Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nico

Note: 3.35/5
(3.35/5 pour 17 avis)

1947, à quelques minutes d'intervalle, deux soucoupes s'écrasent! Une en Sibérie, l'autre à Roswell. Les États-Unis et l'URSS mènent une guerre froide qui pourrait bien être bouleversée par ces événements.


Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Hubert Les Uchronies

1947, à quelques minutes d'intervalle, deux soucoupes s'écrasent! Une en Sibérie, l'autre à Roswell. Les États-Unis et l'URSS mènent une guerre froide qui pourrait bien être bouleversée par ces événements qui suscitent la curiosité de Truman et Staline. Les deux chefs des états rivaux ne se doutent pas qu'ils sont en possession l'un et l'autre d'une technologie qui pourrait bien bouleverser le futur. Nico est une jeune fille en 1947. A Berlin, le capitaine Moog, l'a recueillie et emmené avec lui aux Etats-Unis. Un soir, avec ses amis de la base de Roswell, la jeune fille observe les événements du désert. Soudain, une soucoupe volante s'écrase. Au même moment, c'est en Sibérie qu'une autre est venue choir. URSS et Amérique, vont mener une guerre des technologies à l'issue fatale, mais pour qui ? 1966, le futur est déjà bien installé. Les scientifiques ont étudiés la technologie extra-terrestre pour nous offrir un mode de vie bien plus simple. De son côté, la C.I.A. enquête sur ce nouveau milliardaire qui aurait subtilisé des documents classés "Secret-Défense". Il a inventé le disque à lecteur laser, mais comment a t-il obtenu ces informations ? Nico est devenue agent secret, son rôle, capturer cet homme. Et si un complot venait tout faire basculer ? La jeune fille, en quête du passé, arrivera t-elle à prouver son innocence du meurtre du milliardaire ? En tout cas, elle aura fort à faire !

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2010
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (les 2 premiers tomes forment un cycle) 3 tomes parus
Couverture de la série Nico
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

09/03/2010 | Cedricval
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Sans sas de présentation des personnages, nous sommes d’emblée placés devant une information de taille : 2 soucoupes volantes extraterrestres s’écrasent, l’une en URSS, l’autre à Roswell aux États-Unis, en 1947 (découverte par des gamins), c’est-à-dire au tout début de la guerre froide. J’ai peine à croire, a fortiori à cette date, que Truman et les États-Unis en général, aient eu envie de révéler cette découverte, pour ne pas la garder pour eux (avec les avantages stratégiques que cela pouvait comporter). Idem pour Staline, mais bon. Toujours est-il qu’après cette intro stupéfiante, nous basculons une vingtaine d’années plus tard, dans le monde que nous connaissons, mais mâtiné de Science-Fiction, quelque peu uchronique, puisque les progrès scientifiques ont accéléré les découvertes suite à l’appropriation et à l’exploitation des technologies contenues dans les soucoupes (qui fonctionnent un peu comme une fausse piste, puisque nous n’entendrons plus parler de ces « civilisations extraterrestres » vers lesquelles semblaient nous entrainer les premières pages). Et Nico, Dallas, 2 des « découvreurs » de Roswell, travaillent maintenant pour la CIA. Il faut dire que le père (adoptif) de Nico (jeune femme très sexy et héroïne de la série) est un des premiers agents recrutés par la toute nouvelle CIA. Cela bascule rapidement dans une action très rythmée, des aventures d’espionnage relativement classiques, mais qui sont pimentées par une foule de clins d’œil amusants. A des films célèbres, de Spielberg aux James Bond (le deuxième album est d’ailleurs presque entièrement « James Bondien » dans son déroulé, Nico féminisant le rôle), en passant par Hitchcock (qui apparaît en chair et os, interviewé par François Truffaut !), à des personnages de BD, évoqués dans les textes, ou dans des personnages leur ressemblant, etc. Marilyn vit avec Asimov, Fidel Castro et Dwight Eisenhower jouent un rôle surprenant, comme Bob Dylan d’ailleurs… et Staline est encore vivant ! On aurait pu conclure avec les deux premiers albums, mais les auteurs ont remis les couverts pour un tome supplémentaire, qui commence avec un énorme clin d’œil à Jacobs (un Mortimer apparait d’ailleurs plus tard). Mais l’intrigue elle-même m’est apparue moins dynamique et intéressante, et aussi moins joueuse avec les références. J’ai moins apprécié cet album. Ajoutons, pour finir sur cette série, que certains véhicules ont des airs de SF « rétro », qui fleure bon la BD franco-belge de la grande époque du journal de Tintin (Jacobs en tête). Le dessin de Berthet est d’ailleurs une sorte de ligne claire un peu modernisée, mais qui donne un résultat – couleur y compris – des plus réussis. C’est une série sans prétention, pour laquelle les auteurs se sont visiblement amusés, et qui est une bonne lecture détente (même si je pense qu’on peut se contenter des deux premiers tomes, qui forment une sorte de cycle, le dernier album étant plus dispensable).

