L'Autre Monde - Cycle 2

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 8 avis)

Dans le premier cycle, Jan, Blanche et le fantaisiste Abler découvrent le secret du ciel et de ce qui se trouve au-delà, L'Autre Monde. Dans ce nouveau cycle, ils en visitent le versant : la face sombre et cachée dans les entrailles de la Terre, l'Enfer. A voir aussi : - L'Autre Monde - L’Autre Monde - Cycle 3


La BD au féminin Les meilleures séries terminées en 2012 Les prix lecteurs BDTheque 2011 Rodolphe Utopies, Dystopies

Dans le premier cycle, Jan, Blanche et le fantaisiste Abler découvrent le secret du ciel et de ce qui se trouve au-delà, « l'autre monde ». Dans ce nouveau cycle, ils en visitent le versant : la face sombre et cachée dans les entrailles de la Terre, l'Enfer. L'aventure commence au beau milieu d'une nuit lorsque Jan est mordu par un lutin maléfique. Stupeur : cette morsure provoque la mort de Jan qui doit alors disparaître sous terre. Mais Blanche et Abler mettent tout en oeuvre pour le retrouver, persuadés qu'ils pourront redonner vie à leur compagnon...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Mai 2011
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série L'Autre Monde - Cycle 2
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

07/06/2011 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais bien aimé le premier cycle de L'Autre Monde (sans toutefois le classer parmi mes séries préférées) et je ne pense pas que cela méritait une suite. Surtout que maintenant il y a un autre cycle qui est sorti et, d'après le quatrième de couverture de l'édition du cycle 2 que j'ai lu, il va y avoir un quatrième cycle. J'imagine que c'est le gros best-seller de Clair de Lune, le nouvel éditeur de la série. Le point fort est le dessin de Magnin qui est toujours aussi magnifique et c'est beau de la voir dessiner différents personnages folkloriques ou religieux, mais je pense qu'il vaudrait mieux qu'elle sorte uniquement des artbooks parce que le scénario de Rodolphe est vraiment moyen. On dirait que l'histoire a été écrite uniquement pour pouvoir placer autant de références que possible. Bon, c'est sympa de voir des trucs comme des divinités religieuses égyptiennes dessinées par Magnin, mais le scénario n'est pas captivant et se laisse lire sans plus.

18/12/2018 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

J’avais adoré le premier cycle et ses représentations graphiques de nombreux mythes et histoires folkloriques. Ce second cycle reprend le même principe, mais nos héros traversent cette fois-ci les différentes représentations de l’Enfer selon les cultures et religions (Chrétienne, Grecque, Egyptienne etc.) L’intrigue est rythmée, mais je l’ai trouvée moins prenante, et surtout trop linéaire. Comme Mac Arthur j’ai aussi eu l’impression d’assister à un catalogage des différentes visions de l’Enfer, et que l’histoire passait au second plan. Je dois aussi reconnaitre avoir des lacunes en la matière, et certaines références (personnages etc.) me sont un peu passées au-dessus de la tête. Graphiquement c’est toujours superbe, les planches de Magnin justifient presque à elles-seules l’achat de ce diptyque, même si les tons sont souvent plus ternes que le premier cycle, thème oblige. Une aventure agréable, mais moins prenante et moins marquante que le premier cycle. A découvrir quand même.

08/10/2013 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Pour moi qui avais adoré le 1er cycle, la découverte de ce second diptyque a été très agréable. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé les personnages et leur monde un peu curieux. C’est également avec plaisir que je me suis replongé dans cette ambiance difficile à décrire, mélange entre féérie, poésie et conte. Une alchimie rendue possible et très plaisante grâce aux planches dessinées par Florence Magnin. Du côté de l’histoire je me suis rapidement laissé entrainer par ces nouvelles aventures. Il y a rapidement des évènements intrigants qui donnent envie de plonger dans le récit. Le développement est lui plus ou moins réussi. On trouve quelques bonnes idées par ci, par-là, des touches d’humour assez légères, et des clins d’œil sympas. Evidemment cela ne m’a pas fait le même effet jubilatoire que toutes les idées géniales exploitées dans la première série. Mais ce n’était probablement pas possible de faire aussi bien, et il ne fallait pas en attendre trop. Nos héros visitent tous les enfers possibles. Finalement ce qui m’a manqué c’est plus de consistance dans l’enchainement des péripéties. Car on a un peu l’impression d’assister à une suite de visites de l’enfer selon toutes les croyances, nos personnages passant de l’un à l’autre après quelques pages. Le tout donnant un peu le sentiment de n’être qu’un prétexte à Rodolphe pour nous démontrer pas mal d’imagination. Et c’est vrai qu’il en a ! Mais il manque de liant entre ces voyages, on n’est pas inquiet pour nos héros. Enfin, il manque aussi pour moi, un petit quelque chose de spectaculaire dans le final, là c’est trop simple pour nos personnages. Au final j’hésite entre 3 et 4. Disons que si vous avez aimé le premier cycle et que vous n’en attendez pas trop, alors ce second cycle vous offrira un bon moment de lecture.

