Le Voleur de visages

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Six histoires d'horreur...


Asahi Sonorama Junji Ito L'horreur en bande dessinée Seinen Tonkam

Six histoires sont ici portées à vos yeux. Et pas n’importe lesquelles : celles que l’on peut porter en chacun de nous, celles que l’on peut découvrir au détour d’une rue, dans une habitation, celles que d’autres vous apportent, vous font ressentir… Alors si, un jour, des corps de jeunes disparus se mettent à tomber du ciel, mettez-vous à l’abri avant de vous poser des questions… Alors si, un jour, des ballons se mettent dans l’idée de tuer une personne dont ils ont copié le visage… Alors si, un jour, un épouvantail décide de prendre l’apparence d’une personne décédée et se met à surveiller sa tombe… Alors si, un jour, une lycéenne vole l’aspect d’une personne qu’elle fréquente ; avec les problèmes qui peuvent en découler… Alors si, un jour, vous lisez ceci et que vous ressentez un très léger souffle dans votre dos… êtes-vous certain(e) que vous êtes seul(e) ?…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2008
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Le Voleur de visages
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

29/04/2009 | L'Ymagier
Modifier


Par cac
Note: 3/5

J'aime bien le style de Junji Ito et les quelques nouvelles réunies dans le présent ouvrage ne dérogent pas à cette ligne même si elles sont de qualité inégales. Chacun aura ses préférées mais il reste que l'auteur a une force constante pour ancrer ses récits d'horreur dans une réalité palpable. La première histoire qui donne son nom au recueil porte sur une jeune fille qui arrive à assimiler et changer son visage pour ressembler à quelqu'un qu'elle apprécie, un peu à la manière d'un caméléon. Elle sera contrée d'une bien habile manière par les lycéens qu'elle copie. Une autre histoire évoque la mort et le chagrin engendré surtout quand il s'agit d'un enfant. Jusqu'au jour où on découvre que des épouvantails placés au dessus des tombes finissent par prendre l'apparence de la personne décédée. Une des histoires les plus fortes pour moi est celle qui s'appelle "Chutes". Tout d'un coup, lors d'une nuit plusieurs centaines de gens disparaissent sans raison et sans laisser de trace sauf une jeune fille retrouvée accrochée dans un arbre. Jusqu'au jour où une, puis deux puis trois personnes finissent par retomber sur terre et s'écrasent violemment. D'où peuvent-elles bien tomber ? Voilà le genre de récit où l'auteur part d'un postulat pour faire monter en pression le lecteur mais sans jamais donner de justification sur la survenance de tels faits. Ils sont montés vers le ciel puis redescendus, pour qui, pourquoi comment ? On ne le saura jamais. Il faut donc accepter de se faire embarquer dans la logique irréelle de ces récits, il y a juste à rentrer dans l'ambiance et cela peut varier selon les individus et les récits.

05/02/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le voleur de visages est un manga d'un genre horrifique composé de plusieurs nouvelles d'épouvantes. Ces histoires ont souvent pour protagonistes de jeunes adolescents pré-pubères. Est-ce à dire que c'est destiné à ce public là ? Je dois être trop vieux pour lire ce manga surnaturel. Il est vrai que certaines histoires sont tellement tirées par les cheveux... Il n'y a souvent aucune explication qui est donnée par l'auteur. Certaines intrigues pourtant relèvent l'ensemble comme celles des épouvantails ou des chutes. La thématique employée est celle du visage ce qui justifie le titre de ce recueil. Il y a de très bonnes idées incontestablement. J'ai bien aimé la couverture argentée très kitch de l'édition d'Octobre 2008. Cela attire incontestablement. On peut s'en servir pour faire des jeux de lumière ou bien cela peut faire usage d'un miroir. Bref, cette lecture dans l'original et l'étrange ne sera jamais à peine perdue.

20/07/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Maître de la terreur nipponne, Junji Ito nous livre ici un recueil d'histoires courtes, assez anciennes me semble-t-il. Très vite on retrouve ce qui fait sa patte. Cette horreur qui peu à peu gangrène, ronge, envahit le quotidien, pour un voyage sans retour. Chacune des histoires est vraiment typique de son oeuvre, mais certaines sont plus réussies que d'autres. Celle que j'ai préféré c'est celle qui donne son nom au recueil, avec cette histoire sur l'identité, cette jeune fille qui s'approprie le visage de ceux qu'elle fréquente de trop près. "Chutes" m'a quand même fait plutôt flipper. Par contre celle relative aux épouvantails et celle où les crânes de membres disparus d'une même famille sont accrochés à celui du dernier survivant m'ont paru assez ridicules. Autre point important chez Ito : les phénomènes terrifiants ne sont jamais (ou si peu) expliqués ; c'est peut-être une lâcheté d'auteur, mais c'est aussi assez habile : le lecteur est forcé d'imaginer ce qu'il va se passer ensuite, ou de trouver une explication, parfois ad nauseam, jusqu'à l'obsession (souvenez-vous du syndrome Spirale). Le dessin présent dans la plupart de ses histoires me paraît moins torturé que dans ses oeuvres plus connues (Gyo, Spirale et Tomié) ; il reste suffisamment inquiétant lorsque l'horreur se dévoile...

12/05/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

D’après mes renseignements glanés à gauche et à droite, l’auteur – Junji Ito- est reconnu comme un des maîtres du manga d’horreur. Les histoires ici reprises ont été publiées au Japon entre 1987 et 1997. De l’horreur, c’est vrai, il en est bien question dans l’imagination assez délirante de Ito. A sa façon il exploite les courbes, coins et recoins de la folie, joue des nerfs avec ses hystéries, mêle l’inexplicable de certains phénomènes. Le lecteur est ainsi intéressé par les divers postulats et leurs développements. Et s’il se laisse vraiment prendre par ces derniers, sans une sorte de garde-fou mental, des indices intrigants vont le happer et le plonger dans des sortes d’univers oniriques. Et une fois qu’on en revient on se dit quand même « pfouh, costaud… » C’est ensuite le dessin. Là, j’aime moins. C’est vrai que le graphisme est travaillé, rempli de détails MAIS si c’est en partie cela qui doit faire peur… laissez-moi m’esbaudir. Alors OUI pour ce « livre d’histoires » que l’on n’oublie pas. Alors : « bof » pour un dessin qui, s’il est dans un style unique, ne m’a pas emballé outre mesure.

29/04/2009 (modifier)