Meridia

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Sur le point d'être ordonné prêtre du Royaume de Meridia, Lysandre tombe dans un guet-apens avec sa délégation religieuse. Alors qu'il assiste impuissant au massacre des siens, il est sauvé de justesse par le chef barbare. Ce dernier n'est autre que son amour de jeunesse qui lui propose de le suivre dans une délicate mission : dérober à l'Église son bien le plus précieux, les fleurs de Dorkéïne.


Gays et lesbiennes Les meilleures séries terminées en 2013

Sur le point d'être ordonné prêtre du Royaume de Meridia, Lysandre tombe dans un guet-apens avec sa délégation religieuse. Alors qu'il assiste impuissant au massacre des siens, il est sauvé de justesse par le chef barbare. Ce dernier n'est autre que son amour de jeunesse qui lui propose de le suivre dans une délicate mission : dérober à l'Église son bien le plus précieux, les fleurs de Dorkéïne.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Mai 2011
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Meridia © Delcourt 2011

04/05/2011 | Miranda
Modifier


Par Miranda
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Tome 1 : 4/5 Une couverture magnifique faite pour attirer le regard, qui appelle une question, les planches seront-elles aussi belles ? Oui, ce n’était pas de l'esbroufe ! Je savais que Joel Mouclier était une bête, un dessinateur talentueux, mais jusqu’ici je n’avais vu de lui que des choses pleines de promesses mais pas aussi abouties que je l’aurais voulu. Avec « Meridia » il vient de me combler. Je n’arrive pas à déterminer si c’est de la colorisation informatique ou si c’est un mélange de cette dernière et de couleurs directes, quoi qu’il en soit, ça ressemble à de la peinture et c’est une tuerie visuelle. Il y a une telle quantité de détails que j’ai eu souvent du mal de passer d’une case à une autre, bloquée sur chaque vignette aux couleurs explosives et ravissantes. J’ai aussi beaucoup apprécié la taille des bulles et du lettrage, que je trouve idéales, un lettrage lisible et des bulles qui viennent se positionner près de celui-ci pour ne pas s’imposer et gâcher le visuel. L’autre bête de cette nouvelle série est Thierry Gloris, un vrai animal celui-ci, capable de chasser n’importe quel gibier, aussi à l’aise dans l’historique, le fantastique, le polar ou la fantasy, avec son fabuleux talent de conteur il pourrait nous faire apprécier n’importe quelle daube qui passerait entre ses mains. Voilà donc nos deux limiers réunis, et c’est parti pour l’aventure - et quelle aventure ! - qui s’aventure même là où peu d’auteurs oseraient mettre les pattes, l’homosexualité masculine, et ça parle d’amour, juste un peu mais j’adore ! J’espère que ça ne va pas mettre en fuite la masse des lecteurs masculins amateurs de gros nichons, car mes chéris, ici de gros nichons, il n’y a point. Moi j’ai envie de dire : vive l’amour infertile ! Je vous rassure, ce n’est qu’une facette de l’histoire, mais il convenait de le signaler car ça lui apporte une belle touche d’originalité. Or donc, ce récit de fantasy mélange les époques, Romaine et Renaissance, et se déroule dans une Italie repensée et remodelée. Il s’avère riche et complexe, tout en gardant une limpidité certaine. Gloris nous présente son monde avec intelligence, dévoilant au fur et à mesure ce qui doit l’être pour nous immerger sans brusquerie dans cette histoire passablement fabuleuse. On y trouve aussi une forme d’autorité matriarcale assez rigide et cruelle. Les conflits entre petits ou grands seigneurs sont omniprésents, et la magie qui plane au-dessus de l’histoire garde pour l’instant tous ses secrets. Voici une lecture pour le moins inoubliable… pour l’instant ! Tomes 2 et 3 : 3/5 La série est finie depuis septembre 2013 et moi qui attendais la suite pour finir l'histoire !! Et là j'apprends qu'en fait elle s'est terminée en 3 tomes au lieu de 5, soit pourquoi pas. Seulement voilà le dessin de Mouclier juste fabuleux sur le premier tome perd en qualité et surtout en scènes ultra détaillées, le plaisir visuel n'est plus aussi fort. Quant au scénario Gloris a eu le mérite de finir l'histoire et de ne pas la laisser en plan, si je ne le savais pas je ne l'aurais pas forcément noté mais malgré tout le début faisait espérer plus de fantasy et on se cantonne surtout sur des guerres entre fiefs. On y croise quelques personnages fantastique mais de manière trop ponctuelle à mon goût, on compte un mort-vivant, un dragon, deux elfes, un poulpe géant et une petite poignée de sanglards (hommes sangliers) ça manque aussi un peu d’aventure, j'espérais découvrir de nouveaux territoires originaux. Ça reste une bonne histoire que je relirai avec plus de plaisir sachant maintenant ce qu'elle offre. J'en attendais certainement trop après un premier tome de fous.

