Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Perramus

Note: 3.88/5
(3.88/5 pour 8 avis)

Perramus est une allégorie sombre et oppressive sur la dictature militaire argentine. C'est une grande fresque qui nous fait suivre les pérégrinations de trois personnages en quête d'histoire et d'aventures dans un univers dominé par les régimes totalitaires et la censure.


Amnésie Amnesty International Argentine Auteurs Argentins Circus Dictatures et répression Futurs immanquables Glénat Les meilleures séries courtes

Perramus, un jour, s'enfuit en laissant ses amis à la merci des millitaires. En fait, il ne s'appelle pas encore Perramus. Dans un bar perdu, on lui propose l'oubli, il accepte. Dès lors, il devient Perramus, l'homme sans passé. Au cours de ses pérégrinations, il rencontre Canelone, le négro, puis l'ennemi et enfin Borges, l'aveugle, le maître poète de Santa Maria. La dictature fait rage et menace l'âme de Santa Maria que les trois hommes vont tenter de sauver. De la lune au solitaire en passant par Mimile et le révérend, nos trois comparses se perdent dans une Santa Maria, rongée par la dictature militaire...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1986
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Perramus
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

04/04/2002 | Steril
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Première découverte d'Alberto Breccia, dessinateur argentin dont j'avais entendu parler surtout pour Mort Cinder et L'Eternaute, mais je n'avais jamais été tenté, et ce n'est pas avec "Perramus" que ça va m'encourager. C'est le genre de Bd que je n'aime pas et que j'ai du mal à comprendre, en plus celle-ci est très difficile d'accès et surtout peu lisible au niveau graphique, ce noir & blanc en forme d'aquarelle, un peu mouvant par endroits et qui change d'aspect, ce n'est pas ce que j'aime en bande dessinée. Je me risque même à dire que c'est assez hideux, pas du tout esthétique, picturalement, il y a sans doute une recherche, mai j'aime pas du tout. J'ai vaguement compris qu'il s'agit d'une charge et d'un règlement de comptes sur une époque abominable d'un pays d'Amérique du Sud indéterminé, mais qui en filigrane désigne l'Argentine d'autrefois, car à travers ce récit, les auteurs démontent les rouages d'un régime totalitaire qui règne par la terreur, c'est un récit fort et très réaliste, mais ce n'est pas du tout pour moi. Si je n'avais pas eu l'occasion de le lire dans les numéros de Circus de 1985, je crois que je serais resté ignorant de cette Bd, ça n'aurait certes pas été une perte pour moi, mais c'est bien pour ma culture BD que je l'ai découvert.

21/03/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Je n'ai malheureusement pu mettre la main que sur le premier tome (qui contient les deux premiers tomes de la série pour je ne sais quelle raison) de cette série hors du commun qui mériterait bien une réédition. À travers les péripéties d'un homme qui devient amnésique parce qu'il voulait tout oublier, les auteurs dressent un portait féroce d'une dictature et on devine que c'est une critique de l'Argentine de cette époque. J'ai trouvé le scénario prenant et j'ai tout de suite aimé l'atmosphère pesante et onirique qui se dégage de l'oeuvre. Les auteurs utilisent beaucoup le symbolisme et il faut bien s'accrocher parfois pour bien comprendre ce qui se passe. Le dessin de Breccia est excellent même si certaines cases sont un peu difficiles à déchiffrer. Il faut dire qu'il semble avoir eu un problème avec l’imprimerie de Glénat parce que dans l'exemplaire que j'ai lu il y a quelques cases dont le texte est pratiquement effacé. En tout cas, une oeuvre à lire si on n'est pas allergique aux récits un peu étranges.

08/12/2018 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Pour commencer j'ai eu un peu de mal avec le dessin, trop abstrait, il est parfois très difficile de distinguer les personnages, les décors. Et pourtant c'est impressionnant de maîtrise, c'est sombre, chaque planche est une peinture. Le premier ouvrage regroupe les 2 premiers tomes, il est composé de 2 fois 8 chapitres. Cela ouvre sur un homme qui choisit une compagne pour la nuit : l'oubli. Et au réveil il ne se souvient plus qui il est, il prendra le nom de Perramus, qui est écrit sur un manteau dont il hérita d'un capitaine écossais lui aussi passé par la chambre de l'oubli. Il va par la suite être embarqué sur un navire pour y débarquer des cadavres en pleine mer, puis se retrouver au milieu d'une ville de décor de cinéma où un type bien loufoque sur les bords tourne des bandes annonces de films qu'il ne réalisera jamais. On croise les mots de peuple, révolution et les représentants du pouvoir le visage émacié personnifiés par la Mort encagoulée ou porteur d'un képi militaire. Perramus vit plein de péripéties à la rencontre de Borges, et dans la deuxième partie enquête à travers la ville sur son étoile à 6 pointes et cherche les 6 personnages d'une partition musicale dans la capitale. Les textes de cet ouvrage font partie de ces points forts. J'ai bien aimé ce passage, 2 candidats discourant « - Nous réclamons la poursuite de l'oppression sous une même botte uniforme et familière - le passage de la botte à la chaussure ne signifie pas changement mais variante. Je vous promets la même oppression sans changement. » Ensemble : « choisissez entre oui et oui, entre je et moi, entre nous, soyez libres de choisir le pied. » C'est assurément une critique déguisée de la société de l'époque par ses 2 auteurs. Une histoire difficile d'accès mais à voir.

