Batman (Archives)

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

1939. Dans Detective Comics 27, un nouveau personnage costumé envahit l'imaginaire des jeunes lecteurs américains avides de super-héros à pouvoirs depuis l'apparition de Superman l'année précédente. Batman est né.


DC Comics Les débuts des Super-Héros célèbres Les Pionniers Semic Super-héros Univers des super-héros DC Comics

1939. Dans Detective Comics 27, un nouveau personnage costumé envahit l'imaginaire des jeunes lecteurs américains avides de super-héros à pouvoirs depuis l'apparition de Superman l'année précédente. Batman est né. Le justicier de Gotham, millionnaire oisif le jour sous l'identité de Bruce Wayne, redresseur de tort la nuit, part en guerre contre le crime et l'injustice. De nombreux vilains, parmi lesquels le Docteur LaMort ou le Moine, se dressent sur son chemin, et un jeune partenaire vient l'assister dans sa lutte sans fin contre le mal, revêtant le costume bigarré de Robin, le jeune prodige. Retrouvez dans ce volume les épisodes qui auront forgé le mythe de Batman, sous l'impulsion de Bob Kane, assisté de Bill Finger, Jerry Robinson, Gardner Fox, Sheldon Moldoff ou encore George Roussos. Les origines d'un grand mythe de l'imaginaire populaire, enfin dans une luxueuse traduction.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2005
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Batman (Archives)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

22/04/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

De tous les super-héros que j'ai aimé, mes préférés étaient Batman et Spiderman pour leur personnalité très riche et très torturée. Mais Batman a toujours eu ma préférence, je ne sais pas vraiment pourquoi. Seulement, cette fascination remonte à ma découverte du personnage d'abord dans la série TV de 1966, complètement délirante, et surtout par les pockets édités dans les années 70 par Sagédition, qui reprenaient les dessins de Kurt Schaffenberger, Curtis Swan, Jim Mooney, Carmine Infantino, Ross Andru, Murphy Anderson, Gene Colan ou encore Irv Novick. C'était donc un Batman totalement différent de ce que j'ai pu découvrir bien plus tard en bibliothèque, celui de la genèse, crée par Bob Kane et Bill Finger en 1939. Autant dire que je suis tombé de haut, car ces vieux dessins des années 40 ne m'emballaient pas du tout. Le héros est encore peu abouti, il possède peu de profondeur, les récits sont tartignolles et usent de multiples pirouettes scénaristiques, le dessin est sans consistance et typique des Bd américaines de cette époque, au contraire des dessins nerveux et puissants qui caractérisent les années 60. Les épisodes contenus dans cette intégrale sont donc ceux-là, on y voit les premiers éléments qui constitueront la mythologie du Dark Knight (le domestique Alfred, la première Batmobile, la première apparition du Joker, l'arrivée de Robin, les gadgets etc...), je ne les conseille pas, ils sont décevants, à moins d'être un super fan qui veut tout collectionner. Mieux vaut réserver son argent pour la suite...

31/08/2013 (modifier)
Par GiZeus
Note: 2/5

J'étais curieux de voir ce que donnaient les premières aventures de Batman. Il faut avouer que ce n'est pas terrible. J'ai tenu pendant environ 100 pages, tout d'abord tenu en éveil par un côté naïf qui me faisait découvrir à la fois la narration de l'époque et la simplicité des intrigues. Force est de constater que c'est assez lourd. Le nombre de pages ne permet pas de développer l'histoire et contraint à une narration assez basique qui casse totalement le rythme. De plus les scènes d'actions, qui sont généralement celles qui se passent de commentaires, sont systématiquement expliquées par une voix off carrément lourdingue. M'y connaissant assez peu sur les BD de l'époque, j'aurais eu tendance à généraliser à partir de cette intégrale si je n'avais pas lu l'avis de Ro ci-dessous. Et il est étonnant de voir l'évolution qu'a subie l'art séquentiel en 70 ans. Il faut croire qu'à l'époque, le public demandait des intrigues basiques sans se soucier de la crédibilité des actions. Car les pirouettes sont plus que nombreuses. Je n'ai pas croisé une seule histoire sur les 100 pages que j'ai lues qui en soit dénué. En plus les dessins n'arrangent rien. Couleurs flashy, aucune ambiance, cadrages peu dynamiques, personnages figés, proportions parfois hasardeuses, rien n'aide à aimer les premiers Batman, tout du moins aujourd'hui, et encore moins la dénomination du héros, LE Batman, ce qui sonne très désagréablement. A part pour les nostalgiques, je ne vois pas trop les personnes qui pourraient aimer les premières histoires de Batman. Mais je suis un peu curieux, et j'essayerai de trouver les histoires qui parlent de Robin, la Batmobile et du Joker, histoire d'apprécier encore plus les prochains comics que je lirai.

