Eagle

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Partez dans les coulisses des élections américaines, avec un candidat d'origine japonaise...


Politique Sakka, l'autre manga Seinen Shogakukan

Takashi Jo, jeune journaliste japonais vient de perdre sa mère. De l'autre côté de l'Océan Pacifique, Kenneth Yamaoka, avocat charismatique d'origine japonaise annonce sa candidature aux élections présidentielles des États-Unis. Takashi découvre qu'il a été choisi par Yamaoka en tant que journaliste attitré de sa campagne jusqu'à sa victoire politique. Mais quelles sont les réelles motivations de ce choix ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2005
Statut histoire Série terminée 11 tomes parus
Couverture de la série Eagle
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

23/03/2009 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Au début, je pensais que j'aillais trouver ce manga moyen car je n'ai pas accroché aux premiers chapitres, mais après avoir terminé le premier tome j'avais vraiment envie de savoir la suite ! La relation entre Takashi et Yamaoka est intéressante car on ne sait pas trop ce que le candidat à la présidence a en tête. En revanche, la relation amoureuse de Takashi est peu passionnante durant les premiers tomes et il a fallu le tome 6 pour que je trouve cette relation ait un peu d'intérêt. Les meilleurs moments sont ceux ayant un rapport avec la machine politique. J'aime le fait que Yamaoko ne soit pas toujours présenté comme quelqu'un de noble. Il veut changer les choses, mais pour cela il est capable du pire comme créer un scandale pour se débarrasser d'un rival. J'ai pris du plaisir durant les différentes manipulations des politiciens (notamment le maire de New York) et cela fait parfois froid dans le dos de savoir ce qu'ils peuvent faire pour le pouvoir. Les seuls défauts de l'œuvre sont des passages moins intéressants (ce qui est normal je suppose pour un manga comportant autant de tomes) et un dessin un peu bâclé de temps en temps.

08/02/2012 (modifier)

Casterman a eu la bonne idée de rééditer, avec bonheur si l'on compare à ce qu'avait osé faire "J'ai lu" en son temps c'est à dire un découpage aléatoire et vraiment peu lisible, une série qui sans être grandiose reste agréable à lire et montre, avec une certaine subtilité et beaucoup de survol malgré tout, le système électoral côté campagne des américains. Certes, la réédition est parallèle à l'élection d'Obama mais cela n'enlève rien au côté moral (et pas moralisateur) de l'histoire. Au passage, on y voit une caricature (ou pas...) de Clinton peu avantageuse pour le couple présidentiel d'alors, comme si pour arriver au pouvoir et y rester il fallait quelque peu truquer les élections ou influencer le résultat de celles-ci par le jeu des alliances incertaines et bancales. Le bémol est l'histoire sentimentale entre le journaliste nippon fils du candidat Yamaoka et sa fille adoptive... cela sent le passage obligé mais peu construit... Si le dessin est parfois un peu bâclé, l'histoire reste dans l'ensemble solide même si prévisible... Agréable à lire.

21/02/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

On connaît la fascination de Kaiji Kawaguchi pour les Etats-Unis. En témoignent ses séries Spirit of the Sun et Zipang, entre autres. Dans la foulée de la candidature de Barack Obama pour le poste suprême dans ce pays, Casterman, via sa collection Sakka, a flairé le filon en rééditant la série "Eagle", qui raconte l'ascension d'un avocat américain d'origine japonaise dans les arcanes du pouvoir. Celui-ci débute au moment de la déclaration de candidature de Kenneth Yamaoka pour l'investiture démocrate. Ne se cantonnant pas à un simple reportage sur cet évènement majeur, Kawaguchi rajoute une couche de roman graphique en y mêlant une histoire d'enfant japonais qui recherche son père, ancien soldat américain passé en cantonnement au pays du Soleil levant. Très vite, on apprendra que le journaliste réclamé par Yamaoka est son fils. Ceci n'est pas un spoiler, ce fait étant révélé dès le premier tome d'une série qui en compte 11. Comme d'habitude, Kawaguchi imprime un caractère épique à ses personnages, leur donnant des statures symboliques. Cette stature est bien sûr inhérente à la personnalité de Yamaoka, qui se comporte comme un tribun capable de renverser les foules. Comme Sarkozy, comme Mitterrand, il est avocat, et a donc des prédispositions pour la rhétorique et pour s'adresser à une assemblée. Le récit est intéressant, même si à mon goût il ne rentre pas assez en profondeur dans les mécanismes politiques et électoraux des Etats-Unis. La partie "roman intimiste/romance interdite" est assez prévisible, mais se lit sans déplaisir. Je ne sais pas à quel moment cette série est apparue dans la bibliographie de l'auteur par rapport à ses oeuvres phares, mais je trouve son dessin moins abouti que dans Zipang, par exemple. Un bon divertissement, sans plus.

23/03/2009 (modifier)