Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ivanhoé (Battaglia)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Un noble chevalier va tout faire pour rendre son trône à son roi.


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Adaptations de romans en BD Auteurs italiens Iles Britanniques R.L. Stevenson Richard Coeur de Lion Robin des Bois

Nous sommes à la fin du 12ème siècle. Le roi d’Angleterre –Richard Cœur de Lion- a été fait prisonnier lors de sa croisade en Terre Sainte. Depuis trois ans, le pays est régi par le prince Jean, frère du roi. Lui et ses partisans n’ont cesse de comploter pour s’emparer de la couronnes. D’abord querelles, de véritables guerres intestines vont bientôt éclater et opposer Saxons et Normands. Un jour de 1184, le sire de Bois-Guibert et le prieur de Saint-Jormaux croisent un pèlerin sur la route qui mène au château de Rotherwood. L’homme revient de Palestine et est en réalité Wilfrid d’Ivanhoé, un preux chevalier saxon fidèle à Richard. En l’attente du retour du roi, Ivanhoé va s’opposer à Jean sans Terre et ses Normands. Inlassablement il combattra les seigneurs vassaux du félon. Heureusement, Ivanhoé pourra compter sur l’aide de son écuyer Guth, du Frère Tuck, de Petit-Jean ainsi que d’un certain Robin de Locksley. Surnommé Robin des Bois, lui et ses hors-la-loi hantent l’immense forêt de Sherwood où ils défendent les Saxons du comté d’York victimes de Sir lester et de ses Normands.

Scénariste
Auteurs oeuvre originale
Dessinateur
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1982
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Ivanhoé (Battaglia)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

09/01/2009 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Battaglia adapte ici deux romans d’aventures moyenâgeuses, « Ivanhoé » de Scott, puis « La flèche noire » de Stevenson dans le dernier tiers. Les deux histoires se laissent lire, même si j’ai préféré la première. D’abord parce que je connais mieux cette histoire, ayant lu le roman. Et surtout, son adaptation par Thorpe dans les années 1950 est sans doute mon film du genre préféré : la beauté sublime d’Elizabeth Taylor dans le rôle de Rebecca, la superbe reconstitution des combats (attaque du château, tournois et duel final) m’ont fait aimer le moyen-âge. Battaglia n’a pas trahi les romans - en tout cas pour ce que je peux voir du premier, restant presque trop sage dans son scénario, qui se lit donc comme une bonne aventure classique, old school dans son déroulé, ce qui la rend sans doute un peu désuète. Mais ça passe quand même. Le dessin, qui m’a parfois fait penser à Buzzelli, est un peu hésitant et inégal, mais là aussi le job est fait. Malgré un encrage faiblard estompant un peu trop son trait, j’ai plutôt apprécié ce dessin assez vif. Bref, un sujet intéressant, honnêtement traité, mais sans trop de personnalité. L’ensemble est un peu daté. Un emprunt éventuel (ça a été mon cas), mais pour l’achat… Contrairement à l’aviseur précédent, mes souvenirs d’enfance (en l’occurrence du film hollywoodien) m’ont sans doute empêché d’un peu mieux apprécier cet album, la comparaison n’étant pas à son avantage. Note réelle 2,5/5.

03/01/2021 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Ivanhoé !…. souvenirs souvenirs… C’est d’abord, à l’ORTF en 1960 je pense, un feuilleton télé en noir et blanc avec pour vedette Roger Moore. Aaaahhhh… qu’est-ce qu’on refaisait ces batailles à la récré… C’est ensuite le roman –une brique- de Walter Scott reçu vers mes 12 ans… Puis c’est, bien plus tard, les « petits formats » au nom de ce héros, des histoires dans « Pilote », dans « En garde » et autre « L’Intrépide ». Divers scénaristes et dessinateurs participeront à cette saga d’Ivanhoé, mais j’ai retenu l’album édité en 1982 aux Humanoïdes Associés et réalisé par Dino Battaglia. Bien bel album où deux histoires sont réunies et écrites par Sir Walter Scott et Stevenson. Battaglia en a effectué une très belle et fidèle adaptation. Mais ce qui m’a surtout séduit est le traitement graphique en noir et blanc. Battaglia fait usage d’un trait réaliste de haute tenue. On « vit » vraiment l’histoire comme dans un film. Et l’attrait du dessin est que ce dessinateur parvient à faire croire à une colorisation tant ses effets sont surprenants. Cet « Ivanhoé » ?… un roman mis en images de superbe manière. Je me suis retrouvé plongé dans la chevalerie où batailles et tournois font l’objet de vrais grands moments ; tant par le narratif que par la mise en scène. C’est vraiment tout bon. Dommage (un peu) que l’album soit broché.

09/01/2009 (modifier)