24/05/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

On rentre tout de suite dans le vif du sujet, ça ne perd pas de temps dans ce tome 1, le démarrage est rapide, j'aime ça ! Les auteurs jouent sur l'événement Roswell, la peur de l'inconnu et des Martiens, d'une invasion extraterrestre en 1947, juste après la guerre, c'est normal et c'est bien vu, de même qu'ils intègrent dans une uchronie la création de la toute nouvelle CIA qui a succédé à l'OSS, mais le récit reste une uchronie, avec des personnages réels comme le président Truman embarqués dans une histoire à moitié réinventée, et en faisant jouer un rôle totalement différent à Castro, c'est excellent. Sans compter que c'est bourré de clins d'oeil et d'allusions : les engins Thunderbirds, la Marque Jaune, le chat de Blofeld, les cameos d'Hitchcock et Truffaut etc... Tout le prologue laisse à penser que le récit va tourner autour de Roswell, mais ce n'est qu'une amorce pour lancer une intrigue complètement délirante, ça bascule ensuite en récit dystopique, dans un futur de 1966 réinventé, où la belle Nico en figure archétypale de la greluche sexy façon sixties, se retrouve dans une mission à la James Bond. Duval lui donne un profil tonique et péchu assez voisin de sa Carmen Mc Callum. Ce premier diptyque est captivant, imaginatif et amusant, mais le tome 3 m'a semblé plus banal et moins attrayant, avec un épilogue assez plat. Le seul inconvénient est peut-être que le personnage de Nico n'a pas tellement de substance, elle est aussi dépourvue de personnalité que Yoni, précédente héroïne de Berthet qui n'avait guère eu de succès. Côté graphique, j'ai adoré, et je crois que Berthet a dû se régaler, son dessin qui sur Yoni était sans grand relief, retrouve ici toute sa qualité, c'est un vrai délice ; la finesse du trait qui confère une élégance à l'ensemble, colle parfaitement à l'époque traitée en mode rétro mais en même temps futuriste en 1966, la fluidité est très agréable à l'oeil. Une série qui démarre fort en adoptant un rythme rapide, puis dont l'intérêt retombe dans des aventures plus classiques, aux rouages éprouvés, c'est un peu inégal mais ça permet une lecture très agréable.

28/10/2016 (modifier)
Par McClure
Note: 3/5
L'avatar du posteur McClure

La lecture récente des 3 tomes de cette série m'a bien plu, sans pour autant me faire tomber de ma chaise. J'ai adoré le dessin, cette ligne claire très 60's est somptueuse, jusqu'au choix de la colorisation qui renforce la trame. L'uchronie initiale est bien choisie car elle permet de réinventer toute un pan de notre histoire qui est assez proche et ancrée en nous pour nous parler, d'autant qu'elle réveille toute notre pop culture ciné/roman/bd. C'est un plaisir que de recroiser Kennedy, Castro, Eisenhower et consorts dans une relecture de ce qu'aurait pu être leur rôle après cette année 47. Certains clins d'oeil sont un peu trop grossiers à mon goût même s'ils prètent à sourire, d'Hitchcock à Mortimer en passant par Connery. L'histoire du premier cycle m'a bien plu, d'autant qu'elle prend la tournure d'une bonne histoire d'espionnage classique. Si cela en a dérangé certains, ce n'est pas mon cas d'autant que cela est bien porté tant par le trait que par ce second degré. Même si le scénario est assez facile à suivre (qui a dit anticiper?) il est malgré tout agréable et permet de passer une belle tranche de lecture. J'ai moins été emballé par le tome 3 qui perd tout son fond historique pour ne plus revêtir que l'espionnage. Et du coup on perd une grande part de l'intérêt de l'uchronie. Et mamma mia que Nico est une belle héroïne.