04/05/2011 (MAJ le 01/06/2017) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je me méfie toujours un peu de Thierry Gloris car ce scénariste m'a parfois déçu ; mais ici, je marche à fond dans son univers qui m'a immédiatement séduit, et de façon rapide en plus, plusieurs auteurs qui font trainer leurs récits devraient prendre exemple sur Gloris qui vous plante un monde imaginaire , des décors et une ambiance de façon ultra efficace et sans s'encombrer de lacis tortueux. Le mélange d'univers et d'époques aurait pu tourner à la pantalonnade, mais au contraire, il est très réussi, très riche et imaginatif, j'aime ce genre de concept, ça m'a rappelé un peu L'Empire de Trigan (même si là c'était de la science-fiction). Le début semble vouloir adopter un ton barbare et violent, avec des bestiaux monstrueux, des scènes sanglantes, et des gros bourrins qui s'étripent.. Plusieurs détails suscitent l'intérêt dans cette Bd qui pourrait ressembler à un fourre-tout hétéroclite, mais il n'en est rien : un régime politique matriarcal, protégé par des sortes d'amazones belliqueuses vêtues comme des Romains, des références à des dieux de plusieurs mythologies (Zeus, Hadès, Hephaïstos, Cybèle, Odin...), des décors d'édifices Renaissance voisinant avec des forteresses, une cité de style médiéval et des roitelets et seigneurs en costumes de Renaissance italienne... sans oublier une relation homosexuelle entre 2 des principaux personnages, ce qui n'est guère courant dans une Bd tout public. A cela, s'ajoutent des dialogues parfois assez crus qui tranchent avec la richesse littéraire des hors-textes (bien dans le style de Gloris). Bref, tout ceci est très plaisant à lire, et quand en plus, on a un dessin fabuleux pour illustrer tout ça, on peut carrément exulter. Le visuel est époustouflant, c'est d'une beauté inouïe, d'un hyperréalisme très pictural, avec quantité de détails, un tel soin dans les décors et les costumes que c'en est un véritable plaisir de détailler l'ensemble des cases. Voici donc une série de fantasy peu ordinaire, qui pose un univers très attirant et inventif, avec une progression bien mesurée, et qui va certainement s'amplifier dans les derniers albums.

23/12/2015 (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Une série en cinq tomes qui débute de façon très prometteuse, un dessin génial et une histoire originale et passionnante. Un dessin aux superbes couleurs, très précis et détaillé à l’extrême, un travail colossal réalisé par Joël Mouclier mais le jeu en vaut la chandelle, le résultat est superbe. L’histoire n’est pas en reste, le monde imaginé par Thierry Gloris sort des sentiers battus, un mix d’héroïc-fantasy et d’ambiance moyenâgeuse avec des acteurs ayant beaucoup de charisme. Beaucoup d’actions dans ce premier chapitre mais pour l’instant difficile de connaître la ligne directrice imaginée par les auteurs, mais je suis confiant pour la suite, le talent est présent.

11/06/2011 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Cette série s'ouvre de bien belle façon en alliant 2 atouts : Le dessin. Pas grand chose à dire sinon : Waow. Ce style "peinture" est parfaitement maitrisé, il est du meilleur effet. Que ce soit les vues éloignés de ville, d'intérieur de bâtiments, ou de décors extérieurs les cases sont soignées et détaillées. Pareil pour les personnages et les animaux. Les couleurs ne sont pas en reste, avec notamment des effets d'ombres et de lumières qui agrémentent parfaitement l'ensemble. En un mot les planches sont superbes. Le monde de Méridia. Il n'a même pas fallu un tome complet à Thierry Gloris pour présenter ce monde qu'il a imaginé avec sa géographie, ses différents peuples, les us et coutumes des uns et des autres. La mise en place de tout cela est d'une fluidité impeccable. On rentre dans cette histoire avec une facilité et une immersion très agréable. Au final un tome franchement pas mal qui vaut 3.5/5 en attendant la suite. La seule petite réserve que j'émets pour le moment concerne l'intrigue principale à laquelle il manque un tout petit quelque chose pour scotcher le lecteur. Espérons que cela arrivera avec les tomes suivants.

22/05/2011 (modifier)