Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Aspic Détectives de l'étrange

Note: 3.59/5
(3.59/5 pour 22 avis)

De la plus célèbre des médiums parisiens que consultait le tout-Paris de ce XIXe siècle, ne reste aujourd’hui que deux globes oculaires sanguinolents. Auguste Dupin, fin limier et scientifique pointilleux va faire la lumière sur cette horrible affaire.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Auteurs Canadiens Lanfeust Mag Les mediums Paris Quadrants

De la plus célèbre des médiums parisiens que consultait le tout-Paris de ce XIXe siècle, ne reste aujourd’hui que deux globes oculaires sanguinolents. Auguste Dupin, fin limier et scientifique pointilleux va faire la lumière sur cette horrible affaire. N’en déplaise au rigoriste «enquêteur phénoménologue», pour y parvenir, Dupin aura besoin de son extravagante assistante, Flora Vernet.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Mars 2010
Statut histoire Série en cours (Enquêtes en deux tomes) 7 tomes parus
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série Aspic Détectives de l'étrange
Les notes (22)
Cliquez pour lire les avis

23/03/2010 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai suggéré à ma médiathèque municipale d'acheter cette Bd que je voulais lire depuis longtemps, et je suis le premier à l'étrenner. C'est le genre d'atmosphère que j'aime particulièrement, un fantastique policier, aux frontières de l'irrationnel, et surtout bourré de références au sein d'un décor de Belle Epoque parisienne. Pourtant, j'étais un peu méfiant avec Thierry Gloris, dans le genre fantastique, j'avais encore en mémoire le désagréable souvenir de Le Codex angélique, mais aussi le bon souvenir de Meridia ; aussi avec cette Bd, je souscris entièrement même si parfois ses scénarios comportent de petits flottements, et même si le tome 4 marque un léger essoufflement de la série, un peu comme une sorte de virage dû au fait que l'ambiance sherlockienne qui faisait tout le sel de la bande au départ, a été troquée pour un aspect fantastique vampirique qui risque de faire plonger la série dans un fantastique assez commun et trop rebattu. Certes, les allusions référencées, Erzebeth Bathory, Max Shrek, le Nosferatu de Murnau... qui vivent au château du Haut-Koenigsbourg (qui logiquement devrait être en ruines, il ne sera reconstruit que par le kaiser Guillaume II), la présence de Bram Stoker qui entrevoit la trame de son futur Dracula, celles de Michel Strogoff ou du comte de Tiffauges (autre allusion subtile)... tout ceci est plaisant pour l'amateur de littérature et de cinéma, mais on s'écarte du côté étrange, insolite et paranormal qui typait bien la bande dès son début, ce savant mélange d'organisation criminelle, d'ésotérisme et d'ectoplasmes. On a nettement l'impression que Gloris fait feu de tout bois pour embobiner le lecteur. Sinon, dès le début, les références au Gavroche de Victor Hugo, au détective Dupin d'Edgar Poe (avec rappel de ses 3 uniques enquêtes) et qui cite Gaboriau, à Moriarty et à Sherlock Holmes sont très astucieuses (excellent clin d'oeil à la fin du tome 2) ; il y a même des allusions à Tintin (notamment la tête de vache dans le théâtre) et plein d'autres détails pittoresques. Bref un brassage référentiel qui fait toujours plaisir au lecteur. Certains lecteurs pourront reprocher que trop d'éléments s'enchevêtrent, comme les intrigues qui s'entrelacent entre les tomes 3 et 4, et même à la fin du tome 4, ce n'est pas clairement la fin d'un diptyque, c'est une fin ouverte pour une autre histoire qui va s'imbriquer dans la précédente, bref tout ça peut faire un peu fouillis, sans compter un final un peu rapide dans ce tome 4. Mais ce qui m'a réellement séduit dans cette Bd, c'est son atmosphère d'enquête mystérieuse à déduction, comme dans les nouvelles de Poe ou dans les Sherlock Holmes. Et aussi bien sûr ce qui est très plaisant, c'est ce dessin de J. Lamontagne que j'avais déjà apprécié dans Les Druides ; ici il restitue un Paris entre fin XIXème-début 20ème, au moment où certains progrès font leur apparition, et on y reconnait des lieux connus bien retranscrits. Son dessin est véritablement superbe, très esthétique, très soigné, fin, détaillé, avec des visages très jolis, surtout celui de Flora, des costumes bien choisis et un background très documenté. A tout ceci s'ajoutent une pointe d'humour et la richesse des dialogues déjà entrevue dans d'autres Bd scénarisées par Gloris ; le seul petit bémol étant des lettrages un peu petits. Une Bd prometteuse et captivante qui espérons-le, ne sombrera pas dans le grotesque ou le n'importe quoi.

