Mary la Noire

Note: 3.61/5
(3.61/5 pour 33 avis)

Mordwick, petit village accroché au granit noir de la côte anglaise, avec son pub, sa vieille église, ses tempêtes. Voilà que par une nuit sinistre, au nez et à la barbe de la police de sa gracieuse Majesté, des marins emportent le corps d'une jeune noyée fraîchement enterrée. Et tandis qu'à Londres, le spectre du bon roi Edward rend fréquemment visite à son épouse, la noyée revient la nuit errer sur la falaise.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Iles Britanniques La BD au féminin Les Roux ! Pirates Rodolphe

Mordwick, petit village accroché au granit noir de la côte anglaise, avec son pub, sa vieille église, ses tempêtes. Voilà que par une nuit sinistre, au nez et à la barbe de la police de sa gracieuse Majesté, des marins emportent le corps d'une jeune noyée fraîchement enterrée. Et tandis qu'à Londres, le spectre du bon roi Edward rend fréquemment visite à son épouse, la noyée revient la nuit errer sur la falaise. Lord James, écrivain dandy très séduisant et perpétuellement séduit, est occupé à rendre hommage à deux charmantes jeunes femmes lorsqu'il apprend la nouvelle. Il les abandonne aussitôt pour aller enquêter sur cette vague de revenants. Son enquête l'emmènera à Mordwick, dans un monde sauvage parfaitement accordé à son imaginaire, puis à bord du Styx, vaisseau pirate officiellement coulé dix ans plus tôt, néanmoins commandé par la belle Mary-la-Noire…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Avril 1995
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Mary la Noire
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

17/11/2002 | Kael
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Pas franchement emballé le gars suite à la lecture de ce diptyque se déroulant dans le monde de la piraterie. La raison principale en est que j'ai eu beaucoup de mal à croire à ces pirates et c'est sans doute lié au fait que du dessin ressort une impression d'irréel, de faux pour tout dire. C'est d'autant plus dommage que les choses démarraient plutôt bien avec cette histoire de cadavre revenant hanter ce petit village sur la côte. Très vite en fait j'ai eu du mal avec ce Lord qui séduit tout ce qui bouge et devient pirate alors qu'il à passé l'essentiel de son existence dans les clubs et à user ses blanches mains en écrivant des feuilletons pour les journaux. Je le redis cela sonne tout du long extrêmement faux et même si le dessin possède quelques qualités elles ne m'ont pas suffisamment sauté aux yeux pour que je fasse l'éloge de ce diptyque.

20/07/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ce récit fantastique avec une femme pirate énergique et sensuelle m'avait échappé en 1995, je l'ai découvert récemment grâce à un prêt opportun. C'est une histoire qui récupère beaucoup d'éléments vus dans nombre de Bd sur le monde des pirates, mais parfois imparfaitement assemblés. L'aspect fantastique a quelque chose de fascinant, mais n'est pas exploité à fond. Le premier album est assez lent à démarrer, comme une sorte de long prologue, il introduit les personnages et pose les bases, tandis que le second album verse dans une histoire de pirates traditionnelle. Mais l'atout principal est bien-sûr la qualité du dessin hyperréaliste de Florence Magnin dont je ne connaissais pas les travaux ; l'aspect pictural et la colorisation donnent tout son sens à cette Bd par des ambiances adéquates à chaque situation, c'est un plaisir de scruter en détail ces dessins. Etrangement, le dessin bien cerné des personnages possède une certaine similitude avec celui des images à collectionner qu'on trouvait dans les tablettes de chocolat Suchard dans les années 60 ; ces images racontaient la Passion du Christ et des épisodes bibliques, je possède encore un album-classeur où on les collait à des emplacements déterminés, et je m'aperçois que les silhouettes ont le même rendu que sur le dessin de Magnin, je n'avais jamais retrouvé ça ailleurs, s'est-elle inspiré de ces images ? Bref, à défaut d'être véritablement captivant, ce diptyque à la mise en page dynamique reste plaisant mais pas inoubliable. Juste un peu troublant pour moi au niveau graphique, comme je l'ai expliqué.

