Weird Science

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Anthologie bi-mensuelle de science fiction, Weird Science a fait son apparition en mai 1950. Publié par Bill Gaines sous son label EC Comics et édité par Al Feldstein, le titre connaître 22 numéros. On y retrouve les dessinateurs habituels de l’éditeur : Frank Frazetta, Al Williamson, Joe Orlando, George Evans, Harvey Kurtzman, George Roussos, Harrison, Will Elder, Jack Kamen, Sid Check et Jack Olesen.


EC Comics

Anthologie bi-mensuelle de science fiction, Weird Science a fait son apparition en mai 1950. Publié par Bill Gaines sous son label EC Comics et édité par Al Feldstein, le titre connaître 22 numéros. On y retrouve les dessinateurs habituels de l’éditeur : Frank Frazetta, Al Williamson, Joe Orlando, George Evans, Harvey Kurtzman, George Roussos, Harrison, Will Elder, Jack Kamen, Sid Check et Jack Olesen.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Novembre 2012
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série Weird Science
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/01/2013 | Jetjet
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai eu moins de plaisir à lire 'Weird Science' que 'Crime Suspenstories' et 'Tales from the crypt'. Il faut dire que la science m'intéresse moins que les histoires d'horreurs ou de suspense. J'aime aimé plusieurs histoires, mais il y en aussi plusieurs autres que j'ai trouvé moyenne et il y en a même trois ou quatre dont j'avais deviné la fin ! Quoique la seconde moitiée de l'album m'a semblé meilleur et donc j'espère que les tomes suivants (s'ils sortent un jour) seront mieux que ce tome dont le niveau est trop inégale pour que je conseil un achat même si on est un fan des EC Comics. Sinon, le dessin en noir et blanc est toujours aussi excellent, les différents dessinateur ayant beaucoup de talent.

13/12/2013 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Après avoir mis le nez dans la réédition Akileos de Tales from the crypt et de son équivalent policier Crime Suspenstories, il m’a fallu quelques temps avant de vouloir me délecter d’une collection parallèle également exhumée des archives des publications EC Comics… Et bien mal m’en a pris car ce Weird Science est le pendant science-fiction des deux autres collections dont on retrouve les mêmes auteurs et la même ligne éditoriale à savoir de courtes histoires de 7 à 8 pages environ avec à la clé une conclusion bien souvent ironique ou faisant preuve d’un humour noir pince sans rires totalement rafraichissant au regard de l’époque où ces récits ont été écrits. Car oui il faut se replonger dans le contexte des années 50 américaines d’après-guerre où le contexte était fort différent de la situation sociale et de crise économique de notre triste époque contemporaine… A l’époque, les barbecues Weber et le rockabilly enflammaient les banlieues middle class américaines qui profitaient sereinement d’«happy days » et d’un contexte social favorable. Le vernis serait parfaitement lisse sans cette peur de l’envahisseur russe et la guerre froide qui fustigent les deux mondes est/ouest ainsi que la chasse aux sorcières inventée de toutes parts par le bien tristement célèbre sénateur Mac Carthy… Heureusement une équipe de joyeux drilles va utiliser ces codes pour mieux les détourner dans ces contes macabres sur fond d’invasion extra-terrestre, de futur pas si certain et de sciences loin d’être maitrisées.. Weird Science pose donc les bases de ce qui sera par après repris dans la fameuse série « La Quatrième Dimension » avec ces histoires de martiens, de savants fous et de menace atomique. Ca commence très fort avec l’histoire d’un homme qui rétrécit à l’infini ou cette menace d’invasion extra-terrestre sous couvert de blague digne d’Orson Welles… Les histoires sont inégales mais dans l’ensemble on passe un excellent moment à lire ces contes noirs par portion ou à la suite. Je me suis délecté de ces dessins noir et blanc plutôt détaillés et bien ancrés dans leur époque avec les postures raides des personnages, leurs nœuds papillons ou leur addiction au tabac ! Cela confère un charme fou à l’ensemble qui se lit avec plaisir… Tranchant avec le politiquement correct, le fameux Comics Code va censurer et avoir raison de ces publications mais la courte période pendant laquelle cette série et les autres seront éditées marqueront l’histoire du comics de façon durable et serviront de base à bien des lecteurs des générations fifties jusqu’aux notres sans oublier d’imprimer de façon durable les auteurs contemporains de Tim Burton à Au terme des 240 pages de cet épais volume, je n’avais qu’un seul mot en bouche : encore ! ;) Mon seul regret est l’oubli des couvertures en couleur d’origine que l’on retrouve au verso mais en miniature. Pour le reste l’édition est comme souvent chez Akileos en un seul mot : parfaite ! Ce premier volume sur 4 ou 5 prévus est une belle entrée en matière pour illustrer donc le célèbre proverbe : C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes !

02/01/2013 (modifier)