27/04/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Les premières pages du premier tome sont excellentes, captivantes et me donnent envie de connaitre la suite ! Ensuite, on a droit à un monde plus moderne qui est assez intéressant et je m'attendais à être captivé durant toute la série. Sauf que j'ai moins aimé lorsque l'héroïne part en mission. Bon, le scénario est pas mal, mais je suis un peu déçu qu'au final cet univers ne sert qu'à des histoires d'espionnages qui, si elles sont divertissantes, n'apportent pas grand renouveau au genre et parfois les ficelles sont un peu trop grosses pour moi. J'ajoute que je me suis pas du tout attaché à Nico que je trouve sans saveur.

10/06/2013 (modifier)
Par herve
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur herve

Tome 1: Retour gagnant pour Berthet qui après s'être associé à Yann pour Yoni, série interrompue et assez décevante, nous revient en force avec ce nouvel opus, avec Fred Duval au scénario, à qui l'on doit déjà le désormais classique Carmen Mc Callum et le très remarqué et remarquable Code Mc Callum. Un dessin parfait, qui arrive à nous faire oublier les mythiques "Pin Up", servi sur un scénario impeccable de Duval, bref une série qui débute bien et qui me donne envie de lire la suite. Même si j'apporterai certains bémols. En effet, l'histoire part sur les chapeaux de roues avec un début d'uchronie assez originale mais qui se transforme assez vite en une histoire classique d'espionnage qui s'éparpille un peu entre la trame personnelle (recherche de ses parents par Nico) et les missions de la parfaite espionne. Pour ma part, j'ai passé un très agréable moment de lecture, que demander de plus à une bande dessinée ? Et les petits défauts du premier opus sont vite effacés par un dessin et un sens du rythme efficaces. J'ajoute que j'ai choisi d'acheter la version dite "collector" même si l'édition commerciale présente une qualité égale de papier. La couverture, le carnet de croquis et mon éternel esprit de collectionneur m'a irrésistiblement poussé vers l'achat de cette version, somme toute très abordable. A savourer évidemment. Tome 2: Nous avions laissé Nico dans une mauvaise posture dans le précédent album, et bien avec ce second opus intitulé "Opération Caraïbes" nous retrouvons notre espionne encore plus James Bond que jamais. En effet, outre le titre, les références au héros de Ian Fleming sont légions dans cet album: que ce soit la base sous-marine ou encore la référence au Spectre (avec le fameux chat) ou les costumes et les décors, tout fait songer aux films avec Sean Connery. Mais cet opus croule sous les références et allusions, parfois inutiles si bien que le lecteur finit par en avoir le tournis. Je cite pèle mèle: apparition de Truffault s'entretenant avec Alfred Hitchcock, d'un Bob Dylan ahuri,d'un personnage issu de la série "Thundebirds" qui a bercé mon enfance et j'en passe. Par contre quelque jeux de mots plutôt faciles m'ont gaché quelque peu ma lecture, du genre : "Cuba! non coup bas!" ou encore en parlant de Dallas, partenaire de Nico: "Dallas et Kennedy n'ont jamais fait bon ménage..." Les ficelles du scénario sont si grosses qu'elles ressemblent à des cordes et pourtant....ça marche. Le dessin de Berthet y est sans doute pour beaucoup et cette uchronie est assez réussie dans l'ensemble. Malgré les facilité scénaristiques, on ne s'ennuie pas une seconde dans les aventures de Nico. Une histoire rafraichissante, hautement improbable donc à lire. J'ajoute que, comme pour le premier album, les éditions Dargaud ont eu la bonne idée d'éditer un tirage spécial avec dos toilé, qui ajoute au côté rétro de cette bd. La fin,volontairement ouverte, peut laisser songer,je l'espère à un nouveau cycle. Tome 3 : Femmes Fatales Soyons honnête, ce n'est certes pas la bande dessinée de l'année mais ,en tout cas, ce troisième opus est fort divertissant. Mais ce qui prime dans cette série, c'est le dessin de Berthet, dessin reconnaissable entre tous. Hommage aux séries des années 50 et 60, cette uchronie(bien que ce caractère s'estompe avec le temps) fait une part belle aux références: à l'âge d'or de la bd avec d'entrée, une reprise de la marque jaune, et plus loin on aperçoit le professeur Philip Mortimer parmi les savants exfiltrés; aux séries TV avec des vaisseaux sortis tout droit des "Thunderbirds" ; ou encore aux James Bond de la période Sean Connery. Même si les ficelles scénaristiques sont un peu grosses, (l'histoire des parents de Nico, par exemple), j'ai été séduit par l'ambiance générale de cet album, qui constitue une seule histoire. Je vous conseille de découvrir cette aventure avec l'édition "tirage limité" dos toilé,(avec suppléments de croquis)qui rappelle les albums d'antan et qui y ajoute, s'il le fallait encore, un côté rétro