25/02/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Batman est de loin mon super-héros préféré, un personnage que j'ai vraiment découvert avec le Dark Knight de Miller puis dont j'ai pu lire d'autres récits excellents comme Un long Halloween de Jeph Loeb et Tim Sale. A chaque fois qu'un récit DC laisse apparaitre de manière substantielle ce sombre héros, je suis aussitôt intéressé. Dans ces conditions, je ne pouvais pas passer à côté de la possibilité de découvrir les vraies origines du personnage, ses toutes premières apparitions sous la plume de Bob Kane, dès 1939. Et c'est bien cela qu'offre ce recueil de 300 pages. La première vision de Batman, dans un costume qui ne changera quasiment pas au fil des décennies. Le manoir Wayne. Le commissaire Gordon. La première Batmobile. La première utilisation du batplane, du batarang, etc. La toute première fois que le récit du meurtre des parents de Bruce Wayne est raconté. La rencontre avec Robin. La première apparition du Joker. Presque tout ce qui forgera la légende de Batman est là, a été créé entre 1939 et 1941. La première chose qu'on apprend dans ce recueil est que Bob Kane n'est pas l'unique créateur de Batman. Il a été assisté de nombreux autres scénaristes avec qui ils ont partagé des idées pour forger les intrigues et les personnages de la série. Bill Finger, Jerry Robinson, Gardner Fox, Sheldon Moldoff ou encore George Roussos ont sombré dans l'oubli mais ils auraient probablement pu aussi bien être retenu que Kane lui-même. La seconde chose qu'on apprend dans ce recueil, c'est qu'hélas, les premières aventures DU Batman (puisqu'il est appelé ainsi tout au long de l'album, LE Batman) ne sont vraiment pas terribles. On ne peut pas dire qu'elles ont mal vieilli car avec des oeuvres comme Little Nemo et autres Prince Valiant, on a la preuve qu'à l'époque de BD de très grande qualité existaient déjà. Non, les premiers comics de Batman sont tout simplement mauvais. Le dessin est à la limite de l'amateurisme avec des décors inexistants ou affligeants. Les personnages sont figés et Batman a plus que souvent l'air ridicule. Les intrigues sont pitoyables de naïveté et de facilité scénaristique, avec des incohérences grosses comme des paquebots. Les scénarios sont d'un cliché abouti même pour l'époque, complètement inspirés de récits policiers plus anciens tels que Dick Tracy. Seul le personnage de Batman a un peu d'originalité mais avant sa rencontre avec Robin, il n'a strictement aucune saveur. Il en est presque kitsch avec son double personnage, héros masqué la nuit et beau gosse pépère avec sa pipe le jour. Il prend un peu de consistance par la suite mais pas suffisamment pour que ces premières aventures puissent expliquer le succès de celui qui allait ensuite devenir quasiment aussi célèbre que Superman. Et même la première apparition du Joker, mon super-méchant préféré, n'a pas du tout l'intérêt que je lui espérais. Je comprends mieux qu'à l'époque les comics et les super-héros soient tellement en disgrâce aux yeux de l'intelligentsia s'ils étaient tous aussi simplistes que cela. Ce qu'il en reste est donc une curiosité intellectuelle, savoir à quoi ressemblaient les tous débuts du Batman, les prémices de ce qu'il allait devenir, des récits qui reflétaient une époque mais gâchés par une accumulation de clichés et de facilités. L'amateur de Batman voudra donc lire ces archives mais en sortira déçu et l'image de Bob Kane n'en sortira pas reluisante.

22/04/2008 (modifier)