Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Eternaute

Note: 3.57/5
(3.57/5 pour 7 avis)

Une partie de cartes entre amis est brusquement interrompue : dehors ont commencé à tomber des flocons d’une neige phosphorescente mortelle. C’est le début d’un cauchemar, le prélude tragique à une invasion extraterrestre qui va apporter mort et destruction dans le monde entier.


Auteurs Argentins

Un soir d'hiver, un scenariste de BD reçoit l'étrange visite d'un personnage se faisant appellé l'Eternaute. Celui-ci confie à son hôte, qu'il voyage dans le temps. Il demande a son hôte de l'heberger pour la nuit et lui raconte son histoire... Histoire qui commence par une partie de carte, dans la banlieue de Buenos Aires, entre amis, calfeutré dans une maison. Une etrange neige phosphorescente commence alors à tomber dehors. Attirés par un bruit d'accident, les quatres amis seront amenés à regarder à l'exterieur, et decouvrir alors, une scène d'horreur : des cadavres jonchent la rue, et cette neige phosphorescente semble en être la cause... S'ensuit alors l'organisation de la survie de cette micro-société, et les préparatifs d'une fuite de la ville, alors que dehors, des boules de feu semblent atterrir au centre de Buenos Aires, prélude de ce qui sera une invasion Extra-Terrestre. Le tome se terminera, par l'organisation d'une micro-resistance coordonnée par quelques militaires miraculeusement rescapés, et d'autres survivants disseminés dans la ville.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 2008
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série L'Eternaute
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

19/12/2008 | zbah
Modifier


Sans même parler du contexte dans lequel le livre a été écrit et de ce qu'il représente dans la BD latine, je recommande à tout amateur de S-F l'achat de cette BD (pour un public adulte et aguerri néanmoins). Le dessin noir et blanc est magnifique, le rythme convient parfaitement à l'intrigue et les dialogues excellents. Ça démarre en huis clos psychologique pour partir sur une aventure mythique, avec des nouveaux protagonistes qui amènent tous quelque chose (non-humains inclus). Si il devait y avoir une attaque d'extraterrestres , c'est comme ça que je me la suis toujours imaginé enfant (surtout si vous avez joué à des jeux comme XCOM: UFO quand vous étiez jeune). Un must à avoir dans sa collection S-F!

16/01/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est de la Science-Fiction « à l’ancienne », ce qui est normal vu que la série a été créée dans les années 1950. Intéressante pour l’époque, elle pâtit quand même de pas mal de lourdeurs et de naïveté. Mais je suis resté indulgent en accordant tout de même trois étoiles. Pour l’achat, je ne vais pas le conseiller, et pour plusieurs raisons. D’abord, même si on en a en partie pour son argent (les trois tomes font environ 120 pages chacun !), chaque volume étant vendu à 20 euros cela fait quand même une somme, que la qualité réelle de l’ensemble ne justifie pas forcément. Les albums sont en Noir et Blanc. Le dessin est bon je trouve. Malheureusement certaines planches sont de mauvaise qualité (l’éditeur explique d’ailleurs dans une préface au premier tome pourquoi il a dû réutiliser des planches de diverses éditions anciennes, de qualité inégale). C’est surtout l’histoire elle-même, en tout cas son traitement qui a mal vieilli. C’est long, trop long et dilué je trouve. Ceci étant aggravé par un côté verbeux très accentué (commentaires hors phylactère très nombreux commentant l’action, dialogues imposants). J’y ai retrouvé ce qui me gêne dans les séries du Journal de Tintin de la même époque (celles de Martin ou de Jacobs par exemple). C’est inutilement lourd et ralentit l’action. Quelques invraisemblances et une bonne dose de « naïveté » alourdissent encore l’ensemble. Pour le reste, c’est de la SF classique, avec invasion d’extra-terrestres belliqueux disposant d’armes terrifiantes. L’originalité étant qu’ils débarquent en Argentine (auteurs oblige). Bref, une petite moyenne, malgré des qualités. Je n’ai pas vu la dernière et récente réédition, chez Rackham je crois. Note réelle 2,5/5.