01/08/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Des enquêtes policières et fantastiques dans le Paris ésotérique et étrange de la fin 19e siècle, avec pour protagonistes un duo improbable et assez amusant ainsi qu'un vieil enquêteur bougon mais brillant, le fameux Auguste Dupin d'Edgar Poe. J'apprécie ce genre de cadre et de scénario qui n'hésite pas à jouer à la fois la carte de l'humour, de l'enquête réaliste et du fantastique débridé. C'est un beau mélange, même si j'ai mis du temps à me faire au fait que ça se passait à Paris tant cela ressemble à des histoires similaires se déroulant dans le Londres de l'époque victorienne. Mais les auteurs en profitent justement pour mettre en scène des lieux et événements typiquement parisiens de l'époque, ce qui est assez sympathique. Les personnages sont originaux. Il y a donc le vieux Auguste Dupin et ses capacités de déduction et d'enquête, ainsi que le jeune et fougueux inspecteur de police qui lui demande régulièrement son aide. Mais ces deux-là sont secondaires car les deux vrais héros sont un certain Gavroche devenu immortel et une jeune et belle enquêtrice débutante, cousine d'un très célèbre détective londonien et à priori presque aussi douée que lui. Face à eux des malandrins et des sorciers dont certains sont des personnages fictifs célèbres. Car les clins d’œil et références, humoristiques ou non, sont nombreux et plutôt bien insérés dans le récit. Le graphisme, quant à lui, est soigné et détaillé. Il fourmille de petits détails et contribue à l'ambiance et à la mise en valeur du Paris de l'époque. Je dois par contre dire que je ne suis pas très amateur de la colorisation que je trouve trop informatique et froide. Trop de dégradés à mon goût. Et je ne suis pas non plus particulièrement fan des visages un peu trop caricaturaux que prennent parfois les deux héros. J'aurais pu trouver cette série très bien si le rythme était mieux géré. Les intrigues sont denses mais aussi un peu confuses. Il se passe beaucoup de choses mais on les suit parfois sans totalement être pris dans le récit, les enquêteurs passant régulièrement d'un lieu à l'autre sans qu'on comprenne immédiatement ce qui les a amenés là. Je déplore aussi un nombre un peu trop grand de coïncidences faciles et de protagonistes qui se retrouvent réunis au bon endroit au bon moment. Il y a dans tout cela quelque chose qui fait que je ne suis pas complètement tombé sous le charme de cette série qui ne manque pourtant pas de qualités. Il en résulte une série divertissante mais pas captivante à mes yeux.

