City Hall

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Et si vos écrits prenaient vie ?


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Jules Verne Londres Manfra ou Franga Sherlock Holmes et cie Steampunk

Imaginez un monde où tout ce que vous écrivez prendrait vie... Imaginez maintenant qu’un individu ait décidé d’utiliser cette arme avec les plus sombres desseins… A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, les forces de police de City Hall n’ont d’autre choix que de faire appel à deux des plus fines plumes de Londres : Jules Verne et Arthur Conan Doyle ! (texte : Ankama)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Juin 2012
Statut histoire Série terminée 7 tomes parus
Couverture de la série City Hall
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

15/06/2012 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Cette série est bien dans l'air du temps. Elle mêle en effet plusieurs genres, du fantastique essentiellement dans un decorum steampunk. On y retrouve des personnages typiques de l'époque victorienne (qui ne feraient pas tache dans la collection 1800 de chez Soleil), avec des biographies fantaisistes (Verne serait ainsi bien plus âgé en 1902, date de l'intrigue). En fait, si on regarde bien, le steampunk le dispute à la dystopie, presque plus rien n'est logique en termes de placement chronologique, mais c'est assumé, donc ce n'est pas un problème :). Le principe de la création par l'écriture est intéressant, mais je trouve qu'il n'est pas encore très bien utilisé, ou pas assez. Dans le second tome non plus, du reste, cela n'est utilisé qu'à la fin. A noter que cela place "City Hall" dans une parenté avec Death Note. Dans le second tome de nouveaux personnages célèbres font leur apparition, sans toutefois apparemment rester dans l'entourage de nos trois jeunes enquêteurs... Tout ceci dans le but, j'imagine, de brouiller les pistes concernant la véritable identité de Lord Black Fowl. La révélation survient dans le tome 3, et ma foi c'est pas mal amené, et une dimension supplémentaire s'ouvre, légitimant un second cycle dont le début nous est donné en bonus à la fin de ce tome. Les deux auteurs sont désormais attendus au tournant. Devant la demande pressante des fans, un deuxième cycle a été initié. Et il s'avère au moins aussi punchy que le premier. Rémi Guérin emmène ses héros sur d'autres terres, leur faisant rencontrer d'autres figures de l'époque victorienne, tout cela dans une intrigue bien liée à la première. Il y a en plus l'aspect compte à rebours qui amène une nouvelle dimension. De plus les auteurs ont encore de la ressource en termes de clins d'oeil aux univers geek, puisqu'on va croiser Le Visiteur du Futur, le Dernier Bar avant la fin du monde (lieu hype et geek sur Paris)... Ça rigole bien :) Le tome 5, le second du deuxième cycle, me semble être un tome de transition, il ne s'y passe pas grand-chose ; par contre plusieurs personnages au potentiel fort intéressant font leur apparition, tandis que le pauvre Harry se trouve dans une situation de plus en plus difficile... Dans le tome 6, certains masques tombent, et d'autres personnages -encore- apparaissent. La sauce est donc rallongée, même si je ne comprends pas trop pourquoi ces robots interviennent... Le tome 7, conclusif, permet un final de grande envergure, avec une révélation en toute fin d'histoire qui m'a un poil déçu, je l'ai sentie assez vite à vrai dire... Mais les pages et le récit restent denses, on n'a pas le temps de souffler, une qualité qui court tout le long de ces 7 tomes. Ainsi Rémi Guérin a-t-il vous lu faire un "manga", et cette série y ressemble fortement, du fait de la pagination élevée, du style de dessin (Guillaume Lapeyre étant l'un des plus dignes représentants de cette mouvance -mais je vais y revenir), de ce côté un peu foutraque dans les éléments historiques. Par contre c'est publié (et probablement réalisé) dans le sens "occidental" de lecture. Guillaume Lapeyre donc, en plus d'être beau (private joke), prouve ici qu'il est arrivé presque à maturité dans son style shônen, je trouve même qu'il a plus de maîtrise que nombre d'auteurs japonais qui émargent dans le genre. En tous les cas il me semble avoir plus de caractère ; c'est peut-être dû au métissage, car outre une mise en scène qui revient de temps en temps à la franco-belge, j'ai aussi discerné un poil de comics. Vous me direz qu'il y a plus de poils dans le comics que dans le manga, mais c'est un autre débat. Un vrai plaisir de lire ce "manga à la française". :)

15/06/2012 (MAJ le 22/06/2015) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ce n'est qu'en entamant le second tome que j'ai réalisé qu'il ne s'agissait pas là d'un authentique manga venu du Japon mais bien d'une création de deux auteurs européens. Le sens de lecture à l'occidentale aurait dû me mettre la puce à l'oreille mais je m'y suis bien laissé prendre. En effet, tout dans cette série fleure exactement comme un manga classique, mais qui plus est un bien joli manga. Le dessin est en effet assez excellent. Soigné, détaillé, il est nickel aussi bien au niveau des personnages que des décors et des créatures et autres robots. Même la narration est quasiment impeccable. C'est du très bon boulot. Le cadre de l'histoire elle aussi fait très manga. Malheureusement, pour ma part, il rentre du coup dans des sentiers un peu trop battus qui me lassent très vite. Nous sommes ainsi placés dans une ville de Londres fictive, mélangeant aussi bien des aspects de l'ère Victorienne que des technologies futuristes en passant par des véhicules des années 20 ou 30. Et comme c'est une bande dessinée destinée aux lecteurs de manga, les repas, pour leur part, sont Japonais. De la même manière, les personnages sont tout autant de références à de grandes classiques de la littérature, des grandes figures de l'Histoire et de l'imaginaire d'aventure, à commencer évidemment par les héros, Conan Doyle et Jules Verne. Mais dans ce domaine là, j'ai tendance à préférer les oeuvres multi-référencées d'Alan Moore qui a déjà très largement balisé le terrain. C'est un gros melting-pot de tout ce qu'on peut trouver de séduisant dans les personnages et décors historiques et imaginaires d'époque. Sans compter que, bien sûr, la fille qui impose sa compagnie aux deux héros est gironde et bien dotée en matière... d'arguments. J'avoue que cet assemblage artificiel a tendance à m'étouffer un peu vite et à me lasser. Mais le souci essentiel, c'est que je n'ai vraiment pas accroché à l'histoire. Je trouve que le rythme se traîne, que l'adversaire des ennemis manque de charisme, que toute l'intrigue manque d'intérêt. Pour commencer, j'ai du mal à adhérer au concept de base de cette écriture et de ce papier qui deviennent des armes de destruction massive. C'est trop bancal à mon goût. Puis ensuite, l'enquête des héros manque singulièrement d'accroche et d'envie de lire la suite. Tant et si bien qu'arrivé au second tome, j'ai commencé à sérieusement m'ennuyer. Et je ne pense pas lire la suite. Pourtant, comme je reconnais l'excellent graphisme et le soin apporté à la création de cet univers fictif et à ses personnages, je pense que ce manga européen a tout à fait de quoi plaire aux amateurs du genre. Mais pas à moi.

03/05/2013 (modifier)