Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Songe de Siwel

Note: 3.57/5
(3.57/5 pour 14 avis)

Une jeune fille têtue et curieuse croise le chemin d'un lapin très en retard (qui n'est autre que le Lapinot de Lewis Trondheim !)… Cela vous rappelle quelque chose ?


Alexandre Dumas Alice au Pays de la BD Format à l’italienne La Boite à Bulles La Lune Les prix lecteurs BDTheque 2010

Plongeant dans les ténèbres d'une mystérieuse bibliothèque, voilà Siwel partie dans un voyage onirique à la Lewis Carroll, où elle croisera de célèbres héros de romans. Des rats patibulaires, une lune en forme de virgule, un farfadet frivole et fanfaron, seize Louis sonnants et trébuchants, une reine de cœur d'artichaut, une glace qui réfléchit, un Lapinot toujours pressé… Voilà quelques-unes des atypiques rencontres de la jeune Siwel, qui va devoir faire preuve de ténacité pour trouver la sortie de ce labyrinthe. Balade poétique, hommage littéraire à Carroll, Shakespeare, Dumas, Stevenson et bien d'autres, Le Songe de Siwel est bien un Alice aux pays des Merveilles revisité pour adultes. Mais s'agit-il bien d'un simple songe ? Il se pourrait bien que la fin réserve une ultime surprise… Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Février 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Songe de Siwel

22/01/2010 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà encore un bien bel album du duo d’Enfin Libre. Et encore une fois c’est une histoire originale qu’il nous propose. Résumer cette histoire est assez difficile. C’est une « rêverie », comme l’indique le titre, et qui comporte une bonne part de poésie. De l’humour aussi (nombreux jeux de mots). Si les auteurs expriment en fin d’album la dette contractée envers Dante, Lewis Caroll, Stevenson ou autre Lewis Trondheim (qui « prête » ici son Lapinot), l’album peut se lire et s’apprécier sans connaître ces références (trame ou personnages). Même si les maîtriser donne plus de sel à la balade de Siwel au milieu d’un univers poétique, et réellement inspiré. Le dessin est sympa, et le travail de colorisation (dans une sorte d’aquarelle) est très beau. C’est vraiment une réussite, qui mérite d’être (re)découverte. Et qui confirme le très grand talent des auteurs !

02/01/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Nous voilà devant ce que j'appelle un classique instantané. Alors bien sûr, Le Songe de Siwel n'est pas une oeuvre originale, mais multi-référentielle, et c'est ce qui fait son âme, sa vocation et sa nature profonde. A la fin de l'album les auteurs donnent d'ailleurs quelques éléments sur ces oeuvres qui les ont inspirés ouvertement. Non pas pour dire aux lecteurs "vous êtes des débiles, on va tout vous expliquer", mais plutôt pour livrer quelques clés sur leur oeuvre (et pas seulement cet album-là). Au premier rang il y a bien sûr Alice au pays des merveilles, un texte qui présente deux avantages : son aspect voyage initiatique, et l'esprit un peu absurde qui règne sur le Pays des merveilles. Des éléments tellement galvaudés depuis 150 ans que le lecteur lambda pourrait revendiquer la lassitude. Mais le génie bicéphale d'Enfin libre réside dans le fait d'y introduire d'autres mythes, et en particulier, ô surprise, une icône phylactérine, à savoir ce cher Lapinot, personnage incontournable, mais auquel personne n'avait encore songé dans le cadre d'un hommage à Lewis Carroll... Finement pensé. Et en plus, regardez bien le prénom de l'héroïne... Comme je l'ai dit, c'est multi-référencé, et j'ai eu plaisir à y retrouver LIle au trésor, pour moi la quintessence du roman d'aventure et du divertissement pur. Dans les hommages, Enfin libre a oublié le tableau absurde qui intervient à la page 68, mais dont j'ai oublié la référence. Le génie ultime, si j'ose dire, est d'intégrer à tout ça, déjà très finement amené, plusieurs dimensions dans l'histoire. Celle des origines de Siwel, qui restent mystérieuses, de nombreuses figures allégoriques, comme la traversée de l'océan, les sphinges avec leur fameuse énigme, ainsi que la nature de son rêve lui-même... Il y a des jeux de mots sur plusieurs niveaux, des mots-valises, des jeux sur les noms... On a l'impression que 128 pages ne pourraient suffire à contenir tout ça, et pourtant ils l'ont fait ! C'est d'une intelligence exceptionnelle, d'une virtuosité langagière et rhétorique surprenante. Bref, c'est un incontournable, tout simplement.