18/09/2014 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

J'étais complètement passé à côté de cette série, et c'est la sortie du troisième tome qui m'a permis de la découvrir. Moi qui avait adoré Le Codex angélique, voilà que je retrouve un Thierry Gloris aux manettes d'une série bien alléchante, accompagné de Jacques Lamontagne, qui malgré moult séries chez Soleil était jusqu'ici passé à travers les mailles de mes lectures. Et le résultat est plutôt concluant, voire très bon ! J'ai déjà énormément apprécié le dessin de Jacques Lamontagne. Très riche et réaliste dans les décors, les détails ou encore dans l'architecture, il se lâche et s'amuse avec ses personnages, à la limite de la caricature, mais surtout très expressifs. De plus, la période choisie pour contextualiser tout cela, la fin XIXe lui permet d'exploiter toute la riche panoplie de costumes de l'époque, de Paris en plein expansion ou encore de tous ces objets du quotidien. Je rajoute quand même que la mise en couleur des deux premiers tomes assurée par le dessinateur m'a beaucoup plus plu que celle réalisée par Lorien Aureyre dans le troisième. On passe de tons un peu surannés tranchés par quelques cases agrémentées de couleurs pétantes quand il le fallait (les spectres par exemple), à des tons beaucoup plus peps dans l'ensemble qui sont beaucoup moins à mon goût. Quant au récit que nous concocte Thierry Gloris, on sent que môssieur s'amuse et se fait plaisir. Il joue avec les codes et les références riches que lui proposent l'époque et nous y introduit deux personnages principaux un brin décalés où derrière ces enquêtes insolites et plus ou moins surnaturelles, s'invite un humour qui fonctionne plutôt bien, tant dans les dialogues que dans les situations. sa construction en diptyque ou deux enquêtes s'entremêlent fonctionne bien et permet de casser la linéarité de ses récits tout en permettant à des personnages secondaires de refaire leur apparition. J'attends donc maintenant la conclusion de ce deuxième cycle avec impatience... Une très bonne série dont je conseille l'achat.

28/11/2013 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

Après lecture du cycle 1 Pas mal du tout cette série, c'est vrai que le dessin est excellent. Au niveau des couleurs (le bleu du fantôme de Nostradamus est à tomber par terre) et de la lumière (le soleil du matin sur le marché est d'un réalisme assez fascinant) mais également des arrières plans qui sont hyper détaillés et des mimiques des personnages, très expressives, qui donnent véritablement vie à tout ce petit monde. De plus, visiter Paris à l'heure de la construction du métropolitain est un réel plaisir, ce qui ne gâche rien. Côté histoire, cette double enquête (qui finit évidemment par n'en faire plus qu'une) porte sur des faits et des acteurs bien mystérieux tant chez les victimes que chez les coupables. Le T1 se termine de manière assez abrupte et donne bien envie de lire la suite pour avoir le fin mot de l'histoire. Les personnages sont tout à fait sympathiques, Monsieur Beyle, le "client" de la deuxième enquête, est une espèce d'improbable croisement de Romain Duris et de Sarko, c'est assez spécial… mais on s'y fait. La nièce apprentie détective n'hésite pas à se mettre dans des situations acrobatiques plutôt comiques malgré son élégance et sa bonne tenue, fruits d'une éducation sans faille de jeune fille de bonne famille. Le vieux détective barbu moustachu avec un sourcil froncé a tout à fait la gueule de l'emploi. Bref : la galerie de personnages principaux fonctionne bien. Après lecture du tome 3 Le deuxième cycle commence aussi bien que le premier, nos deux enquêteurs de l'étrange se retrouvent dans un milieu bien mystérieux, entre esprits vagabonds et humains hors du commun. Encore une fois deux enquêtes se téléscopent et s'entremêlent et c'est toujours le même plaisir de lecture. Le seul bémol est graphique, je trouve les proportions de l'héroïne étranges : petite tête sur buste généreusement fourni, le tout engoncé dans cette robe moulante au col montant, je ne sais pas, c'est bizarre, y'a un truc qui me gêne... enfin bon, pas bien grave tout ça, le reste est toujours aussi réussi, vivement la suite ! Franchement bien !

