L'Île des Pins

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

L'île des Pins est une petite île au sud-est de la Nouvelle-Calédonie. Juste après la Commune, elle devint le lieu de déportation de nombreux communards destinés à la colonisation forcée.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle La France d'Outre-Mer La Nouvelle-Calédonie Le Colonialisme Océanie

L'île des Pins est une petite île au sud-est de la Nouvelle-Calédonie. Juste après la Commune, elle devint le lieu de déportation de nombreux communards destinés à la colonisation forcée. La partie ouest de l'île leur fut affectée, au grand dam du missionaire local farouchement opposé aux idées communardes. Les déportés furent répartis dans cinq communes. Les forçats étaient enchaînés aux murs de leur cellule. Les déportés simples avaient leur liberté de mouvement. Parmi ces déportés, deux d'entre eux vont tenter de s'emparer d'un trésor mythique des kanaks locaux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1984
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série L'Île des Pins
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

26/12/2008 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

La couverture kitsch et aux couleurs de mauvais goût ne rend pas honneur aux planches de cet album dont le dessin est bien meilleur à mes yeux. Le trait, noir et blanc, est fin et réaliste. Il est très maîtrisé à mes yeux et plaisant à lire et à regarder. Je suis surpris que le dessinateur, Florenci Clavé, n'ait pas eu davantage de succès dans le domaine de la BD. Peut-être n'a-t-il pas su s'entourer d'un bon scénariste car c'est bien là où le bât blesse dans cet album. J'ai pourtant entamé ma lecture avec enthousiasme. Le récit aborde un moment historique et géographique très intéressant : la déportation des communards et la colonisation forcée des îles de Nouvelle-Zélande. Le réalisme du début de l'album est réjouissant et j'ai appris pas mal de petites choses sur la façon dont les faits se sont déroulés et sur l'étrange communauté qui en a résulté. Malheureusement, deux points noirs sont venus entacher ma lecture. Le premier est la narration. J'ai pu supporter au départ les quelques sauts chronologiques un peu abrupts des premières pages. Mais j'ai fini par succomber aux transitions ratées, aux ellipses incompréhensibles, à tous ces moments qui m'ont donné l'impression d'avoir manqué une ou plusieurs cases et qui ont fait que j'ai fini par ne plus y comprendre grand chose, même après relecture. C'est mal raconté. Qui plus est, la seconde moitié du récit plonge dans un récit bizarrement fantastique voire onirique qui tranche complètement avec le commencement. Je me suis vraiment demandé si c'était du lard ou du cochon. D'autant qu'à cause de la narration, j'avais bien du mal à capter si c'était de simples visions ou une intrusion incongrue du fantastique. Après un début prometteur soutenu par un chouette dessin noir et blanc, mon enthousiasme a donc été rabroué par une narration ratée et un mauvais virage pris par le scénario. Ceci explique sans doute que l'album s'arrête sur un "à suivre" qui ne connaitra pas de suite.

26/12/2008 (modifier)