09/03/2010 (MAJ le 04/10/2012) (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Nico est un diptyque sympathique, voilà tout. Effectivement cette uchronie (très à la mode en ce moment) démarrait plutôt bien. Le soi-disant crash d'un ballon sonde à Roswell a toujours suscité un grand nombre d'hypothèses voire de légendes. Cette fois-ci l'auteur décide de confirmer la thèse du crash d'une soucoupe volante, pour une fois l'information est divulguée par le gouvernement au grand public et la technologie extraterrestre est étudiée et utilisée pour faire un bond en avant technologique sans précédent. En effet quelques années plus tard les voitures volantes sont monnaie courante dans le ciel américain, mais aussi en U.R.S.S (les Soviétiques aussi ont trouvé un appareil venu d'un autre monde). Nico est une jeune fille qui était présente lors du crash et qui plus tard deviendra un agent spécial de la C.I.A . Elle sera au centre d'une affaire d'espionnage dans un contexte de guerre froide où de nombreuses personnalités historiques vont se croiser, on aperçoit JFK, Staline, Castro et j'en passe. Des personnalités comme Alfred Hitchcock ou bien Marilyn Monroe (épouse d'Isaac Asimov, original !!!) font également leur apparition. Puis l'histoire se poursuit dans un second tome qui n'est qu'une pâle copie des films de James Bond des années 70. La seule chose qui change c'est qu'au lieu d'un agent secret britannique masculin on retrouve notre Nico (qui n'hésite pas à tuer tout comme James) qui a le physique d'un mannequin, tant qu'à faire !!! La civilisation extraterrestre est reléguée au second plan, ce qui est dommage. Par contre on ne s'ennuie pas une seconde tant l'action est présente dans cette histoire d'espionnage. Le dessin avec le style rétro de Berthet est agréable mais personnellement je n'accroche pas trop avec son style qui à mon goût est dépassé de nos jours, mais cela ne regarde que moi. Finalement pour conclure je peux conseiller la lecture de ce diptyque, où l'on trouve de bonnes idées, aux fans d'histoires d'espionnage. Ceux qui préfèrent les histoires d'extraterrestres peuvent passer leur chemin.

10/01/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Nico est une bd intéressante qui part encore d'une uchronie : celle de l'utilisation d'une technologie extra-terrestre suite au crash de Roswell en 1947. On va retrouver l'intrigue 19 ans plus tard avec un monde qui a totalement évolué mais qui est toujours soumis à l'antagonisme entre les deux super-puissances. J'ai eu plaisir à retrouver le dessin toujours aussi maîtrisé et rétro de Berthet. Il faut dire que Pin-up figure parmi mes bd cultes. Quant au scénario de Duval, il brille par son intelligence. Il est dommage cependant que les différents personnages manquent d'épaisseur et que certaines situations soient assez classiques (bouh les méchants viennent de l'Est !). Le début semblait très prometteur mais la suite se révèle une affaire d'espionnage à la James Bond (d'ailleurs les références ne manquent pas à commencer par cette base sous-marine). Un univers pictural intéressant à découvrir !