24/10/2014 (modifier)

Ah ca me fait un peu mal de ne pas mettre "culte" ... mais je dois reconnaitre que je n'ai pas pris la claque espérée. La première partie reste pourtant assez magistrale : le scénario, l'ambiance, cette neige, ce mal impalpable est des plus angoissants. Et le scénario ne triche pas avec la mort, cette brutalité donne beaucoup de force au récit. Ce qui est gênant, ensuite, c'est le personnage de Favali, le "cerveau" dont les réflexions ne sont pas vraiment au niveau de l'idée que je me faisait de l'intellectuel survivant ... et qui est d'ailleurs bien incapable de prévoir les évènements du tome 3 ... que le lecteur aura, lui, pressenti très vite. Il y a aussi cette façon de parler comme on écrit qui produit des dialogues peu digestes, et cette crédulité trop prononcée des personnages qui brise trop souvent la justesse du scénario avec un mauvais mot ou une mauvaise décision. En fait, les concepts sont là et ils sont solides, mais il faut faire un réel effort d'abstraction et passer outre le côté dépassé de certains dialogues, ou même de certains personnages, qui risque de casser l'impact général. L'éternaute reste donc une belle BD, un monument, et il faut bien reconnaitre que le parallèle entre l'invasion extraterrestre et la dictature en argentine font de fait, de cette BD un "objet" culte. Rappelons tout de même que la dictature Argentine à couté la vie au scénariste ...

06/04/2010 (modifier)
Par zbah
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Le troisième et dernier tome vient donc de sortir. Celui-ci vient confirmer la note maximale déjà attribuée à cette série d'anticipation exceptionnelle. Les 350 pages qui constitue l'ensemble de l'Eternaute sont un best-of du genre, qui se hisse au niveau des livres de Wells, par leur tension, leur rigueur, et leur aspect documentaire. La continuité de l'action, la description des événements en quasi "temps réel" en font une lecture immersive, prenante, haletante. Les thèmes de la manipulation, l'endoctrinement, la technologie, la société, l'armée, la résistance, l'Histoire, la différence, y sont abordés de manière cohérente. La fin ouvre de nombreuses perspectives de réflexion. Il reste quelque connotations datées, évidement, la technologie n'est peut être pas aussi imaginative que ce que l'on peut voir aujourd'hui en SF, mais ça n'empêche, que en plus du charme un peu désuet de certaines péripéties, l'Eternaute reste une lecture assez universelle, pour intéresser les lecteurs de notre époque. A noter que en plus d'être une pierre angulaire de la BD d'anticipation, il se dégage de cet ouvrage, une poésie, et une mélancolie assez rare pour le genre, et les auteurs arrivent à nous surprendre en nous présentant des envahisseurs un peu plus subtils qu'il y parait au premier abord. Il y a une volonté d'appel à la tolérance qui fait mouche, et une mise en perspective de l'humanité qui inspire le respect. Une lecture indispensable. Je laisse, ci-dessous, mes premiers avis sur les deux tomes précédents : Si vous avez aimé, comme moi, La Guerre des Mondes de Wells (le roman), ne ratez pas ce chef d'oeuvre. Si l'histoire peut prêter à sourire dans les grandes lignes, le suspense et la survie de ce petit groupe face à un évènement extraordinaire vous tiendra en haleine. De plus les grands thèmes politiques et sociologiques propres aux années 60 sont abordés par l'auteur de façon très intelligente. Le dessin en N&B simple, sans être exceptionnel souligne bien l'ambiance, et l'atmosphère qui se dégage de certaines planches est superbe. L'écriture est intelligente, bien menée, malgré les redites inhérentes au fait que cette BD est sortie à l'origine dans un journal par épisodes très courts. Cet ouvrage rentre dans mon Panthéon personnel de la S.F. Le tome 2 vient de sortir : De la survie d'un petit groupe, nous somme passés à la guerilla, resistance organisée avec ce qu'il reste d'une faction militaire et des miliciens, survivants recrutés. Des réponses aux questions du premier tome prennent corps ici. Que dire, d'autre que cet éternaute frise la perfection ? Narration détaillée, aucune précipitation dans les événements, tout se deroule en quasi temps reel, c'est du documentaire. Les petits travers de redites inhérents au premier album se font même le luxe d'être moins présentes. Le troisième tome vite, je ne tiens déjà plus.

19/12/2008 (MAJ le 03/02/2010) (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

