Saint Seiya - Les Chevaliers du Zodiaque

Note: 3.03/5
(3.03/5 pour 33 avis)

Les aventures de Seiya et ses Chevaliers...


Baston BDs adaptées en film BDs controversées Génération Albator Manga : 1996/97, l'explosion Nekketsu Shonen Shueisha

Combien de cœurs Seiya, Shiryu, Shun, Hyoga et Ikki ont-ils fait vibrer dans les chaumières de France et de Navarre ? Combien de larmes Hyoga a-t-il fait verser en renonçant à se battre contre Camus dans la maison de la Balance ? Combien d’explosions de joie ont déclenchées les retours à la vie d’Ikki ? Ben l'histoire, tout le monde la connait !! Les Chevaliers sacrés d’Athéna - devenus les Chevaliers du Zodiaque en traversant le Pacifique et l’Atlantique - vont combattre les forces du mal comme les chevaliers noirs, le grand pope et ses chevaliers d'argent et d'or, poseidon, et enfin Hades... Après 28 volumes trépidants, l’aventure des Chevaliers d’Athéna a pris fin.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1997
Statut histoire Série terminée 28 tomes parus
Couverture de la série Saint Seiya - Les Chevaliers du Zodiaque
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

11/04/2002 | dut
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

« L’Aventure est sur toooon chemiiiin, il suffit de teeeeennndreeeuuuu ta main, en chantant ce petiiiiiiit refrain, en avant, en avant, chevalieeeeerrrrs !... » Franchement, même avec du recul il n’est pas mauvais ce générique, Bernard Minet en a chanté des plus pourris. Celui-là il envoie bien je trouve. Toute une époque hein, le club Dorothée tout ça, tous ces dessins animés japonais qui ont permis à toute une génération de ce coller ensuite aux mangas et de se forger tout un imaginaire fait d’aventure et d’héroïsme. Par contre c’est marrant, mais de la même façon que dans la série animée la seule partie que je trouvais agréable à regarder était la partie consacrée à la bataille du Sanctuaire et les cinq braves chevaliers de bronze défiant les douze chevaliers d’or ; la seule partie du manga que j’ai réussi à encadrer est aussi le cycle du Sanctuaire. Soyons honnêtes, c’est la seule partie qui démontre quelque chose d’intéressant avec cette course contre la montre pour sauver la vie de la réincarnation d’Athéna où cinq chevaliers dont la lutte semble perdue d’avance, devront se surpasser et vaincre leurs adversaires les uns après les autres lors de combats à morts. La série aurait pu se hisser au rang de culte si elle s’était arrêtée là car sa suite la saga Poséidon n’est qu’un vulgaire ersatz de la précédente sans aucun intérêt. Les sagas Asgard et Hadès ? Je vais être honnête, je ne les ai pas lu, voulant seulement me replonger dans la partie qui me rend nostalgique. Il faut prendre et juger cette série pour ce qu’elle est : un shonen, c’est-à-dire un manga avant tout destiné à un public enfant-adolescent qui pourra se retrouver au travers des valeurs défendues par nos cinq chevaliers : courage, amitié, abnégation, persévérance, amour, dévouement, sens du sacrifice pour le bien. Si ça ne vous parle pas, il vaut mieux effectivement passer votre chemiiiiiin. J’ai du mal avec les critiques négatives qui posent toute leur argumentation sur le fait que ce soit « débile ». C’est un SHO-NE-NEU les gars ! Donc les valeurs tout comme la structure narrative sont exactement les mêmes que dans les Shonen publiés de nos jours. Bon sinon graphiquement je n’ai pas trouvé que ça valait le détour, rien d’exceptionnel. Et pour cause, des visages trop efféminés impossible à distinguer les uns des autres, des décors pas très détaillés mis à part pour les armures qui en jettent toujours autant. Ajoutons aussi l’absence de couleur et la qualité vraiment pas terrible du papier. Un des défauts du manga, c’est l’absence de son. C’est bête à dire mais la musique de la série animée est le gros point fort qui a grandement contribué à la renommée de la série dans le monde. Qu’on aime ou pas, les compositions musicales de Seiji Yokoyama envoyaient du lourd. Alors voilà, j’ai pu aborder la bataille du Sanctuaire sous un autre angle, c’était sympa mais je préfère mes souvenirs d’enfance.

26/01/2015 (modifier)
Par gruizzli
Note: 1/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je me rends compte maintenant que je n'ai pas avisé cette BD, mais je dois avouer que j'ai été rebuté au tome 2, alors... N'ayant pas connu l'adaptation en dessin animé, je pense que je n'ai pas cette nostalgie (et ce générique) en tête, ce qui explique peut-être bien des choses. Mais j'ai vraiment détesté cette BD. Tout m'insupporte. Les personnages qui sont super clichés (en deux tomes, j'ai été dégoûté... C'est dire !), le dessin qui est sympathique pour les armures mais qui n'est vraiment pas ma tasse de thé sinon, et surtout... le scénario ! Ou son absence. C'est peut-être pire encore. Dans le genre inintéressant, j'ai jamais vu pire. Rien ! Le vide, le néant. On se tape dessus, on se retape dessus, je suis trop fort, et vas-y que je te refait la même attaque qu'avant mais que cette fois-ci tu meurs... Bref, j'ai eu un dégoût au tome 2 de ce manga, j'ai tout revendu, je ne le lirai plus... Je ne pense pas que je le relirai un jour, je n'ai pas envie de savoir la suite. Non, vraiment, pour moi il n'y a rien dans ce manga !

