Love Hina

Note: 3.09/5
(3.09/5 pour 23 avis)

Amour et comédie pour adolescents.


Kodansha Pantsu ou Shonen Harem Shonen

Keitaro, un jeune garçon timide et introverti, qui n'arrive pas à avoir de petite amie, rêve d'entrer à l'université de Tokyo. Il se rend chez sa tante qui tient un dortoir pour étudiants et espére y trouver l'hospitalité. Mais il découvre à sa grande surprise que ce dortoir est strictement réservé aux filles. Mais par un concours de circonstances, il se retrouve chargé de la surveillance de ce dortoir. L'aventure, riche en quiproquos et en situation coquine, peut commencer.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2002
Statut histoire Série terminée 14 tomes parus
Couverture de la série Love Hina
Les notes (23)
Cliquez pour lire les avis

19/06/2002 | ArzaK
Modifier


Par Andrea
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Achat conseillé ? Conseillé oui !!! Recommandé et même plus !!! (sans obligation d'achat mais presque). Ce manga est celui qui m'a fait "découvrir" le monde du manga, car oui avant je regardais pleins de truc comme Dragon Ball (mais je ne m'intéressais pas plus au manga, soit, passons). Que dire, que dire... BEAU, très très très DRÔLE, plein de REBONDISSEMENTS, bien dessiné, sublimement amené, merveilleusement bien construit, scénario magnifique, par contre, je recommande le manga a 100%, mais pas l'animé, qu'on soit bien clair ^^ Je ne sais pas quoi dire de plus sur ce manga, sur cette oeuvre éblouissante, je n'arrive pas à mettre de mots, sur LE manga à conseiller et qui peut plaire a TOUT le monde... enfin voilà ! ^^

05/02/2010 (modifier)
Par gruizzli
Note: 1/5
L'avatar du posteur gruizzli

Alors, je me permets de dire quelques mots sur ce manga que je n'ai vraiment pas apprécié. Tout d'abord, le dessin n'est vraiment pas de bonne qualité (enfin je trouve), et en plus de ça, le scénario ne m'a vraiment pas branché. J'ai rapidement décroché de cette série (heureusement que je n'avais pas acheté les premiers tomes). L'humour est pitoyable et les situations totalement improbables. Je n’ai quasiment pas souri une seule fois en lisant les trois premiers tomes, mais j'ai pourtant l'humour facile. Je conseille fortement une pré-lecture à tous ceux qui voudraient commencer la série. Ceux qui n'ont pas aimé peuvent regarder plutôt le manga Suzuka, qu'on qualifie de clone de Love Hina mais qui, à mon sens, ne lui ressemble en rien, surtout à partir du troisième tome, et qui reste toujours aussi excellent. A lire de préférence à Love Hina (mais c'est à vous de juger).

15/12/2009 (modifier)
Par AqME
Note: 2/5

Love hina ou comment tirer sur une corde quand les shojo marchent bien. Le dessin est sympathique, dynamique et agréable. Le scénario est basique, une histoire de je t'aime moi non plus mais sur quatorze tomes le rythme s'essouffle et on se lasse inexorablement... L'auteur aurait dû s'arrêter au tome 10 minimum mais au lieu de cela, il a voulu faire de l'argent, dommage.

16/04/2009 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 2/5

RE-PE-TI-TIF ! Sur moins de 5 volumes, ok, mais là, la sauce est TROP rallongée... Lire les 1ers volumes en bibliothèque, puis le dernier pour savoir comment ça se finit. Le dessin n'est pas mauvais, les situations sont ultra-classiques mais trop, c'est trooooop !

