Moksha

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Depuis la nuit des temps, les deux fils immortels du dieu Bhishma se livrent une incessante bataille. New York, 1925. La vie du jeune peintre Daniel Liebowicz semble mystérieusement liée à celle du contrebandier Frank Satriani. Tous deux sont, sans le savoir, les réincarnations de divinités engagées dans une lutte fratricide sans merci.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Auteurs Italiens Gangsters New York

Depuis la nuit des temps, les deux fils immortels du dieu Bhishma se livrent une incessante bataille. New York, 1925. La vie du jeune peintre Daniel Liebowicz semble mystérieusement liée à celle du contrebandier Frank Satriani. Tous deux sont, sans le savoir, les réincarnations de divinités engagées dans une lutte fratricide sans merci. Privés de leurs souvenirs, ils n'ont qu'une seule piste pour réussir à triompher l'un de l'autre : une image, sorte de clé enracinée dans leur subconscient, qui pourrait leur permettre de recouvrer leurs pouvoirs divins. Juliette Bescond, auteur pour un pulp magazine et chroniqueuse au Daily News, est la seule à connaître l'étrange destin des deux hommes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Septembre 2008
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Moksha
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

20/09/2008 | Miranda
Modifier


Par Ems
Note: 2/5

Après la lecture du premier tome. Il vaut mieux connaitre le postulat de cette histoire afin de comprendre le premier opus. C'est très brouillon, on suit des personnages réels et fictifs, les histoires sont appelées à se recouper mais pour l'instant c'est plutôt un grand bordel. Le dessin est superbe malgré son petit côté brouillon volontaire car en y regardant de plus près, il y a parfois des détails impressionnants de justesse. Le rythme et le découpage de ce récit ne me plaisent pas en l'état. Je commence à saturer des histoires à suivre où l'on reste sur sa faim. Il y a de grandes chances qu'avec l'histoire complète je sois plus enthousiaste. En attendant une éventuelle lecture jusqu'au final, je ne peux pas mettre plus d'un 2/5 alors qu'il y a de la marge pour aller au 4/5. Mais pour cela il faudra sortir un très bon second tome. Ce projet de mélange d'histoires de la prohibition et de mythologie est ambitieux mais se doit d'être contrôlé pour ne pas perdre ses lecteurs.

01/09/2009 (modifier)
Par Reznik
Note: 3/5

La couverture ne ment pas. Cette bd est d'une beauté à couper le souffle. Je suis plus mitigé concernant le fond, qui fonctionne sur une dualité totale : deux époques, deux mondes, deux personnages et 2 styles de dessin tous foncièrement opposés. La formule s'avère convenue et on a plus l'impression d'assister à un exercice de style qu'à un récit qui vous emporterait corps et âmes. Heureusement il y a ces tableaux en couleur directe de Ricci, riches, puissants, qui créent de la matière et injecte à cette bd l'épaisseur qui pourrait lui faire défaut. Attendons voir mais si la suite nous fait réellement rentrer dans le vif il pourrait s'agir d'une série fameuse.

13/10/2008 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Note 2,5. J'attendais cette bd car j'avais beaucoup aimé le trait de Ricci dans Les Ames d'Hélios et ici on n'est pas déçu car le dessin y est encore meilleur, avec de superbes couleurs directes un peu retouchées à l'informatique je pense, mais sans excès. Les décors sont fabuleux ainsi que les personnages, hormis le seul personnage féminin qui change de visage d'une case à l'autre. L'auteur a pris pour modèle Nicole Kidman. A t-il regretté ? Au fil des pages celle-ci change de visage et souvent d'une case à l'autre. Par contre les hommes eux sont très réussis, avec aussi quelques acteurs américains comme modèles mais dont je ne me souviens plus des noms. Quant au scénario, deux histoires parallèles qui se rejoignent, d'un côté un récit de trafiquants d'alcool des années 30 qui n'a rien de novateur et de l'autre un conte indien relatant les différences de caractères de deux frères ainsi que leur rivalité pour la même femme, le tout relié par un mystérieux peintre. C'est finalement assez indigeste. On a l'impression que les deux histoires ont du mal à cohabiter, de plus les colorisations de ces deux trames sont elles aussi très opposées. Très claire aux couleurs pastels pour le conte indien et très sombre du côté trafiquants, ce qui rend plus difficile l'union des deux parties du scénario. En bref, ça se regarde plus que ça ne se lit. Il faudra attendre la suite pour peut-être rehausser la note.

20/09/2008 (modifier)