23/01/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Si aujourd'hui les œuvres fleurissent celle-ci fait assurément partie du haut du panier, elle est comme un jardin merveilleux débordant d'indices, de clins d'œil et de jeux de mots malicieux. Un conte onirique où aventures, poésie et intelligence se mêlent sans jamais faire de fausses notes. Nos deux complices d'auteurs, pourvoyeurs de bonheur sur images, nous ont concoctés un conte superbe fait de références de tous bords, piochées aussi bien dans l'Histoire, la littérature ou la chanson, allant même jusqu'à y faire jouer un rôle au célébrissime Lapinot de Lewis Trondheim. C'est un vrai plaisir que d'essayer de toutes les trouver. J'ai gardé un sourire béat tout au long de ma lecture, m'émerveillant d'un rien, d'un changement de couleurs, d'un petit détail dans le décor, d'une réplique savoureuse, de la joie de découvrir un autre clin d'œil, du passage d'une scène à une autre. Les transitions d'ailleurs sont parfaites, chaque scène est savamment liée à la précédente, ainsi le rythme n'est jamais rompu. La façon dont est représentée la lune est d'une inventivité folle et exquise, je suis tombée sous le charme instantanément. La petite Siwel est adorable, vivante et attachante, la suivre dans ses pérégrinations est un pur délice d'autant que les personnages qu'elle rencontre sont hauts en couleurs et tous dotés de caractères bien trempés. Le graphisme est presque à l'opposé de la richesse du scénario, tout en simplicité les personnages sont faits de quelques traits de crayon bien posés et recouverts de couleurs lumineuses, aussi vives qu'elles sont douces. Un visuel fait pour nous bercer et nous porter délicatement dans ce conte magique. On ne peut que refermer cette bd le cœur léger et heureux, avec peut-être un petit pincement à l'arrivée de la fin, mais avec la joie de se dire qu'on pourra s'y replonger demain… oui, pourquoi attendre ? Si encore vous doutez, si vous trouvez son coût élevé, laissez-vous tenter que diable ! Cela vaut bien quelques deniers !

23/01/2010 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Quel plaisir de relire du « Enfin Libre ». Si vous ne connaissez pas encore les deux talentueux auteurs qui se cachent derrière ce mystérieux pseudo, je vous invite à découvrir leurs albums Le Fluink et La Rumeur (des perles d’originalité), et notre chouette interview réalisée en 2008, où ils nous parlaient d’ailleurs déjà du « Songe de Siwel ». Un nouvel album très onirique et poétique, qui nous prend par la main et nous emmène vers des aventures un peu loufoques, rendant au passage hommage à des grosses pointures de la littérature (Shakespeare, Dumas, Stevenson). Je ne suis pas très calé en littérature classique, et de nombreuses références ont du me passer au-dessus de la tête, mais ça n’a pas gâché mon plaisir pour autant (surtout qu’un petit dossier en fin d’album éclaire un peu les incultes dans mon genre). A noter aussi un clin d’œil à un auteur beaucoup récent ;) J’ai trouvé la fin très belle... mais je n’en dis pas plus ! Le dessin est absolument magnifique. « Enfin Libre » nous avaient habités au noir et blanc dans leurs BDs précédentes (ce qui n’est pas un reproche !), quelle surprise donc de découvrir des couleurs aquarelles du plus bel effet, qui siéent parfaitement à l’histoire et permettent de nombreux changements d’ambiance d’un chapitre à l’autre. Je vous ai mis pleins d’images dans la galerie pour que vous puissiez vous faire une idée. Voilà, un coup de cœur bien mérité pour un album rempli de poésie et bourré de clins d’oeil en tout genre, que je vous invite à découvrir urgemment !

22/01/2010 (modifier)