Légendes des Méga-cités (Judge Dredd)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Dans une Amérique futuriste et fasciste, l'ordre est maintenu par les Juges, qui concentrent tous les pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire – leur leitmotiv est I am the law, « je suis la loi ». À bord de leurs motos, ils sillonnent les mégalopoles en faisant régner (et en appliquant) la justice de manière expéditive.


2000 AD

Dans une Amérique futuriste et fasciste, l'ordre est maintenu par les Juges, qui concentrent tous les pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire – leur leitmotiv est I am the law, « je suis la loi ». À bord de leurs motos, ils sillonnent les mégalopoles en faisant régner (et en appliquant) la justice de manière expéditive. Le Juge Dredd est un juge de Mega-City One. C'est le meilleur d'entre eux. Représentant symboliquement la justice dans ce comic, le visage de Dredd n'apparaît jamais. L'univers sombre et violent de la série dépeint un monde de violence et de haine. La Terre n'est plus que ruines et désolation (un désert totalement inhabitable où règnent en maîtres bandits irradiés et mutants cannibales), suite à plusieurs conflits atomiques successifs. La majeure partie de la population survivante s'entasse dans des mégalopoles futuristes, elles-mêmes surpeuplées de bandits, escrocs et criminels de la pire espèce. La police ayant été éradiquée, un ordre nouveau a jailli de cet amas pourrissant de violence : les Juges. Ils représentent l'ordre dans le chaos des villes et sont à la fois juges, jurés, et bourreaux, appliquant l'adage « la violence contre la violence ». Les Juges se veulent impitoyables et n'hésitent pas à tuer toute personne en infraction, en vertu de la loi fascisante qui a cours. Cette série BD regroupe 4 histoires indépendantes réalisées par des scénaristes et dessinateurs différentes à l'instar de Garth Ennis ou encore Mark Millar.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1993
Statut histoire Une histoire par tome 4 tomes parus
Couverture de la série Légendes des Méga-cités
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

19/11/2008 | Ro
Modifier


Une bonne petite collection avec de bons graphismes, même si cela sent l'époque, ce n'est pas grave car la qualité s'apprécie, et puis les histoires sont sympas et vont au-delà du manichéisme habituel. Du Judge Dredd assez original et élégant, en somme. Mention à "Shamballa", avec l'excellent dessin de Ranson, ses décors tibétains et ses personnages, photographiques mais classieux. L'histoire mystique est empreinte de réflexion toujours valable, même si on a déjà vu plus profond en la matière. Vaut la peine d'être lu.

11/12/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai été plutôt agréablement surpris par la qualité de ces comics même si du coup j'aurais aimé qu'ils soient encore meilleurs. J'avais une vision assez superficielle du personnage de Judge Dredd que je connaissais par le feuilletage de quelques-uns de ses magazines dans le passé et par la vision du film il y a de nombreuses années. Je m'imaginais les comics comme étant bourrins et très légers au niveau du scénario. Alors c'est un peu le cas, certes (vous pouvez imaginer un récit de Garth Ennis sans sang qui gicle ?), mais c'est nettement moins idiot que je le craignais. Bon point, pour commencer, le dessin est de bon niveau. Il dépend évidemment du dessinateur suivant l'album choisi et il est parfois très teinté années 80 mais il m'a globalement bien plu. Quant aux scénarios, ils sont assez simples mais bien racontés. Contrairement à ce que je pensais, ils ne sont pas toujours centrés sur l'action et prennent parfois le temps de bien poser leurs ambiances. Petit regret, le personnage de Judge Dredd ne m'est pas aussi charismatique que je l'espérais. J'imaginais un fasciste parfaitement politiquement incorrect qui agirait de manière agréablement défoulatoire pour le lecteur. Au lieu de ça, le personnage m'apparait finalement assez plat dans ces récits, voire agissant en simple second rôle notamment dans le premier tome par exemple. En fait, c'est plus souvent les méga-cités elles-mêmes, leurs habitants et leurs relations qui sont le sujet principal du récit, comme le titre de la série l'indique d'ailleurs. Et ce décor de cités où la situation sociale s'est dégradée à un tel point qu'il a fallu qu'un ordre de juges expéditifs et brutaux prenne la relève pour faire régner l'ordre m'a assez intéressé. Même si à vrai dire, je ne le trouve pas si bon que ça, il manque souvent de crédibilité. L'aspect autoritaire m'y parait moins évident, moins essentiel à la survie de l'humanité que dans, par exemple, l'univers de Warhammer 40000 dont certains personnages de policiers en armures sont très inspirés de Dredd et dont je viens de lire quelques bons bouquins. Du coup, certains aspects des scénarios paraissent un peu naïfs et montrent un peu trop les gentils désireux de retrouver leur liberté contre les méchantes forces de l'autorité incarnées par le héros de la série, Judge Dredd. La critique sociale manque du coup un peu de finesse. Dommage, mais la lecture n'en est pas moins divertissante.

19/11/2008 (modifier)