Über (Fusion Comics)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

En 1945, les premiers super-héros sont issus des rangs nazis et renversent radicalement le cours du conflit.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Avatar Press Les Uchronies

Fin avril 1945 : Les armées allemandes sont en pleine débandade, les Soviétiques entrent dans Berlin et Hitler, au comble du délire, s'apprête à mettre fin à ses jours dans son bunker. L'Europe vit ses derniers jours de guerre… Mais c'est précisément à ce moment que les nazis, plus fanatiques et décidés que jamais, sortent de leurs laboratoires des Übermeschen aux capacités extraordinaires qui repoussent l'Armée rouge. En quelques semaines, le cours du conflit s'en trouve renversé tandis que les Alliés essaient de réagir en créant à leur tour des super-soldats…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mai 2015
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Über (Fusion Comics)
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

16/07/2015 | eric2vzoul
Modifier


L'avatar du posteur eric2vzoul

Encore une uchronie ayant pour cadre la Seconde Guerre mondiale, encore des méchants nazis, encore des super-héros qui se mêlent de déranger le cours de l'histoire… Bon, d'accord, l'idée n'est pas spécialement originale. Des super-héros qui perturbent la réalité martiale du XXe siècle en mettant leur grain de sel dans les différents conflits qui l'ont émaillé, on en a déjà vu quelques uns, de Captain America (voir par exemple Captain America - Théâtre de guerre) aux Sentinelles (Les Sentinelles)... Des récits uchroniques qui tablent sur la poursuite de la Seconde Guerre mondiale suite à l'échec des Alliés face aux nazis, on en connaît aussi, de WW2.2 à Wunderwaffen. L'uchronie est à la mode, mais elle ne fait pas souvent dans l'originalité... Quant aux méchants nazis... disons que l'expression elle-même est un pléonasme, mais il faut reconnaître que les affidés du petit moustachu hystérique n'en finiront sans doute jamais de se prêter au jeu du méchant absolu. Bref, tous les ingrédients du scénario sans surprise sont ici réunis. Cependant, la lecture de cette nouvelle série m'a été agréable, pas spécialement pour son fond, sans réelle surprise, je le répète, mais aussi pour des questions de forme. D'abord, les auteurs s'inscrivent sans vergogne dans la veine gore et font le choix de la violence outrancière. Boucherie assurée à tous les chapitres. On lorgne clairement vers le travail de Garth Ennis dans The Boys ou Crossed, l'humour noir et le sexe cru en moins. Ensuite, le dessin de Canaan White n'est peut-être pas très original – il s'inscrit dans le style des comics hyperréalistes qui se multiplient outre-Atlantique –, mais il est flamboyant dans la peinture des batailles dantesques comme dans la mise en scène des personnages réels ou imaginaires, et restitue efficacement l'ambiance apocalyptique de l'Europe au printemps 1945. Enfin, le récit de Kieron Gillen n'est pas des plus surprenants, repose sur le parti-pris de choquer le lecteur (sans franchir la barrière du sexe) et manque singulièrement d'humour. Mais reconnaissons-lui tout de même un sens du rythme qui tient en haleine. En résumé, Über vise un public de niche. Si vous êtes fans de Garth Ennis, vous devriez aimer. Sinon... Hématophobes s'abstenir ! Après (re)lecture des quatre premiers tomes… Cette série est addictive ! L'idée que l'Axe ait pu durer davantage au prix d'épouvantables massacres est angoissante. Le cadre chronologique et géopolitique de cette uchronie est cohérent. J'ai hâte d'en lire la suite, en espérant que les auteurs ne tombent pas dans le travers habituel des auteurs anglo-saxons qui font durer leurs séries aussi longtemps qu'elles se vendent. Pour l'instant, ça se tient et Kieron Gillen semblent savoir où il va. Je n'augmente pas la note, mais sur la durée, c'est mieux que “pas mal”.

16/07/2015 (MAJ le 28/08/2016) (modifier)