Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Crime qui est le tien

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Un homme rentre chez lui, 27 ans après le meurtre de sa femme


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Océanie

Un paisible commerçant avoue le meurtre de sa belle-sœur,voici 27 ans. Son frère,Greg, injustement accusé de l'assassinat de son épouse est en fuite. Après l'aveu de son frère, Greg revient dans sa ville natale.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Octobre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Crime qui est le tien
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

06/10/2015 | herve
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Mouais, je ne suis pas forcément convaincu par cette histoire. Histoire que j’ai lue rapidement, sans trop de problème, certes, mais sans enthousiasme non plus. En effet, l’intrigue est trop mollassonne, relativement prévisible (et même la « révélation » qui renverse un peu la perspective, aux deux tiers de l’album, ne dynamise pas suffisamment l’histoire). Une histoire que l’on consomme sans être marqué par sa lecture. A emprunter à l’occasion. Note réelle 2,5/5.

02/09/2019 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

J'aime bien le trait rétro et élégant de Berthet. J'aime aussi les romans graphiques du très prolifique Zidrou. Je fus donc particulièrement curieux de découvrir le nouvel album de ces deux grands noms de la franco-belge. Visuellement, c'est (sans surprise) très classe. La reconstitution de cette petite ville australienne à la fin des sixties est incroyablement convaincante et immersive. L'histoire est prenante et Zidrou ménage le suspense en dévoilant son intrigue lentement et par petites touches jusqu'à la chute. La narration est impeccable et le récit se lit d'une traite. Malheureusement, la BD se lit un peu trop rapidement et certains personnages auraient peut être mérité un peu plus de développement. Néanmoins, Le Crime qui est le tien est un album élégant, à la lecture très plaisante.

30/05/2016 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Un western australien élégant et malin. Le scénario se construit comme le piège qu'un homme met en place sur son lit de mort. La voix off est celle du mort, elle est très bien écrite : le vocabulaire et la tournure des phrases nous rendent ce personnage familier, alors qu'on ne voit vraiment son visage que dans les dernières pages. Le dessin, dans une ligne claire sensuelle (si ! c'est possible) s'allie avec une couleur qui joue sur une ambiance démodée mais pas criarde. Les beaux gars et les belles nanas sont mis en valeur par des seconds couteaux bien sentis. Le shérif au grand menton, la journaliste un peu enveloppée, le fabricant de hamburgers mal rasé, le fossoyeur amoureux... Chacun remplit son rôle avec une certaine malice. Bref, une belle mécanique à regarder se développer, et une voix pleine de personnalité.

03/04/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Le Crime qui est le tien est un polar noir à l'ancienne avec pour principale originalité son cadre de petite ville paumée au coeur de l'Australie en 1970. Pour un tel décor, le dessin clair et légèrement rétro de Berthet convient parfaitement comme il convenait à la série Pin-up. C'est l'histoire d'un homme qui revient dans sa ville après 30 ans de cavale car son grand frère, au moment de mourir, s'est accusé du crime dont il avait été accusé à l'époque. Le crime en question : le meurtre de la femme du petit frère, très jolie mais également très volage. Après avoir cru pendant des années qu'il était coupable, et apprenant maintenant que c'est son frère qui l'aurait bluffée depuis tout ce temps, la population de la petite ville voit le retour de l'exilé d'un oeil très mitigé. Mais que s'est-il passé exactement à l'époque ? Et pourquoi l'innocenté accueille-t-il cette nouvelle avec tant de circonspection ? Le rythme du récit est un peu lent, pas très passionnant à mon goût. Même si ce type de décor et d'ambiance me plait d'ordinaire, je n'ai pas été particulièrement séduit. Les personnages ne sont pas attachants. Et la narration est telle que je ne me suis pas senti très intéressé à l'idée de comprendre la clé du mystère, juste un peu curieux. Et quand les choses se révèlent au fur et à mesure jusqu'à la révélation finale, je n'ai pas été très convaincu. OK, ça tient la route, mais bon, ce n'est pas le genre de récit qui m'enthousiasme.

25/01/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

On se croirait dans l'ouest américain mais on est en plein milieu du bush australien. A la place des bovins, nous avons des agneaux dont certains ont visiblement été sacrifiés. Les histoires d'amour peuvent terminer assez mal. Nous le savons presque tous. Nous allons par conséquent suivre un homme désabusé qui va retourner dans son passé, dans sa ville où a un lieu un terrible crime. L'atmosphère de ce polar noir est plutôt assez lourde. Il s'agit de repentir ou d'assumer les conséquences de ces actes. On aurait presque de la compassion pour un assassin qui a quand même mis 67 coups de couteau à une femme ressemblant à Marilyn Monroe. Un style tout à fait cinématographique dans une ambiance parfaitement maîtrisée. Cependant, un scénario que j'ai trouvé un peu trop prévisible. Il faut dire que le titre de cet ouvrage ne laisse pas de place au doute. Zidrou arrive quand même à réaliser quelque chose de puissant. Pour les amateurs de polar bien tortueux.

16/01/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un des meilleurs (le meilleur?) one-shot de Zidrou qui nous montre ici tout le talent dont il est capable. L'histoire démarre tout doucement et au fil des pages je suis tombée sous le charme de cette histoire. En gros, un type se cache depuis qu'on l'a accusée du meurtre de sa femme et puis un jour son frère meurt en avouant le crime et donc il revient dans sa ville natale remplie de souvenir. Il y a aussi un côté un peu 'Halloween Blues'" vu que le type peut communiquer avec le fantôme de sa femme quoique je ne suis pas certains si c'est vraiment un fantôme ou son imagination. Le récit est très bien maitrisé et les points forts sont l'ambiance et la psychologie des personnages qui semblent totalement réalistes. Il ne faut pas s'attendre à un thriller remplit d'actions, mais si on entre dans l'ambiance du récit cela se lit très bien . Le dessin est sympathique.

08/12/2015 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Étrangement, je ne possède que quelques albums de la série phare de Berthet (Pin-up), mais je ne résiste pas à ses autres albums (Nico, Yoni, Sur la route de Selma). Après un Perico réussi, Berthet s'associe au prolifique Zidrou pour nous offrir un polar (un one shot, il faut le souligner) assez lent tout de même, dans la collection "Ligne Noire" chez Dargaud. J'ai vraiment bien accroché, à l'ambiance et à l'histoire. Avec le personnage de Lee"hot"Duncan, il y a un petit côté Halloween Blues, la série de Kas et Mythic, qui ressort. Un seul (petit) regret, le fait que cette intrigue aurait pu se passer dans n'importe quelle ville des Etats-Unis, le côté "australien" de l'histoire, n'étant pas aussi présent que je le pensais dans cette bande dessinée. En tout cas, je recommande la lecture de ce one shot.

06/10/2015 (modifier)