29/03/2009 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 2/5

Love Hina ou l'art de faire trainer en longueur une situation qui pourrait être régler en 2 temps 3 mouvements... On peut facilement sauter 6-7 tomes et toujours comprendre l'histoire ! Les petits épisodes sont TOUS construits de la même manière avec TOUJOURS le même ressort humoristique et bien à la longue ça lasse... Les filles sont toutes plus canons les unes que les autres et notre héros résiste à la tentation parcequ'il est super gentleman, aucune mauvaises pensées, pas de mauvais gestes intentionnel (il est super maladroit, à tel point qu'à mon avis il est interdit dans les magasins de porcelaines Keitaro). Les moments où il s'autorise à fantasmer, c'est en présence de Naru... bon vous me direz, il est amoureux, ok mais y'a quand même des limites à la connerie. De même, les jeunes nymphettes passent les 3/4 de leur temps au bain... soit elles sont vraiment crades (mais bon j'ai des doutes) soit l'auteur veut nous faire passer un message (mais lequel ?). Il accumule son fan service : hop une nymphette en petite culotte, hop un sein (sans téton) pointe le bout de son nez, hop une paire de fesse au détour d'un couloir,... bref ça déborde de nudité, avec quelle utilité pour le récit ? Aucune. Un des seul bon point, et ils sont peu nombreux, étant le dessin plutôt réussi, agréable et qui permet de distinguer les protagonistes ce qui n'est pas toujours évident dans d'autres mangas de ce type. Un deuxième point qui "sauve" le manga du désastre est le juste dosage du caractère de chaque héroïne. On les distingue facilement et on les repère également assez vite. Chacune possède un caractère propre permettant au lecteur de s'attacher à chacune d'elles ou alors à quelques unes en particulier, je pense que tout lecteur à ses préférences. Au final, je ne peux que vous conseiller d'éviter cette lecture.

13/08/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Quand j'ai vu que la BDthèque de mon entreprise avait l'intégrale de ce manga, je me suis réjoui. J'en avais en effet beaucoup entendu parler, plutôt en bien, et comme je me connais comme étant relativement bon public pour les shonen légers avec un peu d'humour, je pensais que ça allait me plaire. Mais en fait, j'ai très vite déchanté. J'ai bien cru arrêter la lecture dès le milieu du premier tome. C'est vraiment la caricature du manga selon Enclume : un garçon ingénu qui se retrouve dans une pension où il n'y a que des filles toutes plus craquantes les unes que les autres, qui n'ont que lui comme garçon dans la vie semble-t-il, et c'est parti pour une suite de quiproquos, de petites culottes et d'humour au premier degré. Peut-être que si j'avais lu ça à 13 ou 14 ans, j'aurais bien accroché. Peut-être que j'aurais aussi davantage accroché si je n'avais pas lu l'intégrale de Maison Ikkoku auparavant et trouvé tellement de similitudes, presque du copier-coller dans l'idée : la pension de famille, l'étudiant gaffeur qui rate tous ses examens, les quiproquos qui retombent toujours sur la tête du héros, l'histoire d'amour inavouée entre le héros et celle qui, bien sûr, était la plus froide avec lui au tout début, les voyages, les remises en question, les moments où ils croient se perdre, etc... Même si l'ambiance est plus moderne et un peu plus sexy que dans Maison Ikkoku, on dirait presque un remake par moments, si ce n'est que les rôles sont inversés et que c'est le garçon qui est le gérant ici et que Naru est moins nunuche que Kyoko. En fait c'est surtout la thématique même de l'humour qui m'a agacé dans ce manga : ce complexe de persécution japonais qui fait que Keitaro s'en prend toujours plein la gueule et passe son temps à s'excuser quand même, ces quiproquos idiots à répétition, etc. Non seulement c'est immature mais j'ai trouvé ça aussi assez énervant, presque malsain tellement cela parait admis que les jeunes hommes, japonais ou pas, sont des pervers qui ont tout à se faire pardonner et que, du coup, il n'y a rien de plus drôle que de les voir se faire tabasser par des filles qui les ont "démasqués". Malgré cela, force est d'admettre que comme dans beaucoup de mangas, au fil des tomes on finit par s'attacher aux personnages et à leurs petites aventures. On a envie de savoir la suite, on commence à éluder un peu les défauts qui agaçaient au début. Si bien que malgré tout, eh bien cela se lit assez bien. Mais je ne l'achèterais pas pour autant et aurais bien d'autres lectures à conseiller avant celles-ci.

