Philémon

Note: 3.72/5
(3.72/5 pour 25 avis)

Philémon est un enfant un peu grand qui voyage entre un monde sur les lettres de l'atlantique et sa campagne natale mais néanmoins étrange.


Absurde D'un monde à l'autre Fred Pilote

Philémon, c'est un grand bonhomme toujours dans ses pensées et dans son monde extraordinaire, entre poésie et invention, qui vous emmenera bien au delà de ce que vous espérez.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1972
Statut histoire Une histoire par tome 17 tomes parus
Couverture de la série Philémon
Les notes (25)
Cliquez pour lire les avis

10/05/2002 | brunelle
Modifier


Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

J’ai lu cette série sans nostalgie particulière puisque découverte sur le tard. A l’ouverture d’un album, on sent son côté daté mais pas has been. J’ai bien apprécié l’univers simple et inventif tout en étant empreint de naïveté. Philémon, tel un épicurien, ne se pose pas de questions. Cela lui permet de vivre des aventures irréelles et, pour le lecteur, de s’évader dans un monde extravaguant où l’étrange et l’insolite côtoient le fantasque et le singulier. On pourrait reprocher aux scénarios la relative pauvreté de la trame narrative mais je trouve que ça colle bien avec l’univers rêveur où tout devient possible. Enfin, par son côté naïf, le dessin est bien en phase avec le récit. Un pur moment d’évasion fait de simplicités.

19/07/2019 (modifier)
Par Canarde
Note: 5/5
L'avatar du posteur Canarde

Comment ça "Bof"? Comment ça: "aïe! aïe!" Mais c'est en relisant Philémon que l'on s'aperçoit du formatage général. Son trait, ses couleurs psychédéliques nous choquent: tant mieux, ce rêveur aux pieds nus n'est pas si inoffensif que ça. Il replace notre désir de dessins léchés, assistés par ordinateur, ou d'aquarelle virtuose, dans un besoin d'être trompé, l'illusion a remplacé l'imaginaire! (Dans la BD comme dans la politique et tout le reste) On a besoin de tout avoir sous les yeux, notre esprit ne peut plus faire le travail, il souhaite rester dans la paresse des draps de soie, il ne crée plus à la sueur de ses petits neurones... Pourquoi pas, mais cette replongée dans la conduite en deux-chevaux me semble assez nécessaire pour mesurer le chemin parcouru. Vive Philémon et ses îles-lettres!

14/12/2014 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Aie ! Aie ! Que tout cela a mal vieilli ! Cela date de 72 et je trouve que ça n'a pas trop résisté au temps. Voila une bande où l'absurde est roi, où le décalage est de rigueur. Comment cette bande pourrait-elle encore plaire de nos jours, il existe aujourd'hui des gens qui font dans ce style et avec différents supports mais j'ai bien peur que faire lire ça maintenant relève de la plus extrême gageure. Qui plus est le dessin n'est pas des plus attractif, loin s'en faut. Alors pour Fred qui compte tout de même parmi les pionniers, pour un monde où l'imaginaire, le surréalisme était roi, OK. Pour cela cette série mérite un petit coup d’œil, mais j'ai bien peur qu'elle en rebute plus d'un.

13/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Le monde merveilleux et onirique de Philémon crée par Fred en 1965 dans le journal Pilote, est un exemple concret de rêve dans le monde de la BD. Je l'ai découvert après 1968 dans des récits courts avant que Fred ne lance son héros dans sa première grande aventure, Le Naufragé du A. L'auteur promène son héros dans des histoires à dormir debout qui tiennent à la fois du merveilleux des contes de fées, de l'absurde et du fantastique à la Lewis Carroll. Ce qui m'a vraiment enchanté à l'époque, c'est que Fred ose toutes les audaces graphiques et narratives, il multiplie les situations absurdes et joue en virtuose des objets, des idées, des mises en pages, des trouvailles graphiques, grâce à une richesse d'invention et un dessin vraiment original qui accentue la fantaisie poétique. Quand on a décidé de pousser la porte du monde de Fred, il faut s'attendre à voir surgir un piano sauvage, un château suspendu, des buffets-carnivores, des arbres à bouteilles, des zèbres-geôles, des baleines-galères....il faut se laisser bercer par l'auteur au gré des aventures où Philémon commence son parcours en s'introduisant dans l'univers étrange des lettres du mot Atlantique, chacune formant une île; projeté dans l'océan par un simple puits, Philémon découvre pour la première fois un monde parallèle extraordinaire. Il est presque impossible de raconter une histoire de "Philémon" tant elle est insolite; on y retrouve souvent son âne Anatole, son oncle Félicien avec sa lorgnette enchantée, qui en sait plus qu'il ne veut en dire, son père, un paysan rustre au bon sens inné qui reste incrédule et perplexe devant l'infinie richesse de narration de Philémon, et aussi Monsieur Barthélémy le puisatier, un étrange personnage échoué sur le A. Il y a aussi Vendredi le centaure grincheux, et le redoutable Manu-Manu. Cette rafraîchissante série n'est cependant pas une de mes BD préférées, même si je reconnais ses qualités, ce qui explique ma note si peu élevée, mais c'est bien d'en avoir 2 ou 3 albums, ça reste un classique indémodable.

