Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Maître des brumes

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Sur des terres emplies de magie et de sombre fantasy, le chevalier Orswald est à la recherche de sa bien aimée disparue, Morgane Tête d'Or.


Circus Jean Dufaux

Sur des terres emplies de magie et de sombre fantasy, le chevalier Orswald est à la recherche de sa bien aimée disparue, Morgane Tête d'Or. Comme il va l'apprendre, cette dernière a été enlevée par les serviteurs du Maître des Brumes, dont l'irrésistible attrait corrompt les corps et les âmes des damnés de ce monde. Avec l'aide du jeune Eriadoc et des trois Adjwalah, ces puissantes sorcières issues d'un autre âge, Orswald aura à pénétrer au coeur de Glimrock, la ville-forteresse qui concentre toutes les dépravations, et à y affronter les obscures complots magiques du Maître des Brumes et des mystérieux personnages qui l'entourent et le vénèrent.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 1987
Statut histoire Série abandonnée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Maître des brumes
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

19/07/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette création dans le magazine Circus en 1986 est le premier scénario signé par Dufaux pour les éditions Glénat, juste avant qu'il ne signe 2 séries importantes (Jessica Blandy et Giacomo C.). Il faudrait peut-être que je relise cette Bd, mais je m'en souviens bien dans Circus, j'avais au départ hésité à la lire car j'étais resté assez déçu par les bandes précédentes d' Eric, Wen et Tetfol vues dans le journal Tintin. Finalement, je n'ai pas été déçu ici, même si je n'ai pas été emballé pour autant. C'est une série plus adulte mêlant fantasy, magie et mystère, avec un peu de sexe ; une fantasy plus complexe capable de réflexion, avec un imaginaire d'une grande richesse, où il est question de chevalier mélancolique, de belles héroïnes et de souverains despotiques. Mais surtout, ce qui m'avait vraiment surpris, c'est le dessin d' Eric, beaucoup plus soigné, plus fluide que dans ses précédentes séries, avec un effort sensible notamment sur les visages. Une série qui mériterait une seconde chance, car elle est passée quasiment inaperçue lors de sa publication en albums.

17/10/2013 (modifier)

Voilà presque 10 ans que je recherche partout où je traine le tome 3 de cette série… L’ayant enfin trouvé je peux aviser sur cette série qui marqua pour moi la découverte d’une bande dessinée adulte aux personnages ayant une profondeur psychologique dans un univers complètement rebâti. Alors certes le trait a vieilli ! Si le dessin est fluide, les cadrages manquent parfois d’originalité et la colorisation donne un aspect vieillot à ces albums (en fait surtout dans le tome 1). Mais quel joli travail de trait et d’univers ! Si les arrières plans sont inégaux en richesse, les planches sont fluides et lisibles, la magie est adroitement montrée et les personnages ont des caractéristiques très intéressantes. Aujourd’hui je me dirai qu’il aurait une très belle place en termes de qualité graphique dans les sorties contemporaines (sauf le 1 un peu fade). Parlons des trois tomes maintenant : le premier nous transporte dans des contrées bien mystérieuses. Les personnages sont pleins de mystères, les héros plein de bravoure et d’idéaux mais également torturés finalement. La magie est déjà bien présente et on devine un complot gigantesque qui nous dépasse. Cet opus donne vraiment envie de se plonger dans la suite, c’est avec lui que je suis sorti d’une vision de la BD réduite à tintin et bob et bobette. Le second tome garde la même veine avec des personnages aux parcours pleins de rêve agissant pour des forces qui nous échappent. Si l’intrigue nous emmène parfois loin du cœur de l’action on est tout de même bien mené et les multiples personnages ont tous un intérêt propre. On essaye de deviner comment tous ces fils tissés vont se retrouver dans le 3ème tome. Maintenant le 3ème tome, j’espérais y trouver la résolution finale puisque qu’il n’y a pas de tome parus ensuite, hélas, si l’histoire avance de façon très vivante et adroite, si le maitre des brumes pointe enfin son nez et que l’on comprend sa substance le récit reste inachevé… Je suis donc déçu de ne jamais connaitre la fin de ce récit que je trouve très riche, avec de très bonnes idées maintes fois reprises depuis. Les personnages sont multi facettes et ont une vrai personnalité, l’univers est magistralement rendu (ou disons créé). Dommage que le tout reste inachevé, je pense qu’il faudrait 2 tomes pour finir étant donné ce qui est dénoué dans le 3. Au final la série est excellente mais frustrante, j’en courage vivement à le trouver pour le lire et voir qu’en 1987 tous les ingrédients étaient là pour ces univers et autres récits fantasy.

08/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Quand on entame cette BD, on pense immédiatement aux séries de médiéval fantastique et d'heroic-fantasy telles qu'il en paraissait dans les années 80 dans le Journal Tintin, à la manière d'Aria ou encore de Tetfol du même dessinateur. Le Maître des Brumes fait cependant rapidement preuve d'une certaine maturité et d'un univers imaginaire très fouillé dont le lecteur a la perpétuelle impression de ne toucher qu'une portion d'un tout nettement travaillé. Bien des mystères, des anciennes légendes et autres noms célèbres sont évoqués pour donner vie à ce monde qui finalement ne sera jamais nommé. Le dessin est de belle qualité. Eric sait y faire pour représenter des contrées marécageuses, des forteresses improbables, des guerriers sans âge... Scènes d'action comme paysages sont tout aussi réussis. Et si les décors se font parfois assez épurés, c'est pour paraitre plus grandioses et soignés à d'autres moments. Le style est un petit peu désuet tout de même. Cela se ressent dans la colorisation du premier tome même si cela s'améliore un peu par la suite. De nombreuses plages de blanc laissent de drôles d'impressions dans ces couleurs dont on a parfois du mal à déterminer l'atmosphère. Quant à l'histoire, elle n'est pas mal et gagne surtout en intérêt grâce à ce background détaillé et assez mature. Le premier tome est assez classique avec la quête d'un héros à la recherche de sa fiancée disparue et une prophétie qui s'annonce, avec bien des complots en trame de fond. L'intrigue se complique à partir du second tome avec la mise en avant des véritables serviteurs du Maître des Brumes qui gardera son mystère jusqu'au troisième tome. L'ambiance de ces deux derniers tomes est plus noire, proche de l'ambiance décadente et mortelle d'un Brek-Zarith dans Thorgal. La magie y est cependant nettement plus présente. Et c'est parfois justement le souci de ce récit : trop de magie, trop d'imprévus pour le lecteur qui ne sait plus toujours très bien où il en est, qui veut quoi, quels sont les pouvoirs de qui et quelles sont leurs motivations à tous. On est souvent un peu perdu. D'autant plus perdu que la narration du second tome et d'une bonne portion du troisième est assez décousue, pas toujours très compréhensible. Les auteurs sautent souvent du coq à l'âne, nous présentent plein de personnages, de sous-intrigues, de moments-clés qui finalement se révèlent assez inutiles dans la trame globale. Tant et si bien que malgré l'originalité du récit et l'avance sur son temps, étant paru à une époque où la fantasy sérieuse pour adulte était assez rare en bande dessinée, j'ai eu du mal à accrocher. Et pour finir... Eh bien malgré ce que certains sites en disent, la série me semble bel et bien inachevée. La fin du troisième tome attend véritablement une suite qui n'est jamais parue. Alors on peut imaginer qu'il s'agisse d'une fin très ouverte, mais cela ne me convient pas.

19/07/2008 (modifier)