01/03/2015 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

Moi qui aime tant L'Autre Monde, un fabuleux diptyque des mêmes auteurs, j'ai été pas mal déçu par cette Mary la noire. Peut-être que j'en attendais trop, sans doute ne faut-il pas essayer de les comparer (ça n'a strictement aucun intérêt d'ailleurs) mais je n'ai pas pu m'en empêcher. Bref nous avons ici une histoire mêlant pirates et fantômes. Le dessin est splendide, ce n'est pas une surprise. L'intrigue commence pas trop mal en introduisant quelques mystères et le tome 1, sans être génial, se lit bien. C'est pas super original, mais j'espérais une belle surprise avec la suite... Hélas ma déception vient surtout du 2e tome. On ne croit pas une seconde à tout ce que l'on découvre. Dans l'autre monde tout m'a semblé magique, poétique, original. Tout l'inverse ici. Les sentiments des personnages sonnent faux, forcés. On ne croit pas à leurs amours. Le dernier quart me parait franchement bâclé. En 10 pages on boucle l'histoire alors qu'il se passe énormément de choses (plus que dans les 40 premières pages !). Est-ce que par hasard cette série n'aurait pas été écrite pour 3 tomes et finalement ramenée à 2 ? Quoiqu'il en soit cette histoire commençait classiquement et aurait pu devenir pas mal du tout avec un autre développement. Ce n'est pas le cas et je suis déçu. M'en vais relire l'autre monde...

20/12/2011 (modifier)

Mon expérience vis-à-vis de cette BD illustre parfaitement l'expression "Des goûts et des couleurs, on ne discute pas". J'ai trouvé les 2 tomes de cette série (d'occaz, vous commencez sans doute à me connaitre maintenant...) à prix raisonnable. Ne la connaissant pas, j'ai consulté, comme maintenant avant tous mes achats, le site. Une moyenne de 3.79, je me suis dit, "bingo"! Et bien, en fait, elle m'a complètement laissé de marbre, il ne se passe aucun évènement un tant soit peu palpitant. Concernant le tome 1: Les dessins sont effectivement très beaux, le gros problème pour moi vient des couleurs que je trouve trop vives: j’ai plus eu l’impression de lire l’adaptation d’un dessin animé de Walt Disney qu’une histoire de fantômes et de pirates. J'ai été surpris par le fait que, dans certaines cases, ne figure même pas de décor, mais un simple fond blanc. Ce fond blanc orne aussi la couverture, qui est du coup un peu décevante (pourquoi pas en rose tant qu’on y est ?) Concernant le scénario, il est un peu poussif: la façon dont le héros rencontre Mary pour la première fois est un peu facile…(Tiens, si j’allais faire un tour dans une immonde taverne d’un bled pourri alors que je suis sapé comme un Milord et que je suis pété de tunes ?), de même que la manière dont il finit par se retrouver sur son navire (Tiens, si j’allais faire un tour en bateau avec le pêcheur que j’ai tourmenté hier soir, alors que la mer est hyper dangereuse et que sa femme et morte noyée de la même façon il y a 2 semaines ?) Le tome 2 est un peu mieux mais sans plus. La bataille navale est survolée alors qu'il y avait matière à nous régaler, de plus tous leurs adversaires se ressemblent, on dirait une armée de clones de José Bové ! Point positif, les couleurs sont enfin plus adaptées à cet univers un peu macabre, et SPOILER j'ai trouvé originale la légende de cette île aux fantômes. Par contre, je trouve qu'elle n'est pas assez exploitée non plus... La suite est un enchainement d'évènements plus qu'une histoire qui tient la route: Le héros rencontre le fantôme de son père, ensuite on appuie sur la touche "avance rapide": il se marie, a des enfants, et hop, on repasse en "lecture", Mary se fait enlever, il tente de la sauver de la pendaison. FIN DU SPOILER J'ajoute que le côté "j'me tape tout ce qui bouge" du héros m'a un peu gavé... Au final, un très beau dessin, mais qui illustre une histoire insipide. (62) (mėfie-te)

23/09/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Après l’excellentissime « L'Autre Monde », il était difficile d’offrir à un public devenu exigeant un digne successeur qui ne l’aurait pas frustré. Le duo Rodolphe – Magnin s’y est courageusement essayé. Avec un certains succès, à mes yeux, et même si l’incroyable inventivité de la série précitée n’a pas été égalée. Mary La Noire est une histoire de pirates qui combine beaucoup d’éléments très classiques avec une dimension fantastique que je trouve assez inattendue. De plus, le rythme assez lent, le mode contemplatif, les passages durant lesquels rien ne se passe contribuent à créer une ambiance étrange et assez décalée … que j’ai vraiment bien apprécié. Comme dans la série précitée, les différents personnages ne présentent pas que des bons côtés. Certains présentent même des profils assez irritants, des comportements de gamin(e)s écervelé(e)s. Chez moi, et malgré leurs côtés naïfs, ces personnages sont moins bien passés. La dimension fantastique et étrange, par contre, m’a vraiment bien plu. Je l’ai trouvée originale et pourtant en harmonie avec le sujet. Et même si tout ne me semble pas tout à fait cohérent (il y a un truc qui me turlupine avec la nièce de Mary), je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cet univers. Enfin, si les dernières planches chutent en intensité et en intérêt, la conclusion, elle, est très réussie quoique fort classique. Que dire d’autre, si ce n’est que tout le long de ce diptyque, le dessin de Magnin est excellent. Douceur du trait, harmonie des couleurs, inventivité dans la composition des planches, telles sont les premières qualités qui me viennent à l’esprit lorsque je songe à elle. A découvrir ? Certainement ! Et de préférence avant « L'Autre Monde » (pour ne pas risquer d’être déçu par ce récit un brin inférieur en qualité). A acquérir ? Oui, j’aime relire ce diptyque, son achat me parait donc tout à fait justifié. Culte ? Non, les artistes ayant déjà fait mieux. Mais franchement bien quand même.