19/06/2013 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

« Philémon » m’a rebutée car il bat des records de laideur, pas seulement à cause de ses couleurs trop vives, mais surtout dans le trait, brouillon et peu travaillé. Il ressemble à un travail préparatoire et en aucun cas à des planches abouties. Et qu’on ne me parle pas d’ancienneté, Storm est de la même époque et pourtant splendide. Ce n’est pas le même style et ce n’est pas le même univers ? Certes mais il ne faut pas pousser, d’autant que Fred peut mieux faire, il n’y a qu’à voir les couvertures de la série ou certaines planches plutôt réussies de L'Histoire du conteur électrique. « Philémon » c’est de la B.D. de fainéant. Question scénario, je ne peux pas dire que ce soit mauvais mais je n’ai pas accroché à cet univers trop absurde et décalé, évidemment si le visuel m’avait flatté les yeux, peut-être que j’aurais plus apprécié, mais n’ayant eu aucun plaisir visuel, s’accrocher à des histoires qui n’ont ni queue ni tête, ou si peu, ce n’est pas évident. Certainement que ceux qui ont lu cette série dans leur jeunesse l’apprécient, moi j’arrive trop tard, c’est râpé. Deux étoiles quand même, car les 3 tomes que j’ai lus et avec beaucoup d’objectivité, recèlent toutefois certaines qualité imaginatives.

15/12/2011 (modifier)
Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

Si certaines BD vous foutent un coup de vieux, celle-ci a plutôt eu l'effet contraire... En effet, ça a pour moi tellement mal vieilli que je me sens décalé d'une génération par rapport à cette série, et je n'ai vraiment pas réussi à rentrer dedans. Après avoir fait l'effort de lire les 2 premiers tomes, j'abandonne. Graphiquement, c'est très léger voire assez mauvais ; en tout cas c'est très daté. Heureusement, quelques anecdotes des aventures farfelues de notre Philémon m'ont arrachées un sourire. Mais déjà, au bout de 2 albums, j'ai trouvé que ça tournait un peu en rond. Bref, rien pour moi ne pétille dans cette série, et la magie qui devait opérer à l'époque de sa parution n'agit plus aujourd'hui.

15/12/2011 (modifier)
Par McClure
Note: 2/5

Il en faut toujours un. Cette BD (ou plutôt cette série) je l'ai abordé de nombreuses fois dans les bibliothèques municipales successives, sans jamais arriver à rentrer dans ce monde. Depuis toujours, j’ai accordé une forte place à la qualité du dessin. Et celui de Philemon m’a toujours rebuté. Pas qu’il soit moche, mais il n’a jamais réussi à retourner ma perception comme ce fut le cas pour Maus qui graphiquement me rebutait mais pour lequel j’ai pris un tel pied scénaristiquement que le trait est passé au second plan. A son crédit, il est vraiment raccord avec son imaginaire. Mais là encore, je n’ai jamais su rentrer dedans, je dois être trop cartésien pour apprécier ces histoires. Peut être cela vient il aussi du fait que la découverte de ces BD s’est faite trop tôt pour moi et qu’une sorte de préjugé se soit installé en moi. Peut être devrais-je aujourd’hui forcer ma nature…… C'est comme pour la nourriture, on dit pas « c'est pas bon » mais « J'aime pas ».

09/06/2011 (modifier)
Par yannick
Note: 5/5

Ecoutez, c'est un rêve merveilleux, un accès direct à l'imaginaire, un outil magique qui saura aider les jeunes esprits à regarder leur monde autrement, disons avec un plus de folie douce et absurde. LA BD de mon enfance définitivement. Je ne peux que recommander, sauf aux rationalistes, pour eux, pas d'espoir.

22/02/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne découvre que très tardivement cette série de Fred plutôt grâce aux avis unanimement positifs. J'ai tout de suite été séduit par le style de l'auteur. Pourtant, le premier opus date de 1972. C'est pas jeune tout cela. Qu'importe ! Cela m'a donné envie de lire la suite et de découvrir si Philémon arrive à faire sortir le puisetier Monsieur Bartélémy de ce monde fantastique dans lequel il ère depuis une quarantaine d'années. Je suis impressionné par autant de créativité non seulement dans le scénario mais dans la composition même de ce monde imaginaire. Je ne peux que souscrire à l'unanimité devant autant de talent. C'est un plaisir de lecture car une véritable rêverie presque poétique.

04/12/2008 (modifier)
Par Farren
Note: 5/5

Je connais cette bédé depuis plus de 20 ans. J'avais été, à l'époque, tout de suite emballé par cet univers débridé aux couleurs flashy, par cette idée que tout un monde d'imagination, d'une richesse extraordinaire pouvait se cacher partout autour de nous dans des recoins aussi insignifiants que des lettres sur une mappemonde. Aujourd'hui, je reste séduit par cette représentation surréaliste et onirique d'un certain quotidien. Côté dessin, je trouve les tout débuts vraiment moches... mais cela devient très vite agréable et participe à l'ambiance mi-réalité mi-rêve (ou cauchemar ?).

09/11/2007 (modifier)