13/01/2008 (MAJ le 13/01/2008) (modifier)

Encore une histoire d'amour gentillette, dont tout le monde se doute méchamment de l'épilogue, mais pas vraiment du cheminement... ça tape pas haut du tout, les filles sont mimi, les garçons empotés comme c'est pas permis (le héros est notamment un fervent partisan de la lose attitude), les situations plus ridicules les unes que les autres et les quiproquos n'en finissent plus de s'enchaîner... et ça en devient très lourd ! C'est pas trop mal dessiné, on arrive à différencier les bonshommes (ce qui n'est pas un luxe quand on aborde l'univers des mangas !), les personnages, aux caractères archistéréotypés, sont un peu attachants... et c'est quelque fois amusant ! Mais la mise en page, à peu près potable du début, devient carrément bordélique, à l'instar de l'histoire d'ailleurs, qui avance très péniblement, et pis surtout, faudrait peut-être qu'il se calme le dessineux, à faire des pépées à poils à longueur de temps, des mineurs la plupart, ne manquant aucune occasion pour les dénuder... c'est pesant, voire malsain! Pour les plus jeunes...

05/10/2002 (MAJ le 13/01/2008) (modifier)
Par RoninBox
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Salut à tous, Voici un manga shonen très très sympa, léger, très léger mais il permet de passer une demi heure de lecture récréative pour chaque tome. Bon 14 c'est un peu beaucoup, selon moi 9 ou 10 auraient largement suffit. Un genre de "Juliette je t'aime" version plus chaud et plus humoristique. L'histoire est simple, un étudiant crétin en échec scolaire se retrouve à la tête d'une pension de jeune fille très sexy que sa grand-mère lui a léguée....... je vous laisse imaginer la suite, plein de quiproquos et de gags à la japonaise, mais un excellent happy-end. Bref, je le conseille à ceux qui veulent s'aérer l'esprit, très bien à lire dans le bus ou le métro.

17/11/2007 (MAJ le 18/11/2007) (modifier)
Par Hector
Note: 4/5

Autant le dire tout de suite : la lecture de "Love Hina" n'élève pas vraiment la raison... Ce n'est pas bien original, assez idiot, carrément répétitif, ça vole souvent au-dessous de la ceinture, et l'auteur tire sur la corde au point de faire 14 tomes quand 8 ou 9 auraient largement suffi. Bref, "Love Hina" n'atteint pas les sommets de la fibre artistique de la bande dessinée ou de la philosophie contemporaine. Cependant (eh oui, j'ai mis 4/5, ce n'est pas une erreur), le dessin est agréable, la mise en scène magistrale, et les dialogues plutôt bien écrits. C'est plein de bons sentiments, souvent assez cucul, mais EXTREMEMENT attachant. Comment dire... "Love Hina" est une lecture coupable... Le truc débile pour ado prépubère qu'on se surprend à dévorer fébrilement le soir, quand tout le monde dort, avant de le ranger discrètement sur l'étagère du dessus. On se surprend à se prendre d'affection pour les personnages, et à suivre avec passion l'évolution de la relation entre Keitaro le looser et Naru la fille parfaite (mais célibataire, on est dans un manga quand même). Bref, je vous recommande vivement d'acheter le 1er tome. Si vous aimez, vous dévorerez les autres avec grand plaisir, sinon, passez illico votre chemin.

12/09/2007 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un manga humoristique et romantique sympa à lire. Plusieurs personnages sont attachants comme Motoko et d'autres moins comme Naru. La romance des deux personnages est ordinaire. Ils se détestent au début, mais finissent par s'aimer à la fin. Il y a une chose qui m'a un peu gêné c'est le nombre de fois qu'on voit une fille à poil. Je n'ai rien contre, mais si c'est toutes les 10 pages je trouve ça exagéré. Je n'aime pas non plus voir Keitaro se faire casser la gueule pour rien. Ce n'est pas amsuant et ça un coté un peu malsain. Et puis le milieu de l'histoire est un peu chiant. Heureusement qu'il y a le personnage de la soeur pour remettre un peu de piment.

16/07/2007 (modifier)