Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Wen

Note: 1.8/5
(1.8/5 pour 5 avis)

Wen Woïska rencontre une étrange femme un soir, qui lui donne le pouvoir de franchir les portes...


Comme il était différent, on l'a dit amnésique. Etrange promeneur solitaire dans le tréfonds de lui-même. Que cherche-t-il ? Qu'y cherche-t-il ? Que fuit-il ? La vie, la mort, ou simplement l'ennemi ? Il a franchi les limites, les frontières du réel, du surréel, là où tout est flou, ambigu, là où tout se mélange, vision d'aveugle, cécité lumineuse... Baladin perdu dans une époque absurde, voilà Wen qui marche, fantasque, romantique, peut-être même suicidaire. Aussi loin où le conduisent ses voyages, nul ne pourra l'y rejoindre : il est l'homme condamné à être prisonnier de sa différence, esseulé dans son univers imaginaire... Il a franchi tant de portes qu'il lui est impossible de revenir en arrière.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1983
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série Wen
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

01/02/2008 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette série de 9 récits complets à mi-chemin entre le rêve et la réalité, où le héros faisait des rêves étranges grâce à des scénarios insolites et oniriques, a surpris les lecteurs du journal Tintin en 1973, moi le premier, car ce n'était pas du tout dans le style du journal qui voulait amener de nouveaux personnages et de nouveaux horizons. Intention louable, mais c'était carrément le genre de Bd que je n'aimais pas, je n'y comprenais rien et ça m'ennuyait profondément. Ce genre d'univers parallèle était trop biscornu pour mon jeune esprit à l'époque, ce fantastique trop décalé trop intrigant et pas assez passionnant. J'ai bien essayé d'y revenir plus tard, mais rien à faire, ces personnages comme Cranach' de Morganloup ou Rork qui franchissent des portes et passent dans d'autres mondes, ça me dépasse, c'est un univers trop abstrait. La série n'a d'ailleurs pas connu le succès, malgré le trait déjà sûr d'Eric, pourtant à ses débuts. Stoquart lui écrit ensuite une autre série fantastique, plus tournée vers la magie, avec Tetfol, toujours dans Tintin, que j'arrive à mieux accepter, même si c'était pas trop mon truc (le dessin était encore mieux) ; mais là encore, le succès n'est pas trop au rendez-vous, ni même sur la série suivante "Rorika" qui là me correspondait mieux puisqu'elle évoluait dans un univers Viking, mais il n'y eut que 2 récits et aucune parution en album. Bref, je n'avais pas de chance avec cet auteur.

05/12/2013 (modifier)
Par BDenis
Note: 2/5

(Avertissement : j'accorde toujours plus d'importance au scénario qu'au dessin) Alors le type, attiré par une musique, voit des choses pas catholiques voire ésotériques, ne devant pas être rendues publiques, mais comme il est sympathique il reçoit une relique, le prix à payer étant qu’il devienne amnésique, là est le hic. La relique est un sceau de passage entre le monde des vivants et celui des morts, ce qui donne une succession d’histoires courtes pour ce premier album. Le gars s’appelle Wen. D’ailleurs, il ne sait pas when il la retrouvera, sa mémoire. Souvent il ignore who il est et where il est, pas plus qu’il ne sait why il est là et what il fait. Le dessin est classique et l’ensemble fait vieillot, je ne lirai pas le deuxième tome. Bref, une suite d’historiettes simplettes pas très chouettes, souvent sans queue ni tête, et si ta requête est "j’achète ?" ma réponse est niet, garde tes pépettes ! Les 2 ** c’est pour les 80 pages et la couleur.

20/04/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Recueil de courtes histoires parues à l’époque dans le journal de Tintin, ce Wen ne me convainc pas plus aujourd’hui qu’hier (enfin, qu’avant-hier, pour être plus exact). La cause principale de mon rejet vient de la narration lymphatique de Stoquart. Dieu ! Que tout cela est mou ! Pourtant ces histoires fantastiques ne sont pas dépourvues d’une certaine atmosphère, d’une relative poésie, mais le manque de dynamisme est, pour moi, un écueil infranchissable. En clair, je m’emmerde … Et le dessin n’est pas de nature à modifier mon appréciation. Non qu’il soit mauvais, mais il est simplement dans l’air du temps … de ce temps-là. De plus, la précision n’est pas son fort, et la colorisation est, elle aussi, d’époque (et clairement, ce n’est pas ce qui se faisait de mieux à l’époque, déjà). Je retiendrai juste quelques créations graphiques réussie et, à nouveau, certains passages « d’ambiance » plutôt pas mal. Bof, franchement bof …

08/03/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Dans son style, Wen est assez caractéristique des séries fantastiques qui paraissaient dans le journal Tintin dans les années 70. Proche de Tetfol évidemment par le dessin, elle se rapproche davantage des tous premiers épisodes de Rork qui paraitront un peu plus tard. Wen, comme Rork, est capable de "passer" d'un monde à l'autre. Wen sait voir au-delà de la simple réalité pour vivre des aventures pleine de fantastique et d'onirisme là où les autres ne verraient que la folie d'un homme qui croit à son délire. Dans sa thématique, c'est là un style de récit qui aurait pu me plaire. Malheureusement, le résultat est décevant. Le dessin, tout d'abord, n'est pas très abouti. Les cases ont un petit quelque chose d'inachevé, les décors étant souvent soit vides soit trop changeants. Et surtout les couleurs laissent vraiment à désirer allant du tout au n'importe quoi. Les histoires sont ensuite assez courtes, trop courtes pour vraiment permettre d'accrocher au personnage et à son univers trop changeant. Malgré quelques bonnes idées, les intrigues sont souvent trop basiques, trop naïves. La mise en page et la narration les rendent en outre assez confuses et peu plaisantes à lire. Il y a de l'idée dans le personnage de Wen et de la poésie et de l'imagination dans ses aventures pleines de magie, de surnaturel voire de science-fiction. Mais tout est trop confus, cela manque de rigueur dans la réalisation, voire tout simplement de réussite. Dommage.

07/12/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Ayant relu récemment tous les Tetfol, je me suis mis en tête d'essayer de retrouver certaines oeuvres d'Eric, son talentueux dessinateur, au style si typique des années d'or du Lombard. Tombé par hasard sur "Wen", je l'ai donc lu. Je ne sais pas où se situent, chronologiquement, ces histoires (le tome 1 a été publié en 1983, soit en pleine période Tetfol), mais je trouve son dessin moins abouti que sur sa série de référence. Plus "raccourci", moins travaillé la plupart du temps. Par contre, dès que Stoquart lui propose de croquer des créatures fantasmagoriques ou des scènes oniriques, Eric se lâche. Hélas, énorme hélas, un traitement des couleurs absolument abominable sur les trois quarts des planches gâche complètement le plaisir. C'est bien dommage, parce que Jacques Stoquart lui avait concocté des histoires courtes sur mesure, à la fois fantastiques, oniriques comme je l'ai signalé, mais aussi avec un héros emblématique, libre, intrépide et parfois fascinant, même si parfois les saynètes sont un peu "faciles". A lire si vous êtes fan de ce genre de récit.

01/02/2008 (modifier)