L'Archer blanc

Note: 2/5
(2/5 pour 4 avis)

Dans le futur, la ville de Sherwood est toujours infestée de méchants, mais ils doivent désormais affronter le justicier de lumière: l'archer blanc et son arc magique.


Les super-héros 'à la française' Robin des Bois

En l'an 0 de l'ère nouvelle, la paix enfin revenue, l'Archer Blanc rendit son arc magique aux druides. Mais 300 ans plus tard, Klovos le tyran asservit Sherwood. Une légende raconte que l'Archer Blanc reviendra toujours pour combattre la tyrannie. Tout le peuple attend alors son retour. Chaque épisode de l'Archer Blanc comprend dix planches. L'Archer Blanc vit dans la forêt de Sherwood, comme Robin des Bois mais à une époque indéterminée. Le lieu également d'ailleurs puisque ce Sherwood est très différent de celui de Robin. Disons que l'époque et le lieu sont synthétiques et que les récits se rattachent à l'heroic fantasy. La légende prétend alors que "l'archer reviendra et tirera l'arc de sa gangue de cristal". Cela fait penser à Arthur et à Excalibur. L'Archer Blanc a pour compagnons Arko et Tork et son arc est doté de flèches à différentes fonctions (flèches explosives, à gaz, etc...).

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1998
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série L'Archer blanc
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

10/05/2004 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série jeunesse sans grand intérêt. Il faut dire que je n'ai jamais compris ces mondes futuristes où les gens s'habillent encore comme au Moyen Âge... Le héros n'a aucun charisme et il est toujours sauvé par son arme magique ou par un deus ex machina. Klovos le tyran est vraiment le tyran le plus minable que j'aie vu. On dirait que même ses victimes n'ont pas peur de lui. Je me demande encore comment ça se fait qu'il n'ait pas encore été renversé. Mais le pire ce sont les péripéties qui sont tenues avec de grosses ficelles et des retournements de situations pas possibles. Je déteste ce genre de récit jeunesse qui semble croire que les enfants sont des idiots. La seule qualité est le dessin de Mitton qui me rappelle les bons vieux comics des années 70-80.

12/10/2011 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 2/5

Sympathiquement naïve, voilà une courte série pour laquelle il faut retrouver son âme d'enfant afin de la juger avec toute l'indulgence requise. Invincible et héroïque, notre archer blanc ne saurait que rétablir la justice dans un monde futuriste qui a basculé dans la dictature. Cortegianni fait preuve de suffisamment d'énergie et d'imagination pour livrer des histoires lisibles et agréables, à défaut d'originales et passionnantes. Tout reste gaiement superficiel, et c'est bien l'action qui domine... Action qui ne fait pas peur à Mitton, qui fait preuve d'une belle énergie pour illustrer tout ça avec la nervosité voulue, tant au niveau de la mise en page que du trait, et il confirme la lisibilité des intrigues de son compère sans jamais démériter. Bref, des récifs qui possèdent une certaine fraîcheur sympathique sans jamais prendre l'épaisseur qui en aurait fait une oeuvre marquante. A réserver avant aux amateurs des deux auteurs.

05/08/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Mon avis rejoint en partie celui de copaing Ro, en ce sens que les histoires de l'Archer Blanc étaient complètement rocambolesques, et que ça me faisait vraiment rigoler, même à l'époque où ces histoires étaient publiées (il y a 15-20 ans donc). Par contre, j'aime beaucoup le dessin du Mitton de cette époque ; j'ai d'ailleurs eu la chance de pouvoir voir des planches originales du côté des sables d'Olonne. Mais c'est sûr, c'est une série qui fait aujourd'hui figure de curiosité.

10/05/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

L'Archer Blanc, c'était une Bd d'aventure SF pré-publiée dans le Journal de Mickey. C'est un mélange de Robin des Bois, de Zorro et de Batman, le tout transposé dans un décor de science-fiction. Le dessin n'est pas mauvais, tout à fait dans le style des comics de super-héros de l'époque puisque Mitton avait déjà travaillé avec John Buscema. Quant aux histoires, en elles-mêmes, elles ne cassent pas neuf pattes à une araignée. Ce sont les ficelles typiques des petites histoires d'aventures pour la jeunesse, avec des retournements de situations miraculeux juste au moment où le héros risquait de perdre, et à la fin, l'Archer Blanc gagne toujours. C'est... gentillet donc, mais bon, ça se laisse lire.

10/05/2004 (modifier)