 2 années de travail, mais c’est un peu tout ce que j’en retiendrai. Les personnages sont bien campés, Gunsmoke est fantastiquement effrayant et mérite bien son surnom d’Ogre tant il me rappelle le père de Luke le héros du western Green Blood. Sykes lui est légèrement en retrait, juste ce qu’il faut pour que Texas Jack prenne le devant de la scène, et le pistolero Ryan Greed lui volerait presque la vedette tellement le voile de mystère qui l’entoure est brumeux. Cependant je trouve que les élans d’héroïsme de Jack sont un peu surfait, et qu’au final les plans machiavéliques de Gunsmoke sont quand même tirés par les cheveux (un début fracassant pour un final bof bof). Bref visuellement c’est du grand spectacle, cela fait plaisir de voir une histoire qui s’écoule à un rythme posé qui permet d’admirer de nombreux jolis dessins, mais c’est un peu la seule chose que personnellement je retiendrai. Cette chasse à l’homme fait très « western » en résumé, on admire les beaux paysages, les grandes étendues sauvages, on philosophe sur la nature humaine, mais cela manque un peu d’entrain et d’un quelque chose d’inédit.

20/11/2018 (modifier)
Par kanibal
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J'ai vraiment aimé ce Texas Jack, directeur de cirque catapulté dans l'Ouest sauvage où les grands propriétaires terriens règnent sans partage, où les bandits sont des crapules sans états d'âme. Dubois et Armand nous replongent dans une chevauchée sauvage où la route de Texas Jack croise celle du Marshal Sykes, le Marshal qui est toujours accompagné de ses deux acolytes O'Maley et Renard Gris, Texas Jack lui de ses 3 cascadeurs, Amy O'hara, Kwakengoo et Ryan Greed qui pour moi est un vrai pistolero pas juste un virtuose de la gâchette comme Texas Jack. Le récit est égrainé de quelques saynètes cocasses qui donnent un ton léger à cette chasse à l'homme impitoyable. Pour ce qui est du dessin, il correspond parfaitement à l'ambiance générale, la fusillade finale en est le parfait exemple : une seule grande scène en un seul plan en double page. Texas Jack pour moi est une réussite.

15/11/2018 (modifier)