25/03/2010 (MAJ le 24/08/2013) (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Empruntée au hasard à ma bibliothèque municipale, voici une série assez chouette que je viens de découvrir. J’avais déjà lu, et apprécié Le Codex angélique du même Gloris, et je retrouve ici certains des thèmes qui semblent lui tenir à cœur. D’abord l’univers fin du XIXème siècle/ Belle époque, bien rendu encore. Mais aussi, au cœur de ce décor historique, une bonne dose de fantastique, d’occulte, à chaque fois crédible, malgré l’improbable situation de départ : on oublie rapidement l’infaisabilité des choses, et, tout côté cartésien mis en sommeil, Gloris nous entraîne sans effort dans un bon scénario. Où fourmillent d’autres "invraisemblances crédibles" (certains véhicules, et le fait que l’héroïne les conduise…). En plus des thèmes évoqués plus haut, on peut semble-t-il trouver dans "Aspic" quelques traces des goûts littéraires de l’auteur. En effet, l’un des personnages principaux renvoie à Victor Hugo et à Stendhal par ses nom et prénom, et un des méchants est surnommé Maldoror, la créature de Lautréamont. Gloris va même jusqu’à l’anachronisme, puisqu’un personnage parle de surréalisme ! Le dessin de Lamontagne est assez bon, même si les personnages sont parfois un peu trop statiques. Mais cela n’entrave pas la lecture d’une intrigue rondement menée, avec les rebondissements liés au genre. Et un petit clin d’œil final amusant. A propos de fin, si l’intrigue est bien close, Gloris ne ferme pas la porte à une suite ? En tout cas, si ces deux détectives reprennent du service, je serais un lecteur intéressé… Bref, c’est un bon diptyque, que j’ai lu très rapidement. Et ceci n’est ici pas un reproche, c’est que la lecture était agréable, et que je la recommande.

09/01/2013 (modifier)
Par Tomeke
Note: 3/5

Sans être exceptionnelle, Aspic est une chouette série. Elle met en scène notamment une jeune enquêtrice qui n’a rien à envier à Sherlock Holmes dans ses facultés de déduction. L’humour est bien présent et l’enquête policière est prenante. Savamment dosée, la touche fantastique apporte une belle originalité. Que demander de plus ? Ah oui, un dessin et une colorisation qui sont parmi les plus réussis de ces dernières années ; un bijou pour les yeux ! J’ai lu la première enquête et me plongerai certainement dans la suivante. Il m’a juste manqué du plaisir de lecture pour que ma note augmente. Bref, un bon moment de lecture, sans être inoubliable.

12/12/2012 (modifier)
Par Puma
Note: 4/5

Une réussite incontestable que cette savoureuse et humoristique dilogie ! Quand le fantastique est délivré avec autant d'auto-dérision, alors là, oui, j'en redemande ! Les personnages, chacun bien calibrés dans leur rôle, sont assez amusants ! Et le tout enjolivé du graphisme de Lamontagne parmi les plus beaux qui soient ! Un vrai plaisir à la lecture !

29/07/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Je savais que Jacques Lamontagne irait loin dans la vie. Cette formidable série en est la preuve. Il dessine merveilleusement le Paris du 19ème siècle avec son style réaliste que j'aime beaucoup. Le scénariste est très bon aussi. Son scénario est accrocheur, intelligent et rempli de bonnes idées On retrouve plusieurs références à la littérature du 19ème siècle à commencer par Dupin. Les personnages sont charismatiques et j'ai vraiment envie de connaitre la suite de leurs aventures. Toutefois, j'avoue que cela met un peu de temps à démarrer et durant la lecture du premier tome j'étais un peu mitigé. Il y avait des bons moments, mais je ne m'intéressais pas trop à l'histoire. Heureusement le second tome est excellent du début jusqu'à la fin. Espérons que la suite soit aussi excellente !