30/03/2010 (modifier)
Par MONTANE
Note: 5/5
L'avatar du posteur MONTANE

Dans un pays inconnu, mais dont on comprend bien vite qu'il s'agit d'un pays d'Amérique du Sud, surgit un jour un personnage dont on ne sait rien, surgi de nulle part, mais qui va peu à peu retrouver son identité. La police parait en revanche savoir beaucoup de choses à son sujet. Comme l'ont fait Orwell dans "1984" ou Vargas Llosa dans "La Fête au Bouc", Breccia et Sasturain dénoncent les rouages des régimes totalitaires, et notamment ceux d'une Amérique du Sud en proie aux dictatures dans les années soixante-dix. La cible est bien entendu le régime des colonels Argentins dont la principale activité consiste à faire disparaître le moindre de ses opposants. Dans cette série, directement en prise avec la réalité, apparaissent ainsi tour à tour Borges, Peron, Carlos Gardel et Henri Kissinger le diplomate américain, prix Nobel de la paix, mais également l'incarnation de la duplicité de la politique étrangère américaine. Le Style de Breccia est ici totalement différent de celui utilisé dans Mort Cinder : le gris apparaît au milieu du noir et blanc, le crayon cède la place aux collages et à la peinture dans des cases qui sont de véritables tableaux. Breccia démontre ainsi toute la richesse de son style et prouve de nouveau qu'il est un maître de la bande dessinée, malheureusement trop méconnu du grand public. Une série à conseiller d'urgence pour ceux qui ont aimé Partie de chasse de Bilal, ou le Maus d'Art Spiegelman et qui aiment lorsque l'histoire est abordée avec talent par la bande dessinée.

04/03/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Une histoire assez difficile d'accès. Le postulat ?... Un homme qui a perdu la mémoire et ne sait même plus son nom. Un seul élément d'identification éventuel : une étiquette sur son blouson avec la mention "Perramus". L'homme se cherche mais essaie aussi de comprendre les éléments de la vie qui l'entoure. C'est tout ?... c'est tout... OUI MAIS !... Cette histoire est peut-être la seule a avoir été créée et -surtout- publiée en Argentine, alors sous la coupe d'une junte militaire où il ne faisait vraiment pas très bon d'attaquer le régime en place. Et pourtant, les auteurs l'ont fait. Le récit est rempli de références et de situations -c'est vrai difficiles de compréhension pour les "non initiés"-. Les auteurs vont également faire intervenir des personnages très connus -et aussi médiatisés- de cette époque : Henry Kissinger (n° 2 des USA à l'époque), Juan Peron, l'écrivain Jorge Borges. Plus qu'un descriptif de cette recherche de la mémoire, "Perramus" est aussi une ode à la quête de la liberté, de la vérité surtout. Heureusement, les dirigeants de cette junte n'ont pas compris ce cri lancé par les auteurs, cette sorte de soif de faire connaître l'Argentine martyrisée d'alors (il faut dire que leur histoire se passe dans un pays d'Amérique du Sud non cité). Tant mieux pour Sasturain et Breccia. Ils ont osé lancer un énorme cri d'alarme au monde. Et même si ce cri d'alors n'a pas été -et de loin- entendu par tous, cette oeuvre se résume quand même en des termes qui parfois sont très difficiles à ne pas être censurés : "avoir osé"... Et c'est tout à leur honneur...

26/09/2007 (modifier)
Par pollux
Note: 5/5

Il est assez drôle de lire certaines critiques concernant les albums de Breccia. Toutes reconnaissent en cet auteur un des monstres de la bande dessinée, ainsi qu' un talent graphique peut-être jamais égalé. D'où certains commentaires blasés concernant Breccia : pourquoi s'attacher à lire des albums frôlant la perfection, où il n'y a pas grand chose à redire (en fait rien), quand il est si jouissif de mettre le doigt sur la pauvreté et les lacunes d'une grandes partie des BD actuelles... Que voulez-vous,le "génie", ça lasse... Ainsi va "Perramus", génial, fabuleux, grave. A la fois témoignage et réquisitoire, portrait d'une Argentine riche en couleurs (pour un travail en noir et blanc...) refusant d'abdiquer. C'est bien LE chef d'oeuvre de ma BDthèque. Je plains les pauvres auteurs actuels. Avec un tel héritage, je réfléchirais à deux fois avant de me lancer dans la realisation d'albums. Un constat S'IMPOSE : Mieux vaut oublier Breccia, et ce dans l'intérêt général (malheureusement je n'y arrive pas...).

27/06/2003 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Il est vrai que Breccia, c'est d'une puissance graphique sans équivalent. Mais malheureusement l'impression de Glénat n'est pas toujours terrible et comme le dessinateur ne privilégie pas la lisibilité, c'est parfois un peu énervant. Mais quel qualité de scénario, on est loin du réalisme français, tout est onirique et symbolique. On se croirait dans les meilleurs Fellini.

16/06/2002 (modifier)
Par Steril
Note: 5/5

Chef d'oeuvre, chef d'oeuvre. Perramus est un véritable roman, fascinant, troublant, captivant, émouvant... du grand art. L'univers sombre et opressant de la dictature est rendu de main de maître; avec des ambiances qui nous rapellent celle des meilleurs albums de Corto Maltese. Le dessin, en aquarelle noire et blanche, est quant à lui fantastique, pictural, superbe et en parfaite adéquation avec l'univers de la BD (j'ai envie de dire, du roman). Il est à signaler que l'album, réédité à l'occasion des trente ans de Glénat sous une jaquette spéciale, avait été primé en 1989 par Amnesty International comme meilleur livre sur les droits de l'homme.

04/04/2002 (modifier)