04/03/2010 (modifier)
Par Nijal
Note: 4/5

S'inspirant très librement de la légende de la véritable femme-pirate Mary Read, qui vécut au début du XVIIIème siècle, Rodolphe et Magnin nous concoctent, avec Mary la Noire, un "divertissement" au sens noble du terme ; de la classe de ceux qui tout à la fois exaltent, émerveillent et émeuvent. M... comme Merveilleux Dans le premier tome introductif, en prenant le temps de nous présenter le personnage principal et de mettre en place les bases de l'intrigue, les auteurs invitent surtout le lecteur à se laisser envoûter par une atmosphère de mystère et de fantastique vaporeux. Etape indispensable pour bien aborder le deuxième tome, où l'irruption d'un merveilleux gothique et flamboyant, loin de sembler ridicule, enchante. A... comme Aventure L'aventure prend d'abord la forme d'une improbable enquête sur d'étranges apparitions fantomatiques, matinée d'un zeste d'érotisme qui ne s'effacera jamais. Mais elle acquerra vite sa majuscule avec le tome 2 car "Mary", c'est avant tout une histoire de pirates. Une Vraie, avec galions à couler, abordages sanglants, équipage patibulaire... et surtout cette envie de tout lâcher et de prendre le vent du large. R... comme Romance Mary, icône de la femme forte et libre, n'illustre-t'elle pas à merveille un fantasme masculin sans doute inavoué? Ma foi, si j'ai trouvé le propos sur l'amour éternel quelque peu convenu voire faible, j'ai été bien plus ému par celui sur l'affection filiale, empreint d'une délicatesse rare, à me faire venir les larmes aux yeux. Et cette mélancolie un peu douce-amère qui transcende la fin du second tome... c'est peut-être la dimension finale du récit, celle qui reste en nous une fois qu'on a tourné la dernière page. Y... comme Yeux. Oui, ces yeux qui nous permettent d'admirer le fabuleux graphisme de Magnin. Certes manquant de dynamisme, le trait est fin et précis, et il y a surtout ces magnifiques jeux d'ombre et de lumière peignant des ambiances toujours très soignées. Presque une œuvre d'art. Moi qui crains habituellement le mélange des genres en BD, j'ai vraiment été charmé par ce conte remarquable, servi par une écriture élégante et raffinée, et surtout pas déçu par ce qui reste le plus important à mes yeux : un récit solide, crédible et étonnamment bien mené. Bref, une belle réussite.

15/08/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J’ai décidé d’acquérir la version intégrale de cette BD après avoir découvert « L’autre Monde » de Magnin qui m’avait réellement conquis. J’avoue avoir été un peu déçu par cette lecture. Les dessins sont sublimes, c’est tout à fait vrai. On dirait de magnifiques illustrations presque féériques. Magnin a un style incomparable dans son souci du détail qui fait toute sa renommée. Cependant, on est loin de la magie voire du mystère qui pouvait se dégager d’une histoire de pirates. Il n’y a pas de réelle surprise dans le scénario. Nous sommes dans une Angleterre du XVIème - XVIIème siècle (même si les Editions Dargaud semblent placer à tort l’intrigue au XVIIIème siècle) où nous suivons les aventures de Lord James un écrivain dandy passionné par tout ce qui ressemble à un mystère. Contrairement au titre, Mary la Noire ne raconte pas l’histoire de la femme pirate du même nom. Ben entendu, notre écrivain libertin finira par croiser le chemin de cette femme presque antipathique qu’est la pirate redoutable Mary La Noire capitaine du Styx qui écume les mers telle une diablesse. On frémit rien qu’à entendre ce nom là ! Bref, nous avons droit à une aventure maritime sur fond de légendes celtiques. On mêle l’aventure et le fantastique en ajoutant une dose de sentimentalisme. Cependant, la lecture grâce à un excellent découpage et la beauté du dessin mérite toute l’attention. Je voudrais juste signaler une véritable erreur que l’on peut voir dans cette bd à l’enchaînement de 2 cases dans une action simultanée. On voit clairement les chemises des deux personnages (Lord James et Thomas) qui changent de couleur (ben voyons !) et qui gardent leur nouvelle couleur jusqu'à la fin de la scène. Suis-je un gros pinailleur ? Sans doute. Néanmoins, les lecteurs exigeants ne comprendront pas que de telle énormité soit accomplie et qu’on parle d’un chef-d’œuvre. Il ne faut quand même pas rigoler ! Oui, Florence Magnin a du talent tout comme son comparse Rodolphe. Il n’empêche ! On pourra se laisser facilement embarquer pour un voyage au milieu des pirates. Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 3/5 – Note Globale : 3.75/5