10/01/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Comme beaucoup, j’ai longuement hésité avant de me lancer dans ce second cycle… pour finir par craquer. Je ne le regrette pas même si je trouve ce premier tome relativement convenu. Avant toutes choses, il faut savoir que la lecture du premier cycle est chaudement recommandée avant de se lancer dans ce diptyque. Les références aux particularités de cet autre monde sont souvent sous-entendues et le lecteur novice risque d’être quelque peu décontenancé devant certaines situations. Le dessin de Florence Magnin est toujours aussi agréable à l’œil. Son aspect démodé rappelle les vieilles illustrations de livres de contes de fées, ce qui convient parfaitement à cette série. La composition des planches est agréablement travaillée. Les personnages sont bien typés et facilement reconnaissables. Les mines sont expressives. Les décors sont travaillés et bien souvent tout simplement superbes ! L’étrangeté de cet autre monde demeure attirante mais ce récit est plus sombre (sans tomber dans le dramatique) et plus prévisible (du moins jusqu’à présent) que ce que j’espérais. Le ton volontairement désuet et badin permet de conserver le côté décalé des débuts. Ce décalage demeure l’atout principal de la série à mes yeux. Je lirai sans nul doute la seconde partie du diptyque avec avidité. Pour l’heure, du fait du côté prévisible de l’intrigue dans sa progression, j’hésite entre le « pas mal du tout » et le « franchement bien ». Parce que le risque de décevoir était élevé et que les auteurs ont tout de même réussi à me séduire, j’opte pour le franchement bien… en espérant une conclusion surprenante, amusante et décalée (oui, je sais, je suis exigeant). ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Mise à jour pour le tome 2 : Une petite déception que ce deuxième tome. A mes yeux, il se résume bien trop à un catalogue des différentes représentations de l’enfer selon les religions terrestres. L’intrigue, elle, devient totalement secondaire, voire inexistante. Quant à l’humour, et bien, force m’est d’avouer que je n’y ai pas du tout été sensible. Reste le plaisir de retrouver des personnages que j’ai appris à aimer dans un premier cycle tellement enchanteur, et celui que me procure le trait soigné et féérique de Florence Magnin. Mais, franchement, je m’attendais à plus d’originalité dans cette représentation des enfers…

08/07/2011 (MAJ le 23/10/2012) (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Le jour où j’ai appris que la série L'Autre Monde reprenait j’ai pensé à un canular, un blague de mauvais goût, et même en constatant la véracité de l’info, en regardant la couverture de ce premier tome je croyais avoir une hallucination, c’était trop beau pour être vrai. Passé l’effet de surprise, la question que l’on se pose est de savoir si elle sera à la hauteur de la première histoire. Pour parer à une éventuelle déception, j’ai estimé que d’avoir le premier cycle est déjà un cadeau des dieux, alors si le second est moins bon, finalement peu importe. Et je vous rassure, tout va bien. Cette « suite » qui peut se lire tout à fait indépendamment de l’autre, est toutefois un petit moins originale mais mon plaisir de lecture a été similairement le même. Similairement car sa colorisation est un poil en dessous, tout comme celle de L'héritage d'Emilie, ce qui n’est pas le cas de Mary la Noire, disons que c'est moins fin, c'est léger mais étant une adoratrice de Florence Magnin ça m'a tout de suite sauté aux yeux. Cela dit ce n’est pas bien grave car ça reste infiniment beau. Le scénario comme je l’ai dit il est un peu moins original ou disons moins surprenant. Il reprend le thème des vampires, avec un clin d’œil au fameux conte du « Joueur de flûte », un personnage de la Mort, fort drôle par ailleurs, le tout agrémenté d’une petite histoire d’amour, bien évidemment. Le mélange est bien construit et j’ai adoré. D’ailleurs la touche humoristique est je crois plus présente que dans le cycle précédent. Suite et fin Déjà j'ai été un peu moins emballée à la relecture du premier tome, ma première lecture étant sans doute encore un peu éclaboussée par l’originalité du premier cycle. Mais ce qui m'a nettement moins plu dans ce second tome, c'est l'étalage et l'enfilade de thèmes mythologiques, ainsi qu'une une chute qui à la façon d'un miroir est l’exact reflet du premier cycle mais inversé, on ne regarde plus le ciel mais le sous-sol. Pour l'originalité donc on repassera. Et puis tout commence mal qui finit bien, pas de surprise non plus de ce côté-là. Le graphisme est de même qualité que le premier tome, il y a aussi quelques très jolies planches. Ça se lit toutefois agréablement. Achat réservé aux fans des auteurs.