10/09/2013 (modifier)
Par Yannis
Note: 3/5
L'avatar du posteur Yannis

Saint Seiya c'est avant tout un souvenir de jeunesse et du Club Dorothée. Par la suite j'ai acheté l'intégrale de la série en manga. Je dois avouer une petite déception car si l'esprit est là l'animé était mieux fait. Graphiquement cela fait mal aux yeux au départ et on se dit mince ce gars là s'est planté en dessinant. Heureusement le dessin s'améliore tout au long de la série. Mais l'animé reste quand même mieux de ce côté là. Côté scénario c'est un peu simpliste car on a toujours la même formule : succession de maisons (ou piliers), combats contre des adversaires de plus en plus fort, dépassement de soi,... Un manque cruel d'originalité qui aboutit à une fin de série bâclée à cause de l'éditeur voulant que Kurumada finisse rapidement les ventes diminuant. Bref une série qui m'a marqué qui vaut le détour pour le premier cycle "Le Sanctuaire" mais qui laisse un sentiment d'inachevé. Foncez plutôt sur The Lost Canvas.

15/10/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

C'est par le biais de la toute récente réédition luxueuse réalisée par Kana que j'ai retrouvé et repris goût aux Chevaliers du Zodiaque. Quand j'étais gamin j'adorais Dragon Ball et Les Chevaliers du Zodiaque à la télévision. Mais avec l'âge, j'ai continué à adorer Dragon Ball et... Après une dizaine d'années sans voir l'ombre d'une armure de bronze, ayant pris de l'âge, j'ai goûté de nouveau aux Chevaliers du Zodiaque en version animée et... Argh ! Rejet total de ma part ! J'ai été complètement rebuté par les lenteurs des combats, les agonies multiples des héros qui finissent toujours par devoir aller au-delà de la mort, de la douleur ou du sacrifice pour finir par gagner et repartir en courant vers le combat suivant. C'en devenait risible. Et pourtant, en reprenant le manga de zéro avec la réédition, j'ai retrouvé ce qui m'avait tant lu à l'époque. Car il s'agit bien là d'un des premiers shonen nekketsu, l'un des fondateurs de ce genre où l'on va suivre de jeunes combattants exaltés qui vont gravir peu à peu les échelons et, à force de tournois et de combats, devenir de plus en plus forts et faire triompher leurs valeurs. La trame du scénario parait éculée du nos jours tant elle a été reprise depuis, mais elle est tout de même très efficace. L'idée de ces chevaliers sacrés d'Athéna était franchement originale à l'époque. Et on se laisse très vite accrocher par ces affrontements dont on se demande qui va s'en sortir et surtout comment. Chevaliers de bronze, chevaliers d'argent puis chevaliers d'or, je me suis laissé prendre par ce récit avec l'envie toujours de savoir la suite à la fin de chaque album. Certes il y a bien des défauts, un dessin moyen, une trame de fond naïve, un soupçon de misogynie, une Saori/Athena souvent cruche, une intrigue trop répétitive sur la fin lors de l'ascension des maisons des Chevaliers d'Or, mais ça n'en reste pas moins un bon shonen qui atteint son but, à savoir toucher et accrocher l'esprit des lecteurs mâles adolescents et faire renaître un peu de cette accroche dans celui des lecteurs plus âgés.

17/11/2005 (MAJ le 21/02/2011) (modifier)
Par AqME
Note: 5/5

Que dire sur cette série mythique ? Bercé durant ma tendre enfance par la musique de Bernard Minet, c'est avec avidité et engouement que je me lance dans cette longue série (28 tomes !). Pour les dessins, on peut mieux faire. Ils sont simples, sans détails mais efficaces lors des combats entre chevaliers. Tome après tome, on voit quand même une amélioration dans le graphisme et les Hadès sont relativement bien faits. Le pied ultime vient des dessins détaillés de chaque armure à la fin des tomes et il faut avouer que les armures des chevaliers d'Hadès sont redoutablement bien faites ! Pour le scénario, j'ai retrouvé les dessins animés de mon époque lors des chevaliers d'or avec un grand plaisir. Les Poséidon sont moins intéressants et on reprend du poil de la bête avec les Hadès. Malgré la simplicité du scénario, et les dessins un peu simplistes, on ne peut pas passer à côté de cette série qui reste mythique aux yeux de beaucoup de gens et aux miens !