13/03/2011 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Cette histoire se passe dans un univers des plus réussis. Tout part d'une uchronie : que se serait-il passé si les américains avaient communiqué au monde entier la découverte de la soucoupe volante écrasée à Roswell à la fin des années 40 ? Fred Duval a sa petite idée : les scientifiques du monde entier auraient pu étudier et bénéficier de cette technologie avancée pour améliorer leurs propres inventions. Et c'est ainsi que l'on se retrouve en plein cœur des années 60 avec des voitures volantes.... et également quelques autres détails amusants. Berthet à su remarquablement mettre tout ça en image avec son style si reconnaissable. Les personnages, les tenues, les décors font vraiment années 60. Le mix sixties / SF est parfait. L'intrigue penche pas mal du côté de l'espionnage, normal on est en pleine guerre froide. C'est assez bien fichu et une nouvelle fois quelques surprises sont au rendez-vous, avec notamment l'introduction de certains personnages célèbres dans des rôles inattendus... En plus donc de son background riche et original, cette uchronie offre une histoire dont on a très envie de connaître la suite en reposant le tome 1. Du tout bon ! Le tome 2 est hélas un cran en dessous. L'effet de surprise est passé. On assiste à une légère surenchère, un peu inutile, de détournements de personnages historiques réels. Cela dit la lecture reste plaisante et ce diptyque est de très bon niveau.

08/04/2010 (MAJ le 19/01/2011) (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Pas mal, pas mal, mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose à se mettre sous la dent pour que ce soit franchement bien. L'idée de départ est bonne, le dessin est très sympathique (je découvre d'ailleurs pour l'occasion ce dessinateur que je ne connaissais pas), les nouveaux rôles pour certaines personnalités plutôt bien trouvés (même si j'en ai zappé quelques uns, j'avoue, comme la fiche Steven McQueen…), l'histoire nous embarque du début à la fin sans nous laisser souffler mais arrivée à la fin de ce premier tome, j'en arrive à me demander quelle est la raison de toute cette agitation. Le mystère qui se passe sous l'eau et qui est l'objet de toutes ces manigances et trahisons est soit trop mystérieux, soit pas assez. Le tome 2 explique pas mal de choses et se déroule à vitesse grand V. Un vrai plaisir de lecture, des couleurs magnifiques pour les fonds sous marins. Quelques maladresses au niveau du scénario qui alourdissent un peu parfois aussi, mais sans gravité. Par contre je suis sceptique sur le fait que la série soit réellement terminée en 2 tomes, vu ce que j'ai vu sur la dernière planche. Pas mal du tout. Personnellement je n'investis pas puisque j'ai eu l'occasion de me la faire prêter, mais c'est de la bonne BD.

11/05/2010 (MAJ le 03/12/2010) (modifier)

MAJ après tome 2 Tome 1 : L’idée de base tourne autour de la technologie extraterrestre à portée des hommes suite au crash de soucoupes volantes à roswell et en Russie qui leur a permis des révolutions technologiques. Car au lieu d’être réservée aux militaires US, elle fut partagée avec tous les scientifiques du globe. De fait en 1960 les véhicules lévitent dans tous les sens ! D’un point de vue environnement l’univers se veut futuriste classique mais bien rendu, le graphisme tient la route en reprenant des codes des sixties tout en ajoutant une technologie motrice très futuriste. La mode s’inspire du passé et transcrit un environnement global agréable. Dans un style ligne claire les personnages s’intègrent parfaitement au récit tout en ayant un caractère graphique propre. Le scénario en revanche ne m’émeut guère, rien que du très classique dans une sombre historie d’espionnage et de gros sous. On ne s’ennuie pas le rythme du récit trouve un équilibre idoine, l’ensemble se lit bien. Toutefois les personnages me paraissent trop simples et lisses. Les situations s’enchaînent avec fluidité, mais également avec une évidence entendue. Au final l’album de bonne qualité se lit bien dans un contexte agréable, mais il manque quelque chose pour en faire une BD dont on se souvienne. L’achat pourra se justifier ultérieurement si la suite garde le rythme et la fluidité. Le tome 2 ne change absolument pas la donne, du rythme, des technologies avancées, des combats titanesques. Des personnages assez plat (je ne parle pas de plastique), un gentil papa, des méchants pas si méchants, un beau fidel. Bon oui pas mal, mais çà ne casse pas trois pattes à un canard.

02/04/2010 (MAJ le 18/11/2010) (modifier)