09/06/2011 (MAJ le 17/10/2012) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je fais partie de ceux qui pensent que L'Autre Monde n'aurait pas dû connaître de suite. On pense tout de suite à de l'exploitation commerciale d'un succès certes mérité. Bien sûr, c'est toujours aussi bien dessiné ce qui en fait un enchantement pour les yeux. Cependant, nous avons droit à une trame plutôt classique. Il n'y aura rien de vraiment surprenant à l'image du premier cycle. Il y a des oeuvres si parfaite qu'il vaut mieux ne pas y toucher au risque de décevoir le public. L'autre monde en fait partie. Le récit vire même dans une espèce de fantastique d'épouvante à l'image des vampires et autres démons que nous croiseront sur la route de nos protagonistes. C'est totalement un changement de décor et d'ambiance par rapport à un premier cycle qui était enchanteur. Une petite erreur également : alors que tous les chats sont censés avoir disparu, on reconnaîtra sur un toit l'ombre d'un chat à la dernière case de la page 13. Moins de surprise et de magie caractériseront ce cycle 2 qui intervient d'ailleurs près de 20 ans après le premier. On retiendra cependant un travail au dessin toujours aussi magnifique qui emportera notre adhésion pour les plus fans.

11/07/2011 (modifier)

Voilà fort longtemps que je n'avais pas laissé un petit commentaire, c'est sans me mouiller que je dépose volontier mes agréables pensées concernant le deuxième cycle de la série l'Autre Monde. Tout comme le précédent commentaire de Miranda, je me suis pincé lorsque j'ai eu connaissance d'un deuxième cycle, tant la fin du dyptique précédent ne laissait présager une suite. C'est complètement par hasard que l'intégrale du cycle 1 est arrivée dans ma bdthèque. Je ne connaissais pas le travail de Florence Magnin, j'étais seulement rassuré par le scénariste, Rodolphe, à qui l'on doit entre autre, Kenya et Trent. Bref j'ai été plongé dans cette aventure incroyable dès les premières pages, le dessin est somptueux et est en parfaite symbiose avec le scénario, qui est de l'ordre du conte ou de la légende. Dans cette univers les bébés sont livrés par des cygognes, le père Noël existe, lorsque votre heure arrive, c'est bien la faucheuse qui vient vous récupérer... Cet autre monde où "décrocher la Lune" n'est pas qu'une expression, relève du rêve et de la fantaisie, mais en étant imaginé, à contrario, d'une manière réaliste. Donc l'appréhension est palpable à la sortie d'un cycle 2: sera - t - il à la hauteur du 1er? Ou est - ce qu'une nouvelle fois on va se dire: "Ils auraient du s'arrêter à la fin du cycle1..." J'avoue que ces questions ne m'ont pas arrêté et je me suis empressé d'ouvrir la porte de mon libraire... L'occasion de poursuivre une si belle aventure, j'allais pas faire la fine bouche! Dès le début de la lecture de ce nouveau tome, les sensations réaparaissent, la magie reprend forme. Même si le premier volet volet de ce second cycle est beaucoup plus "fantaisy" et nous plonge dans un monde étrangement plus sombre, nous présentant en réalité les enfers et les côtés obscurs de cet autre monde.

18/06/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

L'Autre Monde fait partie de mes séries cultes. Dans ces conditions, et parce que son histoire était parfaitement close, j'ai hésité avant d'acheter ce nouveau cycle qui parait près de 20 ans après le précédent. J'avais bien trop peur que la belle histoire que j'avais encore en mémoire soit dénaturée par une revisite que je craignais commerciale. Au final, même si je ne suis pas aussi séduit que par le premier cycle, cette nouvelle histoire qui s'entame reste dans un esprit proche et agréable. On retrouve immédiatement cet autre monde si plaisant, cet endroit paradisiaque où les légendes sont réalité. Il y a une belle continuité. Le graphisme de Florence Magnin est resté tel quel, profitant néanmoins de l'expérience acquise sur L'héritage d'Emilie et sur ses travaux d'illustrations (je pense notamment au jeu de cartes "Citadelles") pour offrir quelques belles planches rappelant l'une et l'autre de ses précédentes oeuvres. Je suis pourtant moins tombé sous le charme du scénario. Là où L'Autre Monde jouait la carte du Merveilleux, ce nouveau cycle joue un peu plus la carte du Fantastique ou de la Fantasy. Il faut dire que c'est le thème du cycle qui veut cela puisqu'il s'agit cette fois non plus d'explorer la surface ensoleillé ou enneigé de ce monde magique mais ses souterrains et ses Enfers. Du coup, les aspects un peu naïfs du récit ressortent davantage et ne sont pas éludés par la beauté envoûtante des lieux et des personnages. En tant que lecteur, je suis moins transporté et moins marqué au niveau émotionnel. Le récit reste pourtant tout à fait plaisant et j'ai bien envie de lire la suite.

07/06/2011 (modifier)