28/04/2009 (modifier)
Par RoninBox
Note: 5/5

Ahh, les chevaliers du zodiaaaaques……… Non je ne suis pas Bernard Minet. Mais cette série ne peut être que culte. Bien sûr, pour moi, elle a mal vieilli mais bon. Je me suis lu les 27 ou 28 volumes d’affilée, je n’aurais peut-être pas dû car maintenant j’essaie de briser des rochers avec mes poings et de faire remonter le cours d’une rivière, bon ok j’arrête les conneries. Elle a bercé mon enfance et je l’a trouve très originale, mais beaucoup trop longue. Heureusement la partie d’Asgard n’est pas dans les livres, mais ils auraient pu virer la partie Poséïdon, ne mettre que le tournoi avec phénix, le sanctuaire avec les chevaliers d’or et l’apothéose le royaume d’Hades, cela suffisait amplement. Bien qu’un peu pleurnichard, les héros sont attachants tout de même, les phases de combat sont sympa, ça file dure chez les chevaliers. Je préfère de loin les livres aux animés car il y a beaucoup plus de cohérence et de précision qui sont totalement occultées dans les animés, mais je maintiens que 28 volumes c’est un peu trop.

15/02/2009 (modifier)
Par fonch001
Note: 3/5

Pfff, qu'elle est longue cette série... Pas seulement à cause des 28 tomes mais plutôt du fait que les combats, s'ils ne s'éternisent pas, sont tous construit sur le même schéma du premier au dernier (d'abords les chevaliers de bronze se ramassent puis ils "haussent leur cosmos" et gagnent), de même les 3 chapitres (sanctuaire, Poséidon et Hadès) sont construit sur une même séquence répétitive faite de course contre la montre et d'étapes successives défendue par un chevalier plus fort que le précédent... C'est pas mauvais dans son genre mais l'absence totale de quêtes annexes, de psychologie des personnages, d'histoire de cœur ou de surprises rendent au final cette lecture assez monotone et il est difficile de conseiller l'achat d'une série aussi longue dans ces conditions. Les chevaliers du zodiaque restent malgré tout une série culte pour de nombreux nostalgiques du dessin animé et possède l'attrait d'un graphisme enchanteur... du moins pour ce qui est des armures et décors car pour ce qui des visages, c'est plutôt le minimum syndical qui est de rigueur.

27/08/2008 (modifier)
Par Catw
Note: 5/5

Oui c'est culte. C'est même absolument cultissime. Saint Seiya représente pour moi ce que Goldorak ou San Ku Kai peuvent représenter pour des gens un tout petit peu plus vieux. C'est un souvenir. Et ça peut le rester, c'est souvent mieux comme ça... Pour cause de l'avoir lu, je sais de quoi je cause. Ce fut long. Mais à chaque page tournée, à chaque fois que Seiya, Shiryu, Yoga ou les autres meurent puis se relèvent en disant une phrase du type "Il faut sauver Athéna", ben il se passe toujours quelque chose... Serais-je resté un enfant, au fond ??? Et, ça a déjà été relevé, tout cela est très précis au niveau mythologie grecque. Comme quelques-uns, je me suis intéressé à la mythologie grecque, puis égyptienne et toutes leurs petites sœurs grâce à Saint Seiya...

10/05/2008 (modifier)

Bon, on va expédier ça. Les teufaliers, c’est un des trucs les plus nases qu’il m’ait été donné de lire… et pourtant, j’en ai lu des daubes. C’est dégoulinant de bons sentiments tout mielleux, de fraternité exacerbée, de sens du sacrifice hypertrophié: tous unis contre les méchants, Yahaaaa! M’enfin, ça part d’un bon sentiment: c’est vrai quoi, rien ne vaut l’union pour affronter un adversaire plus fort que soi ! Mais c’est d’un puéril! :( La phrase récurrente: « mais où trouve-t-il la force de se battre? Ce ver de terre était mourant il y a à peine deux minutes, et là, il me défie, encore plus puissant qu’avant! c’est à peine croyable! ». Horriblement répétitif, les dialogues, aussi bien que les situations :(. C’est stéréotypé à souhait, pitoyable! Et le dessin: il est mauvais, tout simplement mauvais. Pour couronner le tout, tout le monde se ressemble. Intéressant pour ceux que les mélanges Orient-Occident douteux intéressent… très peu pour moi. A éviter, d’urgence… même pour les nostalgiques de la série animée, sous peine de grillage de neurones.

08/08/2002 (MAJ le 13/01/2008) (modifier)
Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

Le top du manga débile ! Je déteste cette série et pour plusieurs raison. Tout d'abord, je trouve le scénario pas original et c'est souvent la même chose. En gros, le héros se retrouve face à un méchant. Ils parlent pendant 5 minutes et le méchant y dit qu'il est le plus fort. Après, y a le combat et devine qui gagne? Et ce n'est presque que ça parce qu'on fin de compte, ce n'est qu'une suite de combats ennuyeux. Ensuite, le dessin est moche comme c'est pas possible ! Particulièrement les personnages. Plusieurs fois, j'ai l'impression qu'ils ont une tête en carton. En plus, le héros est supposé avoir 13 ans et il a la musculature d'un homme de 23 ans ! Pour finir, l'anime qui a été tiré de ça est insignifiant avec des dessins figés et un doublage totalement merdique.

21/10/2007 (modifier)