15/02/2007 (MAJ le 14/08/2009) (modifier)

Mary fut l’un des premiers albums que j’ai achetés lorsque j’ai commencé une collection, pourquoi ? L’histoire en deux tomes permet un développement intéressant d’une intrigue mêlant vieille époque et surnaturel. Le charme de sentiments forts, de comportements désuets, de femmes n’étant pas toutes formatées sur Lara Croft, d’une vielle époque ou croyances et mer font bon ménage font de ce scénario quelque chose de très agréable même aujourd’hui. Surtout aujourd’hui en fait ! C’est en relisant ce genre d’œuvre que l’on se dit qu’une autre BD est possible et a existé. Nostalgie ? Pas du tout, le scénario est très prenant et n’a rien a envier au rythme des BD d’aujourd’hui, les héros ne sont pas simples, les personnages secondaires ne sont pas réduits à des faire valoir, les événements sont découverts petit à petit par le lecteur, le macabre est présenté avec poésie… Quant au dessin c’est très beau, ombres et lumière mettent en valeur les couleurs tantôt vives tantôt pastel suivant l’ambiance voulue. Voilà le terme, les ambiances sont particulièrement soignées, de la taverne joyeuse aux marécages inquiétants en passant par la mer démontée ou la forêt paradisiaque tout est travaillé avec minutie. Les personnages sont plus stylisés, mais n’en demeurent pas mois expressifs. Evidemment l’histoire et les planches vont vers quelques jolies images d’Epinal que l’on regarde avec nostalgie, mais quel plaisir de retrouver une BD de qualité n’ayant pas d’autre but que l’aventure sans mettre l’accent sur les hormones du lecteur devant une aventurière femme… A lire et relire au coin du feu pour se rappeler que les jolies héroïnes dans des BD d’aventure, c’est possible sans tomber dans le vulgaire (au sens premier du terme).

30/04/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

C’est pas trop récent. Je ne connaissais pas. C’est fait. Et j’ai eu affaire à quelque chose de très bien fait. L’histoire ?… bonne, mais ce n’est pas cela qui va renouveler le genre. MAIS la note fantastique qui se dégage du récit fait que ce dernier, très rapidement, devient accrocheur et ne vous lâche ainsi dire plus. Mais cette « Mary », c’est surtout le dessin qui m’a attiré. Outre mes collections de BDs, j’ai « hérité » d’une vieille librairie –voici quelques années- de centaines de vieux chromos des années 50 que l’on découpait et collait dans les cahiers d’histoire, de géographie, de sciences naturelles… de religion aussi. Et le dessin de « Mary », la composition graphique, m’a fait replonger avec délices dans cette sorte d’imagerie d’Epinal qui sent si bon mes jeunes années. « Mary », ce sont des cases où suintent des ambiances plutôt que des dessins de batailles, d’abordages, de combats sanglants. « Mary », c’est une histoire où se mêlent le conte, le fantastique, le merveilleux dans une mise en page qui fleure bon les récits dessinés des années d’avant-guerre (celle de 40). « Mary », c’est un ensemble de petites compositions sur lesquelles on s’attarde, où l’on prend son temps de « regarder une image ». « Mary », c’est aussi une colorisation où les nuances des tons utilisés jouent avec douceur entre ombre et lumière pour donner un véritable cachet aux diverses scènes. « Mary »… c’est beau. Une sorte de pureté dans le dessin et la couleur qui ravissent l’œil, le retiennent. « Mary » ?…. quelque chose de rare ; et cette rareté m’est précieuse.

29/04/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Désolé, mais je ne vois pas en quoi cette série est exceptionnelle. J'avoue que j'avais bien aimé le premier tome. L'histoire me captivait et je voulais à tout prix connaitre la clé du mystère. Malheureusement, dès qu'on nous la donne j'ai commencé à trouver la série beaucoup moins captivante qu'au début. En effet, tout ce qu'il y a après les révélations m'a ennuyé. Le récit ne comptait rien de très passionnant. De plus, Lord James et Mary la Noire sont des personnages peu attachants et qui n'ont aucun charisme. C'est simple, à la fin j'en avais rien à cirer de leur avenir. Heureusement que les dessins sont beaux. Si ce n'était pas le cas j'aurais mis deux étoiles.

05/03/2009 (modifier)