18/01/2012 (modifier)
Par AqME
Note: 4/5

Quand on regarde les éditions Soleil, on devient toujours un peu plus réticent. En effet, la firme s'est affirmée dans un domaine ingrat qui est le business. Contrairement à un Delcourt ou un Dargaud, Soleil s'est fait une spécialité dans la série abandonnée pour cause de ventes insuffisantes, et les fans de ces séries peuvent aller gentiment se faire foutre. Et bien souvent, la qualité s'en trouve amoindrie. La culture de masse étant ce qu'elle est, une nourriture pour les cochons, ce sont les séries qui fonctionnent avec les enfants ou les ados qui sont privilégiées. Et depuis Lanfeust, je n'ai pas vu une série dont le potentiel était franchement satisfaisant. C'est alors qu'est sorti Aspic, détectives de l'étrange, sorte de Sherlock Holmes dans Paris avec des évènements paranormaux. Le gaga de fantastique que je suis n'a pas mis longtemps à faire main basse sur cette série qui possède énormément d'atouts. On retrouve au scénario un certain Thierry Gloris, déjà intervenu sur l'excellent "Codex angélique", pour qui, surement, l'époque des temps modernes est fascinante. Ici, on se retrouve en plein Paris durant la fin du XIXe siècle et une voyante naine se fait buter par un mystérieux personnage. On ne retrouve d'elle que les yeux et on met sur l'affaire un certain Nimber, jeune premier assez vif et Dupin, grand détective privé. En parallèle de cette histoire, Dupin a une stagiaire, Flora Vernet, qui va prendre possession d'une enquête épineuse qu'un jeune homme au physique surprenant lui demande. En effet, cet homme s'est fait assommer et on lui a volé sa montre. Ce qui est assez marrant avec ces deux enquêtes, c'est que l'on ressent un certain degré de fantastique, mais pas tant que ça, c'est au fur et à mesure des planches que l'on va découvrir le pot aux roses et l'omniscience d'un monde fantomatique. Si cela déroute certaines personnes, je trouve ce pari osé et il faut dire que l'époque s'y prête à merveille. Du coté du scénario, on lorgne bien sur le coté fantastique, mais dans un axe totalement différent de celui du "Codex angélique". Et puis, j'aime énormément toutes les références qui sont faites. On ressent énormément de Conan Doyle dans la liste des personnages, notamment avec le syndicat du crime français, et son grand chef charismatique. D'ailleurs, la fin du tome 2, absolument géniale, est un grand hommage au célèbre écrivain. Il y a aussi des références à Lovecraft, avec Azatoth ou encore avec un portrait de Poe dans une vignette. Au niveau du dessin, c'est vraiment très très réussi. Rarement une bande dessinée ne m'avait autant scotché avec des dessins aussi somptueux. Les décors du Paris haussmannien sont sublimes avec des planches immenses, les personnages possèdent tous des visages bien différentiables et relativement réalistes, le trait est propre et nerveux quand il le faut. Les couleurs, assez claires, apportent aussi un plus non négligeable. D'ailleurs, tout est vraiment en concordance, que ce soit dans les décors, les personnages, l'ambiance souhaitée, les prouesses techniques, tout est en adéquation et c'est un réel plaisir pour les yeux. Le seul défaut que l'on pourrait trouver, et il est au niveau du dénouement, c'est que tout cela finisse trop vite et que le format des 48 pages ne suffisent pas à approfondir le tout. Enfin, peut-être que la fin risquait de devenir trop grand-guignolesque mais finalement elle s'avère très sympathique, bien que trop vite expédiée. Au final, Aspic détectives de l'étrange est une série très convaincante et surtout très réussie. Un scénario fantastique et policier dans le Paris du XIXe, il faut dire que ça fait rêver. Les dessins ajoutant une touche de beauté incroyable, nous voilà avec une série à laquelle Soleil ne nous avait pas habitués. Mais il faut dire qu'avec Gloris au scénario, il faut toujours s'attendre à des surprises. Il en résulte un investissement certain et surtout une impatience pour les prochains tomes qui annoncent les premières enquêtes du bureau Aspic, puisque dans les deux premiers tomes nous voyons sa formation. A noter que la première histoire se termine avec les deux premiers tomes.

25/10/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une bonne bande dessinée mais il manque quelque chose pour la faire véritablement décoller. Sans doute un peu de rythme. Le graphisme par contre n'a rien à envier aux autres. J'aime la précision du trait. Le dessin est beau à contempler avec une palette de couleurs assez sublime. Il est vrai qu'on commence par un mystère intéressant dans le Paris de la toute fin du XIXème siècle. Il est dommage que le récit prenne une tournure fantastique alors que nous sommes dans le monde des détectives privés qui essayent de suivre des pistes à partir d'éléments objectifs. D'ailleurs, on nous balance souvent des théories fumeuses que le lecteur ne pouvait deviner. Ce n'est pas ce que j'attends de ce type de lecture. Mais bon, il ne faut pas bouder le plaisir et accepter le paranormal... Au final, ce qui compte, c'est un scénario qui nous tient en haleine. Nous avons là un travail de haute qualité. On verra si la suite nous surprend véritablement. Cela devrait être le cas avec des personnages aussi atypiques...

26/07/2011 (modifier)