L'annonce d'un débat chez aaapoum au sujet de cette bd m'a fait m'y intéresser de plus près, malheureusement je ne suis pas entrée dans l'univers de cette "œuvre majeure de la science fiction". Ce qui est dû principalement au fait que son scénario a servi, depuis, d'inspiration à divers livres et films et son originalité s'est noyée dans toutes ces autres productions. D'ailleurs l'introduction de la bd nous montre à quel point elle cible aujourd'hui un certain public d'initiés et amoureux de vieilles séries, en rendant hommage à Oesterheld. L'amalgame fait avec la dictature argentine, l'union du peuple contre l'oppresseur, ne me touche pas. Je n'aime pas les œuvres fictives qui veulent donner du poids à leur récit leur accordant "plusieurs niveaux de lectures", phrase que je trouve exécrable car elle semble toujours vouloir excuser quelques défauts - et cela n'est que mon point de vue très personnel. Mais revenons à l'histoire en elle-même. Tout commence par un huis clos infernal où quelques personnes se retrouvent prisonnières de leur maison, à l'extérieur de celle-ci ne règne qu'une mort blanche ; une neige fatale a tué la quasi-totalité des hommes… intéressant, mais cette étape a tendance à s'éterniser. Arrivé à sa moitié, le récit semble s'accélérer mais malheureusement retombe encore une fois dans une lente monotonie. Au fur et à mesure que l'intrigue prend place, un regain d'intérêt revient, puis s'estompe aussi vite devant des scènes excessivement longues et bavardes, qui ont d'ailleurs fini par avoir raison de ma curiosité. A l'origine publiée en épisodes courts - idéal pour raconter une histoire et maintenir le suspens le plus longtemps possible - elle se transforme ici en lecture un peu lourde ; elle nous sera servie en trois tomes beaucoup trop longs. Il aurait mieux valu les re-chapitrer comme à l'origine, ce qui aurait ajouté un charme vieillot et l'aurait allégée, nous proposant des pauses que l'on aurait choisi - ou pas - de suivre. Le dessin par contre est d'un très beau noir et blanc, les personnages ont des visages détaillés et très expressifs ; et malgré la grande quantité de protagonistes ils sont tous reconnaissables au premier coup d'œil.

13/01/2009 (MAJ le 24/08/2009) (modifier)
Par scuineld
Note: 3/5

La lecture de différents avis ainsi que ma curiosité personnelle m'ont poussé à acheter cet album... Je suis content de l'avoir lu, mais en même temps déçu... Je m'explique. L'histoire est lente, très lente... Ce qui, en soit, n'est pas nécessairement désagréable (cela crée une certaine ambiance), mais ici la sauce prend moins bien. La narration est faite de répétitions... Ce qui est normal pour une série diffusée sous forme de feuilleton. Mais dans un album complet, c'est assez ennuyant de tourner la page de revoir une scène de rappel d'où en est l'histoire. Les héros sont de vrais héros, bien sous tous les angles. Ce qui, je pense, était d'en l'air du temps, mais qui ne convient plus maintenant. Les dessins sont assez bien rendus, les visages bien détaillés. Mais certaines pages sont plus brouillon (à cause de la "perte" des planches originales, comme expliqué au début de la BD). L'analogie avec la dictature argentine et autres oppressions m'est complètement passée au-dessus. Je n'aurais rien remarqué si l'on ne me l'avait pas dit (et encore, même maintenant, je trouve que c'est light comme lien). On est face à une "fresque historique de SF", qui a un peu vieilli, mais qui permet de découvrir que, finalement, beaucoup de choses actuelles sont reprises du passé... Au final, la synthèse de tous ces points fait une BD intéressante à lire mais pas nécessairement à acheter (ou alors d'occasion, car à 20 euros par tome c'est trop cher pour le plaisir que j'en ai retiré).

23/04/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Intéressant cet Eternaute. Au moins du point de vue historique. En effet il prend pied dans une Argentine dont l'histoire est secouée par de multiples conflits, des invasions en tous genres, des brimades, des répressions... Difficile de ne pas penser à la Guerre des Mondes en lisant ce récit. Des personnages ordinaires qui sont confrontés à une situation extraordinaire, obligés de prendre les armes face à des envahisseurs dont la puissance est considérable... j'ai aussi pensé au Jour des Triffides, de John Wyndham, qui se déroule à la même époque. Les trois récits partagent une autre caractéristique : ils sont bavards. Ce côté ronflant vient de l'époque où il a été composé : les années 1950. Les personnages de roman (et donc de BD) prenaient le temps de réfléchir, même face à une situation tendue, urgente. De nos jours cela ne tient plus : l'adrénaline prend le pas sur le reste, les narrateurs ne se prennent plus le chou. C'est le principal défaut de cet Eternaute, du moins dans son premier épisode. Car nous sommes dans un survival assez intéressant, mais long... Cela risque de rebuter pas mal de lecteurs. Pour le reste, comme je l'ai dit, c'est assez intéressant, si l'on se réfère au cadre assez étroit du genre. Solano Lopez insuffle un ton réaliste avec son trait plutôt expressif. Les visages des protagonistes se modifient au fil des aléas, ils se montrent très fatigués, hagards... C'est un dessin réaliste plutôt agréable, qui rend cette lecture au moins belle à regarder. Attention toutefois, je pense que cette lecture risque de rebuter pas mal de lecteurs. A réserver aux amateurs de récits de SF un peu anciens, à ceux qui apprécient la BD argentine à connotation politico-historique, et à ceux qui aiment les récits d'aventure de grande ampleur, car nul doute que la suite réserve beaucoup de rebondissements...

17/01/2009 (modifier)